Citations

J’utilise souvent des citations, dans mes articles, ou au boulot. Je vais les partager ici au fur et à mesure, et je les affiche dans un ordre aléatoire ce qui facilite la (re)découverte !

«    2 of 14    »

On vous traite de libéral comme si on vous envoyait un crachat. Si le libéralisme est si haïssable, c’est donc que le bonheur est dans l’oppression et le totalitarisme. Libéraux, mes frères, quand donc allez-vous vous rebiffer ?

— Maurice Druon

Il n’y a guère au monde un plus bel excès que celui de la reconnaissance.

— Jean de La Bruyère

Le mal qui est dans le monde vient presque toujours de l’ignorance, et la bonne volonté peut faire autant de dégâts que la méchanceté si elle n’est pas éclairée.

— Albert Camus

D’argent, point de caché. Mais le père fut sage
De leur montrer avant sa mort
Que le travail est un trésor.

— Jean de La Fontaine

Il n’est point nécessaire d’espérer pour entreprendre, ni de réussir pour persévérer.

— Guillaume d’Orange

Il y a quelques rencontres dans la vie où la vérité et la simplicité sont le meilleur manège du monde.

— Jean de La Bruyère

Il n’y a dans ce monde que la vertu et la vérité qui soient dignes de m’occuper.

— Diderot

La simplicité est la sophistication ultime

— Léonard De Vinci

J’ai remarqué que tout ce qui arrive d’important à n’importe qui était imprévu et imprévisible.

— Alain

Toute philosophie politique qui n’est pas construite comme une théorie des droits de propriété passe complètement à côté de son objet et doit par conséquent être rejetée d’emblée comme un verbiage dépourvu de sens pour une théorie de l’action.

— Hans Hermann Hoppe

L’histoire enseigne aux hommes la difficulté des grandes tâches et la lenteur des accomplissements, mais elle justifie l’invincible espoir.

— Jean Jaurès

Si vous êtes certain, vous vous trompez certainement, parce que rien n’est digne de certitude ; et on devrait toujours laisser place à quelque doute au sein de ce qu’on croit ; et on devrait être capable d’agir avec énergie, malgré ce doute.

— Bertrand Russell

C’est en ce sens que la violence est fondatrice, à la fois de la société et de la politique, de sorte que la suppression de toute violence équivaudrait à la disparition des sociétés. En effet, si les hommes vivent en société, l’organisent grâce à la politique, c’est pour comprimer la violence et limiter ses effets. Il en résulte que la violence n’est pas extérieure à la société, elle n’en est pas un aspect fortuit, accidentel ou contingent, dont on pourrait la débarrasser. Au contraire elle est inhérente à toute société, elle demeure aux aguets dans toute politique, de sorte qu’elle peut éclater à tout instant si l’occasion est propice. On comprend mieux dans ces conditions pourquoi toute méconnaissance de la nature de la violence a pour conséquence une méprise sur la nature du conflit, de la politique et plus généralement de la société. Comme il y a une anti-matière, la violence est l’anti-social qui donne sa consistance au social et, comme telle, elle fait partie intégrante de toute société. Ce qui fausse la discussion, c’est la croyance qu’on pourrait proscrire définitivement toute violence, en vertu de l’illusion qu’elle ne serait que le produit d’une mauvaise organisation sociale, donc des circonstances extérieures.

— Julien Freund

L’optimiste est celui qui sait à quel point le monde peut être triste. Le pessimiste, celui qui le découvre tous les jours.

— Peter Ustinov

Le travail a des exigences étonnantes, et que l’on ne comprend jamais assez. Il ne souffre point que l’esprit considère des fins lointaines ; il veut toute l’attention. Le faucheur ne regarde pas au bout du champ.

— Alain

Appelons de nos vœux la venue des sceptiques, s’ils doivent éteindre le fanatisme.

— Raymond Aron

Le bonheur n’est pas un but qu’on poursuit âprement, c’est une fleur que l’on cueille sur la route du devoir.

— John Stuart Mill

C’est la profonde ignorance qui inspire le ton dogmatique.

— Jean de La Bruyère

Ceux qui peuvent vous faire croire à des absurdités, peuvent vous faire commettre des atrocités.

— Voltaire

Un conducteur dangereux, c’est celui qui vous dépasse malgré tous vos efforts pour l’en empêcher.

— Woody Allen

Sache que les hommes sont leur époque.

— William Shakespeare

Il faut rire avant que d’être heureux, de peur de mourir sans avoir ri.

— Jean de La Bruyère

Puisqu’on ne peut changer la direction du vent, il faut apprendre à orienter les voiles.

— James Dean

Ce qui se conçoit bien s’énonce clairement, et les mots pour le dire arrivent aisément.

— Nicolas Boileau

une nouvelle théorie, quelque particulier que soit son champ d’application, est rarement ou n’est jamais un simple accroissement de ce que l’on connaissait déjà. Son assimilation exige la reconstruction de la théorie antérieure et la réévaluation de faits antérieurs, processus intrinsèquement révolutionnaire qui est rarement réalisé par un seul homme et jamais du jour au lendemain.

— Thomas Kuhn

Démocratie et socialisme n’ont rien en commun sauf un mot, l’égalité. Mais notez la différence : pendant que la démocratie cherche légalité dans la liberté, le socialisme cherche l’égalité dans la restriction et la servitude.

— Alexis de Tocqueville

Deux prisonniers, dans des cachots voisins, qui communiquent par des coups frappés contre le mur. Le mur est ce qui les sépare, mais aussi ce qui leur permet de communiquer. Ainsi nous et Dieu. Toute séparation est un lien.

— Simone Weil

L’esprit de la conversation consiste bien moins à en montrer beaucoup qu’à en faire trouver aux autres : celui qui sort de votre entretien content de soi et de son esprit, l’est de vous parfaitement.

— Jean de La Bruyère

Il n’est pas de fariboles si aberrantes qu’une vigoureuse intervention étatique ne sache les imposer à la majorité.

— Bertrand Russell

Que la force me soit donnée de supporter ce qui ne peut être changé et le courage de changer ce qui peut l’être mais aussi la sagesse de distinguer l’un de l’autre.

— Marc Aurèle

Avec de la vertu, de la capacité, et une bonne conduite, l’on peut être insupportable. Les manières, que l’on néglige comme de petites choses, sont souvent ce qui fait que les hommes décident de vous en bien ou en mal : une légère attention à les avoir douces et polies prévient leurs mauvais jugements. Il ne faut presque rien pour être cru fier, incivil, méprisant, désobligeant : il faut encore moins pour être estimé tout le contraire.

— Jean de La Bruyère

Nous entrons dans l’avenir à reculons…

— Paul Valéry

Mais si la justice est l’obéissance aux lois écrites et aux institutions des peuples et si, comme le disent ceux qui le soutiennent, l’utilité est la mesure de toutes choses, il méprisera et enfreindra les lois, celui qui croira y voir son avantage. Ainsi plus de justice, s’il n’y a pas une nature ouvrière de justice ; si c’est sur l’utilité qu’on la fonde, une autre utilité la renverse. Si donc le droit ne repose pas sur la nature, toutes les vertus disparaissent.

— Cicéron

Je festoie et caresse la vérité en quelque main que je la trouve, et m’y rends allègrement, et lui tends mes armes vaincues, de loin que je la vois approcher.

— Montaigne

Il faut avoir femmes, enfants, biens, et surtout de la santé, si l’on peut; mais non pas s’y attacher en manière que notre bonheur en dépende. Il faut se réserver une arrière-boutique toute nôtre, toute franche, en laquelle nous établissions notre vraie liberté et principale retraite et solitude.

— Montaigne

Je veux que la mort me trouve plantant mes choux, mais nonchalant d’elle, et encore plus de mon jardin imparfait.

— Montaigne

Chose remarquable, et trop peu remarquée, ce n’est point la pensée qui nous délivre des passions, mais c’est plutôt l’action qui nous délivre.

— Alain

Rejeter le droit naturel revient à dire que tout droit est positif, autrement dit que le droit est déterminé exclusivement par les législateurs et les tribunaux des différents pays. Or il est évident qu’il est parfaitement sensé et parfois même nécessaire de parler de lois ou de décisions injustes.

— Leo Strauss

J’écris autrement que je ne parle, je parle autrement que je ne pense, je pense autrement que je ne devrais penser, et ainsi jusqu’au plus profond de l’obscurité.

— Franz Kafka

Qu’il fût possible aux hommes de vivre ensemble paisiblement et à leur mutuel avantage, sans avoir à se mettre d’accord sur des objectifs concrets communs, en étant tenus simplement par des règles de conduite abstraites, a été peut-être la plus grande découverte qu’ait jamais faite l’humanité.

— Friedrich A. Von Hayek
«    2 of 14    »