Salin à Lugano – #7

0 0 votes
Évaluation de l'article
S’abonner
Notifier de
guest

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires
Criticus
12 années il y a

Sur le logement social, Salin aurait pu enfoncer le clou en disant que, paradoxalement, la pénurie de logements vacants qu’il entraîne (en décourageant la construction) est un facteur d’augmentation des loyers…

Criticus
12 années il y a

Je ne sais pas si l’intervention de l’État dans le logement est illégitime, mais elle est en tout cas néfaste : autre preuve avec les APL, qui renchérissent les loyers, au lieu de laisser les propriétaires les baisser pour pouvoir continuer à louer leurs biens immobiliers. Avec, au passage, le financement d’une administration inutile – et néfaste donc -, la CAF, qui coûte à tous les contribuables, locataires inclus…

Aurelien
12 années il y a

Un peu d’utilitarisme ne nuit pas, surtout quand le sujet est sensible et que l’environnement général de la crise rend le discours éthique moins audible (à tort) qu’en période calme. Bref, je recommande tout de même l’approche de Vincent Bénard en complément.

Criticus
12 années il y a

« l’utilitarisme me parait, à moi (ce n’est que mon avis) assez énervant. On doit au moins le présenter pour ce qu’il est. Un faux libéralisme. Puisque reposant au final sur le même arbitraire que le libéralisme prétant écarter de l’organisation de la société. »
Je t’énerve, Lomig ? ;-) En pratique, nous disons pourtant la même chose, peu importe que ce soit pour des raisons différentes ! Ne divisons pas nos forces !

Criticus
12 années il y a

Le libéralisme repose sur un principe – chrétien – selon lequel la liberté des uns s’arrête là où commence celle des autres. Pour arriver à cette – noble – fin, il est donc nécessaire d’être un peu « constructiviste », et d’attribuer à l’État certaines prérogatives qui, sans cela, laisseraient la place à la guerre de tous contre tous. Car, ce que l’étude de la préhistoire prouve, c’est que dans l’état de nature, les hommes ne sont pas des individus, mais se regroupent au contraire en tribus. Des tribus où un chef, le mâle dominant, est le seul détenteur du pouvoir physique sur les hommes, et sexuel sur les femmes. C’est pour échapper à cet état de nature que la Cité, puis l’État ont été créés. Voilà ce qui justifie mon constructivisme. J’ajoute que, pour que la liberté ne soit pas détournée par ses ennemis à leur profit, il est nécessaire de disposer d’un État suffisamment fort.

Criticus
12 années il y a

Sauf que, dans la tribu, les individus sont tout sauf libres… à part le mâle dominant bien sûr, qui est libre de tuer les autres mâles et baiser les femelles…
Quand je dis « État fort », cela veut dire justice, police, armée, et ce qui va avec (renseignements, diplomatie, etc) forts. Ce sont des fonctions régaliennes, que l’État n’assure plus aujourd’hui : les États européens seraient incapables de lutter contre une invasion aujourd’hui sans le bouclier otanien (américain). De la même manière, l’État est incapable en France de lutter contre les atteintes aux personnes et à leurs biens (émeutes de 2005), aussi bien au niveau judiciaire que policier. Restaurer la sécurité des citoyens impliquera de renforcer l’État.

Criticus
12 années il y a

Voilà : renforcer l’État dans ses prérogatives, abandonner graduellement le reste.

trackback
11 années il y a

[…] Salin à Lugano #7 […]