dans Innovation, Reflexions

Les postures de l’innovation

La science nous a appris que l’être humain est un tout : il n’y a pas l’esprit d’un côté, et le corps de l’autre. Fini le dualisme, bienvenue à l’organisme.

J’avais été très intéressé par la lecture (il y a longtemps déjà) du livre « Le sens du Mouvement », d’Alain Berthoz. J’en ai retenu, entre autres, que l’état d’esprit et la posture influencent la manière de vivre une situation, y compris la manière dont l’organisme perçoit son environnement. Le scénario interne inconscient détermine ce que l’organisme va percevoir et utiliser pour son action.

Il y a peu de temps, j’ai vu cette vidéo très intéressante sur Ted (grâce à Max), où Amy Cuddy explicite les liens qui existent entre postures physiques et état d’esprit : oui, prendre une posture physique de « puissance » met effectivement en condition d’être plus efficace, réactif, détendu, etc…

Et dans le cadre de mon travail, je viens de lire un excellent article de Andrew B. Hargadon (1998) : « Firms as Knowledge Brokers: Lessons in Pursuing Continuous Innovation », California Management Review 40 (3): 209–227. C’est passionnant : il y revient sur l’analyse de firmes spécialisées dans l’innovation continue, c’est-à-dire de sociétés dont la principale et seule activité est l’innovation (IDEO, Design Continuum, McKinsey, etc…).

Entre autres choses passionnantes, il y mentionne la “posture du sage” : le fait d’être suffisamment confiant et à la fois pas trop arrogant, et qui permet de partager ses connaissances avec les autres, mais aussi ses problèmes et ses doutes. Une clé dans le « knowledge brokering » et le bon fonctionnement des organisations basées sur cela pour innover en permanence. Ce retour sur une « posture » a fait tilt, car je l’avais déjà évoqué avec mon collègue @Mickouku !

J’ai donc envie d’aller chercher et étudier un peu tout ça : les postures (à la fois physiques et psychiques), leur typologie et leur impact sur la réflexion, la créativité et l’innovation. J’imagine qu’il y a des classifications qui existent et des travaux à ce sujet. Si vous en connaissez, merci de me le dire en commentaire. Quelles sont les postures ouvertes/fermées ? Quels liens avec les grandes postures réflexologiques évoquées par G. Durand dans « Structures anthropologiques de l’imaginaire » ? Quels liens entre l’espace physique de travail et les postures ? Quel impact ont les postures sur les postures ? quel est l’impact d’un changement de posture plus ou moins forcé ? quel lien avec les postures fondamentales évoquées par Laborit et d’autres (lutte, fuite, inhibition de l’action, jeu, découverte) ? Comment une organisation peut favoriser telle ou telle posture ? Je sens que ça va être passionnant…et j’aimerais bien que ça débouche sur une classification simple et utilisable des « postures de l’innovation ».

Si vous avez déjà des connaissances sur le sujet, ou si vous pouvez m’orienter vers des ressources, des auteurs, etc… je suis preneur ! Soyez sages.

Write a Comment

Commenter

16 Commentaires

  1. @claire : oui c’est clair que c’est un champ complet d’investigation, et nouveau pour moi. On verra si ça devient une thèse ou simplement un « truc » fait à l’arrache, le mieux possible avec les contraintes qui sont les miennes….de toute façon ça me passionne.

    @mickouku : j’ai commencé un mural.ly sur le sujet !!! :)

  2. Je n’ai pas forcément de références sur le sujet, ressources ou auteurs mais j’ai en revanche la conviction que les postures sont la clé de bien des sujets !

    J’avais il y a quelques temps écris un p’tit truc là dessus, en particulier sur la posture de l’étonnement qui est à la base de beaucoup de chose (http://haikusages.fr/etonnez-vous/).

    Il s’agit là d’une posture psychique, et je serais curieux de creuser encore plus loin le sujet en allant vers les questions liées aux postures physiques voir les relations entre postures physiques et psychiques.. (aïe, j’ai mal à la tête).

    En tout cas, ce qui est sur c’est que le fait que j’accorde une grande importance aux postures lorsque j’interviens en entreprise (les miennes, celles des autres, celles que je prône, celles qui émergent, …) n’est pas sans soulever quelques questions chez mes interlocuteurs car le corps, l’esprit et l’être sont assez dissociés en occident !

  3. @Fabien : oui super attitude intellectuelle que l’étonnement (un superbe petit livre de Jeanne Hersch postule que c’est le moteur de la philosophie). et oui je te rejoins pour penser qu’il est temps d’associer plus directement les postures physiques et psychiques, puisqu’on sait qu’elles ont des interactions plus ou moins directes, et plus ou moins contrôlables… merci pour ton commentaire, je fonce lire ton article sur l’étonnement !

  4. Salut,
    Peut être cela peut rejoindre l’éducation kinesthésique mise au point par Paul Dennisson (Brain Gym), cette approche se base sur plusieurs principes pratiques :
    – apprendre est une activité qui implique tout notre corps et notre cerveau ;
    – le mouvement est la porte de l’apprentissage (la c’est different d’une simple posture…) ;
    – notre cerveau est conçu pour apprendre et bouger : je bouge donc je suis ;
    – nous pouvons tous accroître nos compétences en utilisant des mouvements spécifiques pour stimuler sens, corps et cerveau : apprendre à bouger et bouger pour apprendre.

    Stimuler les 3 dimensions de notre corps et de notre cerveau :
    – la latéralité droite/gauche et ses compétences de communication (lire, écrire, écouter, penser…)
    – le centrage, haut et bas et ses capacités d’organisation physique et mentale (gestion du stress émotionnel)
    – la focalisation, avant/arrière, responsable des mécanismes de compréhension et des sensations physiques (tensions corporelles).

    Bref, en gros, Paul Dennisson propose des « activités brain gym » qui permettent de développer les compétences d’organisation, de participation et de communication.

  5. Vaste sujet
    Communication non verbale et influence du corps sur l’esprit.
    M’a fait penser à la classification des mimiques du visage très élaborée, et rendue célèbre par une série TV où l’expert utilise sa connaissance de ce type de connaissance pour prédire la comportement des protagonistes.
    Ah, sinon, je ne dirais pas que c’est la science qui nous a appris que l’homme est un tout, cette connaissance est plus vieille que la science…

  6. @dsl : oui tu as raison ! ce n’est pas la science qui nous a appris que l’être humain était un tout…je me suis mal exprimé et on a pu lire en partie ma foi naïve dans la connaissance scientifique. Ce que je voulais dire, c’est que les connaissances scientifiques ont permis de renforcer cette vision « holiste », complète, de l’être humain comme un tout.
    peux-tu me donner une référence sur les mimiques du visage ? un nom ?

  7. Article Wikipédia sur le Facial Action Coding System
    Paul Ekman est un des auteurs, il a produit pas mal de livres sur le sujet, a inspiré la série Lie To Me, a un site internet personnel qui propose le F.A.C.E training
    Il y a des formations possibles, un CD en vente sur le site face and emotions.com
    Le principe ici est surtout de lier les expressions faciales avec les émotions intérieures, et d’appliquer cela à la psychologie et pour dépister les menteurs lors des interrogatoires, bref, c’est une autre application mais le sujet a l’air très intéressant