dans Empty

Spécialisation ou créativité ?

Media_httpwwwlomigung_vjkog

J’ai entendu parler l’ancienne femme de Gainsbourg, hier à la radio. Elle le décrivait comme un génie, excellent dans tous les domaines : doué en peinture, comme en musique. Cela m’a refait penser à la figure fascinante des grands génies, merveilleux touches-à-tout, comme Archimède, ou Lénoard de Vinci.

Bien sûr, un tel éclectisme n’est plus vraiment possible. Mais je ne me résoudrais jamais à ne plus pratiquer qu’une seule activité. Ne serait-ce que parce que je dois équilibrer ma vie de famille, avec ma vie professionnelle.

C’est un équilibre, à nouveau, à trouver : entre la spécialisation (indispensable pour aller loin), et la multidisciplinarité (indispensable pour être créatif), il faut s’adapter et trouver une juste répartition.

Tout le monde, en y passant du temps, peut appréhender n’importe quel domaine ; pas y exceller, bien sûr, mais simplement l’appréhender, s’en enrichir l’esprit, se servir des nouvelles connexions ainsi créées. Ce qui manque, c’est donc le temps.

Pour rester sur un bon équilibre, il convient donc de gérer son temps, de prioriser, et de s’organiser. C’est-à-dire être capable de lâcher certaines choses, et aussi faire l’effort de consacrer un peu de temps, chaque jour ou chaque semaine, aux choses que l’on veut continuer à développer.

Cela implique de se poser les bonnes questions : qu’est ce que moi je veux faire de ma vie ? Qu’est-ce qu’une vie réussie ? Je n’ai pas la réponse, simplement des éléments. Et vous ?

Write a Comment

Commenter

  1. Je pense qu’il vaut mieux savoir un petit peu de tout que tout d’un petit peu. Et, de toute façon, mon tempérament me pousse à cela. En revanche, il semble que notre société préfère les spécialistes. Je pense que cela va au détriment de l’épanouissement humain.

  2. Salut Eric,merci pour ton passage ici ! Oui : je partage ton point de vue…j’ai besoin de naviguer dans plusieurs univers différents, avec des personnes différentes, des modes d’interaction différents, pour exister et me sentir vivre. Par contre, la spécialisation apporte aussi un certain confort intellectuel qui est certainement agréable et profitable aussi. Toi-même, tu es spécialisé, non ?

  3. @ Eric : au passage, je ne saurais assez te recommander le visionnage de la vidéo de Ken Robinson que je linkais dans le texte :<object height= »326″ width= »334″><param></param><param /><param></param><param></param> <param /><embed allowfullscreen= »true » src= »http://video.ted.com/assets/player/swf/EmbedPlayer.swf » type= »application/x-shockwave-flash » height= »326″ flashvars= »vu=http://video.ted.com/talks/dynamic/SirKenRobinson_2006-medium.flv&su=http://images.ted.com/images/ted/tedindex/embed-posters/SirKenRobinson-2006.embed_thumbnail.jpg&vw=320&vh=240&ap=0&ti=66&introDuration=16500&adDuration=4000&postAdDuration=2000&adKeys=talk=ken_robinson_says_schools_kill_creativity;year=2006;theme=the_creative_spark;theme=top_10_tedtalks;theme=how_the_mind_works;theme=how_we_learn;theme=master_storytellers;theme=bold_predictions_stern_warnings;event=TED2006; » width= »334″></embed></object>

  4. Comme souvent, se poser la question, c’est commencer à y répondre. Et c’est encore plus vrai et plus important quand c’est sur ce qu’on veut faire de sa vie!Perso, je me rends compte que de me mettre des objectifs / rdv atteignables, m’aide à faire plus de choses. Par exemple, faire 1 fois du sport dans la semaine, tester 1 nouvelle recette de cuisine, aller à mon cours de japonais, etc. J’ai fait ces choix naturellement mais me rend compte, a posteriori, que c’est assez équilibré sport / intellec /convivialité.En tous cas, merci de nous donner l’occasion de nous poser, et de nous poser ces questions :)

  5. Salut Claire !merci de ton passage ici et pour ton commentaire qui nous permet de partager TES priorités. Les miennes : un peu de famille (beaucoup), un peu de blogs (beaucoup, lecture et écriture), un peu de travail d’ingénieur (beaucoup), un peu de lecture, un peu de ciné/DVD/série, un peu de squash, un peu de musique (trop peu), un peu de soirée avec des amis. et beaucoup de bon vin pour accompagner le tout :)à bientôt

  6. Ce sont en partie des priorités mais pas formulées aussi clairement : c’est plutôt du temps que je prends pour moi en dehors du boulot. Si on ne se met pas de limites, avec un boulot passionnant, on a vite fait de se désequilibrer!C’est d’ailleurs quelque chose que j’apprécie chez toi : donner un cadre, des limites et des priorités (et donc donner du sens) et d’investir pleinement à l’intérieur de ce terrain de jeu.

  7. Salut Claire,tu fais bien de parler de terrain de jeu ! C’est comme ça que je prends les choses : vu qu’il n’y a pas de sens absolu, et que c’est nous qui apportons du sens, il faut toujours garder à l’esprit le jeu. J’avais d’ailleurs linké vers une conférence qui parle du jeu l’autre jour : La place du jeu !

  8. […] ceux que ça intéresse, j’avais déjà renvoyé vers une conférence pour TED.com du même K. Robinson, parlant de créativité (il y a […]