Citation #75

Un bon politicien est celui qui est capable de prédire l’avenir et qui, par la suite, est également capable d’expliquer pourquoi les choses ne se sont pas passées comme il l’avait prédit.

Winston Churchill (1874-1975)
homme d’Etat britannique.

00vote
Évaluation de l'article
S’abonner
Notifier de
guest

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires
Le Champ Libre
12 années il y a

Je connaissais une autre traduction :

« Le plus dur dans le métier de politicien, c’est de prédire ce qui va se passer dans les jours, les mois, les années à venir, et d’expliquer ensuite pourquoi tout cela n’est pas arrivé »

Il faudrait avoir la citation originale en angliche.

De toute façon, c’était un sacré rigolo le Churchill.

Ma citation de lui préférée :

« Le problème avec le capitalisme, c’est les inégalités. Avec le socialisme au moins, tout le monde est pauvre. »

jacques
12 années il y a

Amusant comme citation.
Faudrait la transmettre à notre Président, qui fait exactement le contraire….Je parle bien sûr de la première citation.

jf.

Anne
Anne
12 années il y a

Eh oui Jacques !
Vous avez aussi : « il n’y a pas pire sourd que celui qui ne veut pas entendre », et donc par extension : « il n’y a pas pire borné que celui qui ne veut pas comprendre ».
Celle qui fait le contraire de ce que l’intérêt du pays commande, c’est la gauche avec sa sempiternelle posture d’opposante systématique à tout changement, même de la part de ceux qui, officieusement, reconnaissent qu’il n’y a pas d’autres choix que ceux du programme de Sarkozy.
Que la conjoncture internationale depuis un an ne facilite pas leur mise en oeuvre est l’évidence…tous les économistes et observateurs financiers le reconnaissent. Mais il faut suivre le cap, en l’adaptant aux circonstances si nécessaires.
Il sera temps, dans quatre ans, de faire le bilan entre les promesses et les réalisations qui auront pû être faites.

LOmiG
LOmiG
12 années il y a

salut Anne,
merci pour cette intervention avec laquelle je suis parfaitement en accord. Arrêtons les dogmatismes stupides : Manuel Valls a dit ce week-end qu’il était ok avec le fait de passer à 41 de cotisations pour les retraites…on attend toujours de recevoir ce message de la part du PS. L’opposition systématique est stérile.

à bientôt !

Anne
Anne
12 années il y a

Ah Lomig : ce pauvre Manuel Valls, qui croit vraiment au renouveau et parle de changer le nom du parti socialiste et….de l’obligation d’introduire maintenant le mot « libéral » dans le vocabulaire socialo français !
Il va faire sa motion, comme J.M.Bockel, atteindre péniblement le 1% de vote d’adhésion des militants, comme Bockel…et finir à l’UMP, en ayant résisté un peu plus longtemps aux propositions de Sarko ???? :-)
Laissons-lui encore quelques illusions…désespérant !

Eric
12 années il y a

Etait appréciable cette époque où les hommes politiques avaient des lettres. Churchill, prix Nobel de littérature, tout de même! Et de Gaulle!
Quoique, aujourd’hui, il reste des hommes politiques capables d’écrire: Bayrou, Villepin…
La phrase de Churcill me rappelle celle de Cocteau: « Puisque ces mystères nous dépassent, feignons d’en être l’organisateur ».
Prédire l’avenir, ça semble difficile pour l’actuel président français: trop prisonnier d’une idéologie (et d’un caractère).

jacques
12 années il y a

Eh oui, il y a un an, on nous disait: « Il sera toujours temsp de faire le bilan dans CINQ ANS ».

Maintenant on nous repéte: « Il sera toujours tant de faire le bilan dans QUATRE ANS ».

Permettez-moi de doucement rigoler….

jf.

Anne
Anne
12 années il y a

Non Jacques, il y a un an ON nous répétait encore la propagande martelée pendant l’année de la campagne : finies les libertés, nous avons élu un dictateur fou, un Sarkoléon (ou Naboléon pour les moins sympas…), un qui rêve d’eugénisme, un nazillon etc etc.
Un an après, on voit en effet.
Espérons que vos prédictions d’échec actuelles (je n’irais pas jusqu’à parler de « vos espoirs d’échec », par bonté d’âme), seront une fois de plus, battues en brêche.
Nous avons déjà perdu assez de temps, entre le rejet de Juppé et la haute trahison de Jospin, faisant le contraire de ce qu’il fallait faire et que réalisaient tous nos voisins et autres pays occidentaux, bénéficiant pendant quatre années d’une conjoncture économique mondiale exceptionnelle.
En attendant, je vous permets de rigoler doucement, naturellement.

jacques
12 années il y a

Je suis vraiement très touché de l’autorisation qu’Anne me concède….

jf.

Anne
Anne
12 années il y a

Ce qui est bien avec vous et vos semblables, Jacques, c’est cette propension à toujours débattre sur le fond. Ou au fond…
Vos argumentaires sont si constructifs, pointus, fouillés et « sourcés » que les bras nous en tombent ; et çà, c’est dommage !

Cordialement et bonne journée.

jacques
12 années il y a

Chère Anne,
Je n’ai repris que la seule conclusion de votre dernier billet car le reste ne me concernait pas !

Sur mon propre Bloc-Notes (ni ailleurs non plus…) je n’ai JAMAIS parlé de « dictateur fou », de « Sarkoléon », de « Naboléon », de « nazillon » etc….
Alors, si vous voulez des dicussions « au fond », n’utilisez pas ce genre de rhétorique….
On ne s’en trouvera que mieux !

jf.

Anne
Anne
12 années il y a

Peut-être que l’idéologie chez Nicolas Sarkozy est difficile à démontrer ? Personnellement je la cherche. En dehors d’un pragmatisme salutaire, mâtiné, hélas, de réflexes étatiques ou de prudences regrettables mais tellement français, je ne trouve pas.
Bon, pour ce que j’en dis ;-)

Merci pour tes conseils de lecture, Lomig : pour l’instant je me suis arrêtée à celles du 7 mai, et j’ai beaucoup apprécié la pertinence de « Rigueur, quelle rigueur ? » et « Services publics et secteur public », pour ne parler que de politique franco-française…