La bataille du service minimum aura-t-elle lieu ?

Deux jours, deux interviews, deux phrases qui m’ont fait sursauter. J’ai entendu sur BFM hier après midi René Valladon, secrétaire confédéral de FO, et ce matin Maryse Dumas, secrétaire confédérale de la CGT. Bien sûr, la question du service minimum est rapidement tombée. Ce qui m’a fait sursauter, à chaque fois, ce sont deux choses :

  • le niveau des réponses de ces représentants syndicaux
  • l’absence de réaction des journalistes face à des contre-vérités énoncées devant eux

Ce matin, Maryse Dumas nous a expliqué que « le service minimum est une atteinte au droit de grève ». Je comprends bien qu’il faut mettre le service minimum en place en faisant attention au droit de grève ; mais affirmer de manière aussi tranchée que les deux sont antinomiques, c’est un peu simpliste ! Et le droit des clients ? dans « service public », il y a « service » et « public ». Quel service public quand il n’y a plus de service ? La CGT doit se réunir dans les prochains jours pour envisager une « grève préventive »…
Hier, René Valladon, intérrogé sur le même sujet, nous affirmait péremptoirement que « la première revendication des usagers, c’est d’être prévenu suffisamment longtemps à l’avance [des grèves] » ! Là encore, pas de réaction de la part du journaliste ! La première revendication des usagers (clients), ce n’est pas d’être prévenus à l’avance, c’est d’avoir le service pour lequel ils ont payé ! Cette manière de parler à la place des autres sans savoir ce qu’ils pensent (ou en feignant de ne pas le savoir) est assez insupportable ; en même temps, c’est normal pour un syndicaliste français en 2007 !
Je ne m’amuse pas à l’avance d’éventuels conflits dans les transports publics à propos du service minimum : j’ai suffisamment galéré dans les grèves de métro pour vouloir les éviter à ceux qui le prennent…Il me semble qu’il y a tout de même moyen de respecter les clients de ces services, tout en respectant le droit de grève. Ceux qui jouent le conflit ne doivent pas avoir le dernier mot. L’espoir ici est que les syndicalistes, visiblement insensibles à l’intérêt général et assez peu intéréssés par un service public de qualité, ne soient pas suivis à la SNCF et à la RATP : ce qui n’est pas impossible vu le peu de gens qu’ils représentent !

Evolution du taux de syndicalisation en France

Légende : Evolution du taux de syndicalisation en France – de 1949 à 1993 inclus, estimation à partir du nombre de cotisations syndicales (en déduisant les 20 % de cotisations correspondant aux salariés en retraite) [1] – de 1996 à 2004 inclus, estimation à partir de l’Enquête Permanente sur les Conditions de Vie des Ménages de l’Insee.

Et vous ? pensez-vous que le service minimum soit nécessaire pour la qualité du service public, ou pensez-vous que c’est une atteinte au droit de grève ?

0 0 votes
Évaluation de l'article
S’abonner
Notifier de
guest

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires
Jacques
Jacques
14 années il y a

Faites grève, mais pas trop… L'idée d'un service minimum ne me parait pas très logique. Quand on fait grève, ce n'est pas pour faire plaisir aux usagers des services publics. C'est pour créer des problèmes et avoir un moyen de pression. Donc l'idée d'un service minimum, c'est comme si on autorise quelqun à avoir un couteau pour se défendre, mais seulement en plastique et à bout rond. Les solutions du gouvernement, ce ne doit pas être d'empêcher les gens de faire grève et d'assurer un service minimum, mais de résoudre les problèmes par la discussion et en faisant des compromis avant de faire grève si on veut améliorer le système. Il y a des pays ou il n'y a que très rarement des grèves car le gouvernement discute avec le syndicat des cheminots avant de les envoyer travailler à l'autre bout du pays. Je vois pas pourquoi la priorité d'un nouveau gouvernement serait de réduire les moyens de pressions des fonctionnaires alors qu'il devrait plutôt proposer des réformes difficiles et justes sans commencer à parler confrontation et grève. Ca veut dire, attention on va pas discuter, on cherche le rapport de force, ca va bastonner! Les médias, la blogosphère et… Lire la suite »

max
max
13 années il y a

Salut Jacques, salut lomig
J'ai vu une émission très intéressante hier soir sur France 5, qui parle, entre autres, de ce sujet et réunit le responsable de la CGT (si je me souviens bien), Jacques (un autre…) Marseille, et deux politologues intéressants. C'est en fait l'emission "C dans l'air": "Social: Sarko sous surveillance".
On peut le voir en streaming sur la page d'accueil du site: http://www.france5.fr/cdanslair/index.cfm

ça dure 1h en gros.

MAx

trackback

[…] de personnes et d’entreprises, et qu’elles sont le fait d’un minorité agissante (représentant moins de 8% des salariés). Le tout au service d’un privilège (privi-lège : littéralement “loi privée”, […]