Citation #39

Il est significatif que l’argument le plus courant contre la concurrence consiste à  dire qu’elle est aveugle. Il est peut-être opportun de rappeler que pour les Anciens la cécité fut un attribut de la divinité de la justice.

Friedrich Hayek

S’abonner
Notifier de
guest

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires
digiboy
Invité
15 années il y a

Un nouveau blog de Lomig? Deux fois plus de plaisir. Plus serieusement, très bonne initiative. Je le mets en favori.

Concernant la citation, elle est très pertinente. A ressortir en situation. Elle fera mouche.

Frenchmat
Invité
15 années il y a

Bonjour Lomig,

Je reconnais l'ancien thème de Copyblogger, c'est un excellent choix !

Reste peut-être à le traduire et le personnaliser …

Longue vie à Expression Libre :)

lomig
Invité
lomig
15 années il y a

bonjour, je viendrai probablement pas souvent sur ce blog, sauf si une discussion est vraiment possible, mais je serais certainement un empêcheur de penser en rond car j'exigerai énormément.

Dire que la concurrence est aveugle, il me semble que ça ne veut rien dire… Je ne vois même pas quelle réalité cela peut avoir.

Dire, par contre, que la concurrence, c'est la lutte de tous contre tous, c'est créer de toutes pièces une fonction de pression sociale afin de presser le plus les citrons pour en obtenir le jus, c'est à la fois très réaliste, de par le fait que la concurrence est en effet une guerre de tous contre tous: des entreprises entre elles, des employés entre eux, des hiérarhies entre elles, et finalement, des pays entre eux.

Quand à la pression: les cadres sont bien soumis au stress, avec de fortes probabilités de développer des troubles psychiques graves (les gens qui "craquent"), notamment schizophrénie, mais aussi d'autres psychoses et bien entendu des suicides, et parler de citrons pressés, cela revient à assimiler cette métaphore aux représentations des travailleurs qui sont "vidés".

Je ne vois par conséquent aucun lien avec la justice, et aucun lien avec la divinité, puisque ce ne sont que des hommes qui décident de s'écharper au nom d'une métaphore qui ne veut rien dire (et qui n'apporte rien).

lomig
Invité
lomig
15 années il y a

je me permets une réponse, rapide, peu argumentée: dire que la concurrence existe, c'est un fait, c'est être "myope" historiquement, puisque ce sotn les Etats qui se dotent de lois et règlements afin qu'elle puisse prospérer: la "libre" concurrence n'existe que depuis peu.

Quant à dire que nous sommes gagnants de la concurrence, c'est faux: il n'y a qu'à regarder le "marché" de l'électricité (as-tu entendu parler des monopoles naturels?), où il vaut mieux, clairement, un prix bas, fixé au nom des services publics, qu'un prix beaucoup plus haut MALGRE la concurrence. Il y a derrière ton argument, une irrationalité liée à la conviction profonde que "le marché régule tout".
De nombreux autres exemples sont possibles: la téléphonie mobile, qui fonctionne avec des "accords de concurrence", et que la loi (donc le méchant Etat, qui est le garant, finalement, de la guerre de tous conte tous) tente de désamorcer. On peut aussi citer: le pétrole, dont le prix est gérté par l'Etat: je ne souhaite pas que nous fonctionnions comme aux USA, où d'un jour à l'autre, tu n'as plus les moyens de payer un gallon d'essence, car le prix aura quadruplé pendant la nuit!

Alors, le règne de la concurrence, non merci, surtout quand cela concerne des "biens communs": regarde la privatisation des chemins de fer outre-manche. Dire que l'absence de planification, c'est le commuisme, c'est méchant envers le communisme: il faut réguler la concurrence dans les domaines où elle touche de plein fouet les individus, planifier des grands tavaux pour els logements, c'est par exemple, éviter la spéculation massive, et la rétention de millions d'appartement pour faire monter les gains, par exemple. (stratégies des banques et fonds d'investissement). trouves-tu normal le prix du logement à Paris? Non, il est organisé par l'offre qui s'autorestreint, afin de gagner un max de flouze vue l'étendue de la demande, et à côté de cela, des millions de gens ne trouvent pas où se loger. Et ça, c'est la vraie misère. Alors que les logements devraient se faire concurrence entre eux, bien au contraire, ils fonctionnent entre eux, et bloquent l'accès à des millions de demandes…

Je te pose juste une question: Trouves-tu normal que ce soit le marché qui décide, quand il touche à des droits fondamentaux de l'être humain, et que cela risque, comme dans le cas du logement, d'atteindre gravement à sa dignité, à ses libertés, etc.? Ne trouves-tu pas normal que dans de pareils cas, l'Etat décide d'intervenir pour garantir les libertés et la dignité de la masse croissante des sans-abris?

lomig
Invité
lomig
15 années il y a

Et regarde le marché de la santé: je suppose que tu n'as pas encore vu le dernier documentaire de M. Moore sur le sujet? Où est le respect des droits fondamentaux, quand les assurances privées ne jouent pas leur rôle, quand les médecins refusent les malades, pas assez riches, etc.? Sans service public de la santé, ce sont les droits fondamentaux de l'humain qui sont bafoués! Sicko est consternant dans sa lucidité sur le système privé de la santé américain! Et on voit que, à l'instar du logement, la concurrence ne fait pas baisser les prix, mais au contraire, elle maintient des prix artificiellement hauts!

Alors, pour un droit à la santé pour tous, ou pour le droit de quelques-uns de spéculer et de s'enrichir sur la mort des autres?

Peut-être qu'à travers ces descriptions réelles des violences énormes que la concurrence a sur les individus, tu verras que ce n'est pas "harmonie", mais bien un rapport violent entre des puissants et des faibles, que ceux-ci soient sans abris, chômeurs, malades, ou autres.

Je te conseille de lire, pour te faire une idée plus juste des évolutions du marché du travail, de lire l'excellent travail de Robert Castel: "la métamorphose de la question sociale". Il est long, mais riche en enseignements. c'est un ouvrage socio-historique, qui ne prend pas parti (sauf lors de la conclusion).

Fran6
Invité
15 années il y a

Ca commence à débattre chaudement ici à ce que je vois !! C'est de bonne augure !! Et hop !! Je bookmarke !! Longue vie à ce blog !

max
Invité
max
15 années il y a

Bonjour à tous,

Je pense que la concurrence existe dans la nature depuis bien avant l'apparition de l'homme. Ce n'est certainement pas une création étatique par des lois ou des réglements. Ils ne peuvent que réguler celle ci.

Les arbres se battent pour pousser dans une position favorable à l'ensoleillement, les spermatozoïdes sont en concurrence pour féconder l'ovule, on pourrait citer 1000 exemples… La selection naturelle est l'expression même de la concurrence depuis l'apparition de la vie.

Dire que la concurrence est un fait, est juste, dire qu'il faille la réguler par l'état est juste aussi.

lomig
Invité
lomig
15 années il y a

aux dernières nouvelles Hayek parlait de concurrence économique… Mais je trouve ça sympa de faire une analogie avec les lois de la nature… la sélection naturelle, le droit du plus fort… tout sauf la justice et l'intervention divine!

Mais la concurrence économique est créée par l'Etat. Bien entendu, à un niveau micro-social historiquement éloigné, elle existe entre 2 vendeurs de salades qui sont à 50m sur un marché (déjà une organisation sociale économiquement et politiquement déterminée). Mais c'est bien la politique qui gère les concurrences, qui l'entretient, qui la régule, qui l'empêche d'avoir lieu, et par conséquent, qui la suscite aussi. L'illusion économiciste des libéraux est justement de croire à un état de nature contenant un "marché naturel", antérieur à toute organisation sociale, et donc à toute norme, or c'est au contraire une création de l'organisation sociale qui génère de la concurrence, et qui l'entretient. Y avait-il autant de concurrence dans l'entreprise, l'école, la vie de tous les jours il y a 60 ans? Non. Le succès des individus était-il lié à la concurrence et donc à des épreuves sociales constamment instaurées? Non. Y avait-il autant d'instances de jugement social (entretiens d'embauche, etc.)? Non. La concurrence a certes toujours existé, mais elle n'était pas la référence unique à laquelle des idéologues tentent de nous formater! impliquant productivisme, culte du winner, rationalité unique sous forme de coût/bénéfice, etc.