Interview d’Alain Boyer : cinquième partie

Suite de l’interview d’Alain Boyer, professeur de philosophie politique à la Sorbonne. Après avoir discuté de l’histoire de son article paru dans le Figaro (entre les deux tours de la présidentielle), et expliquant la différence entre morale de responsabilité et morale de conviction, Alain Boyer nous explique aujourd’hui un de ses thèmes de cours « Tyrannie, Despotisme et Dictature ». On y parle, bien sûr, de démocratie et de droits de l’homme. Et on aborde – en fin de partie -, le sujet de la sixième partie (à venir) : l’Islam et les religions.

Puisque nous étions sur l’Université, j’aimerais rebondir sur ton sujet de cours (sur le site de la Sorbonne) « tyrannie, despotisme et dictature » ? pourquoi ce thème pour un cours ?

C’était un sujet de cours de l’année dernière. J’ai changé cette année en Master: « Impérialisme, colonialisme et esclavagisme » (toujours le problème de la liberté, mais je fais aussi un cours de licence sur « l’autorité », qui me met directement en cause ! ) d’une part, et “Art, morale et Politique” de l’autre : je rêve depuis toujours de parler d’Antigone, de Macbeth ou du Baroque.. Il y a beaucoup de philo et de politique là dedans… Mais il est vrai que j’ai donné ce cours sur la tyrannie deux ans de suite, et il a apparemment intéressé les étudiants (et les auditeurs libres, que j’aime tant !) . Je recevais hier un étudiant marocain qui veut faire une thèse, et il m’a dit que c’était un sujet de cours qui intéressait beaucoup les gens qui viennent d’Afrique du Nord ou centrale, pour qui cette question est vraiment actuelle, malheureusement, il y avait aussi en cours des Sud-américains (j’adore avoir des étudiants étrangers..), qui ont connu la dictature, et qui savent ce que c’est.

C’est presque plus intéressant d’aborder la démocratie libérale en étudiant ses contraires. Il m’est arrivé de faire des cours qui s’appelaient « démocratie et libéralisme », mais ça a moins de « succès » que si j’aborde le problème en décrivant le « Mal ». Comme en littérature. Décrire la tyrannie, contrairement à cette idéologie dont on parlait tout à l’heure consistant à décrire les usines comme des camps de concentration, c’est montrer qu’une tyrannie c’est tout à fait autre chose que ce que nous vivons. J’ai sans doute une méthode particulière pour faire des cours, qui doit d’ailleurs un peu à 68, je ne suis pas (j’espère!) démagogue (le cours n’est pas un échange, c’est moi qui parle, et réponds aux questions) mais ils peuvent intervenir quand ils veulent. Je ne lis pas de texte, j’improvise à partir de ce que j’ai préparé pendant les « vacances », et avec quelques notes pour le plan et les références, et je me promène, et j’essaye d’animer le cours. C’est en général ce qui plait, ou parfois déplait! (je fais trop de parenthèses !) je ne suis pas quelqu’un qui se surestime, ou qui se croît autorisé à parler d’un ton “grand seigneur”, comme aurait dit Kant, mais on m’a dit que j’avais cette “originalité”. L’idée c’est qu’un jour je leur parle de la critique de la tyrannie chez J.-J. Rousseau, un autre de la notion de dictature (institution républicaine romaine pour les situations exceptionnelles, ce qui est passionnant pour un philosophe !) chez Machiavel, ou Carl Schmitt, grand penseur anti libéral malheureusement devenu nazi, des choses techniques en philosophie, à partir de textes, et beaucoup d’histoire aussi.

Pour dire ce qu’était la tyrannie en Grèce, ce qu’était la dictature Romaine, qui était donc une institution, avant que Sylla et César ne la transforment en ce que c’est devenu, c’est à dire en despotisme, plus ou moins ; je me met à un moment à leur dire « dans un tyrannie, » – je suis allé moi-même en Chine à l’époque communiste “dure”, en 88, un an avant le massacre de Tien An Men– « quand je voulais parler avec des gens que j’avais rencontrés par hasard, de sujets politiques, je voyais que ces personnes se retournaient dans la rue pour vérifier s’il y avait quelqu’un derrière, ou au restaurant, me montrant qu’on ne pouvait pas parler de ces sujets. Je leur dit, à mes étudiants, avez-vous cette expérience ici ? » Ou, si à 11h du soir quelqu’un frappe chez vous violemment, vous pensez « c’est mon voisin qui a des problèmes d’inondation », ou vous pensez « c’est la police politique »? Ils me répondent, bien sûr, “c’est le voisin”. C’est là un critère évident. Nous ne sommes pas dans une tyrannie. Dans une tyrannie, c’est la police politique qui frappe à la porte la nuit… ou qui écoute les conversations libres dans les jardins….

J’avais trouvé ce sujet intéressant, c’est utile de préciser ce que sont les choses réellement, parce qu’on s’en rappelle, avant les élections, certaines personnes disaient que Sarkozy était presque un fasciste, ou un dictateur en puissance….

Oui, quels ridicules procès d’intention ! C’est minable… Le vrai problème, c’est celui des réformes. Celle des 35 heures a été une énorme erreur. Mais il n’est pas facile de prévoir à l’avance les effets d’une réforme. Je leur ai dit, lors d’un autre cours sur “Réforme ou Révolution?” (un titre venant de ..Rosa Luxemburg…), que dans les pays démocratiques, le problème des réformes, c’est ce qu’on appelle la “courbe en J”. Il y a une temporalité du politique en démocratie, qui est en général de 4 ou 5 ans. Le peuple, en démocratie moderne, ne dirige pas lui-même, mais est capable d’éliminer les dirigeants s’ils n’ont pas fait leur boulot (Popper), et s’il y en a de potentiellement meilleurs qui se présentent. Donc il faut un contrôle démocratique tous les 4 ou 5 ans, en plus évidemment des droits de la presse, de manifester, etc.. Une réforme difficile à instaurer, a, au départ, peut-être pendant plusieurs années, des effets négatifs sur la majorité de la population. Ce qui fait que l’élection peut se produire au moment où la courbe est au plus bas (le point le plus bas du “J”). Peut-être que c’est dans 10 ans seulement que les effets positifs se verront. Le cas le plus évident est le problème des retraites. Si on met à nouveau, contrairement à ce qu’avait fait Mitterrand, la retraite à 65 ans ou les régimes spéciaux à 40 ans, voire un peu plus, on ne verra pas tout de suite les effets bénéfiques de cette réforme, mais si on ne la fait pas, on ne pourra pas survivre, nos enfants ne pourront pas payer. Ils nous en voudront à juste titre parce qu’ils auront un poids énorme sur leurs épaules pour payer NOS retraites.

LE problème du politique, et les Français ne sont pas tous assez sensibles à ça, c’est de prévoir : or, dès qu’on leur parle de réformes un peu dures à avaler, ils attribuent ça au « fascisme » (!), à l’extrême droite. C’est un vision de la politique que je ne partage pas du tout. En démocratie, on ne doit plus envisager la politique interne comme une guerre. Et la, la France est marquée par la Révolution française. La gauche, c’était Danton, Robespierre, la droite c’était les monarchistes. La gauche et la droite, ça a commencé avec la guerre civile ! Mais je pense qu’il faut cesser de considérer le nécessaire conflit politique comme une guerre, c’est ce que Sarkozy a essayé de faire en jouant l’ouverture. C’est aussi pour cela, en plus des réformes essentielles, vitales, qu’il veut faire passer, que, malgré certaines réserves, je soutiens son gouvernement, sans évidemment perdre ma liberté de penser et donc de critiquer. Paradoxalement, je crains qu’il n’arrive pas à réduire suffisamment nos dettes … Mais il faut négocier des compromis, chercher l’intérêt général, pas se faire la guerre.

Ça rejoint ce que tu disais concernant le Droit, et la “compossibilité” des libertés. La mission noble de la politique, c’est de pouvoir traiter des problèmes sans aller jusqu’au conflit armé ?

Les Grecs ont inventé la politique, Castoriadis le disait toujours : ils n’ont pas inventé “Le” politique, parce qu’il y a toujours eu plus ou moins du politique, du pouvoir, mais “La” politique, la vie politique, c’est à dire la discussion sur les principes mêmes de l’organisation de notre vivre ensemble. Ça c’est les Grecs, c’est au 5ème siècle avant JC, avec Clisthène, Périclès, Protagoras, etc. que ça s’est produit. Cette politique “polémique” mais pacifique, ne doit pas être pensée en terme de guerre, nous sommes sur un crête de montagne, comme quand on fait de l’alpinisme, avec le vide des deux côtés, si on est encordés et que quelqu’un tombe d’un côté, il faut soi-même tomber de l’autre côté. Sauter de l’autre côté pour ne pas tomber tous. Mais il faut absolument ne pas tomber, en politique, parce qu’il n’y a plus de corde … Cette image de la crête est néanmoins valable pour la démocratie libérale : il y a deux abîmes, il ne faut pas dire, la démocratie c’est un acquis. Non, non. C’est toujours assez fragile. L’un des deux abîmes c’est la guerre civile, et l’autre la tyrannie. Deux atrocités. Eschyle et Sophocle le disaient déjà. Comment éviter les deux “maux” politiques ? Ce qui implique d’ailleurs, par rapport à la réflexion que nous avons eue tout à l’heure sur la gauche et la droite, qu’il faut bien s’apercevoir que cet ordre horizontal (extrême gauche, gauche, centre, droite, extrême droite) est simplificateur et doit être complexifié au moins par un axe vertical : partisans de la dictature (d’un seul ou d’un parti), et partisans du pluralisme. Il y a une gauche à tendance dictatoriale, qui pense que la droite « c’est l’ennemi à abattre ». Bon, Robespierre (la gauche de la gauche, même s’il a fait guillotiner son « extrême-gauche », comme Lénine le refera), on dit « les conditions, les conditions » (la guerre contre la France), mais il a quand même instauré la « grande Terreur » APRES les victoires décisives de la République (Fleurus), c’était une vision « puritaine », et le puritanisme est toujours un totalitarisme en puissance.

L’idée de « pureté » est toujours une idée dangeureuse ?

Oui, presque toujours, mais c’est une belle idée, car il y a des saloperies dans le monde, la corruption, etc., mais dangereuse si elle est érigée en dogme intolérant La pureté morale est un noble idéal, et je suis loin de vouloir prêcher le laissez faire total, mais de nobles idéaux peuvent conduire à vouloir les imposer par la force : « La Terreur et la Vertu », disait Robespierre « l’incorruptible »… Que les « purs » indignés par le mal et incapables de proposer des réformes (nécessairement imparfaites !) allant dans le sens de l’honnêteté qu’ils prisent tant aillent dans des couvents ! J’étais à Prague la semaine dernière, en Septembre : une anecdote : ils m’ont raconté que les étudiants en 1989, au moment de la “révolution de Velours”, avaient un panneau « Le communisme pour les communistes ! ». Humour noir et profond ! Les puristes dans des couvents, dans des communautés, s’ils veulent rester purs, mais qu’ils n’imposent pas ce « purisme » aux autres. En revanche, je suis évidemment en faveur de la lutte pied à pied contre la corruption et les mafias. Mais la Gauche a elle-même engendré bien des dictateurs. Lénine, c’était un homme « de gauche » ! Fidel Castro c’est un dictateur et homme « de gauche », adulé par la très naïve Mme Mitterand… Mao et Pol Pot étaient de gauche, d’extrême gauche, or c’était l’horreur ! Il faut que la gauche tout entière prenne conscience de ça. Et du fait que la distinction libéralisme / totalitarisme est plus importante que la distinction gauche-droite.

Cette distinction enrichit effectivement la scission habituelle gauche / droite, de même que celle que tu rappelais entre morale de conviction et morale de responsabilité. Peux-tu nous en dire deux mots ?

Mon article est trop bref, j’ai dû opposer les deux, alors qu’il faut les combiner, ce qui n’est pas une mince affaire ! une authentique morale de la responsabilité n’est possible qu’avec des convictions, mais des convictions elle-mêmes ouvertes à la discussion. Ça c’est du Popper… Avoir des convictions morales, mais admettre qu’on puisse les discuter, car une conviction à elle seule ne donne pas immédiatement les moyens de la défendre au mieux. Il faut raisonner. Par exemple, une conviction que j’ai, depuis que je m’intéresse à la politique, et je pense que je l’aurai toujours, c’est qu’il ne faut pas laisser des gens « dans le caniveau », c’est moralement inacceptable. L’ultra-libéralisme (rien à voir avec ce qui se fait en France avec Sarkozy…) est à mon sens moralement inepte. Donc il faut tout faire pour faire en sorte qu’il y ait un filet de sûreté. Ça c’est un conviction ! Mais si je fais n’importe quoi en son nom, qu’au moins j’écoute les critiques, et que j’y réponde !

Quand tu parles de conviction ouverte, il y a quand même presque une antinomie dans l’expression ? Il y a là un paradoxe qu’il faut que les gens soient capables d’expliciter ?

Tout à fait ! C’est le point le plus délicat, sur lequel tu mets l’accent de manière très pertinente. Comment avoir des convictions morales fortes mais ouvertes à la discussion ? C’est un grave problème philosophique. Que Popper a posé, que Habermas a lui même étudié, dans son « éthique de la discussion ». Parce que si tout est en permanence ouvert à la critique effective, ce n’est pas possible. Il faut qu’il y ait des choses considérées comme inacceptables. Torturer un enfant, c’est inacceptable. Avoir pour conviction de ne jamais torturer, c’est essentiel, mais des philosophes prennent souvent un exemple, qui pourrait devenir réel : imaginons un fou qui ait installé une bombe atomique quelque part, et qui va détruire l’humanité, elle va exploser dans heure. Faut-il le torturer pour le faire parler ? Il est fou, et convaincu et suicidaire. On ne peut le convaincre et on n’a pas le temps de le soigner, si cela était même possible. On doit, malheureusement, le torturer. Mais torturer un enfant, non. En tout cas, comme je ne pense pas qu’il existe une morale qui ait une réponse à tous les cas possibles, il faut tenter politiquement d’agir de telle manière que de tels choix ne puissent pas se produire. Essayer, car rien n’est jamais acquis dans ce domaine, comme dans d’autres…

Mais sur ces convictions fortes, j’ai l’impression que disons, entre personnes modérées, ceux qui se gardent de la guerre civile et de la tyrannie, ces convictions fortes sont partagées, et les autres convictions sont accessibles à la raison, à la discussion ?

Il y a une conviction qui me parait absolument forte et moderne, c’est l’égalité en droit de tous les êtres humains.

La déclaration des droits de l’homme ?

Oui. Celle de 1789. Sauf que la Constitution qui a suivi était « machiste », puisque les femmes n’avaient pas le droit de vote. Il a fallu attendre en France 1945 pour que les femmes soient des citoyens à part entière !! Donc l’égalité en droit, et surtout, autant que possible (car cela prend plus de temps …), en fait : il faut la promouvoir, pas seulement la proclamer. C’est pour ça que je suis provisoirement favorable à l’idée de discrimination dite « positive », en anglais c’est mieux : « affirmative actions », actions positives. Une action positive en faveur de minorités qui sont, provisoirement espérons-le !, dans un équilibre précaire, pour de mauvaises raisons. Dans le trou… il faut pour elles une accélération, un coup de pouce, pour les faire sortir de l’eau. Passer le col. Et ensuite l’égalité de droit suffit. Ça ne peut être que provisoire. Je suis, oui je crois « dogmatiquement », attaché à cette idée d’égalité de Droit. Je ne vois pas comment on pourrait dire « oh non,les femmes, ou telle catégorie de citoyens, n’auront pas les mêmes droits ». C’est intolérable.

C’est l’idée forte qui est dans la démocratie ?

Oui, et ça a une conséquence sur les religions. Parce que si il y a des religions qui disent « les homosexuels n’ont pas les mêmes droits que les autres », que c’est un péché (le catholicisme actuel), ou que les femmes n’ont pas le même poids (dans l’Islam d’après la Charia, il faut je crois 3 femmes pour contrer le témoignage d’un homme), c’est inacceptable ! Pas de concession. C’est à eux d’adapter leur système de pensée au Droit laïc égalitaire que nous avons. Et nous ne devons pas faire de concessions. Je ne suis rien qu’un citoyen comme les autres, mais je suis persuadé qu’avoir renoncé en toute conscience à certaines idées, comme celle d’autogestion socialiste, ne saurait me pousser à me complaire dans des idées nihilistes, qui condamnent toute action comme étant vaine. On doit accepter les contraintes du réel. Mais on doit aussi tenter de l’améliorer, de défendre en lui ce qu’il a de beau, et d’essayer de le rendre moins mauvais, plus juste, pour “nous, mortels”, comme disaient nos maitres Grecs.

Retrouvez les autres parties de l’interview dans le sommaire !

00vote
Évaluation de l'article
S’abonner
Notifier de
guest

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

19 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires
trackback

[…] Cinquième Partie (en ligne) : Alain Boyer y décrypte son sujet de cours sur la tyrannie, pour mieux aborder la démocratie, les droits de l’homme, et les valeurs fondamentales qui seront toujours à défendre. Contre les extrémistes de tout poil. […]

pap
pap
13 années il y a

Toujours très intéressant ton entretien avec Boyer. ça fait du bien d'être entre citoyens respecteux. Je voudrais réagir et interroger à partir d'une phrase de votre entretien: "Il y a une conviction qui me parait absolument forte et moderne, c’est l’égalité en droit de tous les êtres humains." Je me demande d'abord si le mot conviction n'est pas employé dans un sens approximatif. A mes yeux la conviction est de l'ordre de la croyance; alors que les réponses de Boyer laissent à penser plutôt qu'il parle d'une principe accepté ou d'un choix politique et social ou civilisationnel. Et c'est important. Peut être Lomig, toi qui fait si bien les recherches indispensables dans les dictionnaires, pourrais tu nous rappeler les fondamentaux en la matière. Par ailleurs, si le principe d'égalité en droit pour tous est parfaitement souhaitable, il ne faudrait pas à nouveau tomber dans une sorte de grans n'importe quoi qui oublie les cas particuliers au nom d'une unité de bonne alois. Vous parliez des homosexuels: doivent-ils bénéficier des mêmes droits que les hétérosexuels en matière d'adoption, de procréation artificielle? Des droits de qui parle-t-on: de ceux des homosexuels ou de ceux des enfants considérés ou à naître? De la… Lire la suite »

Boyer
Boyer
13 années il y a

Je suis d'accord avec Lomig. On peut ne pas employer le mot conviction, mais je le trouve bon pour signifier des croyances morales auxquelles je vois difficilement comment un argument pourrait m'en faire changer, par exemple que l'esclavage ou le trafic d'êtres humains sont des horreurs à proscrire. L'égalité en droit de tous veut dire : devant la loi, bien sûr, et donc pas la liberté égale de tuer ou de voler ! , mais l'assurance que tous seront sanctionnés de la même manière, qu'ils soient riches ou pauvres, ce que disait déjà Périclès. Quant au mariage homosexuel, j'ai évolué sur ce point, et je ne vois pas au nom de quoi on l'interdirait. De même, l'adoption est autorisée pour les célibataires : il suffit qu'un(e) homosexuel(le) se déclare célibataire pour adopter ! Les études empiriques semblent montrer que l'enfant désiré par ces couples est plutôt plus heureux qu'un enfant battu par un couple hétéro marié et alcoolique ! En bon libéral, ce qui n'est pas dangereux pour un tiers n'a pas à être interdit entre deux adultes (principe de John Stuart Mill (1862))

Merci Pap !

Alain Boyer

Boyer
Boyer
13 années il y a

Merci Lomig. Mais je ne change pas d'avis. Ma femme (décédée d'un cancer en 1995, notre fille ayant alors 3 ans…) travaillait sur l'adoption. C'est un problème très compliqué, mais contrairement à ce que tu me sembles soutenir, le Droit français met au centre de tout "l'intérêt de l'enfant". C'est en toute lettre dans la loi. Et dans la jurisprudence. Je n'ai pas sans doutes les mêmes sources d'information que toi, mais jusqu'à preuve du contraire, je soutiendrai que la France de ce point de vue n'est pas très différente des autres pays, dont beaucoup, en Europe, acceptent le mariage et donc l'adoption homosexuelle. Je ne suis pas d'accord sur ce point avec le Président de la République. Il me semble clair qu'un enfant aimé par deux pères ou deux mères qui l'ont désiré sera en meilleure posture qu'un enfant élevé par une mère seule, plaqué par le "père" biologique, ou par deux parents hétéros "indignes". Pagnol dans Fanny le dit très bien : le vrai père, la vraie mère, c'est celui qui élève et qui aime. J'ai évolué sur cette question, et je me refuse à dire, pardonne moi, que ce que je considère maintenant comme licite soit équivalent… Lire la suite »

Boyer
Boyer
13 années il y a

"Le fait que des brutes détruisent des enfants n'est pas un argument pour ou contre l'adoption par un couple homosexuel, il me semble. Ce n'est pas parce que le pire existe déjà, qu'il faut autoriser n'importe quoi."

Bon, disons, cher Lomig, que cette phrase pouvait porter à confusion. Le "n'importe quoi" (c'est mon côté Prof…) ne peut logiquement porter dans le contexte de cette phrase que sur l'adoption homo…

Je demeure dubitatif sur le reste (la difficulté plus grande en France qu'ailleurs (où?) de sortir un enfant d'une famille maltraitante. Je ne suis plus assez informé. Il faut des enquêtes empiriques sérieuses. La question philosophique est celle du principe de l'acceptation ou du refus de l'adoption homo. Je demeure pour l'instant non défavorable à ce principe…

Bis bald !

Alain

pap
pap
13 années il y a

Merci de votre échange sur ce point si important des besoins des enfants même si rien ne nous permet en effet de définir le bien absolu. Le bonheur individuel est loin de le réussite de populations: qui saurait dire les éventuelles relations de causalité entre l'épouventable tyrannie de Mao tsé toung et l'actuel rebond extraordinaire de la Chine? Je ne plaide rien, je m'interroge seulement sur la possibilité d'utiliser des indicateurs tels que le bien être individuel quand on réfléchit en terme de société. J'aimerais aussi revenir sur la dernière phrase de ma récente réaction à la très instructive l'interview de boyer: "un principe trop général, en particulier sous forme de "conviction" n'est ce pas à nouveau ouvrir la porte aux idéalistes de la révolution permanente?" D'autant que je suis tombé ce soir sur une phrase de Gérard Haddad qui m'a interpellée par rapport à notre discussion initiale: "Tout projet totalitaire repose sur l'illusion d'un savoir absolu possible" Il faut accepter une part de non connaissable ou d'équivoque pour que le langage humain, grâce à son empilement de métaphores et de métonymies, laisse une place où le désir puisse se faufiler. L'avenir c'est d'abord des mots, comme le passé, comme… Lire la suite »

Boyer
Boyer
13 années il y a

A part en maths, presque tous les concepts sont vagues, au sens technique du terme. Mais je n'ai pas l'habitude d'utiliser les termes de manière "approximative", au sens où Pap me le reproche, et n'ai pas besoin de recherches léxicales (car je les ai faites, je ne suis pas payé pour "blabalter", mais pour faire des cours de philo "informés", à partir de la lecture de milliers et de milliers de pages …) ) pour savoir pourquoi j'ai employé pour parler de mes (nos, j'espère..) intuitions morales bien réfléchies, comme dirait Rawls, comme des "convictions", à savoir, ce dont je suis convaincu d'un point de vue moral, tout en étant ouvert à la discussion sur tel ou tel cas.. Aucun argument ne saurait me faire changer fondamentalement d'avis sur mon jugement moral sur l'esclavage ou sur Auschwitz. Je n'ai en revanche aucune conviction bien ancrée sur le Bien. Mais le mal, si… Le problème n'est pas dans le mot "conviction", mais dans la question de savoir si dans le domaine moral, il est bon d'en avoir quelque unes ou pas du tout. Je pense qu'il faut en avoir de bien ancrées, pour ne pas accepter la violence inutile, la tyrannie,… Lire la suite »

pap
pap
13 années il y a

Merci Alain de ta réaction. Je comprends mieux le contexte de tes interventions forts intéressantes, à savoir, si je saisis bien, résumer ton évolution politico-intellectuelle. C'est effectivement important pour moi qui suis de ta génération, qui ai une expérience politico-intellectuelle tout à fait comparable, et qui m'interroge en permanence sur les raisons qui m'ont fait passer de Rocard en 69 à Sarkosy en 2007, avec comme tu le disais dans tes premières interventions, un sentiment d'évolution et non de rupture ou de trahison. Je considère même que Sarkozy matérialise enfin une illustration de mai 68, situationnistes compris. Et je suis très troublé par le fait que le même Sarkozy vilipende les séquelles soixante-huitardes: beaucoup de flou, de dérives, de lieux communs qui interdisent un débat calme, fondé sur des éléments objectifs; on est dans la sensibilité ou le "spectacle"; et il faudrait tes compétences de philosophe pour faire un tri soigneux, une analyse froide. Je te disais que mon vécu est sans doute très proche du tien: mon père quittant l'Autriche en 1929, mon refoulement de la route de Pilzen le 21 aout 68 par les forces communistes, mon écoute de Rocard venant dans le foyer de ma cité universitaire… Lire la suite »

Laure
13 années il y a

Je suis quand même surprise des espoirs placés sur Sarkozy. Certes ce n'est pas un dictateur, mais ce n'est pas un libéral non plus. Son jeu consiste à garder le pouvoir et à faire beaucoup de "mousse" médiatique, il est excellent dans ce rôle. Il n'a rien fait de concret pour le moment et je suis persuadée qu'il ne fera rien.

Le vrai libéral est un abolitionniste, pas un interventionniste. Et dieu sait qu'il y en a des choses à abolir dans ce pays !

Mulder
Mulder
13 années il y a

pourquoi ne pas supprmier les 35 h? C'a a l'air frappé du bon sens dit comme ca.Mais Sarkosy doit prendre certaine contrainte de politique interieure. Notamment le fait que les francais y sont majoritairement ,encore,favorable,sur le principe. Comme je l'avais dit ,sur un autre blog je crois, Sarkosy n'est pas un reformateur à la tatcher ou à la reagan. Je pense dailleurs que notre epoque ne s'y prete pas. Pour confirmer ce point je vous renvoie à la reforme des regimes speciaux ou Sarkosy avait les moyens d'imposer plus "brutalement" cette reforme et laisser les syndicats exsangues par une victoire "eclatante (il avait apres tout les marges manoeuvres politique pour le faire au vu de l'adhesion de la population) mais il a preferé ne pas laisser les syndicats sur le bord de la route. J'ai le sentiment qu'il est plus pragmatique qu'autre chose.Adepte des petits pas il est à mon sens ,à lui tout seul(avec l'aide des medias),un generateur de débats puissant plus qu'un reformateur glorieux. Pensez donc à l'impossibilité de parler de politique de securité à une certaine epoque. Mais son passage a l'interrieur à changé la donne dans ce domaine là,meme si les resultats chiffrés sont ,à mon… Lire la suite »

trackback

[…] Cinquième Partie (en ligne) : Alain Boyer y décrypte son sujet de cours sur la tyrannie, pour mieux aborder la démocratie, les droits de l’homme, et les valeurs fondamentales qui seront toujours à défendre. Contre les extrémistes de tout poil. […]