Citation #12

Ce que je peux faire, ce n’est pas ce que me dit un homme de loi ; mais ce que l’humanité, la raison et la justice me disent que je devrais faire.

Edmund Burke (1729-1797)
Homme politique et philosophe irlandais.

0 0 vote
Évaluation de l'article
S’abonner
Notifier de
guest

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

3 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires
Jean Robin
4 mois il y a

Que de mots creux ! Hitler aurait dit exactement la même chose. Il se réclamait aussi, comme tous les tyrans, de l’humanité, de la raison et de la justice. Tant qu’on n’a pas Dieu, on n’a pas de standard absolu de vérité. Donc on peut tout justifier. Es-tu pour ou contre le droit à l’avortement et pourquoi ?

LOmiG
LOmiG
4 mois il y a
Répondre à   Jean Robin

hello, merci pour ton commentaire. Je ne trouve que ça soit des mots creux. Je suis d’accord avec toi: ils ne décrivent pas le contenu positif moral de ce qu’on peut ou pas faire, et oui bien sûr l’apport du Christ est fondamental. Je pense que cette phrase de Burke porte plutôt sur la distinction entre droit positif (ce que l’homme de loi dit qu’il faut faire) et le droit naturel (ce que nos normes morales, dont bien sûr pour Burke – anglican – le contenu du christianisme, mais aussi notre raison, notre humanité,etc. nous font sentir comme « juste »). Cette distinction est fondamentale comme l’explique très bien Leo Strauss (https://www.blomig.com/2019/08/09/droit-naturel-et-histoire-leo-strauss/) : « Néanmoins, le besoin du droit naturel est aussi manifeste aujourd’hui qu’il l’a été durant des siècles et même des millénaires. Rejeter le droit naturel revient à dire que tout droit est positif, autrement dit que le droit est déterminé exclusivement par les législateurs et les tribunaux des différents pays. Or il est évident qu’il est parfaitement sensé et parfois même nécessaire de parler de lois ou de décisions injustes. « 

LOmiG
LOmiG
4 mois il y a
Répondre à   Jean Robin

C’est quoi/qui « Dieu » ? c’est important de le définir s’il permet d’accéder à un standard absolu de vérité…
sur l’avortement, je suis plutôt contre le droit à l’avortement, puisque je crois que la vie fait partie des choses sacrées. Mais je suis né dans un monde où l’avortement était légal, autorisé, et justifié moralement. Je regarde ça comme quelque chose de dramatique, qu’il faudrait réserver à des cas extrêmes, quand les autres solutions ne sont pas possibles.