Les postures de l’innovation

La science nous a appris que l’être humain est un tout : il n’y a pas l’esprit d’un côté, et le corps de l’autre. Fini le dualisme, bienvenue à l’organisme.

J’avais été très intéressé par la lecture (il y a longtemps déjà) du livre « Le sens du Mouvement », d’Alain Berthoz. J’en ai retenu, entre autres, que l’état d’esprit et la posture influencent la manière de vivre une situation, y compris la manière dont l’organisme perçoit son environnement. Le scénario interne inconscient détermine ce que l’organisme va percevoir et utiliser pour son action.

Il y a peu de temps, j’ai vu cette vidéo très intéressante sur Ted (grâce à Max), où Amy Cuddy explicite les liens qui existent entre postures physiques et état d’esprit : oui, prendre une posture physique de « puissance » met effectivement en condition d’être plus efficace, réactif, détendu, etc…

Et dans le cadre de mon travail, je viens de lire un excellent article de Andrew B. Hargadon (1998) : « Firms as Knowledge Brokers: Lessons in Pursuing Continuous Innovation », California Management Review 40 (3): 209–227. C’est passionnant : il y revient sur l’analyse de firmes spécialisées dans l’innovation continue, c’est-à-dire de sociétés dont la principale et seule activité est l’innovation (IDEO, Design Continuum, McKinsey, etc…).

Entre autres choses passionnantes, il y mentionne la “posture du sage” : le fait d’être suffisamment confiant et à la fois pas trop arrogant, et qui permet de partager ses connaissances avec les autres, mais aussi ses problèmes et ses doutes. Une clé dans le « knowledge brokering » et le bon fonctionnement des organisations basées sur cela pour innover en permanence. Ce retour sur une « posture » a fait tilt, car je l’avais déjà évoqué avec mon collègue @Mickouku !

J’ai donc envie d’aller chercher et étudier un peu tout ça : les postures (à la fois physiques et psychiques), leur typologie et leur impact sur la réflexion, la créativité et l’innovation. J’imagine qu’il y a des classifications qui existent et des travaux à ce sujet. Si vous en connaissez, merci de me le dire en commentaire. Quelles sont les postures ouvertes/fermées ? Quels liens avec les grandes postures réflexologiques évoquées par G. Durand dans « Structures anthropologiques de l’imaginaire » ? Quels liens entre l’espace physique de travail et les postures ? Quel impact ont les postures sur les postures ? quel est l’impact d’un changement de posture plus ou moins forcé ? quel lien avec les postures fondamentales évoquées par Laborit et d’autres (lutte, fuite, inhibition de l’action, jeu, découverte) ? Comment une organisation peut favoriser telle ou telle posture ? Je sens que ça va être passionnant…et j’aimerais bien que ça débouche sur une classification simple et utilisable des « postures de l’innovation ».

Si vous avez déjà des connaissances sur le sujet, ou si vous pouvez m’orienter vers des ressources, des auteurs, etc… je suis preneur ! Soyez sages.