Equilibrer la tolérance : une nécessité !

Commençons – comme d’habitude – par une définition :

Tolérance :

  1. Fait de tolérer quelque chose, d’admettre avec une certaine passivité, avec condescendance parfois, ce que l’on aurait le pouvoir d’interdire, le droit d’empêcher.
  2. État d’esprit de quelqu’un ouvert à autrui et admettant des manières de penser et d’agir différentes des siennes.

et par une citation :

Tolérer, c’est accepter ce qu’on pourrait condamner, c’est laisser faire ce qu’on pourrait empêcher ou combattre. C’est donc renoncer à une part de son pouvoir, de sa force, de sa colère. […] La tolérance ne vaut que contre soi, et pour autrui. Il n’y a pas de tolérance quand on n’a rien à perdre. […] Tolérer, c’est prendre sur soi. […]
André Comte-sponville (1952 – ) Philosophe français

La tolérance n’est pas une valeur positive en soi ; c’est – comme pour beaucoup de choses – une valeur pour laquelle le juste équilibre est à chercher. Trop et trop peu sont synonymes d’aspects négatifs.
Pas assez de tolérance, c’est ce qu’on appelle le sectarisme ou l’intégrisme.

Tolérance. C’est arriver à penser : « Bien que je croie avoir raison, et que la vérité existe, je ne ferai rien pour vous l’imposer »

Albert Memmi (1920 – 2020), écrivain et essayiste tunisien, Extrait d’ Exercice du bonheur

Les excès des religions de tous poils illustrent bien l’intolérance.
Mais, Trop de tolérance, c’est ce qu’on appelle le laxisme, ou la complaisance :

Sous prétexte de tolérance, on devient complaisant.

Marie-France Hirigoyen (1949 – ) psychiatre et psychothérapeute familiale française.

Il est important dans nos sociétés ouvertes, qui ont fait l’effort pendant longtemps, et c’est un grand bienfait, de conquérir la tolérance pour pouvoir vivre en paix, de ne pas s’enfoncer dans l’excès qui est l’inverse de l’intolérance, à savoir la complaisance.

Toute tolérance devient à la longue un droit acquis.

Georges Clémenceau (1841 – 1929) homme d’Etat français, extrait d’Au soir de la pensée

Tout ce qui vient empêcher l’ouverture, tout ce qui veut voir disparaître la tolérance, on doit le combattre, et ne pas le tolérer. Il est important de tolérer ce qui est tolérable, et d’être intolérant avec ce qui ne l’est pas. Qu’est ce qui ne l’est pas ? la violence physique et psychologique faite à l’enfance n’est pas tolérable. La violation flagrante de liberté individuelle n’est pas tolérable. Le racisme n’est pas tolérable. D’une manière générale, et sans tomber dans le légalisme, toutes les entorses faites aux règles de vie communes (le Droit) sont intolérables.Soyons assez intelligent pour reconnaître l’intolérable, afin de continuer à vivre dans une société tolérante !
Pour finir, une petite citation sur les rapports entre religion et tolérance, qui fait tout de même penser à l’Islam :

Une religion qui peut tolérer les autres ne songe guère à sa propagation.

Montesquieu (1689 – 1755) penseur politique, précurseur de la sociologie, philosophe et écrivain français des Lumières

00votes
Évaluation de l'article
S’abonner
Notifier de
guest

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires