De la bouillie de cerveaux !

Faire du pop-corn avec des téléphones portables, c’est possible ? Bien sûr que non. Un rapide tour des connaissances sur les effets des ondes des portables sur la santé montrent qu’ils sont sans effets connus. Ni sur les grains de maïs, ni sur nous. Pourtant des scientifiques de renom s’associent pour recommander de prendre des précautions. Recommandations bienveillantes, ou opération de communication intéressée ? Je penche pour la deuxième explication. La peur est un levier puissant.

Pourquoi ce billet ?

Tout a commencé chez Digiboy, qui faisait circuler une vidéo de gars qui font du pop-corn avec 4 téléphones portables. J’avais dit en commentaire qu’il s’agissait évidemment d’un truc pipeauté. Mon cousin m’avait aussi envoyé cette vidéo par mail. Ces vidéos ont en fait circulé partout. J’ai au passage découvert grâce à Authueil le très bon article de DirtyDenys qui remettait un peu d’ordre dans ce fatras.
J’avais répondu à mon cousin que si c’était possible de faire ça, mes couilles ressembleraient déjà à des raisins secs ! Hormis la grossièreté de mon propos, j’étais dans le vrai, bien sûr. Un peu de bon sens fait songer qu’il faut des centaines de Watt pour cuire du pop-corn dans un four micro-ondes ; et que la puissance moyenne d’un portable est de l’ordre du Watt. Il y a donc un rapport de 100 à 1000 entre la puissance nécessaire pour faire du pop-corn, et celle émise par 4 portables. Même si l’énergie restait dans les grains de maïs le temps de l’opération (ce qui n’est pas le cas), il faudrait donc … plusieurs heures (ou jours) pour faire du pop-corn avec des portables !
Il s’agissait d’une vidéo de promotion virale pour … fabricant d’oreillettes Bluetooth, qui a d’ailleurs dévoilé le pot aux roses peu après.

L’état des connaissances

S’il n’est pas possible de faire du pop-corn avec des portables, les gens sont par contre convaincus que le portable est dangereux pour la santé. J’ai donc eu envie d’aller faire ma petite bibliographie pour en avoir le cœur net, et faire un petit état de l’art des connaissances à ce sujet.
Une étude de l’OMS donne la conclusion suivante :

Recommandations pour les individus : l’état actuel des connaissances scientifiques ne justifie pas que l’on prenne des précautions particulières pour l’utilisation des téléphones mobiles. En cas d’inquiétude, une personne pourra choisir de limiter son exposition – ou celle de ses enfants – aux RF en abrégeant la durée des communications ou en utilisant l’option « mains libres » permettant d’éloigner l’appareil de la tête et du corps.

C’est clair, non ? Dans le dossier sur ce sujet réalisé par L’internaute, on peut également voir ceci :

Alors que le seul effet que l’on ait observé jusqu’à présent est un effet nocebo. L’effet Nocebo, c’est comme l’effet placebo sauf que la personne développe des symptômes au lieu de les éliminer ». Pour ne citer qu’une étude, James Rubin du King’s College à Londres en avril 2006, a étudié le comportement de personnes électro-sensibles. Qu’ils soient exposés à des signaux GSM ou à un signal simulé et donc sans effet, ces sujets déclarent ressentir des maux de tête. Conclusion de l’étude : le portable aurait un effet nocebo sur les personnes qui pensent être sensibles aux champs électriques. A l’heure actuelle, aucun effet à court terme de l’exposition aux RF, que ce soit celles des antennes-relais ou celles des portables, n’a pu être mis en évidence.

L’état actuel des connaissances scientifiques ne justifie pas que l’on prenne des précautions particulières pour l’utilisation des téléphones mobiles. Etude de l’OMS
Voilà qui règle le sort des migraines et autres nausées soi-disant causées par les téléphones portables.
Le même dossier – écrit en janvier 2008 – conclut de la manière suivante :

S’il n’y avait qu’une chose à retenir ici, ça serait l’attitude de précaution qui prévaut au sein de la communauté scientifique et des autorités. Elle est justifiée par le fait qu’aucune étude n’a pu prouver avec certitude un lien de causalité entre une utilisation excessive du téléphone portable avec l’apparition de tumeurs. Le fait que le contraire n’ait pas pu être démontré non plus rend légitime cette attitude de précaution.

Ce qui est finalement littéralement la même conclusion que celle de l’appel à la précaution des 20 chercheurs (dont le très connu David Servan-Schreiber) : les risques ne sont pas avérés, mais comme on ne peut pas prouver l’absence de risques, faisons attention. C’est très cohérent, et finalement cela semble inattaquable. Je pense que cet appel est une véritable connerie, et je vais vous dire pourquoi.

Obscurantisme, principe de précaution

D’un point de vue logique, d’abord : on ne pourra jamais prouver l’innocuité d’un produit vis-à-vis de la santé. Si on peut prouver l’aspect cancérigène de tel ou tel produit ou phénomène, pour telle L’échauffement provoqué est de l’ordre de quelques dixièmes de degrés. Vous prenez plus de risques en utilisant les transports en communs aux heures de pointes, qu’en téléphonant.ou telle dose, on ne peut pas prouver que quelque chose ne sera jamais mauvais. Cela conduit donc, en suivant le même raisonnement de précaution de principe, à utiliser le moins possible toute nouveauté, voire tout produit : je n’ai aucune preuve que les rayonnement émis par l’écran de mon PC ou de ma télé ne sont pas nocifs. Je coupe ? C’est le principe de précaution, poussé à l’extrême.
D’un point de vue des connaissances, ensuite. Les seuls effets connus pour l’instant des micro-ondes sur le corps humain sont un échauffement local des cellules de la peau :

Les microondes (ou hyperfréquences) ont pour effet, en présence de matière chargée en eau, par exemple, (c’est le cas du corps humain), de provoquer un échauffement, variable en fonction de la quantité d’énergie du rayonnement. C’est un effet bien connu de cette gamme d’onde. En fonction de la nature du matériau et de la fréquence du rayonnement, la quantité d’énergie à mettre en jeu pour provoquer une élévation de température significative est très variable. Ainsi, avec un téléphone mobile, l’échauffement provoqué dans les tissus superficiels de la tête par l’émission microonde est très faible, de l’ordre de quelques dixièmes de degrés Celsius dans la peau. Malgré un très grand nombre d’études réalisées aussi bien sur des cultures cellulaires in vitro que sur des animaux in vivo depuis plusieurs années, les chercheurs n’ont pu prouver l’existence de manière sûre et reproductible d’effets qui seraient pas dus à un échauffement créé par l’absorption des microondes, et qui posséderaient un réel impact sanitaire. Il convient donc de poursuivre les recherches afin de mieux comprendre les mécanismes d’interaction entre les rayonnements hyperfréquences et les tissus biologiques.

C’est plus que clair : l’effet de votre portable est moindre que si vous restiez quelques minutes dans une pièce un peu surchauffée. Vous prenez plus de risques en utilisant les transports en communs aux heures de pointes, qu’en téléphonant. Avez-vous arrêté de prendre le métro ou le bus ? Malgré ces conclusions, l’esprit de précaution à tout prix conduit certains sites (pourtant sérieux – du moins je le croyais -) à écrire des choses comme cette recommandation :

Les adolescents de moins de 15 ans ne devraient pas avoir accès à un mobile. Cette règle élémentaire n’est pourtant pas ou peu respectée par les parents. L’adolescent est particulièrement vulnérable aux rayonnements électromagnétiques qui se fixent rapidement et durablement dans leur organisme.

Outre que cette recommandation est stupide au vu des connaissances actuelles, l’explication est fausse et mensongère. Les rayonnements électromagnétiques ne se fixent pas dans l’organisme, et encore moins de manière durable. N’importe quoi ! L’interaction entre un rayonnement et la matière se fait par transfert d’énergie entre l’onde et les atomes qui constituent la matière (ici, les molécules des cellules). Le transfert peut conduire à l’ionisation des molécules, à l’excitation, ou à l’augmentation de leurs vibrations (pour faire rapide). Dans le cas des micro-ondes, le principal effet (le seul identifié) est un transfert d’énergie entre les ondes et les molécules d’eau, dont l’énergie de vibration augmente. On chauffe les molécules d’eau. Cette énergie thermique se dissipe rapidement. On nage donc en plein obscurantisme, et il suffit de chercher quelques minutes sur le oueb pour voir que les croyances de toute sorte ne manquent pas de vitalité, et que les sophismes vont bon train :

Il n’y a aujourd’hui pas de conclusion définitive sur le lien direct entre CEM non ionisant et l’apparition de maladies graves. Cependant, une quantité très importante de faits scientifiques et cliniques laisse entendre qu’il existe une relation entre CEM et cancer…

Ou comment dire une chose et son contraire dans la même conclusion…

Economie de la santé

Un dernier point, important également. Si l’appel de DSS et de ses collègues peut paraitre raisonnable (qui peut s’opposer à ce qu’on prenne des précautions, dans le doute ?), il montre un raisonnement fait en dehors de toute contrainte réelle, et en dehors de tout sens des priorités. Est-ce qu’il est plus urgent de faire des recherches pour déceler d’hypothétiques effets non-thermiques des micro-ondes sur le corps humains, ou est-ce qu’il vaut mieux aider à Est-ce qu’il est plus urgent de faire des recherches pour déceler d’hypothétiques effets non-thermiques des micro-ondes sur le corps humains, ou est-ce qu’il vaut mieux aider à contrer les carences en vitamine A et en Zinc de l’alimentation des pays pauvres ?
contrer les carences en vitamine A et en Zinc de l’alimentation des pays pauvres ? Est-ce que l’on aide plus la population en finançant des recherches sur la téléphonie mobile, ou en finançant des associations qui aident les enfants en difficulté ? Toute politique de santé publique implique des choix économiques guidé par le souci de l’efficacité, sauf à raisonner à budget non-constant.
Les chercheurs qui, même animés par de bons sentiments, orientent l’opinion publique vers des problèmes de seconde catégorie, non critiques, font preuve d’une étroitesse de vue surprenante ou – pire – défendent leur bout de gras en mettant un accent fort sur leur propre domaine de recherche. Quoi de mieux, pour récupérer des subventions pour ses recherches, que de mobiliser l’opinion publique sur un sujet donné, en faisant peur ?
La science permet de savoir ce que l’on sait ou pas. Elle est objective, et ne permet de savoir ce qu’il faut faire. Les recommandations normatives de ces chercheurs sont donc des prises de position politiques. Cherchez l’erreur !

0 0 votes
Évaluation de l'article
S’abonner
Notifier de
guest

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires
Criticus
12 années il y a

En fait, la seule preuve objective de l’échauffement de la peau dû à l’utilisation du téléphone (portable ou fixe) est que si la conversation dure longtemps et que l’on presse le combiné sur son oreille, celle-ci est réchauffée par le contact fixe d’un objet pendant une longue durée. Ce serait amusant que nos chercheurs-idéologues arrivent à cette conclusion.

LOmiG
12 années il y a

salut Criticus,
tu as bien raison de souligner cet effet qui est à mon avis le premier. Le contact avec un objet un peu chaud réchauffe le corps. Quelle surprise…!

Sérieusement, je trouve un peu grave toutes ces considérations, et toutes ces précautions, alors qu’il existe des choses plus urgentes, plus graves et plus avérées…!

à bientôt et merci pour ton commentaire !

max
max
12 années il y a

@ lomig : bon article lomig, effectivement il faut expliquer aux gens, encore et encore, ce qu’est la science et ce qu’elle peut apporter en terme d’aide à la constitution d’un jugement critique et relativiste sur le monde.

@ criticus : d’accord avec toi, ce sont des chercheurs idéologues. personnellement, ça me casse les couilles de les voir utiliser leur idéologie pour désinformer.

jacques
12 années il y a

Les victimes de l’amiante vont a-do-rer votre billet et les commentaires ci-dessus !!

jf.

UN chouka
UN chouka
12 années il y a

Pour ma part, la plus grande nocivité du portable réside dans l’adiction qu’il produit .
Parle t’on de la nocivité des solvants, des hydrocarbures dont la nocivité est avérée,lorsque nous savons qu’il suffit de les rèspirer ou de les avoir sur la peau, pour qu’ils pénètrent dans le corps et nuisent tout d’abord a la cellule hépatique au moins ? :->

trackback

[…] Syntaxe « De la bouillie de cerveaux ! […]

René
12 années il y a

Salut Lomig,

Parfaitement d’accord avec ton article. Je suis proprement révolté par ces utilisations répétitives de la peur, à des fins intéressées n’en doutons pas.

Les auteurs de ce « manifeste » sont des scientifiques, et savent donc pertinemment que leurs propos n’ont aucun fondement scientifique. Et bien d’autres vont jusqu’à énoncer sciemment des contre vérités…

Quant au principe de précaution lui-même, j’avais écrit un billet sur mon propre blog pour dire tout le mal que j’en pense :

http://renefoulon.canalblog.com/archives/2008/04/21/8849778.html

A bientôt.

Mathieu L.
12 années il y a

Je suis globalement d’accord avec ton article (comme quoi, ça arrive!). Je vous trouve cependant tous bien réactif à ce propos. Après tout, les scientifiques posent des questions, et je ne parviens pas à me persuader de la malhonnêteté de Servan-Schreiber. Ils vous disent: « usez avec modération » et ce n’est qu’un conseil, pas une fatwah. Ce qui est plus inquiétant, c’est la propension immodéré d’un nombre important de blogueurs et de médias à traduire cela par la crainte absolue des cancers généralisés et de la mort accélérée. Le vrai problème est là et est souvent le même dans le débat démocratique: à partir de textes modérés, on tisse un délire sécuritaire qui se répand toujours autant, et sur de nombreux points, autres que scientifiques. Là, on est face à la responsabilité du citoyen-consommateur. S’il pense que c’est dangereux, qu’il s’en passe, et s’il pense le contraire, qu’il s’en serve. Autant le texte des scientifiques que celui de l’OMS font des analyses valables, me semble-t-il, et qui mérite qu’on les prenne en considération. S’il y avait un vrai risque, je suis sûr que nos autorités prendraient alors les mesures qui s’imposent. Le téléphone portable pose bien d’autres problèmes d’intimité, de liberté… Lire la suite »

tintin
tintin
12 années il y a

Désolé de vous le dire mais vous êtes un irresponsable de critiquer un appel au principe de précaution émis par des médecins qui sont beaucoup plus compétents que vous sur le sujet. Dire à la population qu’il faut faire attention à l’utilisation des portables surtout pour les enfants est nécessaire car c’est évident qu’il y a danger. Si vous personnellement prenez à la légère cet appel et laissez vos gamins (si vous en avez) utiliser un portable de façon inconsidéré, c’est que vous êtes un peu trop sûr de vous. On n’a pas utilisé le principe de précaution pour l’amiante et le sang contaminé, on a vu ce que ça a donné, mais quelques milliers de victimes, on s’en fout. L’appat de l’argent est le plus fort.

UN chouka
UN chouka
12 années il y a

C’est en effet un autre aspèct nocif ce ces trucs dont je ne me sèrs pas d’ayeur .
En ville,il y a bien des gens qui ne peuvent pas faire bien deux choses a la fois et roulent a en exaspére ceux qui sont dèrière ………. ;-)
Mais d’une façon plus générique,ne peut’on pas dire aussi que toutes les activités artificielles de ‘l’humains » nuisent a l’ordre naturel ?
A partir de là, toute inovation peut etre concidéré comme dangeureuse ?
C’est donc a chacun de s’informer au mieux ,s’il le peut ,et de faire un choix pèrsonel ?
Cela resemble a la daube qui tue :-D

tintin
tintin
12 années il y a

L’appât de l’argent n’a rien à voir là-dedans. Alors là, tu te trompes complètement ou tu fais semblant de croire que non. En ce qui concerne le danger des portables, on sait très bien que certaines études ont été menées par des scientifiques dépendants des opérateurs mobiles. Bien entendu, ces études ont conclu qu’il n’y avait aps de danger. Idem pour les OGM, Monsanto fait du lobbying par sa stituation monopolistique, cette boîte dirige le monde et n’en a strictement rien à foutre d’empoisonner les gens à long terer. Ce qui l’intéresse, c’est le profit à court terme. Idem des lobbyies du nucléaire qui dénigrent les sources d’énergie alternatives. En ce qui concerne ta remarque sur le danger avéré ou non, elle n’est pas du tout crédible. On n’a bien entendu pas suffisamment de recul pour savoir si le taux de cancer augmente, on n’a pas de données statistiques aujourd’hui. C’est comme pour l’amiante, tu aurais dit la même chose il y a des dizaines d’années si des scientifiques avaient pondu un rapport précisant qu’il y a des risques sur la santé. On s’en est rendu compte trope tard. Etonnant, tu n’as pas répondu sur tes enfants. Tu vas leur… Lire la suite »

UN chouka
UN chouka
12 années il y a

Il me semble que le coté pèrvèrs d’une découvèrte, n’est parfois pas du tout ou nous croyons la trouver, justement :-)
La pratique est parfois accablante ?

trackback

[…] vous rappelez de nos discussions de l’autre jour à propos des dangers pour la santé des téléphones portables ? […]

trackback

[…] se tenait le premier volet du “Grenelle des ondes”. J’ai déjà parlé ici des risques liés à l’utilisation des téléphones portables, ou ceux liés aux antennes relais. Aucun […]