La societe des autruches

La tête dans le sableLes polémiques stériles sur le choix des mots utilisés par les membres du gouvernement sont exaspérantes. Les faits sont là : il y a trop de fonctionnaires en France. Et Sarkozy prend de gros risques en ne tenant pas ses promesses de campagne. Le non-remplacement d’un départ à la retraite sur deux dans la fonction publique n’est pas une affaire de mots bien choisis, c’est une affaire de courage politique et respect des engagements. Ne tombons pas dans le piège des journalistes et des syndicats qui préfèrent jouer sur les mots plutôt que décrire et comprendre la réalité concrète.

Les commentateurs politiques nous expliquent que les propos de Christine Lagarde et Eric Woerth sont des « faux-pas » ou des « erreurs politiques ». En effet, ils ont en effet osé dire que le nombre de fonctionnaires est trop important, et que la masse salariale (salaire + pensions) des fonctionnaires doit être réduite. Ce qui était vrai avant la présidentielle ne l’est donc plus aujourd’hui ? Les marges de manoeuvres nécessaires à la politique de l’offre mise en place par le gouvernement sont pourtant bien là. Et la fenêtre de tir, comme le rappelle souvent Jacques Marseille, est historique compte tenu de la pyramide des âges des salariés : les nombreux départs à la retraite permettent une restructuration en profondeur de la fonction publique, simplement en ne remplaçant pas tous les départs à la retraite.
Alors certains amoureux de la rhétorique, ou de la sophistique, diront qu’un simple souci d’efficacité dans l’action politique doit conduire à faire très attention aux termes utilisés, pour faire passer intelligemment les réformes. Ce pourrait être vrai, si Sarkozy n’avait pas déjà fait machine arrière sur le non remplacement des fonctionnaires partant à la retraite. Ce qui est de l’habileté quand il s’agit d’habiller avec les bons mots une politique ambitieuse, devient de la couardise et du politiquement correct.
« Rigueur » serait-il devenu un gros mot dans un pays où la dette publique est énorme ? Les français – qui ont voté massivement pour un discours de vérité – ne seraient tout-à-coup plus capable de l’entendre ? J’ai bien peur que nous ne soyons retombé dans ambiance politiquement correcte, visant à ne choquer personne, et surtout pas les syndicats de fonctionnaires. Toute cette rhétorique est assez écoeurante pour les citoyens contribuables qui attendent autre chose du gouvernement : du courage ! Le monde est là, les faits sont là. Les mots que l’on utilise pour en parler n’ont qu’une importance relative ; Avons-nous, tels des autruches, replongé la tête dans le sable du politiquement correct pour nous détourner de la vérité ?

00votes
Évaluation de l'article
S’abonner
Notifier de
guest

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires
franssoit
13 années il y a

Déjà que je suis pas nombreux à commenter, si tu fais des rafales de billets, je vais pas pouvoir suivre, moi…

J'ai quelques remarques sur ce billet :

  • les français n'ont pas voté massivement pour un discours de vérité, ils ont voté majoritairement pour le plus gesticulant des deux gesticulateurs en compétition.

  • je ne suis pas certain du tout qu'il y ait trop de fonctionnaires en France. Si tu te contentes de voir ce qu'il coûtent, évidemment il y en a trop. Il n'y en aurait qu'un qu'il serait déjà de trop. Mais, contrairement à une légende bien établie, ils travaillent. Ils rendent service au pays. Et quand je vois mon fils dans une classe à quatre niveaux, je me dis qu'un instit de plus serait bienvenu (allez, un demi serait acceptable).

  • je ne suis pas certain du tout que la dette soit un problème. Et je ne suis pas le seul.

  • concernant ce qui est après tout le fond de ton article, je suis tout à fait d'accord. Le "débat" sur le "plan de rigueur" est ridicule, ce qui importe, ce sont les faits. Appeler "plan de rigueur" une politique ne la rendra ni meilleure ni moins bonne.

Fanette
13 années il y a

Le problème en France que nous avons avec les fonctionnaires, est le fait qu'ils sont très mal répartis par ministère, pour avoir travailé dans plusieurs ministères en tant que contractuelle, je peux dire que l'Education Nationale a un vivier de bras cassé et de moulins à vents dans ses structures administratives. 5 adjoints administratifs et 1 secrétaire administrative dans un service RH, quand on sait que dans le privé , une secrétaire et une employée font la même chose ! En revanche, il y a des Ministères misère, la Justice n'a pas assez d'administratifs, ni l'Equipement ! Ces deux ministères ont des locaux d'archives de dossiers en retard, comme vous ne pouvez l'imaginer, c'est là qu'il faut transférer les administratifs en trop de l'EN ! Les fonctionnaires se plaignent justement du manque de ponts inter ministériels, c'est là qu'il faut ouvrir leurs carrières qu'ils puissent partir au Trésor, à la DDE, à la DDASS, à l'EN, la recherche. Il faut tout restructurer de l'intérieur, et je suis d'accord avec Sarko quand il parle de fusionner les ANPE et l'Unédic, le Trésor avec les Impôts, c'est nécessaire et effectivement on s'y retrouvera tous ! Après faire opposition à tout comme le… Lire la suite »

Jacques
Jacques
13 années il y a

Tout à fait d'accord! Trop de fonctionnaires, une fonction publique à réorganiser pour un meilleur service plus efficace et moins couteux. Politiquement correct? On appelle un chat un chat, (on est pas des d'autruches) et rigueur rigueur. Et en passant, on applique ses promesses de campagne! Bravo pour le billet.

lomig
lomig
13 années il y a

Apprendre à utiliser les bons vocables me semble essentiel. Quand un président parle le français du café du commerce, en utilisant les vocables les plus stigmatisants et inappropriés, il fait honte à son pays. En l'occurrence, y'a-t-il trop de fonctionnaires? C'est quoi, trop? Bizarre, personne pour expliquer!!! C'est que l'Etat doit diminuer pour permettre de continuer à faire des cadeaux fiscaux mirobolants pour les plus aisés, c'est pas qu'il y a trop de fonctionnaires!!! On sait très bien que pour avoir un enseignement de qualité, il nous faudrait plus de professeurs, car il est impossible de faire un cours correct dans une classe de 35 élèves! On sait très bien que les problèmes de réussite scolaire ne sont pas liés aux profs et à leurs méthodes, mais à des systèmes de relégation sociale et de ghettoïsation des classes, entraînant des effets pervers. Pour la santé, il en va de même: les infirmières manquent cruellement. Il en faudrait plusieurs dizaines de millier en plus!!! Et elles sont majoritairement proches de la retraite!!! Le système est déjà au bord de l'implosion, ne pas remplacer les infirmières, c'est la crise de la santé assurée!!! Et la justice, parlons-en!!! Elle manque cruellement de moyens… Lire la suite »

trackback

[…] déjà exprimé ici mon mécontentement face aux promesses non tenues de Sarkozy quant à la diminution du nombre de […]

trackback

[…] l’impression de me répeter, des […]

trackback

[…] l’impression de me répeter, des […]

trackback

[…] déjà parlé ici, à plusieurs reprises, du nombre de fonctionnaires, et de l’indicateur que cela représente de la volonté de […]