dans Reflexions

Au-delà de l’émotion


Quelques jours après les horribles meurtres commis par des djihadistes, il convient de faire, chacun à notre niveau, un effort pour que ces crimes, et l’émotion collective qui s’en est ensuivie, ne débouchent pas sur un dangereux et illusoire statu quo. Est-ce qu’un homme politique aura le courage de demander aux responsables religieux musulmans français de se réunir en « Grand Sanhédrin » ?
Napoléon l’avait fait et avait posé 12 questions à la communauté juive, par le biais d’un Grand sanhédrin regroupant 71 rabbins. Il s’agissait de « forcer » une reconnaissance par les responsables juifs, de la prééminence du droit français sur les règles internes à la communauté juive. Bien sûr ne soyons pas naïfs : l’enjeu était de pouvoir, tout autant qu’idéologique. Je pense que la communauté musulmane française, et le peuple français dans son ensemble donc, en sont exactement à ce tournant de leur histoire commune. L’intégration pleine passera par ce genre de déclaration de la part des responsables religieux musulmans. Actualisons les questions, bien sûr. Parlons de liberté de conscience, d’égalité hommes-femmes, de droit à l’exogamie et à l’apostasie. 5 ou 6 questions permettraient d’aller à l’essentiel. Malika Sorel pourrait les rédiger, à la tête d’un collectif de représentants du peuple (on peut rêver).
Il s’agirait pour la communauté musulmane, par la voix de ses responsables, d’affirmer en réponse haut et fort – ce qui n’irait pas sans quelques déchirements internes – son attachement à la France, société ouverte, tolérante et pacifique. Et où la liberté d’expression et la laïcité ne sont pas des mots vains. Je veux croire que la majorité des musulmans français vivraient cela comme un progrès. Je suis sûr que le peuple français en sortirait, au complet, grandi et pacifié.

Write a Comment

Commenter

  1. Le 28 décembre dernier le Maréchal Sissi, présient de l’Egypte a dit devant les plus hauts responsables religieux égyptiens:

    « Il est inconcevable que la pensée que nous tenons pour sacrée puisse faire de l’entière communauté islamique une source d’anxiété, de danger, de meurtre et de destruction partout dans le monde. Il est inconcevable que cette idéologie … je ne parle pas de «religion», mais d’«idéologie» – le corpus d’idées et de textes que nous avons sacralisés au cours des siècles – soit rendue au point où il est devenu très difficile de la remettre en question.
    Nous avons atteint un point où cette idéologie est hostile au monde entier. Il est inconcevable que 1,6 milliard de musulmans puissent tuer la population du monde entier, soit sept milliards de personnes, aux fins de pouvoir vivre. Je tiens ces propos ici, à Al-Azhar, devant cette assemblée de dignitaires religieux et d’oulémas. Qu’Allah soit témoin, au Jour du Jugement, de la vérité de vos intentions, en ce qui concerne ce que je vous dis aujourd’hui. Vous ne pouvez pas comprendre les choses clairement quand vous êtes enfermés dans cette idéologie. Vous devez en sortir et observer de l’extérieur, afin de vous rapprocher d’une pensée vraiment éclairée. Vous devez vous opposer à l’idéologie actuelle avec fermeté. Permettez-moi de le répéter: Nous devons révolutionner notre religion.
    Honorable Imam [le Grand Cheikh d’Al-Azhar], vous portez la responsabilité devant Allah. Le monde entier attend votre parole, car la nation islamique se déchire, se désintégre, et s’en va à sa perte, et cela, de nos propres mains. »

    On voit combien nos responsables européens sont loin, très loin, derrière. Sans aucun courage et sans lucidité. Ce sont nos responsables qui attisent le feu contre nous; par leur faiblesse intellectuelle et morale.