Le libéralisme capitaliste triomphera

J’avais déjà parlé sur ce blog de ma croyance dans le progrès, grâce notamment au développement de l’éducation, de l’économie, de la santé, et des sociétés libérales. L’IDH est un moyen – imparfait, mais qui a le mérite d’exister – de mesurer le progrès humain.
Je vous cite[1. Info communiquée par Libertas] donc, car le propos est proche, cet excellent billet, lu sur Gauche Totalitaire (j’avais vu passer une info similaire cet été, sans avoir pu retrouver la source : 500 millions de « pauvres » en moins) :

« En dépit d’une hausse de population du monde de 2 milliards d’individus, le nombre de personnes vivant dans la pauvreté absolue a été réduit de 500 millions, de 1.9 à 1.4 milliard. Ceci signifie que 57.000 personnes par jour ont quitté la pauvreté extrême depuis 1981. Et la dernière décennie a été la plus avantageuse dans ce sens[2. le détail des chiffres est dans la source des données]. »
Bono, le chanteur du groupe U2 s’insurge sur son blog contre le manque de connaissance de cette information capitale « C’est indéniable, il y a eu de fantastiques succès, et c’est un crime que ces avancées contre la pauvreté ne soient pas plus connues. Est-ce que vous, dans la blogosphère, pourriez parler un peu de ces chiffres de succès, et m’aider à comprendre pourquoi ils ne sont pas plus connus ? »

Voilà : j’aide à faire connaitre ces statistiques – plus qu’importantes à rappeler, effectivement -.
Pour ce qui est d’aider à comprendre pourquoi ces chiffres ne sont pas plus souvent évoqués, je dirais bien que c’est par manque de culture des chiffres.
Mais ce serait une manière de ne pas dire ouvertement que certains médias et intellectuels « oublient » sciemment d’en parler parce que ça va à l’encontre de leurs thèses anticapitalistes et antilibérales : si la pauvreté diminue de manière significative, c’est bien la preuve que l’économie libérale capitaliste, sur le long terme, finira par triompher de la pauvreté. Malgré toutes les imperfections d’un tel système.
Contre qui pourront-ils se battre, si leur ennemi a raison ? Ou plutôt, contre qui se battent-ils, eux qui prétendent combattre la pauvreté, s’ils se battent contre le système qui permet le mieux de la faire diminuer ?


00vote
Évaluation de l'article
S’abonner
Notifier de
guest

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires
Libertas
12 années il y a

Merci d’avoir cité Libertas… mais le lien ne fonctionne pas parce qu’il y a un 2008 en trop.
Sur le même sujet, je signale le livre « In defense of global capitalism » (en français : « Plaidoyer pour la mondialisation capitaliste » chez Plon, épuisé) de Johan Norberg.
L.

AsTeR
12 années il y a

Ca fait du bien des chiffres plutôt que des aprioris de temps en temps.
Merci !

LOmiG
LOmiG
12 années il y a

Merci à toi de m’avoir fait passer l’info, surtout ! Il faudra que j’aille découvrir l’ouvrage de Johan Norberg, effectivement.
je corrige le lien…
@ AsTeR : oui, le problème c’est que ces chiffres, il faut encore vouloir les regarder et comprendre leur signification. Ce que tout le monde n’est pas prêt à faire !
Merci pour vos commentaires !

Fatalitas
Fatalitas
12 années il y a

Juste à titre indicatif : http://www.inegalites.fr/spip.php?article381
Facile de déterminer que la pauvreté régresse lorsque l’on ne fait pas évoluer dans le temps le fameux seuil de pauvreté … Comme toujours, les chiffres doivent être manipulés avec d’extrêmes précautions !
Bravo pour votre blog

Fatalitas
Fatalitas
12 années il y a

Je ne nie pas en effet que la pauvreté est susceptible de décroitre. Mais la question pose deux problèmes : – d’une part, il faut bien faire la distinction entre termes absolus et termes relatifs : dans le 1er cas, on voit que le nombre absolu de pauvres a augmenté dans le monde sur une période de 20 années. Donc c’est l’histoire de la disparition de 500 millions de pauvres qui m’a fait au départ un peu tiquer. Cependant, il faut modérer ce premier constat en soulignant qu’en relatif (taux de pauvreté) là il y a bien baisse. Et ceci m’amène au 2nd point. – Je pense (mais c’est une intuition personnelle à valider) que la décrue relative de la pauvreté est surtout imputable au décollage des pays émergents, au premier rang desquels la Chine et l’Inde. Et c’est à partir de là que l’équation « plus de capitalisme = moins de pauvreté » me gêne quelque peu. Car, en effet, ces deux pays, et en particulier la Chine, ont adopté une forme toute particulière de capitalisme. Celle-ci se caractérise par une forte intervention des pouvoirs publiques (qu’ils soient nationaux ou locaux). Là où je veux en venir, c’est que notre système… Lire la suite »

trackback

[…] une opportunité qu’une menace. Au niveau global, il suffirait peut-être de demander aux centaines de millions de personnes qui sortent de la pauvreté grâce au libre-échange ce qu’ils en pensent. Vision très […]