Pour une plus juste répartition des richesses : solidarité ou charité ?

Comment répartir mieux les richesses ?

Face à l’injustice des ressources très inégalement réparties entre les hommes, on ne peut que souhaiter une plus juste répartition. Pour quelle raison certains devraient être pauvres, simplement à cause du fait qu’ils ne sont pas nés au bon endroit ? La redistribution des richesses est une nécessité impérieuse, pour qui a un tant soit peu le sens de la justice. L’ampleur et le mode d’organisation de cette intervention des hommes sur la répartition des richesses sont les vrais problèmes…Et ces deux aspects de la question sont plus liés qu’il n’y parait de prime abord : selon le mode d’intervention choisi, l’ampleur ne sera pas forcément la même.

Don et redistribution, charité et solidarité : quelques définitions

Deux grands styles de re-répartition des richesses existent : le redistribution et le don.

Redistribution
Ensemble des opérations par l’intermédiaire desquelles une partie des revenus est prélevée sur certains agents économiques ou catégories sociales pour être reversée au bénéfice d’autres

Don

Action de donner, de céder gratuitement et volontairement la propriété d’une chose

La différence est claire : dans un cas (la redistribution) il s’agit de quelque chose d’organisé collectivement, et dans l’autre (le don) il s’agit d’un acte individuel.
C’est pour ça qu’on peut relier ces deux modes à deux motivation, ou deux conceptions un peu différentes ; la redistribution va avec l’idée de solidarité :

Solidarité :

  1. Dépendance mutuelle entre les êtres humains, existant à l’état naturel et due au besoin qu’ils ont les uns des autres. Responsabilité mutuelle qui s’établit entre les membres d’un groupe social.
  2. Devoir moral, résultant de la prise de conscience de l’interdépendance sociale étroite existant entre les hommes ou dans des groupes humains, et qui incite les hommes à s’unir, à se porter entraide et assistance réciproque et à coopérer entre eux, en tant que membres d’un même corps social.

et le don va avec l’idée de charité :

Charité :

  1. Principe de lien spirituel, moral qui pousse à aimer de manière désintéressée.
  2. Amour mutuel des hommes, considérés comme des semblables; humanité, philanthropie
  3. Établissements, fondations, congrégations ayant ces actes pour but.

Il n’y a pas lieu, à mon avis, de discuter du bien-fondé moral de l’une ou l’autre de ces conceptions (charité ou solidarité) : l’une et l’autre sont intéressantes, et ce qui compte c’est plus l’efficacité des modes de redistribution qui vont avec, que leur valeur intrinsèque. Soyons pragmatiques. Ces deux approches sont nécessaires : il faut être solidaire, et il faut être capable de charité. Il faut du social, et de l’amour.

Différences de cultures : trop de solidarité tue la charité !

Aux Etats-unis, la charité est beaucoup plus développée qu’en France, où la redistribution organisée est forte. Les oeuvres charitatives, philanthropiques, et le mécenat privé sont beaucoup plus développés aux USA qu’en France. La question est de savoir ce qui est le plus efficace pour lutter contre l’inégale répartition des richesses. Un exemple tel que celui des restos du Coeur avait montré en son temps que l’initiative individuelle ou associative est plus réactive et plus efficace que la redistribution lourde organisée par l’Etat. C’était le message de Coluche : « les politiques en ont parlé, moi je l’ai fait! ». Notre système de solidarité, et de redistribution, en France, est tellement complexe qu’il en devient inefficace : pourquoi ne pas le simplifier, et en limiter le poids, pour redonner de l’air à la charité et aux initiatives du type « Bill Gates » ?
Je laisse le mot de la fin à J.F. Revel, plaidant pour une plus grande souplesse et une plus grande liberté individuelle dans le choix du mode de redistribution :

Pourquoi les français qui en ont les moyens seraient-ils généreux, alors que la société les condamne précisément pour avoir acquis ces moyens ? La générosité n’est-elle pas à double tranchant dans un pays où l’argent doit se cacher et où, par conséquent, l’évergétisme est voué à l’exécration, sauf dans quelques rares cas, comme dans l’entretien d’une équipe de ballon rond ? Comment espérer s’attirer la reconnaissance de ses compatriotes en tant que bienfaiteur public, si le don a pour premier effet de signaler le donateur comme un être immoral, puisque possesseur d’une grande fortune ? La haine « chrétienne et révolutionnaire » de l’argent engendre ainsi une société non moins inégalitaire que d’autres, mais notablement plus avare, plus égoïste, plus hypocrite.

Jean-François REVEL

0 0 votes
Évaluation de l'article
S’abonner
Notifier de
guest

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires
Greg
14 années il y a

Très interessant ce billet :smile: Ca me rappelle mes cours d'anthropo et de philo :wink:

LOmiG
LOmiG
14 années il y a

Salut Greg,
merci pour ton commentaire…
j'ai écrit ce billet après être tombé sur la petite citation de JF Revel, qui m'avait rappelé un livre que j'ai lu sur les US, et sur leur culture du don, et de la charité, assez en opposition sur le fond avec notre culture de solidarité et de redistribution. Il me semble que ce sont des questions souvent esquivées en France : l'exemple d'un Bill Gates donne pourtant à réfléchir…
a

Greg
14 années il y a

Je sais pas ce qu'il en est en Belgique, je me suis jamais vraiment attaqué à la question. Ce que je sais, c'est qu'un de mes prof au lycée me disait qu'en Belgique, surtout dans l'agriculture, on produit trop pour notre propre consommation mais que ça coûterait trop cher d'envoyer ça là où on meurt de faim (coûts de transport, de conservation, etc)…du coup on jette le surplus et personne n'en profite. C'est dommage.

TRAN MINH CHIEU Elis
TRAN MINH CHIEU Elis
14 années il y a

Mon nom ne sonne pas français même si je vis en France depuis ma naissance.J'essaie de me porter davantage vers la charité que la solidarité CAR je n'ai jamais cru en la générosité de la bourgeoisie française.
J'étais frustrée de ne pas avoir pu compter sur des amis célibataires gagnant 2000 euros par mois pour des dons en faveur d'une association d'aide au peuple tibétain pour laquelle je suis un membre bienfaiteur: KARUNA (www.karuna-fr.org)
Je ne veux culpabiliser personne ni généraliser mes propos à tout le monde mais il m'est devenu difficile d'assurer mon volontariat face à des gens avares et égoïstes.
En tous les cas,j'ai cité ci-dessus le site du moine Matthieu RICARD pour toute personne intéressée.
Amicalement, Black Grouse

BLACK GROUSE SAID
BLACK GROUSE SAID
14 années il y a

Ce n'était pas du tout dans mon but de pointer du doigt ceux qui réussissaient à bien gagner leur vie d'autant plus que les membres de ma famille gagnent tous plus de 2500 euros et qu'ils ont des enfants .
Simplement,ces "amis célibataires" s'intéressent de près au bouddhisme tibétain mais quand il s'agit d'aider un peuple en souffrance , ils sont là à préférer m'inviter à sortir avec eux.
Il faut savoir que la part des dons versés à KARUNA ouvre droit à réduction dans la limite de 20% des revenus imposables.Tout le monde sait que les occidentaux sont des nantis par rapport au sud hémisphérique de la planète.Je cite:"il suffit d'être humain pour vouloir aider KARUNA.Il n'est pas nécessaire de se dire pleins de choses pour soulager un peu de souffrance.
Je t'invite vraiment à aller sur http://www.karuna-fr.org
Cordialement, Elisabeth

mathieu
mathieu
12 années il y a

tu aurais pu donner des idées détaillés de commment modifié cette répartitions parce ke je fais ma rédactions la et en fate il me mank plus ke des exemple d’idée mais bon ton site m’a bien aidée x) merci

Gabrielle Loiselle
Gabrielle Loiselle
10 années il y a

MERCI MERCI MERCI MERCI,
je fais un travail sur la repartition des richesses en ethique et votre site ma aider de facon spectaculaire :)