Citation #96

La vérité ne se décide pas à la majorité des voix. La vérité est la vérité, elle se reconnaît. Mais cette vérité-là ne peut pas elle-même être reconnue dans le monde hyperpolitisé et hypermédiatisé où nous vivons et où toute valeur disparaît au profit du nombre. C’est le nombre de ses fans qui fait de Loana une star plus que ses qualités intrinsèques. Et c’est le nombre de participants au sommet antilibéral de Porto Alegre ou au Forum des puissants de Davos qui permettent de focaliser l’attention des médias et des hommes politiques.
[…] Non, le Forum de Davos, les grandes entreprises multinationales, le FMI et la Banque mondiale ne sont pas l’expression ni même le symbole du capitalisme!
N’est-il pas paradoxal, en effet, de faire du FMI ou de la Banque mondiale des symboles du capitalisme, alors qu’il s’agit là d’organisations interétatiques ? Les ressources qu’ils distribuent ont nécessairement été produites par les efforts de personnes privées auprès desquelles elles ont été prélevées. Et elles sont essentiellement redistribuées à des États et à des organisations publiques, c’est-à-dire à des personnes irresponsables, puisqu’elles n’engagent pas leurs propres ressources et qu’elles ne subissent pas la sanction de leurs erreurs. Car les habitants des pays pauvres ne sont pas les victimes du capitalisme mondial, ils sont bien au contraire les victimes d’un manque de capitalismeC’est ainsi que le FMI et la Banque mondiale ont gaspillé des ressources considérables, qu’ils ont incité une myriade d’autres organisations et États à faire de même et qu’ils ont aidé à se maintenir en place des régimes aussi nuisibles que corrompus. Car les habitants des pays pauvres ne sont pas les victimes du capitalisme mondial, ils sont bien au contraire les victimes d’un manque de capitalisme. Ce n’est pas sur les marchés mondiaux qu’il faut trouver la source de leurs maux, mais chez eux-mêmes: ce sont les États des pays pauvres qui les maintiennent dans la pauvreté en empêchant les initiatives privées, en spoliant les plus actifs, les plus courageux, les plus innovateurs, en détruisant la morale naturelle – si indispensable au développement – par le développement de la corruption.
Qu’est-ce que le capitalisme en réalité?
On fait également fausse route en ramenant le capitalisme à la seule existence de quelques grandes firmes. Comme l’a si bien souligné l’auteur péruvien Hernando de Soto, dans de nombreux pays sous-développés on appelle capitalistes les propriétaires de grosses entreprises qui vivent en symbiose avec l’État, qui vivent de subventions, de privilèges, de protections douanières et qui, en retour, soutiennent les hommes politiques en place. Mais ils ne méritent pas le beau nom de « capitalistes », ni même celui d’entrepreneurs. Ils ne sont que des nomenklaturistes, des parasites sociaux, qui non seulement vivent aux dépens des autres, mais encore les empêchent de se développer. Les vrais capitalistes, ce sont tous ces hommes et ces femmes – qu’ils soient pauvres ou aisés, petits entrepreneurs, agriculteurs ou artisans – qui développent des trésors d’imagination pour survivre, imaginer, créer, en dépit des obstacles fiscaux, législatifs et réglementaires que leur opposent les détenteurs du pouvoir.
Être capitaliste, c’est se voir reconnaître la propriété du fruit de son travail, de ses efforts, de son imagination. Et toute la dignité de l’homme lui vient donc de sa capacité à être capitaliste. Comment se fait-il alors qu’il soit si difficile de se dire favorable au capitalisme, d’en défendre les valeurs? On pourra voir un indice inquiétant des dérives intellectuelles de notre temps en considérant l’extraordinaire contraste qui existe entre, d’une part, le « battage médiatique » mondial qui entoure la rencontre de Porto Alegre – ainsi que, dans une moindre mesure, la réunion du Forum de Davos –, et, d’autre part, cette formidable initiative qu’a été, le 2 décembre dernier, la « marche pour le capitalisme » qui s’est déroulée dans une presque centaine de villes à travers le monde. Cette « marche » – dont l’initiative revient non pas à quelque « gros capitaliste », mais à un chanteur des rues australien – est passée presque inaperçue, d’une part bien sûr parce que les organisateurs de ces différentes manifestations étaient loin de bénéficier des aides financières disponibles pour les autres, mais aussi parce que le silence médiatique a été presque total. Mais, répétons-le, ce n’est pas le nombre qui fait la vérité.
Pascal Salin

5 1 vote
Évaluation de l'article
S’abonner
Notifier de
guest

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires
RST
RST
13 années il y a

Mon cher LOmiG,
quand j’ai envie de rire (jaune parfois) je passe chez toi. Je ne suis jamais déçu :razz:

Après le communisme qui n’a pas fonctionné parce qu’il n’y avait pas assez de communisme, voila maintenant le capitalisme qui ne fonctionne pas car il n’y a pas assez de capitalisme !!!

L’article perd toute sa crédibilité lorsque l’on lit des phrases comme : « le « battage médiatique » mondial qui entoure la rencontre de Porto Alegre »
Il se fout de qui Salin quand il écrit une énormité pareille ? Qui parle de Porto Allegre en dehors des petits cercles d’initiés alter-mondialistes ?

Criticus
13 années il y a

Cette longue citation me fait penser, par comparaison, aux éditorialistes de gauche qui voient dans la crise actuelle le fait du capitalisme… Certains vont même jusqu’à dire que Sarkozy a trop libéralisé l’économie française, et qu’il est urgent de réétatiser tout cela ! Alors que l’État prélève la moitié du PIB français…

LOmiG
13 années il y a

salut Criticus !
oui, on marche sur la tête. Le problème c’est que comme les anti-libéraux mettent tous les problèmes sur le dos du capitalisme, et qu’ils ont de puissants relais dans le monde médiatique, cette idée a finie par être une sorte de lieu commun accepté par tout le monde. Et ce n’est pas parce qu’il est accepté par quasiment tout le monde, que c’est la vérité. Ce que rappelle fort justement P Salin.

à bientôt !

Le Champ Libre
13 années il y a

Bon texte de Pascal Salin.

Coluche disait lui : « C’est pas parce que vous êtes nombreux à avoir tort que vous avez raison »

:razz:

LOmiG
13 années il y a

Salut Le Champ Libre,
merci pour ton passage ici…oui, la phrase de Coluche illustre bien l’intro et la conclu du texte.

Salin est rarement à côté de la plaque. Je crois qu’il y a une tribune de lui dans les échos ou la tribune demain, sur la crise financière.

à bientôt !

Ozenfant
13 années il y a

Comique de penser que les personnes qui gèrent l’économie ne savent même pas que le libéralisme virtuel de la bulle financière des paris boursiers du casino mondial, n’a rien à voir avec le vrai libéralisme de l’économie réelle.

Si on n’a pas compris cela on ne peut rien comprendre à ce qui se passe aujourd’hui dans le monde.

Comique de penser que les entrepreneurs avec qui je discute depuis (en gros) 1980 connaissent par coeur les blocages rédhibitoires qui les empêchent de se développer, d ‘embaucher et d’investir.
On dirait qu’il existe 2 FRANCEs :
1° Celle qui produit, détestée de tous, celle qui connaît ses propres besoins que personne ne veut écouter.
2° Celle qui SAIT ce qui est bon pour ces pauvres cons qui entreprennent, qui risquent, qui produisent !

Enfin, quelle comédie de vouloir un nouveau Brettonwood, alors qu’on ose même pas aborder la règle qui devrait être pour tous les états la règle
N° 1 pour rendre difficile la corruption : L’interdiction des transactions occultes et des paradis fiscaux.

trackback

[…] Sur le capitalisme et le sommet de Davos […]