Diviser par 2 le temps de rédaction d’un billet

Voici un article invité écrit par Frenchmat, qui m’a fait le plaisir et l’honneur de bien vouloir nous livrer ici sa vision de l’écriture. Sur un aspect essentiel, je crois, pour beaucoup de blogueurs : le temps passé à écrire, et les méthodes pour diminuer ce temps. Indispensable !

Media_httpwwwimagesbl_hblqf

Cet article a été écrit par Matthieu, de Frenchmat. L’écriture, il connait. Et il livre toujours des billets drôles, plein de jeux de mots. Ludique et créatif. Ce billet invité, il le consacre donc naturellement à l’écriture.

Quand j’ai commencé à avoir quelques lecteurs, il y a un peu moins d’un an, je me suis mis en tête de placer la barre plus haut et d’écrire des billets toujours plus drôles, toujours mieux écrits, toujours plus futilement indispensables. Du coup, je mettais de 3 à 4 heures et demi pour écrire chaque billet. J’en mets actuellement une à 2 et demi. J’ai cherché à comprendre comment j’ai divisé par 2 le temps de rédaction de mes billets sans que le résultat en pâtisse et je me suis dit que ça pourrait intéresser d’autres « hommes pressés ».

Avoir une bonne idée… de ce qu’on va écrire

La meilleure habitude que puisse avoir un blogueur ou un créatif, c’est d’avoir toujours sur soi un carnet et un stylo ou éventuellement un dictaphone. C’est essentiel d’avoir de quoi noter ou enregistrer ses idées quand elles viennent. Ça peut être sous la forme d’un titre, d’un plan, de quelques mots ou d’un schéma, du moment que ça a suffisamment de sens pour pouvoir être développé par la suite. Une fois l’idée notée, l’esprit en est libéré et peut passer à autre chose.
L’intérêt est de se constituer un petit réservoir d’idées, mais aussi de dissocier autant que possible la création proprement dite de la rédaction. On écrit forcément plus vite quand on sait déjà, même partiellement, ce qu’on va écrireÇa peut paraître bête, mais on écrit forcément plus vite quand on sait déjà, même partiellement, ce qu’on va écrire.
Cela peut aussi représenter un gain de temps dans le sens où l’idée peut ensuite se développer, mûrir d’elle-même pendant qu’on fait tout autre chose. Quand j’ai fixé l’idée sur papier, il m’arrive assez souvent d’avoir des mots et des phrases qui se forment dans ma tête sous la douche, sur mon vélo, en conduisant, en marchant, etc. Mais ça, c’est peut-être tout simplement parce que je suis fou… Toujours est-il qu’ensuite, le billet s’écrit (presque) tout seul.

Ecrire spontanément, éditer plus tard

J’ai toujours été exigeant sur mes écrits, parfois trop. L’exigence forcenée et permanente ralentit énormément le processus de création. On écrit une phrase, on se dit que ce n’est pas assez bon, on tergiverse, on se demande si ça vaut le coup d’écrire tout un billet là-dessus et finalement, on jette le bébé billet avec l’eau du bain… A un moment, il faut arrêter de se poser 36 questions, il faut foncer, créer et réfléchir après ! Tant pis si le résultat n’est pas génial, on peut toujours le corriger, l’éditer par la suite. Et même si on croit que ce n’est pas bon, on peut être très agréablement surpris des réactions des lecteurs. L’ennemi de la création, c’est le mythe de la perfection.
L’ennemi de la création, c’est le mythe de la perfection. Le billet parfait n’existe pas et c’est tant mieux ! Les imperfections d’un billet, ses « trous » laissent la place pour des commentaires, un échange, un partage d’idées ou d’expériences. C’est aussi pour ça qu’on blogue, non ?

Eliminer les sources de distraction

Internet, c’est super, la navigation par onglets, encore mieux. MSN, Skype, Netvibes, Dashboard de blogue, on prend goût à faire 98 choses à la fois, on a l’impression de gagner du temps. L’impression seulement. Ecrire un billet demande de la réflexion donc de la concentration (sauf si vous bloguez exclusivement de vidéos de Chabal ou de Spider Cochon, mais si vous lisez ce blogue, il y a peu de chances que ce soit le cas). Personnellement, j’ai du mal à bien faire plusieurs choses à la fois, alors maintenant, quand j’écris un billet, je quitte MSN et Netvibes. Certains suggèrent même de débrancher le câble Ethernet et d’écrire uniquement sur un éditeur de texte. Dans ce cas, j’ai (peut-être) encore mieux…

Rien ne vaut un bon vieux stylo et un papier

C’est peut-être seulement moi, mais je trouve plus rapide de griffonner ses idées comme elles viennent, de les flécher, de les numéroter, de les raturer, de les structurer sur papier que sur un écran d’ordinateur. Ça suit plus naturellement le cheminement chaotique de mes idées et les traduit plus directement. Le clavier et l’écran, eux, ont tendance à me ralentir. Le stylo fonctionne un peu comme une extension de mon esprit. Là encore, c’est probablement parce que je suis fou…
Plus sérieusement, la lecture sur papier est souvent plus rapide et facilite l’assimilation de l’information et la réflexion par rapport à la lecture à l’écran. Je crois qu’il y a quelque chose de similaire pour l’écriture.

La pratique, la pratique, la pratique

Non, il n’y a pas LE secret que vous fera écrire 2 fois plus vite dans ce billet. Pas de logiciel miracle ni même de potion magique (quoiqu’un expresso bien serré, ça peut aider). Le meilleur moyen d’écrire mieux et plus vite, c’est la pratique assidue. Ah, on me souffle à l’oreille, « le plaisir aussi« .
C’est en écrivant qu’on trouve son style, pas autrement. Cela peut prendre des semaines ou même des mois, et c’est en continuant encore qu’on affine son style. On dompte sa plume et on apprend à connaître ce qu’elle sait faire de mieux. Ça permet de savoir plus facilement ce qu’on est capable ou pas de bloguer. Quand une idée de billet surgit des miettes de mon cerveau ou de la toile de réseau, je sens beaucoup plus rapidement si elle vaut le coup que je m’y penche ou pas. C’est à vous, par une pratique régulière, de trouver vos propres trucs, vos petites routines d’écritures, vos propres mécanismes de création . C’est à vous, par une pratique régulière, de trouver vos propres trucs, vos petites routines d’écritures, vos propres mécanismes de création. Je pourrais vous donner les miens, mais je ne crois qu’ils soient applicables à quelqu’un d’autre que moi et surtout, un autre blog que le mien. Ce billet en est l’illustration. C’est la première fois que je blogue en dehors de chez moi et toutes mes habitudes et mécanismes créatifs sont remis en cause. J’ai mis plus de deux semaines à me décider sur quoi j’allais bloguer et qui conviendrait à BLOmiG. J’ai eu d’autres idées, mais je les ai trouvées trop ceci, trop cela… Et même après avoir désigné l’élu, j’ai mis euh… un certain temps à l’écrire.

L’écriture est un processus complexe et il y a sûrement des dizaines de facteurs qui entrent en jeu alors vous, quels sont vos « trucs » et vos « théories » pour réduire le temps de rédaction de vos billets ?

22. octobre 2007 par lomig unger
Catégories: Empty | Tags: , , , | 23 commentaires

(23) commentaires

  1. Voilà un article de qualité :) Je te rejoins sur de nombreux points, et surtout sur le fait que c’est avec le temps, qu’on affine son style. Plus que des recettes miracles, c’est avant tout l’expérience qui joue.En tout cas, je suis étonné de voir combien de temps tu passes sur chacun de tes articles, félicitations pour tout ce travail (qui n’en est pas un..) !

  2. salut Frenchmat,merci beaucoup pour cet excellent billet ! Ce sont de très bon conseils, pas toujours facile à appliquer. Je te rejoins sur beaucoup de points, sauf pour ce qui est de poser ses idées sur un papier avec crayon. Je suis plus à l’aise sur clavier que sur papier pour ma part.Et effectivement, j’expérimente tous les jours aussi qu’on écrit mieux et plus vite quand on sait ce qu’on va dire. Il faudrait presque écrire le titre et la conclusion d’abord, et puis construire le reste de l’article.Merci encore pour cet excellent article ! c’est quand tu veux si tu en as d’autres…!à bientôt !

  3. Très bon article.J’ajouterais cependant que la meilleure façon d’écrire vite et bien, c’est encore de ne pas se mettre la pression. Quand un blog commence à marcher, il attire fatalement beaucoup de lecteurs. Si on écrit en pensant à ça ou bien à gagner quelques places dans les différents classements du web, on risque fort de se planter royalement et de passer trois ou quatre heures à écrire un article fondamentalement merdique.De la même manière, je finirais en précisant que pour écrire vite et bien, il faut encore avoir quelque chose à dire. Beaucoup de blogueurs se mettent la pression et cherchent à tout prix à sortir quatre ou cinq articles par jour. Ca peut le faire si l’actualité le permet mais s’il est question de chercher des sujets pour le plaisir de rédiger autant d’articles, c’est risqué.Au plaisir de te lire de nouveau et merci pour tout ces éclaircissements :)

  4. Bonjour Matthieu M,Merci.Oui, c’est en grande partie une question de temps, d’ailleurs, pas mal de choses sont une question de temps en matière blogging.Mais c’est aussi (et surtout) un plaisir ! D’ailleurs, en parlant de bloguer par plaisir, je fais référence à un de tes récents billets ;)Salut Lomig,Ce billet est une forme de remerciement alors je t’en prie, ne me remercie pas !Oui, certaines personnes sont sûrement plus à l’aise que moi sur un clavier.Je crois aussi : le titre, quelques points et la conclusion, parce que si on commence directement par l’introduction, on peut rester bloqué.Je n’ai pas d’autre billet, là tout de suite, mais pourquoi pas :)Bonjour Fred,Je suis d’accord avec toi, je trouve que ce mettre de la pression c’est bien, mais pas au moment d’écrire !La spontanéité a du bon, même en termes de qualité. Un blog n’est pas un livre, on peut écrire (presque) comme on parle puisqu’il paraît que c’est une « conversation ».En ce qui concerne les blogs qui postent 4 ou 5 fois par jour, ça me paraît difficilement tenable, sauf si ce sont de courts billets d’info ; et encore…

  5. Je confirme 4 ou 5 publications par jour, c’est intenable. Je recherche donc une équipe de rédacteurs, et de dessinateurs, et de brainstormers. :)Plus sérieusement, je retiens ceci : « La meilleure habitude que puisse avoir un blogueur ou un créatif, c’est d’avoir toujours sur soi un carnet et un stylo… » je crois que tout repose là tout simplement. (Et dans un bon système de classification pour s’y retrouver)C’est d’ailleurs un conseil, qu’il faudrait savoir propager au-delà même des conseils aux bloggueurs avertis, quitte à écrire une lettre sympathique à un vieux copain, sur la base d’une illumination soudaine.

  6. Je suis tout à fait d’accord avec toi sur le fait d’avoir sur soit un carnet pour pouvoir prendre en note les idées qui fusent afin de les retranscrire plus tard en billet.J’ai toujours sur moi ce fameux carnet … Ton billet m’a touché car je viens d’en publier un justement à propos de l’inspiration que l’on peut avoir et comment elle se manifeste sous différentes formes chez chacun …http://blog.topheman.com/index.php?2007/10/22/297-carnet-prise-de-notes-pour-bloguer

  7. Bravo pour ton choix de Frenchmat, tu es certainement un homme de goût !

  8. Je vois que le billet de Frenchmat a du succès ! tant mieux, il le mérite. Je précise que, pendant le transfert du billet, deux liens s’étaient perdus : ils figurent dans le dernier paragraphe. C’est corrigé !à bientôt. J’espère que nous aurons l’occasion de lire d’autres billets de Frenchmat sur l’écriture. C’est ouvert à d’autres, bien sûr ! ;)

  9. Je crois que Frenchmat pourra le confirmer : MAIS DES QUE JE VEUX LUI LAISSER UN COMMENTAIRE, QUELLE GALERE !!! Tout ceci pour dire, comme je devais déjà le dire hier (depuis et en attendant j’ai rejoint mybloglog, c’est chouette), que ce qui me semble important : c’est d’avoir toujours de quoi noter sur soi.Ca me paraît un principe qui se doit de passer le cadre de la vie de blogueur. Pour tout, pour rien, pour n’importe quoi.Je crois que l’activité de blogueur, si elle se veut accomplie, passe par un énorme effort de volonté, aidée, magnifiée par le fait que des lecteurs virtuels (et puis finalement pas virtuels pour un sou) vous attendent. Et cette volonté ne doit être brisée par aucun petit accident. Aucune petite contrariété de mémoire.A ce titre, je me suis payé une ardoise, qui a bien fait rigoler la caissière de mon Carrefour. Outil idéal pour écrire au réveil : si quelqu’un pouvait venir décrire ce que j’y ai écrit ce matin au réveil, ce serait bien.Enfin : j’ai lu que faire 4 ou 5 publications par jour, ce n’est pas tenable. JE CONFIRME, et je recherche 4 rédacteurs, 2 dessinateurs, 5 pourvoyeurs d’idées :)

  10. très sympa ce billet, sur tes prises de notes dans le métro !à bientôt !

  11. Cela dit, ça ne s’applique pas spécialement au blog. On peut appliquer ces conseils pour tout travail d’écriture. ;)Et d’ailleurs, cela permet avant tout d’être lisible et construit. Gagner du temps n’est qu’une conséquence.

  12. Très bons conseils, je crois que je vais garder ça sous le coude.

  13. salut Duck la bouée, désolé : tes commentaires se sont retrouvés dans la boite à spam d’Askimet, pour une raison qui m’est inconnue…! Je répare, et te présente mes excuses.Pour quel projet cherches-tu des rédacteurs ?

  14. Oui, Frenchmat m’a fait remarquer que les sites comportant l’adresse blogg.org sont retenus en otage par Askimet.Quant à rechercher des rédacteurs, c’est une blague que Frenchmat, qui avait migré de la plateforme citée précédemment comprendra. Pour des raisons esthétiques, j’ai privilégié la quantité à la longueur pour mon Canard Flottant : ce qui fait que j’y publie toujours 5 textes (ou autres) à la fois.

  15. Ah la la, Sacré Canard :)C’est vrai que c’est super important, il y a les post-it aussi, parce que l’ardoise ça ne doit pas être toujours pratique !Oui, mais bon, tu ne publies par 5 billets par jour tous les jours, et puis toi, coment dire… t’es un phénomène ;)

  16. Excellent article! Je n’ai que deux ou trois « astuces » à ajouter:- Je fais un MindMap (ou carte heuristique) de mes articles afin d’avoir une vision globale de tous les éléments dont je veux parler- Pour les articles plus longs, je fais un sommaire (qui vient souvent du Mind Map). Je fais tout mon possible pour que la lecture de tous les titres présente un résumé fidèle du contenu de l’article. Et j’articule ensuite mon contenu sur cette base.- Je « dors dessus ». A moins qu’il ne s’agisse d’une information très urgente, je fais un premier jet puis je laisse passer une nuit. Le lendemain, j’ai de meilleures idées et la rédaction semble « couler de source » ou en tous cas plus naturellement.

  17. salut Laurent Brixius !Merci pour ton retour d’expérience : oui ça doit être utile pour bien structurer sa pensée d’utiliser les MindMap (un très bon outil : Mindomo). J’imagine que c’est surtout utile pour les gros articles, avec beaucoup d’idées ?C’est toujours mieux de laisser reposer l’article la nuit ; même si c’est dur de ne pas cliquer sur « publier »…!à bientôt

  18. Je suis en accord total avec beaucoup de points que tu détailles…Pour ma part, j’ai toujours un stylo et plein de papier près du PC, car je pose souvent des idées sur un brouillon, le tout bien entremêlé ^^ et ensuite, ça donne mes billets !Je tiens à préciser que les feuilles qui me servent de brouillon sont des feuilles de cours qui ont une partie de leur surface vierge…Il est vrai que c’est difficile (enfin moi ça me le fait aussi) d’écrire en ayant une conversation qu’elle soit orale ou écrite (surtout écrite!) ; parcontre s’il s’agit de parler sur MSN ou via Plugoo avec un autre internaute et que je fais un site (conception HTML/PHP/CSS/etc) ou que je réalise un graphisme quelconque, j’arrive à faire les deux en même temps. Allez comprendre un truc à cela >_

  19. Deux réflexions à la lecture de votre page :- pourquoi vouloir écrire plus vite ?- « le billet parfait n’existe pas » ? vous n’aviez jamais été chez moi quand vous avez écrit ça ;-)

  20. slut madamedekeravel,je laisse le soin à Frenchmat de répondre lui-même. Il me semble que le souhait d’écrire plus vite signifie en fait « limiter le temps passé aux taches annexes, pour se concentrer sur l’écriture elle-même ». Par ailleurs, sur l’écriture elle-même, il me semble que pour beaucoup, le blog s’ajoute à d’autres activités professionnelles et familiales, ce qui nécessite un minimum de gestion du temps !Quant au billet parfait, ça fait belle lurette que j’ai cessé d’y songer !à bientôt, et merci pour ton commentaire !

  21. Bonjour Madamedekeravel,Nous avons tous des occupations : un travail, des amis, une famille… et bloguer est un loisir qui peut prendre beaucoup du temps, surtout si on veut écrire régulièrement de bons billets.A un moment, j’ai cherché comment je pourrais continuer à bloguer sans faire de compromis sur la qualité des billets et sans empiéter sur le reste. Et ça donné ce billet.S’il y avait eu un blog parfait dans ce monde, je ne suis même pas sûr qu’il aurait eu du succès. Notez que j’ai conjugué cette phrase au plus-que-parfait :-)

  22. Quoi dire d’autres que cette articles est seulement magnifique je suis tombé sur ce billet par pur hazard car je chercais des exemples de blog sous wpresse pour me faire une idée et je suis tomber sur le tien et de là j’ai cliquez sur arcives et vraiment j’aspire à pouvoir avoir une écriture qui absorbera des lecteurs sans avoir à mettre des photos et des vidéos pour agrémenté! Encore merci et bonne continuation.

  23. salut,merci pour ton commentaire, et pour les compliments (même si c’est à Frenchmat qu’ils s’adressent…).Si tu veux en apprendre un peu plus, je te conseille de lire la série « Blog pour les nuls », tu devrais y trouver quelques conseils valables…! à bientôt

Laisser un commentaire

Les champs obligatoires sont indiqués avec *