Eloge de l’action

Un sentiment que j’ai eu ce matin : il n’y a pas d’autres moyen pour vivre bien que d’être dans l’action. Peu importe, à la rigueur, les actions que nous menons ; mais il faut en prendre toujours un peu plus que ce que nous pouvons. C’est le meilleur moyen pour avoir besoin de prioriser, de faire des choix. Et faire des choix, c’est le seul moyen de se sentir libre. L’harmonie, l’équilibre ne sont pas des états de consciences statiques, mais bien le résultat de choix. Ce n’est pas pas la pensée qui nous permet, seule, d’arriver à une quelconque harmonie :

Chose remarquable et trop peu remarquée, ce n’est point la pensée qui nous délivre des passions, mais c’est plutôt l’action qui nous délivre.

Alain (Emile Chartier, dit) (1868 – 1951) philosophe, journaliste, essayiste et professeur de philosophie français

Et puis, l’action est nécessaire aussi parce sans mouvement, il n’est pas possible d’équilibrer un système. Nous – les humains – sommes par définition des systèmes dynamiques, et en équilibre. En équilibre dynamique.

La vie, c’est comme une bicyclette, il faut avancer pour ne pas perdre l’équilibre.

Albert Einstein (1879 – 1955) physicien théoricien allemand, puis helvético-américain

Il faut faire pour pouvoir choisir, il faut faire pour qu’un équilibre soit possible. Sans action, pas d’équilibre, et pas de liberté. C’est ce sentiment que j’ai eu ce matin : plus j’ai de choses à faire, et plus j’éprouve de facilité à faire des choix, et plus j’apprécie chaque chose que je fais. L’inaction est souvent source de réflexions faussées, circulaires. La pensée pleine, consciente, vive, je la compte au nombre des actions. Vive l’action ! Ne pas avoir trop de temps pour soi est certainement le meilleur moyen d’être vraiment soi-même. Et ce n’est pas un paradoxe, justement.

5 1 vote
Évaluation de l'article
S’abonner
Notifier de
guest

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

7 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires
Christophe
13 années il y a

J'aime bien ce que tu écris Lomig !! C'est tellement vrai, et cela me correspond tellement.

Ceci dit, après réflexion – une de plus – sur ce thème – l'action – , je me dis que c'est avant tout une peur de l'inaction – et du spleen dirait Beaudelaire !

Certains pourraient me répondre : "c'est bien ce qu'on dit ! "

Oui… … et non…

La question est de savoir si nous sommes motivés par l'envie d'être en mouvement, libre et heureux, ou par la crainte d'être maussade.

Enfin, je pense que selon la source de nos motivation, nos chemins pourront être bien différents.

Christophe
13 années il y a

Bonjour Lomig,

J'aimerais beaucoup de tu me racontes cette histoire de souris !!!

A très bientôt.

PS : nous reviendrons prochainement sur les mécanismes biologiques qui nous poussent à l'action. Ce sujet est très intéressant.

trackback

[…] grande source de réflexions, de doutes, de connaissances aussi. J’avais envie, suite à une discussion concernant l’action, notamment avec Christophe, de présenter un des concepts importants […]

Jean-Marc POSTIC
Jean-Marc POSTIC
3 mois il y a

Je suis d’accord à condition de considérer la réflexion, la contemplation, le rêve, l’introspection, l’analyse … etc…. comme de l’action. Être mélancolique fait partie de la vie. Sans excès bien entendu. Et on peut être en introspection sans être malheureux nécessairement. Je suis toujours gêné par le » il faut que » et par les doctrines qui poussent à être monolithique.