dans Empty

Grace – Jeff Buckley

Media_httpwwwblomigco_sxjlb

Dès le premier titre de cet album, « Mojo Pin », tout est dit. L’album entier, avec son romantisme, sa beauté paroxystique mêlant le doux et l’écorché, le sobre et le grandiloquent, est contenu dans ce premier morceau.

Ce qui frappe, au fur et à mesure des écoutes, c’est d’abord la qualité du son du groupe, sa texture sonore, ainsi que les arrangements amples et les morceaux très libres. Ce qui frappe ensuite, c’est la qualité vocale de Jeff Buckley. C’est un très grand chanteur, impliqué dans chaque note, et d’une justesse incroyable. Tout y est géré au millimètre : l’émotion douce comme la rage qui perce à certain moments. Vraiment, il faut entendre « Lilac Wine » pour se rendre compte de la puissance d’une voix quasiment seule, lorsque cette voix donne tout.

L’album est plein de reprises, toutes admirables.

J’ai choisi de vous faire découvrir « Lover, You Should’ve come Over« , le morceau n°7 de l’album. Une ballade magnifique, qui monte en puissance doucement, lentement, et qui porte la voix de Jeff Buckley vers un final magique, et qui finalement caractérise cet album comme sa vie : tragique, et sublime.

[Mdeezer + 558620 + JeffBuckley.LoverYouSouldHaveComeOver]

Write a Comment

Commenter

  1. Jeff Buckley avait quelque chose de magique, une voix, une présence, de l’émotion, … . C’est honnetement l’artiste qui me manque le plus

  2. salut Truffo,merci pour ton commentaire !Oui, je suis d’accord avec toi. Il y a quelque chose de très émouvant dans cet album, de magique. Et c’est vrai que c’est très triste de ne pas pouvoir connaitre ce qu’il avait à nous donner après ce coup de maître !à bientôt