dans Reflexions

Doute et décision

Sherlock

Je vous recommande la lecture du très bon article de Maria Konnikova (trouvé via l’excellent Inaki Escudero et son compte twitter @inakiescudero) : « Lessons from Sherlock Holmes : don’t decide before you decide« .

C’est un rappel très clair des biais cognitifs qui peuvent faire prendre des décisions – non pas basées sur des faits et l’analyse – mais sur des idées préconçues. Il est toujours bon de rappeler que le doute est important. Trouver des éléments qui permettent de confirmer sa théorie est bien l’inverse de la démarche scientifique, qui consiste au contraire à chercher à mettre en défaut sa théorie. C’est ce qu’avait synthétisé Karl Popper en décrivant le critère de falsifiabilité (en résumé, est « scientifique » toute proposition qui peut être contredite – au moins en imagination – par des faits ou par les résultats d’une expérience).

Mais cet article m’a interpellé pour une autre raison. Il y est question de prise de décision. Et cela fait résonner mon petit article de l’autre jour, et me fait penser à ceci : il y a un équilibre à trouver entre le temps de la réflexion, de l’analyse, et le temps de la décision. Bien sûr, il ne faut pas décider à la hâte, sur la base de théories à peine testées, ou pire validées par des faits retenus dans ce but. Mais il faut aussi, en l’absence de certitudes, prendre des décisions.

L’article « Don’t decide before you decide » est donc valable pour la réflexion policière, pour la démarche scientifique, en somme pour tout ce qui concerne la recherche de la vérité. Qui ne se nourrit pas de rapidité, de précipitation, mais au contraire d’analyse, de réflexion, de tests, d’allers-retours entre la théorie et l’expérience. Mais ce n’est pas valable complètement en ce qui concerne l’action : dans l’action, dans la mise en œuvre, la décision est nécessaire y compris lorsque les informations sont parcellaires. La prise de risque fait partie de l’acte de décision d’action. Il faut être capable d’agir malgré le doute. Prendre des risques et avancer, sans pour autant cristalliser à outrance son jugement. C’est un équilibre difficile à trouver.

Si vous êtes certain, vous vous trompez certainement, parce que rien n’est digne de certitude ; et on devrait toujours laisser place à quelque doute au sein de ce qu’on croit ; et on devrait être capable d’agir avec énergie, malgré ce doute. — Bertrand Russell

Write a Comment

Commenter

  1. J’aime beaucoup la citation de Bertand Russel.Que c’est fatigant d’entendre à longueur de journée ces personnes qui pensent détenir la vérité, sans imaginer pouvoir avoir tort… »L’ignorant affirme, le savant doute, le sage réfléchit. » Aristote.

  2. @Jojoo : salut ! merci pour ton commentaire. Oui les gens qui ne doutent jamais sont très fatiguant, de même que ceux qui doutent en permanence, ou du moins que leurs doutes conduisent à l’inaction ou à la tiédeur dans l’action. C’est une autre citation que j’aime : « Douter de tout et tout croire sot deux solutions également commodes, qui toutes deux nous dispensent de réfléchir » (de mémoire)…à bientôt