Should I ? – Max

Pour le plaisir, le dernier morceau du concert de mon frangin Max au New Morning. Il se sert ici d’un looper, qui permet de rapidement enregistrer quelques mesures, et les faire tourner en boucle en fond. On le voit ici : au chant, à la guitare, à la basse, au flutiau, au piano, le tout dans un seul et même morceau. La classe !

Round Midnight – Thelonious Monk

C’est la version que je préfère de ce grand standard : par son inventeur, au piano solo. J’aime, sur ce morceau, son jeu un peu décalé, puissant, un peu a-rythmique, qui colle si bien avec l’idée contenue dans le titre…

Effets spéciaux

J’avais beaucoup aimé le film « L’étrange histoire de Benjamin Button ». Cette histoire de F.S Fitzgerald est une réflexion sur le temps qui passe, sur l’amour, sur ce qui rapproche et sépare les êtres. Il y a du tragique dans cette histoire, du tragique humain. Cette vidéo montre comment les effets spéciaux ont été faits : Ed Ulbrich, gourou des effets spéciaux numériques chez Digital Domain, décrit la technologie récompensée par un Oscar, et ayant permis à son équipe de créer des versions vieillies et rajeunies du visage de Brad Pitt pour « L’Étrange Histoire de Benjamin Button. »

Je n’avais pas réalisé, mais les images vieillies et rajeunies de Brad Pitt sont entièrement numériques. Incroyable, mais vrai !

Journée parfaite

Media_httpwwwlomigung_wzfeb

Amusez-vous : décrivez votre « journée parfaite ». Listez de quoi elle serait faite. Vous pouvez faire l’exercice avec une semaine, ou un mois, ou une année. Avec votre vie, si vous le voulez. L’exercice est le même. Cela revient à se poser la question du saupoudrage : quelle quantité de quoi je veux, en quelle proportion ?

De l’amour, des sentiments, un peu de travail, de la musique ? Du dessin, des rigolades, une soirée entre amis ? Une promenade le long de l’eau, un barbecue sous les arbres en été ? Des jeux avec les enfants, un spectacle ? Du calme, de la lenteur ? Un peu de tout ça, et même plus ?

La réalité, c’est qu’une fois dressée, cette liste n’a plus de sens, et devient aussitôt une caricature d’elle-même. Pourquoi ?

Parce que répétées telles quelles, planifiées, toutes ces choses joyeuses seraient bientôt étouffantes, ou tristes.

Pourquoi ? Parce nous changeons, et que ce qui était notre désir un jour, ne le sera pas forcément le lendemain. Parce que nous sommes vivants, et que nous sommes curieux, et avides de nouveauté : comment un jour – même parfait – répété à l’identique, sans surprise, sans changements, pourrait-il nous combler ?

La journée parfaite n’existe pas ; à chacun de se débrouiller pour trouver de la joie dans chacune de ses journées. Personne ne sait de quoi l’avenir, son avenir, sera fait : décrire la journée parfaite (la semaine, le mois, l’année) serait une manière d’interdire le futur, le désir, les rêves un peu fous qui donnent envie de se dépasser. La perfection ne peut se produire que de manière fortuite, ponctuelle et spontanée, et c’est aussi cela, sa valeur.

Il y a un étonnement, une surprise, dans la joie, qui en font une idée contradictoire avec celle de perfection.

Une journée parfaite, ce serait une journée sans joie, et une journée sans joie ne saurait être parfaite.

Un homme qui réussit est un homme qui se lève le matin et qui se couche le soir, et qui entre les deux fait ce qui lui plaît.

Bob Dylan

La journée parfaite, c’est celle où l’on fait ce que l’on veut. Même – surtout ? – si ce que l’on veut, c’est faire autre chose que la veille.

Explode coração – Maria Bethânia

Comme quoi, c’est utile de lire des blogs politiques : j’ai vu passer l’autre jour sur Chroniques du Républicoin une extraordinaire vidéo d’une grande chanteuse, Maria Bethânia. Elle m’a touché au cœur, et l’émotion pleine et joyeuse que l’on peut y voir est trop rare et trop belle pour être gardée secrète. Que votre cœur explose !

Inutile de tenter dissimuler ; faire semblant ou cacher ; ce qu’il est impossible d’occulter. Toutes ces choses que je ne puis plus taire ; puisque l’éclat de ce regard ; t’a trahi et m’a remis ; ce que tu cherchais à contenir ; ce que tu refusais de m’avouer ; et qui me tourmentait.

Inutile d’avoir peur ; de pleurer, de souffrir ; se donner, se perdre et se retrouver ; face à tout ce qu’est la vie…

Ce que je souhaite, c’est de pouvoir m’ouvrir ; afin que cette vie me pénètre enfin ; comme s’il s’agissait du soleil ; déflorant l’aurore. Je veux sentir la douleur de ce matin.

Naître, rompre, déchirer ; possédant mon corps et alors ; moi qui pleure ; qui adore ; qui hurle… Comme une folle, hallucinée et enfant ; sentant mon amour qui se repend. Impossible de tenir bien plus longtemps ; que mon cœur explose maintenant.