Changer de point de vue pour prendre du recul

Dans l’entreprise où je travaille, je dois régulièrement envoyer des mails à 70000 personnes en interne. Autant vous dire que les premières fois, quelques gouttes de sueurs ont coulées le long de mes tempes au moment d’appuyer sur le bouton « envoyer » ! J’ai dû relire une bonne dizaine de fois le mail pour traquer la moindre faute, la moindre erreur de lien. C’est un vrai stress, une vraie responsabilité.

Et puis, bien sûr, vient la phase où l’on se rend compte qu’il n’est peut-être pas nécessaire d’être dans un tel état de stress pour envoyer un simple mail. En se mettant à la place des autres, c’est-à-dire de ceux qui vont recevoir ce mail, les choses prennent une tout autre perspective. Chacun des destinataires ne reçoit qu’un mail : ce n’est donc pas 70000 mails que j’envoie, c’est 1 mail à chaque personne. Et qu’est-ce qu’un mail après tout, dans le flot quotidien ? Une broutille ! Mon objectif doit être de réussir à rendre le contenu de ce mail attractif, incitatif, stimulant. La peur de la coquille ne fait que me détourner du vrai but à atteindre.

Et le simple fait de se mettre à la place des autres, de changer de point de vue, fait prendre du recul. Je ne considère plus l’action d’envoyer 70000 mails, ou en recevoir un seul. Je regarde d’au-dessus ces deux situations bien différentes, et cela suffit à faire prendre du recul. La prise de recul détache des émotions, et permet de mieux cerner le sens de l’action.

Pour prendre du recul, il suffit de changer de point de vue.

Lego continue d’innover

Une excellente utilisation de l’Iphone par le célèbre fabricant de jeux Lego : tout en continuant à utiliser le jeu physique, l’application Iphone (très bien faite) apporte un plus et transforme le jeu. Qu’en pensez-vous ? (via @inakiescudero)

[youtube http://www.youtube.com/watch?v=1DHZwSOVKBY?wmode=transparent]

Incroyable mais vrai : les grottes de Naica

Je ne résiste pas au plaisir de partager ici ces images extraordinaires – c’est Max (décidemment) qui m’en a parlé l’autre jour – il s’agit d’un reportage sur les grottes de Naica, découverte dans une mine au Mexique. Il y dans cette grotte des cristaux géants magnifiques, et des conditions infernales d’humidité et de température (45°C et 100% d’humidité) ! Vous trouverez plus de détails ici, et bien sûr dans la vidéo qui suit.

[youtube http://www.youtube.com/watch?v=KSbId57pzm4?wmode=transparent]

Je me suis rendu compte dans la foulée que ce sujet touche mon imaginaire assez profondément : entre la lecture de Voyage au centre de la terre (Jules Verne) et de L’énigme de l’Atlantide (Black & Mortimer), les explorations souterraines renvoient, dans la mémoire comme dans l’ordre du symbolique, au passé et à beaucoup d’émotions…enfouies.

Fallen – Max – BOSS LOOP Contest 2011

Sous ce nom barbare, je vous invite à découvrir la vidéo que mon frangin Max a produite pour le concours BOSS LOOP 2011. C’est un concours ouvert organisé par Roland pour les musiciens : il s’agit, en utilisant le looper (une boiboite qui permet d’enregistrer un bout de musique, et de le faire tourner en boucle ensuite), de faire un morceau original et le poster sur YouTube. Max s’y est collé avec tout son talent de multi-instrumentiste et de chanteur. J’adore !

[youtube http://www.youtube.com/watch?v=8Y9toRaHKaQ?wmode=transparent]

Une fleur cueillie

Une de mes filles, la plus jeune, s’est réveillée plus tôt que d’habitude l’autre jour.

Du coup, nous l’avons prise avec nous dans notre lit. Cette petite fille de 2 ans, couchée avec nous, pleine encore de sommeil, c’était un bonheur. Elle me faisait une petite caresse sur le nez dans le noir, et restait tranquillement allongée.

J’ai réalisé à nouveau à quel point ces moments sont merveilleux, à quel point j’ai de la chance d’avoir une famille, et des enfants. Et à quel point les enfants, clairement, donnent un sens à la vie. Il est sûr que je dois faire tout mon possible pour que mes enfants puissent être heureux. Cela implique d’être heureux soi-même, bien sûr, et de les aider à se construire et peu à peu à s’émanciper. Œuvrer aussi pour un monde meilleur, à tous les niveaux. Dans la joie, et en leur donnant tout l’amour du monde. Chaque enfant mérite tout l’amour du monde ; je crois qu’en fin de compte, tout le Mal vient du manque d’amour. C’est en quoi le message de Jésus est universel, en tout cas en quoi il me touche profondément.

Et ce sens là, formidable, il faut être capable d’y intégrer aussi un peu de raison. Tout ce bonheur, toute cette douceur et toute cette joie, peuvent disparaitre du jour au lendemain. Personne n’est à l’abri. Je ne peux même pas imaginer ce que cela signifierait en termes de douleur, de chagrin et de désespoir ; mais je sais que c’est aussi une part de la vérité. Il est possible de la fuir, au point de l’oublier. Je ne suis pas sûr que cela soit souhaitable. J’ai choisi de mettre du sens dans quelque chose de fragile. Comment pourrait-il en être autrement, d’ailleurs ? Ce qui est beau, et bon, est souvent fragile et difficile.

Le bonheur n’est pas un but qu’on poursuit âprement, c’est une fleur que l’on cueille sur la route du devoir. John Stuart Mill