Sarkozy l'anti-liberal

J’ai entendu ce matin que le gouvernement et Sarkozy veulent peser sur la politique de l’emploi du groupe Alcatel-Lucent. Cela me désole. Non pas parce que les propositions qu’ils vont faire seront bonnes ou mauvaises. Mais simplement parce que ce n’est pas de leur responsabilité de décider de la stratégie des entreprises privées. Le conseil d’administration est responsable, devant les actionnaires, du choix du dirigeant à qui il confie les rênes de la boite. Ce dirigeant (Patricia Russo) est responsable devant le conseil d’administration des résultats du groupe.
Sarkozy, ou Lagarde, ne sont responsables en rien de la stratégie d’Alcatel-Lucent. Ils n’ont aucune légitimité pour décider si telle ou telle décision est légitime ou pas. C’est leur intervention dans ces affaires qui est illégitime. Encore une fois, ce n’est pas les décisions qu’ils vont prendre (ou pas) qui me choquent, ce sont le fait qu’ils s’autorisent à en prendre. En entretenant l’idée – si conforme à l’imaginaire collectif français – d’une mondialisation menaçante, d’un système économique nécessitant une intervention étatique pour limiter la casse.
C’est la position anti-libérale par excellence. Démagogie à la veille des municipales ?
Sarkozy ferait mieux, plutôt que d’essayer de sauver les emplois industriels d’Alcatel sur le sol français, de se mettre en phase avec Eric Besson, qui reprend – enfin ! – cette idée chère aux pays nordiques que ce sont les hommes qu’il faut protéger, et pas les emplois (source : Radio BFM, Emission de Stéphane Soumier, le 27.02.08) Dire qu’il faut « protéger » (de qui ? de quoi ?) est une position critiquable en soi, mais comprendre les règles économiques de bases, et les intégrer dans les propositions politiques me parait être une bonne chose. Des emplois sont détruits et crées chaque jour, par million dans le monde. La régulation de ce phénomène, c’est l’économie, le fonctionnement normal du marché. La protection à mettre œuvre – si protection il faut – est bien la protection et la sécurisation des personnes, pas des emplois.

00vote
Évaluation de l'article
S’abonner
Notifier de
guest

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires
Christophe
12 années il y a

Entièrement d’accord avec toi, Lomig.
J’ai le sentiment que c’est plus démagogique qu’idéologique. C’est vrai que vouloir orienter les choix stratégiques d’une entreprise privée, c’est aussi fou que d’imposer le parcours à un automobiliste pour aller d’un point A à un point B. Il existe un ensemble de règles, et c’est déjà suffisant. Si, désormais, il faut laisser les commandes à l’Etat, où va-t-on ???
J’aime bien que tu rappelles cette idée de « mondialisation menaçante – si conforme à l’imaginaire collectif français ». C’est vrai, les français sont persuadés que le capitalisme et la mondialisation représentent une menace, qu’ils sont dangereux pour la société. Ils ont tous deux été diabolisés par certains « bien-pensants » (média / politiques). Désormais, plutôt que de faire siens ces mouvements, les français les rejètent, et ne savent plus vivre dans le monde qui les entoure !!!
Quand on surfe, on utilise la force de la vague et le mouvement de l’eau. Celui qui se bat contre tombe !

pap
pap
12 années il y a

Cette question est importante car il y a une véritable ambiguité dans la conduite de Sarkozy. Depuis toujours; bien avant son élection: il est plus centralisateur et jacobin que ses discours d’ouverture le laissent penser. Il est véritablement en pleine contradiction en lui même: d’une part il donne le sentiment de jouer l’ouverture maximale (avec les personnalités de gauche de son gouvernement ou qu’ils sollicite, avec les partenaires sociaux chargés de négocier entre eux le code du travail, etc…), et d’autre part il affiche des attitudes dirigistes incompréhensibles en économie (pression sur les grandes surfaces quand il était ministre de l’économie, interventions directes pour soutenir des grévistes, création de nouvelles taxes et impôts pour contrebalancer des régulations de marchés, etc…). A mes yeux c’est de cette contradiction que né le brouillage maximal de son image car on ne sait plus s’il est effectivement le réformiste que l’on attend, ou un dirigiste finalement conservateur. Pour ma part je pense que la France a besoin d’une politique d’ouverture accompagnée d’une véritable pédagogie du réformisme. A chaque fois qu’on donne prise au conservatisme, à chaque fois qu’on laisse à penser qu’on peut décider contre les régulations économiques, on accrédite le fantasme de la… Lire la suite »

josette
josette
12 années il y a

Oui, bonjour.
Moi je sais tout de tout car j’ai fait des études généralistes économiques et sociales.Alors oui, ce sont les hommes qu’il faut protéger, et pas les emplois.Il faut jetter d’abord en prison avec des peines d’un minimum de 1 an au pain et à l’eau tous les propriètaires pratiquant des loyers abusifs, de logements inssalubres et les marchands de sommeil, pour qu’enfin la france ait un sens.Les gens comme LomiG sont des petits nantis qui cherchent toujours à se donner bonne conscience en sachant qu’ils sont inhumains,donc il faut les réifier à fin qu’ils ne soient plus des menaces bourgeoises pour les travailleurs.

josette
josette
12 années il y a

LomiG
arrêtes donc de vouloir magnifier le desespoir !!!

pap
pap
12 années il y a

Les gens qui « savent tout de tout » ne devraient pas perdre leur temps avec des petits nantis qui en chient tous les jours pour gagner leur pain en entendant les pires despotes, inaptes, en appeler au grand soir! Ici contre les bourgeois, là contre les curès, et là encore contre l’exigence de critique. Toi qui « sait tout de tout » passe ton chemin et mets tes mains dans la terre pour savoir ce que veut dire « travailleur ». Honte à toi qui ne connais rien de la vie et donne des leçons!

Thibault
12 années il y a

Bonsoir Lomig
Le libéralisme ne doit pas être une idéologie figée. La liberté de la concurrence permet dans l’absolu de développer la créativité industrielle des entreprises, c’est vrai.
Cependant, la main invisible d’Adam Smith reste un vieux mythe auquel plus personne ne croit vraiment.

L’état interventionniste que propose Nicolas Sarkozy et qui vient réguler le marché, dans les règles du commerce mondial, afin de protéger l’emploi, paraît une bonne initiative.

A bientôt

trackback

[…] c’est un faux-procès fait à Sarkozy que de le trouver pas assez libéral : je l’ai déjà fait moi-même, et je pense que ce n’est que partiellement justifié. Il voudrait peut-être quelque chose […]

trackback

[…] sûr, Sarkozy est simplement un excellent socialiste, parce qu’il est responsable et pragmatique. C’est la seule manière d’être bon […]