La voie du milieu

Il faut saluer les différents syndicats de salariés et les organisations patronales d’avoir, à l’initiative de Laurence Parisot, réussi à se mettre ensemble autour d’une table pour dresser un état des lieux communs.
J’ai été surpris en écoutant la radio ce matin de voir le peu d’enthousiasme qu’a soulevé cette avancée, pourtant importante, dans la qualité du dialogue. J’en déduis que les journalistes sont déçus : le dialogue constructif est moins vendeur que le conflit ouvert et les petites phrases assassines. On entend à longueur d’année les mêmes critiquer le manque de dialogue et le conflit fermé, et lorsque de la discussion concrète se met en place, les commentaires sont tièdes. Il faut saluer l’énergie de tous ceux qui, malgré cette tiédeur et cet immobilisme, parviennent à réunir tout le monde autour d’une table. Saluons Laurence Parisot pour son travail.
Les médias ont tort de ne pas saluer l’évènement ; je vois pourtant au moins 5 avantages à la tenue de ces discussions :

  1. le dialogue et l’élaboration d’un état des lieux partagé sont des étapes nécessaires de la résolution des problèmes, et vont faire avancer les choses immanquablement. Comment résoudre un problème quand on ne l’a pas au préalable posé ?
  2. cela va permettre de sortir des clichés habituels décrivant les organisations patronales commes des dirigeants égoistes et perchés dans leur tour d’ivoire, et les syndicats comme des organisations passéistes et arc-boutées sur l’immobilisme. Même si les clichés recouvrent une part de la vérité, ils ne rendent pas justice à tous ceux qui veulent faire avancer les choses de manière pragmatique.
  3. l’état des lieux partagé devrait faire l’objet d’une publication à la fin du premier trimestre de l’année 2007, c’est à dire avant les présidentielles. On peut voir là une occasion supplémentaire pour que les candidats se prononcent sur ces sujets importants, voire cruciaux, sur la base d’un constat relativement objectif.
  4. cela permet de voir qui veut jouer la carte du dialogue et qui ne veut pas la jouer. La CGT a réussi à se mettre à part en annonçant ne pas savoir si elle va participer aux groupes de travail qui vont se mettre en place. On ne peut que lui conseiller de revenir rapidement discuter à cette table : sans quoi le cliché qu’on veut bien lui coller finira par être une réalité évidente pour tout le monde
  5. il était temps que les discussions reprennent entre les partenaires sociaux : c’est le seul moyen pour que l’état providence ne décide pas à leur place de ce qu’il convient de mettre en place. Gageons que les principaux acteurs concernés du monde professionnel seront plus à même de trouver des solutions intelligentes et efficaces pour faire évoluer les choses qu’une Martine Aubry ou qu’un Dominique de Villepin !

Saluons donc les quatre des cinq syndicats de salariés (CFDT, CFTC, FO et CFE-CGC) et les trois organisations patronales (Medef, CGPME et UPA) qui ont accepté de travailler ensemble sur les contrats de travail, la sécurisation des parcours professionnels et la remise à plat de l’assurance chômage. Et espèrons que la CGT va comprendre que la voie du progrès social, c’est le dialogue plus que le conflit.

0 0 votes
Évaluation de l'article
S’abonner
Notifier de
guest

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires
trackback

[…] la rue. Le quatrième billet, plus directement politique, était un salut à l’endroit du travail de Laurence Parisot, qui avait réussi à mettre tous les syndicats autour d’une table pour réfléchir aux […]

trackback

[…] la rue. Le quatrième billet, plus directement politique, était un salut à l’endroit du travail de Laurence Parisot, qui avait réussi à mettre tous les syndicats autour d’une table pour réfléchir aux […]

trackback
10 années il y a

[…] la rue. Le quatrième billet, plus directement politique, était un salut à l’endroit du travail de Laurence Parisot, qui avait réussi à mettre tous les syndicats autour d’une table pour réfléchir aux […]