La religion, facteur de santé ?

Retour sur les résultats d’une Enquête Santé Protection Sociale de l’IRDES, qui conclut qu’il vaut mieux être riche pour être en bonne santé. Aidé par deux études de Caldwell, Zorro montre qu’à niveau de vie égaux, des pays peuvent avoir des espérances de vie, et des taux de mortalité très différents. La richesse n’est donc pas forcément le facteur déterminant pour expliquer la santé d’une population. Le statut des femmes, et la place de la religion dans la société, semblent tout aussi importants. La question mérite d’être posée, et des études nécessitant des statistiques ethnico-religieuses sont nécessaires pour y répondre. C’est le quatrième article de Zorro sur Expression Libre.

Encore une fois je ne résiste pas au plaisir de livrer en pâture les élucubrations de technocrates ridicules; mais tellement usurpateurs. Démasquons-les !
La dernière édition (7 avril 2008) de l’Enquête Santé protection sociale de l’IRDES, après un travail de 2 ans conclut qu’il vaut mieux être riche pour être en bonne santé :

Ce sont les ménages dont les revenus sont les plus faibles (chômeurs, ouvriers, employés du commerce…) qui déclarent à la fois un mauvais état de santé, les taux de couverture en complémentaire santé les plus bas et le plus de renoncement aux soins.

L’étude porte sur 22000 personnes sur des statistiques portant sur 2006. On est habitué, dans la presse généraliste, avec des journalistes professionnels calibrés pour la connerie moyenne, à lire régulièrement ce genre de truisme époustouflant: « le déterminant social joue à plein dans l’état de santé! » Soit. Mais s’il suffit de se rouler dans les lieux communs pourquoi faire des enquêtes sur 22000 personnes et payer du personnel inutile pour traiter les résultats? Je profite de ce blog intelligent et libre pour vous proposer quelques références scientifiques sur le sujet, non pas pour une population française captive d’enquêteurs non validés, mais pour des populations de grande ampleur. Le niveau de vie ne saurait être considéré comme le critère discriminant en matière de santé.
L’étude de Caldwell (1986) montrait qu’à cette date le Costa Rica, le Sri Lanka et la province du Kerala en Inde avaient le même niveau de vie que le Pakistan, le Maroc ou l’Afghanistan. Pourtant dans les trois pays du premier groupe la mortalité infantile était de 64/1000 naissances viables contre 173/1000 dans les 3 pays du second groupe. L’espérance de vie dans le premier groupe était de 61 ans alors qu’elle était de 45 ans dans le second.
La première conclusion qui s’impose c’est que le niveau de vie, qui est un des éléments qui influe sur l’état de santé des populations, ne saurait être considéré comme le critère discriminant en la matière. C’est de l’intoxication idéologique ou de la nullité méthodologique qui suinte des canards à grand tirage pour cons moyens dont je fais partie.
On pourrait émettre une hypothèse puisque les 3 pays du second groupe sont des pays musulmans : l’islam, et au delà le statut religieux des pays, est-il en cause dans l’état de santé des populations? Une autre étude de Caldwell et coll (1991) montre que plus les femmes peuvent s’exprimer dans une société plus son état de santé est favorable. Non seulement car cela intervient sur l’état de santé des enfants mais aussi sur l’ensemble des facteurs. Il n’y a qu’à voir les différences significatives dans les âges de mortalité hommes-femmes pour en voir un bel exemple.
L’hypothèse islamique mériterait d’être reformulée: à niveau de vie égal, l’état de santé est-il plus mauvais dans les populations musulmanes parce que l’islam y réduit les rôle des femmes, ou, les sociétés qui dévalorisent les femmes sont elles les plus enclines à s’islamiser? Voilà un sujet que devrait traiter l’IRDES car nous avons en France des échantillons de populations significatifs. L’état de santé est-il plus mauvais dans les populations musulmanes parce que l’islam y réduit les rôle des femmes ?Mais c’est le tabou total. Interdit ce genre de travail! Et pourtant, comment faire évoluer les chiffres de la santé en France sans traiter ce genre de questions? Comment anticiper sur la place des femmes dans la société française dans 20 ans?
Mais dans un pays muselé, émasculé, ou la science est dénaturée au point de devenir la chasse gardée des journalistes, la mascarade continue : pour le rapport 2010 de l’IRDES, le travail lancé auprès des 22000 personnes est déjà commencé et fera le point sur l’impact des « franchises » de soins. Je peux déjà en donner les conclusions: les riches sont mieux soignés que les pauvres et les franchises pénalisent plus les pauvres que les riches! Et pendant ce temps des dizaines de millions d’euros sont balancés pour entretenir de telles conneries, des épidémiologistes bidon, des enquêteurs inutiles et des journalistes nuisibles.
Zorro
Références bibliographiques:

  • Caldwell J.C. « Roots to low mortality in poor countries », Population and development review.1986; 12:171-220
  • Caldwell J.C. Caldwell P. « The role of women, families and communities in preventing illness and providing health services in developping countries », Report of National Academy of Sciences; Wahington DC 1991

00vote
Évaluation de l'article
S’abonner
Notifier de
guest

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires
max
12 années il y a

Très intéressant effectvement !
C’est effectivement ahurissant de voir que le poids des tabous verrouille la possibilité de faire des études statistiques sérieuses engageant des critères éthnico-religieux. A quand un changement là dessus en France ?
Vive le blog de lomig qui permet d’en discuter librement ! :)

vieille dame
vieille dame
12 années il y a

pour savoir si les franchises pénalisent plus les pauvres que les riches, il faut simplement mesurer ce que ces franchises laisse pour vivre, et non ce qu’elles enlèvent !
Et même quand elles enlèvent même peu, au minimum vital, cela devient carrément monstrueux !
Pour être justes, les franchises (comme les amandes) devraient être proportionnelles aux revenus, avec un plancher suffisamment haut et surtout pas de plafond mais au contraire une croissance nette du pourcentage vers le haut ! (comme pour les impôts autrefois..)

LOmiG
LOmiG
12 années il y a

Que voilà une étrange et effrayante conception de la justice ! Cette conception a bien montré depuis 30 ans qu’elle est un bon moyen de faire fuir les richesses de ce pays, de désinciter la production de richesse, et donc qu’elle conduit exactement à l’inverse de son but initial.

S’y accrocher dogmatiquement relève soit de l’aveuglement, soit de la haine anti-riche.

à bientôt !

vieille dame
vieille dame
12 années il y a

faites confiance aux « richesses » pour fuir vers des pays où les salariés vivent entassés dans des dortoirs et voient leurs enfants au mieux une fois par an… mais qui sont « tellement rentables » et « en pleine croissance »

faites confiances aux « richesses » pour fuir de toute façon, tant qu’on ne prendra pas des mesures de rétorsions suffisantes …

faites confiance aux « richesses » pour vouloir faire toujours plus de profit, même si c’est au prix de la vie de famille, de la santé, du bien-être de ceux qui la produise…

faites confiance aux « richesses » pour mettre fin à la démocratie où l’empêcher quand elles sont menacées…

faites confiance « aux richesses » pour s’investir dans des programmes de type « casino-roulette » en se foutant pas mal des victimes « collatérales » (par exemple toutes ces pauvres familles qui ont cru « investir » dans des maisons trop chères pour elles, avec des crédits trop chers pour elles aussi…et à qui on a fait croire, avec des méthodes commerciales honteuses, que c’était possible)…

Si la richesse des riches entraînait automatiquement celle des pauvres…je serais la première à la souhaiter…c’est le contraire : de plus en plus de milliardaires, de plus en plus de pauvres…

zorro
zorro
12 années il y a

Nous voila assez loin du débat initial. mais comment peut on encore penser en 2008 que « la richesse des riches » aboutit à apauvrir les pauvres? La planète est-elle un gateau fini qu’on divise en parts variables: les riches prennent les grosses et les pauvres n’ont rien ou que des miettes? Tant d’inculture économique est navrante. Les 300 millions de chinois qui viennent de dépasser le niveau de vie moyen des français à qui ont-ils pris leur richesse? Et je suppose que les milliards de Mittal viennent des poches des pauvres lorrains acculés au chômage. Dieu est mort avait dit Marx, mais qui dira que Marx est mort? Quand sera-t-on débarassé de ces idoles qui ne servent qu’à conforter les peureux dans leurs angoisses existentielles? Vivre, il faut vivre. Et cela ne se fait pas les uns contre les autres mais les uns avec les autres. Zorro

max
12 années il y a

Je suis d’accord avec zorro, tant d’inculture est profondément navrant. Ton discours, vieille dame est d’un dogmatisme affligeant. Essaye de répondre à la question de zorro s’il te plait : Les 300 millions de chinois qui viennent de dépasser le niveau de vie moyen des français à qui ont-ils pris leur richesse?

merci beaucoup

vieille dame
vieille dame
12 années il y a

Et voilà qu’on pratique l’insulte voilée, privilège des classes qui se croient supérieures : l’inculture le dogmatisme…affligeant (le dogmatisme ne l’est pas toujours ?) ah, j’ai oublié, précédemment : le marxisme (j’ai parlé de Marx ? ou pensez-vous que seuls les marxistes peuvent parler au nom des pauvres ? – je ne peux pas être marxiste, car je n’ai jamais rien compris à ses théories) même si certains de ces propos me sont sympathiques. ce chiffre de 300 000 000 de chinois prospères vous a été donné par qui ? s’agit-il d’un revenu par foyer ? et si ce chiffre est exact : quelle réussite ! 1/4 de la population chinoise dépasse le revenu moyen (en euros ? en pouvoir d’achat équivalent ?)… Toujours cette manie des vrais « incultes » : balancer des chiffres imprécis mais avec une grande assurance et quelques imprécations par la-dessus, on va bien lui faire lâcher le morceau à cette vieille bique ! Malheureusement, je connais la pauvreté (oui je sais relative !), je la connais de l’intérieur…je connais l’attitude de médecins qui placent sur leur porte une affiche disant qu’ils refusent les « CMU » (vu de mes yeux vu)- j’ai connu aussi les attentes pendant qu’on… Lire la suite »

vieille dame
vieille dame
12 années il y a

PS : l’état de santé ne devrait-il pas faire partie du calcul du niveau de vie ?

rePS : à propos de santé et d’ideologie dominante (en l’occurrence ce serait la religion ?) : j’ai lu dans un bouquin (ouais, je lis de livres !) de la ligue pour la leache (militant pour l’allaitement maternel) que le taux de mortalité infantile est plus faible dans les populations d’origine maghrébine françaises que dans la population française d’origine plus ancienne, et que se serait lié à deux facteurs : la solidarité entre femmes et l’allaitement. (mais c’était il y a vingt ans – je crains que les biberons ne soient de plus en plus employés- mais je vois encore la solidarité fonctionner sous mes yeux.

vieille dame
vieille dame
12 années il y a

Zut, j’ai oublié de répondre, alors que j’en été sommée, à la question sur les supposés 300 millions de chinois riches ! en fait, je l’ignore, car je connais peu de choses sur la Chine actuelle. Seuls quelques reportages sur les usines, les ateliers, les conditions de travail et de logement des « producteurs de base » ne me paraissent pas plaider en faveur des castes dominantes…et comme je ne soupçonne pas la télé française de plaider pour le retour au communisme…j’ai tendance à la croire dans ce cas.

max
12 années il y a

Désolé vieille dame si je t’ai choqué, ce n’était pas mon but du tout.

J’ai juste trouvé que ta tirade précédente était exagérée, et oui, aussi dogmatique. Mais ce n’est pas une insulte, tout le monde peut faire des remarques dogmatiques et même incultes de temps en temps. C’est pour cela qu’on discute et qu’on apprend ensemble.

j’ai récupéré mon livre sur l’amiante…

zorro
zorro
12 années il y a

1- c’est moi qui ait parlé de Marx et j’assume: je crois qu’il est mort mais si ce n’est pas le cas il va falloir l’achever. 2- La pauvreté n’est pas un titre de gloire et il est triste de devoir en attendre un bénéfice secondaire. La pauvreté peut aussi être un voeu religieux. « Heureux les pauvres » Et c’est vrai que tout est relatif. En France on peut être pauvre sans être miséreux. car c’est la misère, sous toutes ses formes qui est détestable, bien plus que la pauvreté. 3- Le bénéfice de la CMU devrait faire penser à ceux qui la touchent qu’il y a des gens qui travaillent pour que cette allocation soit versée. Et parfois des gens qui travaillent pour pas grand chose. Alors tant mieux si la solidarité fonctionne mais n’oublions pas qu’il y en a qui paient quand d’autres touchent. Et là c’est clairement identifiés. 4- Le chiffre de 300 millions de chinois ayant un niveau de vie comparable au niveau de vie français moyen est une donnée fiable retrouvable n’importe où. mais c’est vrai qu’on travaille sur des moyennes. C’est juste pour dire que le développement permet de répondre aux demandes d’un grand nombre… Lire la suite »

vieille dame
vieille dame
12 années il y a

J’adore quand on cherche à culpabiliser les chômeurs ! Mais mon vieux, on n’a pas voulu de moi, c’est tout ! on m’a jetée à 55 ans, et tout le monde préfère une jeune secrétaire jolie et trilingue à une vieille secrétaire obèse et bilingue (plus le latin, mais bon…)- (ou parfois aussi, dans le coin c’est assez fréquent, la cousine du cousin du maire) – on m’a jeté, et on a embauché quelqu’un derrière, qui a su plaire aux puissants locaux (de gauche en l’occurrence-mais la caste est la même dans les deux camps) qui étaient mes employeurs…(qui m’avaient au préalable augmenté et embauchée en CDI parce que je travaillais bien…). Personnellement, j’aurais préféré travailler à une tâche utile (ce qui n’était pas vraiment le cas dans mon dernier boulot) que de me retrouver mise à pied violemment, sans explication autre qu’un licenciement économique bidon… Alors si on ne veut pas que je travaille, et si on ne veut pas que je vive à vos crochets (14 euros par jour) , je fais quoi ? je me suicide ? Je dois vous avouer aussi que maintenant à 61 ans, je me vois mal reprendre le collier. Je parle de… Lire la suite »

vieille dame
vieille dame
12 années il y a

je parle de castes parce que le passage de l’une à l’autre (du bas vers le haut) est extrêmement difficile, presqu’impossible, ce qui caractérise bien les castes, non ?

trackback

[…] a déjà écrit plusieurs articles pour Expression Libre : La religion, facteur de santé ?, Le chaud et le froid, Mourir de rire, Evidence Based Journalisme et La mythe de […]

trackback

[…] obèses sont obèses parce qu’ils n’ont pas d’argent, les malades sont malades parce qu’ils n’ont pas d’argent. Raufer montre, par les faits, la vacuité de ce genre […]