Emprunter pour mieux sauter

Imaginons que le meilleur moyen de relancer le pays soit simplement de laisser les gens travailler librement. Cela signifie qu’il faut une réforme radicale de la fiscalité, à  tous les niveaux, en diminuant nettement le taux d’imposition dans ce pays. Ce qui induit directement la conséquence fâcheuse pour l’Etat qu’il va devoir trouver un moyen pour financer son fonctionnement : moins d’impôts, égal moins d’argent pour faire tourner la bête…
Il y a deux options :

  • Virer tous les fonctionnaires : ce n’est pas une solution possible à  court terme, ni forcément souhaitable à  moyen terme
  • Emprunter pour être capable de payer les fonctionnaires pendant les quelques années qu’il faudra pour que la libération du travail porte ses fruits : c’est une solution envisageable, mais qui impose forcément de ne pas vraiment diminuer la dette, mais de l’augmenter.

Depuis hier soir, je me dis que, finalement, cet emprunt pourrait bien être considéré comme un investissement utile pour faire redémarrer la machine. Ce qui m’a conduit à  penser, bêtement, que les dogmatiques de l’équilibre des finances publiques et de la réduction de la dette ne veulent pas voir baisser nos impôts, ou veulent virer tous les fonctionnaires. Mais je dois me tromper. En tout cas, je ne serais pas contre une diminution massive des impôts (sur le revenu, sur les sociétés, sur la fortune, sur la valeur ajoutée), au prix d’un emprunt costaud. Et vous ?

S’abonner
Notifier de
guest

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires
jacques
Invité
14 années il y a

Vous empruntez o๠?
Vous rembourser les intérêts de l’emprunt comment ?
Votre billet est peut-être un peu trop succinct, non ?

J’ai entendu dire que le Président Sarkozy reportait quasi sine die le second sous-marin nucléaire. Si cela se confirmait, j’approuverais. Ce serait un pas dans la bonne direction. Il y a bien d’autres économies à  faire. dans l’immobilier de l’Etat par exemple. J’ai vu que des Parlementaires de la Majorité faisaient également des propositions pour arrêter la gabegie actuelle. Si cela se confirmait, j’approuverais. Ce serait un second pas dans la bonne direction.

jf.

Gautier Girard
Invité
14 années il y a

J’aime bien la façon dont tu exposes le débat.

En quoi « laisser travailler librement les gens » « relancerait ce pays » ?

Emprunter, emprunter… et les critères de convergence à  l’euro dans tout ça ?

Le souci de l’emprunt est qu’il pourrait ne jamais se finir. Un peu comme un ménage qui emprunte une première fois, et qui fait un second emprunt pour rembourser le premier. Voir l’état de la dette rapporté au PIB du Japon par exemple.

Ensuite, on poserait toujours un souci à  nos amis européens : ce serait du dumping fiscal sans respecter les critères de Maastricht. De la concurrence déloyale. On exporterait ainsi nos problèmes ailleurs.

C’est ce qu’il s’est passé entre pays européens dans les années 1990 : tour à  tour, les grands pays ont « exporté » leurs chà´meurs… ailleurs grà¢ce aux réformes et aux mesures incitatives. Je ne pense pas que l’on souhaite relancer cette machine infernale dans un autre domaine.

Donc, baissant drastiquement notre fiscalité en échange de l’emprunt on entrainerait nos grands amis dans une spirale de dumping fiscal. Puisqu’ils souhaiteraient se protéger, à  leur tour.

Au final : des grands pays de l’UE surendettés, et un souci qui n’est pas résolu. Je pense que la solution serait d’avancer dans la construction de l’UE plutà´t que régler entre franco-français cette question.

Falconhill
Invité
14 années il y a

Emprunter pour pouvoir payer ses interets d’emprunts… ? Et après lancer des campagnes de pub pour lutter contre le surendettement ?

Discussion interressante. Mais bon… Pas fan de l’emprunt à  tout va.

penthievre
Invité
penthievre
14 années il y a

Salut,
Alors là , tu lances un sujet qui mérite beaucoup de prudence.
En gros, tu dis: baissons significativement les impà´ts et charges sociales, et finançons le manque de recettes par l’emprunt., car il faut bien maintenir les dépenses de fonctionnement (les missions régaliennes, les salaires et retraites des fonctionnaires) et de solidarité (santé, retraites du régime général, chà´mage, allocs…) , tout en réduisant par ailleurs celles-ci « en douceur » par lutte contre les gaspillages, gains de productivité et ouverture à  la concurrence.
Ton raisonnement est que ça libère la production et la consommation privée, ça fait de la croissance, et donc l’Etat se remboursera sur le gain de PIB futur.
L’idée serait agréable, si elle n’avait pas montré son échec patent depuis 34 ans qu’elle est en oeuvre et maintenant l’Etat est en situation de surendettement. Selon moi, il ne faut pas maintenir cette fuite en avant, non pas pour faire plaisir à  Bruxelles, mais parce que ça ne marche pas tout simplement, expérience à  l’appui.

Alors, baisse très significative des impà´ts et charges, absolument nécessaire, mais accompagnée, certainement pas par des emprunts supplémentaires, mais par:

  • une réduction MASSIVE des dépenses d’Etat.
    Exemple canadien (extrait de Contribuables associés):
    « Les dirigeants canadiens n’ont pas manqué de courage. (.) Ils ont gelé complètement pendant plus de trois ans les salaires des fonctionnaires. Ils ont baissé de 60 % les subventions aux entreprises et de 50 % les crédits de certains ministères, les baisses les plus fortes étant à  l’industrie, aux transports, à  l’environnement, à  la culture, à  l’aide internationale. Ils ont baissé de 15 % en deux ans les effectifs des fonctionnaires. »
    Résultat, un budget excédentaire. C’est sur que ça décoiffe! (ça va hurler au scandale; j’ai pas dit qu’il fallait le faire, je dis que certains l’ont fait).

  • la vente de grosses parts de l’Etat dans les entreprises du secteur marchand (privatisations); on sait que l’Etat n’est pas un excellent actionnaire. Je pense, d’ailleurs que ce pactole sera en partie utilisé pour obtenir un budget à  l’équilibre d’ici 2012. Alors, pourquoi attendre?

  • l’ouverture à  la concurrence de la Sécu et le passage progressif au régime de retraite par capitalisation. Là , c’est inéluctable.

Tout ça bien sur, en maintenant un niveau de garanties sur le pouvoir d’achat, la protection, la solidarité acceptables par tous.

Qu’en dites-vous?
Merci.

René
Invité
14 années il y a

Pour une fois, LOmiG, je ne me sens pas franchement en phase avec toi sur cette affaire. Je ne pense pas que s’endetter davantage soit une solution d’avenir, que ce soit pour l’état ou que ce soit pour un particulier d’ailleurs. Et la dette actuelle de l’état est déjà  tellement insupportable que j’ai du mal à  imaginer que l’on puisse encore l’accentuer, de manière très considérable d’ailleurs si c’était pour alléger les prélèvements fiscaux de manière significative.

Je pense pour ma part qu’il faut en effet diminuer drastiquement les prélèvements obligatoires pour libérer les énergies créatrices de richesses, mais qu’il faut le faire en diminuant de manière non moins drastiques les dépenses. Cela concerne dans mon esprit en priorité les aides redistributrices de toutes sortes, le nombre de fonctionnaires et les dépenses de fonctionnement de toutes les grandes administrations et le train de vie de l’état.

Et il faut le faire franchement et massivement ! Ce n’est pas parce que le vent ne souffle pas dans cette direction en ce moment qu’il faut admettre ça comme un fait acquis, ou comme une impossibilité majeure d’agir autrement. Il faut « tirer des bords » contre ce vent mauvais, même dans l’adversité et même dans le mécontentement général. Ca s’appelle tout simplement avoir du courage politique.

Sur le point particulier du dumping fiscal, force est de constater par exemple que l’Irlande, avec ses allègements fiscaux, a attiré des emplois en grand nombre et que ça a été un temps une des causes majeures de la montée du chà´mage, notamment en France. Mais l’idée ne me gène absolument pas : c’est la concurrence qui entraine l’économie dans un cercle vertueux, et si la concurrence existe entre états au niveau fiscal, ça ne peut être que bénéfique pour tout le monde. Si Leclerc est moins cher que Carrefour, les clients de Carrefour iront chez Leclerc. Si entreprendre en France, demain, rapporte plus qu’entreprendre en Allemagne, les investisseurs viendront investir, et créer des emplois, en France plutà´t qu’en Allemagne. O๠est le problème ? C’est là  une interprétation à  l’international de l’approche libérale. Qu’en penses-tu ?

Gautier Girard
Invité
14 années il y a

,

Merci pour ta réponse.

Dans le fond je suis d’accord avec toi sur les causes et les effets. Je n’ai pas d’a priori contre le principe d’essayer.

C’est la mise en application qui me paraît difficile :

Baisser la fiscalité entrainerait une baisse de la fiscalité ailleurs parce que nous sommes dans un marché en concurrence. Et que les économies européennes sont très imbriquées les unes avec les autres.

Si nous français obtenons un avantage comparatif par ce biais, d’autres grands pays d’Europe de l’Ouest suivront. Déjà  que l’Europe de l’Ouest rà¢le régulièrement à  cause du dumping fiscal des pays de l’Est nouveaux entrants, imagines si un pays comme la France s’y met : ça provoquerait un effet domino impossible à  éviter. Donc, oui ça aiderait notre économie à  court terme, jusqu’à  ce que les partenaires s’y mettent également.

C’est pourquoi je proposais la réflexion commune dans le cadre des institutions de la zone euro. Elle ne marchera pas parce que les pays anglo-saxons seront contre.

L’idée impliquerait donc de sortir de l’euro.

penthievre
Invité
penthievre
14 années il y a

,

Ton idée initiale est la réduction significative des impà´ts et charges des particuliers et des entreprises.
Penses-tu que ceci sera compensé par la seule réduction des dépenses publiques (je rappelle que le déficit Etat est de 40 Milliards)? Le plan WOERTH sur le fonctionnement de l’Etat prévoit (environ, peut-être) 10 milliards; on est loin du compte et ça hurle déja!
Et tu fais quoi de l’endettement actuel?

Restent, selon moi, la libéralisation du social (Sécu et retraites) et le solde des privatisations.

A bientà´t

penthievre
Invité
penthievre
14 années il y a

,

c’est TOUJOURS des vases communiquants; sauf qu’ un des vases est plus que percé et on y met des simples rustines. Il faut changer de vase, par un plus solide et plus petit.

Salut.

AsTeR
Invité
14 années il y a

Le poids de la dette est déjà  terrible. Le problème c’est qu’elle génère des intérêts énorme qu’il faut quand même règler et combien faut-il emprunter pour réellement alléger le poids des impà´ts et maintenir des dépenses constante.

Pour moi l’idéal serait d’y aller progressivement de chercher des économies faciles (par exemple en arrêtant entre autre d’instaurer des collectivités territoriales dont les actions se superpose et de financer des choses à  l’étranger (aides et autres).

jacques
Invité
14 années il y a

Cher Lomig,
Pourquoi continuez vous de vous accrocher à  « l’exemple vertueux » du Canada ? Alors que je me suis déjà  permis de vous signaler, pour votre billet précédent (« Lecture utile » 22/4/08) qu’aujourd’hui le nombre de Fonctionnaires au Canada est plus important qu’avant la réforme à  laquelle vous vous référez.
Je vous rappelle vous avoir cité pour cela:
1) une interview de Mr Michel Sawyer parue dans « Le Monde de l’Economie » du 16/4/08.
2) un discours de l’Ambassadeur du Canada en France devant le Medef le 30 /8/…2005 !
Peu importe que vous ne teniez pas compte de mon « avis ».
Mais si vous continuez d’argumenter vos propos avec des données erronées, vos thèses s’en trouvent affaiblies d’autant, non ?
Bien cordialement,

jf.

Didier Goux
Invité
14 années il y a

Comment faites-vous pour supporter des commentateurs aussi « sérieux » ? Relisons Philippe Muray et marrons-nous !

jacques
Invité
14 années il y a

@ Lomig
Donc, vous continuez de priviliégier la réduction du nombre de fonctionnaires….
Mais j’apprends ce midi, via « Nice-matin », qui n’est sà»rement pas un journal de gauche, que Mme Dati, Ministre de la Justcie, en visite à  Nice et à  Grasse, a exigé une voiture blindée pour ses déplacements.
Passons sur l’ego de la dame….
Le problème, c’est que la Préfecture de Nice n’a pas de voiture blindée pour les ministres de passage.
Alors Mme Dati a fait venir de Paris une voiture blindée et son chauffeur.
Aux frais de qui ?????
Quant on sait que Mme Dati s’est également fait épinglée pour avoir dépensé cent mille euros de plus que son budget alloué…. on peut continuer, en effet, de s’en prendre aux fonctionnaires ou du moins à  leur nombre, c’est plus facile et plus….démagogique.

jf.

jacques
Invité
14 années il y a

Vous commencez à  me connaître assez pour savoior que je ne me livre pas aux canulars…..
Mais effectivement, les recherches sur le site de Nice-matin restent vaines.
Etrange, car c’est dans « Le Canard Enchaîné » que j’ai trouvé cette information et « Le Canard » CITE EXPLICITEMENT « Nice Matin ».
Si je ne crois pas tout à  100% dans le « Canard », je ne l’ai jamais vu citer un confrère à  la légère, ce serait trop dangereux pour lui.
On trouve aussi plusieurs Bloc-Notes qui citent cette histoire, parfois en référence à  Nice-Matin aussi.
Alors, Nice-Matin aurait-il fait disparaître de son site cette info ???

jf.

jacques
Invité
14 années il y a

Je ne pense surtout pas, pour y être abonné depuis plus de 30 ans, que vous puissiez mettre le Canard Enchaîné et ses journalistes dans le même sac que ceux auquel vous faites allusion.
Il est extrêmement rare que « l’hebdomdaire satyrique » se trompe, il ne s’occupe pas des caniveaux et perd très peu de procès.

Canard Enchaîné Page 8 (dernière page) 21 Mai 2008
Titre: « UNE GARDE BLINDEE »
« Plus star que jamais, la garde des Sceaux (à  champagne) en visite à  Nice et à  Grasse, a exigé de la préfecture des Alpes Maritmes une voiture blindée pour sillonner les dangereuses routes de la Cote d’Azur.
Comme l’a révélé « Nice-Matin », la préfecture n’en avait pas. Rachida Dati a donc fait venir de Paris « sa » berline blindée et « son » chauffeur pour la cueillir au pied de l’avion.
C’est çà  les faux frais de justice ? »

jf.

trackback
14 années il y a

[…] suis pas sà»re que réduire l’emploi public, même si cela semble incontournable, suffise à  relancer le pays. Par ailleurs, selon la même étude, la baisse de l’emploi public n’a pas entraîné […]

jacques
Invité
14 années il y a

Donc si je comprends bien, Lomig, « Nice-Matin », cité par « Le Canard Enchaîné », les Blocs-Notes o๠cette info a été reprise, ce sont tous des menteurs ????
Que vous faut-il de plus ?????
Cà  vous dérange donc tant que çà  que le manque de vertu – régulier- de Mme Dati soit rapporté par les Gazettes ?????
C’est sans doute aussi un mensonge que l’annonce d’un Nième départ (12è je crois) de son Cabinet…..en un an !
C’est sans doute aussi un mensonge que de relater que Mme Dati n’est plus en cour à  l’Elysée puisque malgré ses pleurnicheries elle ne fait pas partie des sept Ministres que le Président reçoit ensemble à  l’Elysée dans le dos du Premier Ministre ????

jf.
jf.

jacques
Invité
14 années il y a

J’ai recopié intégralement l’article du Canard.

jf.

jacques
Invité
14 années il y a

Me permet de vous signaler un Billet que je viens de rédiger sur mon Bloc-Notes à  propos de nouvelles factures scandaleuses…
mais comme je sais que çà  ne plaît pas à  Lomig, je m’abstiens donc de mettre le lien ici.

Si vous voulez me lire, il vous suffit de cliquer sur mon prénom ci-dessus.

Bien cordialement,

jf.

jacques
Invité
14 années il y a

Fort bien, fort bien. J’avais donc mal interprêté.
On va faire comme çà  alors.
Merci.
Bonne journée.

jf.

trackback

[…] confirme ce que je disais l’autre jour : pas question de baisser les impà´ts ou la fiscalité en […]

trackback

[…] Mais il faut rester vigilant : la sortie vers le haut n’est pas de mener une politique de rigueur sans rien changer au système. L’endettement est souvent nécessaire, pour l’investissement bien sà»r, mais peut même représenter un moyen pour financer des transitions. […]