Histoire de France

Prophète, mais pas que…

Si vous aimez l’histoire, et l’histoire de France, alors il faut vous précipiter sur l’Histoire de France de Jacques Bainville. Il est souvent présenté comme celui qui avait « prophétisé », en 1920, la seconde guerre mondiale, par des considérations tout à fait justes sur l’histoire croisée de la France et de l’Allemagne, et sur le Traité de Versailles (Les conséquences politiques de la paix). Je ne goute guère les « prophéties ». Encensées quand elles ont été justes, on oublie rapidement de parler de toutes celles que ne se sont avérées être que des foutaises. Il est normal de louer la pertinence de l’analyse de Bainville, mais je trouve qu’il mérite aussi d’être salué comme un historien exceptionnel, et une très belle plume.

Histoire de France synthétique

Bainville le dit très bien dans l’avant-propos (à lire pour lui-même) de son Histoire de France :

Nous n’avons pas tenté une œuvre originale : on peut éclaircir l’histoire, on ne la renouvelle pas. Nous n’avons pas non plus soutenu de thèse. Nous nous sommes efforcé de montrer comment les choses s’étaient produites, quelles conséquences en étaient résultées, pourquoi, à tel moment, telle décision avait été prise plutôt que telle autre. Ce qu’on découvre, au bout de cette analyse, c’est qu’il n’est pas facile de conduire les peuples, qu’il n’est pas facile non plus de fonder et de conserver un État comme l’État français, et l’on en garde, en définitive, beaucoup d’indulgence pour les gouvernements.

Peut-être ce sentiment est-il la garantie de notre impartialité. Mais comment serions-nous de parti pris puisque notre objet est de présenter dans leur enchaînement les événements de notre histoire ? Nous ne pouvons la juger que par ses résultats. Et, comparant notre condition à celle de nos ancêtres, nous sommes amenés à nous dire que le peuple français doit s’estimer heureux quand il vit dans la paix et dans l’ordre, quand il n’est pas envahi et ravagé, quand il échappe aux guerres de destruction et à ces guerres civiles, non moins redoutables, qui, au cours des siècles, ne l’ont pas épargné.

Cette conception de l’histoire est simple. C’est celle du bon sens. Pourquoi juger la vie d’un pays d’après d’autres règles que celle d’une famille ? On peut écrire l’histoire à bien des points de vue. Il nous semble que l’accord général peut s’établir sur celui-là.

Les éléments d’un tel livre se trouvent partout. On demandera seulement s’il est possible, en cinq cents pages, de raconter, d’une manière à peu près complète, deux mille ans d’histoire de France. Nous répondons hardiment : oui. La tâche de l’historien consiste essentiellement à abréger. S’il n’abrégeait pas, — et la remarque n’est pas nouvelle, — il faudrait autant de temps pour raconter l’histoire qu’elle en a mis à se faire. Toutefois chaque génération a une tendance naturelle à donner plus d’importance à la période contemporaine qu’aux temps plus reculés. C’est la preuve que de grandes quantités de souvenirs tombent en route. Au bout de quatre ou cinq cents ans, on commence à ne plus guère apercevoir que les sommets et il semble que les années aient coulé jadis beaucoup plus vite que naguère. Nous avons tâché de maintenir une juste proportion entre les époques, et, pour la plus récente, puisque cette histoire va jusqu’à nos jours, de dégager les grandes lignes que l’avenir, peut-être, retiendra.

Et il réussit cet effort de manière magistrale. Les chapitres sont courts, denses, et le fil de la narration est simple à suivre. Il s’agit vraiment d’une histoire de France, et non d’une histoire des évènements en France. Bainville raconte l’histoire de la nation française, de la royauté bien sûr, mais de l’Etat aussi, des frontières. Cette vision « narrative » de l’histoire de France me parle beaucoup, et j’aurais aimé découvrir Bainville au Lycée, car cela m’aurait certainement donné plus de goût pour l’histoire. Il est bon de préciser que cet effort de synthèse repose sur une très grande érudition : il est clair que Bainville a beaucoup lu, et chacun des chapitres montre une vue très globale du sujet. Les jeux d’alliance entre les grands d’Europe, au fil du temps et des circonstances, sont remarquablement décrits, et certains mécanismes politiques récurrents aussi. Le lien permanent entre géographie et politique, par exemple est un des fils conducteurs du livre. Il s’agit, pour le dire simplement, d’un grand classique d’histoire, mais aussi de géopolitique. A mettre en bonne place dans la bibliothèque de tout honnête Homme.

5 1 vote
Évaluation de l'article
S’abonner
Notifier de
guest

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires