De la fumisterie intellectuelle

Bertrand Russell est un philosophe que j’apprécie. Je n’ai donc pas résisté quand je suis tombé sur ce petit essai écrit en 1943, « De la fumisterie intellectuelle » (Editions de l’Herne). Il se lit rapidement et son propos est très simple (même si un peu daté) :
L’homme est un animal crédule, il a besoin de croire et, à défaut de fondements solides à sa croyance, il se contentera de fondements bancals.
Et Russell de passer en revue un certain nombre de croyances de ses contemporains, notamment religieuses, ou sur les femmes, avec un esprit critique décapant. C’est tout à fait juste sur le fond, et le côté daté de certaines réflexions nous force à nous questionner sur nos propres croyances. Si Russell, invité en 1940 à donner une série de conférence à New-York, a déclenché malgré lui une véritable polémique (pour les aspects anti-religieux de sa pensée critique), quels en sont les équivalents de nos jours ? Nous avons quelques éléments de réponse
Ce petit essai devrait faire partie des textes que l’on découvre au lycée : facile d’accès, direct, et faisant la promotion d’un esprit critique et lucide salutaire. J’en ai gardé quelques citations, et cette liste (que je recopie en supprimant des passages entiers, et en créant les mises à la ligne, pour la rendre digeste) de conseils pour éviter les « erreurs idiotes ».
Pour se soustraire aux opinions ineptes auxquelles les hommes ont tendance, nul besoin d’être un génie. Voici quelques règles simples qui vous prémuniront, sinon contre l’erreur, du moins contre les erreurs les plus idiotes.
– Si la question peut être élucidée par l’observation, observez de vos propres yeux. Aristote aurait pu éviter l’erreur de croire que les femmes ont moins de dents que les hommes s’il s’était donné la peine de demander à Madame Aristote d’ouvrir la bouche et s’il s’était mis à compter. (…) Penser savoir quand on ne sait pas est une erreur fatale, à laquelle nous sommes tous enclins. (…)
-Même si, comme la plupart de vos semblables, vous avez des idées bien arrêtées, il est toujours possible de prendre conscience de vos propres préjugés. Si la moindre contradiction vous met en colère, c’est qu’inconsciemment vous vous savez incapable de justifier l’opinion qui est la vôtre. (…) Les controverses les plus hargneuses portent sur des questions qui n’admettent de preuve ni d’un côté ni de l’autre. (…) Quand une divergence d’opinion vous irrite, méfiez-vous : vous verrez peut-être, après examen, que votre croyance va au-delà de ce que justifient les preuves.
-Pour se débarasser de certains dogmatismes, rien de tel que de se confronter aux opinions qui ont cours dans d’autres sociétés que la nôtre. (…) Si vous n’avez pas l’occasion de voyager, fréquentez des gens avec lesquels vous n’êtes pas d’accord et lisez un journal favorable au parti opposé. Si vos interlocuteurs et votre journal vous paraissent fous, pervers et méchants, songez que c’est aussi ce qu’ils pensent de vous. Or l’une ou l’autre partie peuvent avoir toutes les deux raisons, mais elles ne peuvent toutes les deux avoir tort. Cette réflexion devrait vous inciter à la prudence.(…)
-Avec un peu d’imagination, vous pouvez polémiquer avec un interlocuteur qui défend un préjugé différente du vôtre. Ce dialogue fictif présente un avantage, et un seul, par rapport à une polémique réelle : il n’est limité ni dans le temps ni dans l’espace. (…) Il m’est arrivé d’être amené à changer d’avis en conséquence de ce genre de dialogue imaginaire ou, au moins, de devenir moins dogmatique et arrogant en pesant les arguments d’un hypothétique adversaire.
-Méfiez-vous des opinions qui flattent votre amour-propre.
-Il est bien d’autres passions que l’orgueil qui nous induisent en erreur, et la principale est sans doute la peur. La peur opère tantôt directement, en propageant des rumeurs ou en brandissant des spectres terrifiants, tantôt indirectement, en nous faisant miroiter une perspective rassurante, comme l’élixir de vie ou le paradis pour nous et l’enfer pour nos ennemis. (…) La peur entretient la superstition et la méchanceté. Surmonter sa peur, c’est le premier pas vers la sagesse dans la recherche de la vérité comme dans la quête d’une vie digne.

4.5 4 votes
Évaluation de l'article
S’abonner
Notifier de
guest

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires