Un grand auteur francais meconnu : Frederic Bastiat

J’ai découvert il y a peu l’auteur Frédéric Bastiat. C’était un économiste et un pamphlétaire, esprit libre. Sur l’excellent site Bastiat.org, on trouve ses principaux textes (deux ouvrages sont disponibles en intégralité : « Ce qu’on voit et ce qu’on ne voit pas« et « Harmonies économiques« ) et pas mal de liens vers d’autres ressources.
C’est un auteur lumineux, qui écrit un beau français, simple, direct. Ses textes sont animés par un grand sens pédagogique et sont d’une modernité étonnante. On s’étonne qu’il ne soit pas au programme du collège et du lycée : combien de temps forceront nous les enfants à bouffer du Flaubert à tour de bras, et à rester des incultes économiques ? Mais il vrai qu’un penseur libéral (horreur!) n’a rien à faire au programme d’une démocratie libérale, basé sur l’économie de marché ! Il est inutile de comprendre les rouages du jeu économique, dans le monde actuel.
Pour finir, une petite citation du chapitre sur la concurrence, dans « Harmonies Economiques » :

Et après tout, qu’est-ce que la Concurrence? Est-ce une chose existant et agissant par elle-même comme le choléra? Non, Concurrence, ce n’est qu’absence d’oppression. En ce qui m’intéresse, je veux choisir pour moi-même et ne veux pas qu’un autre choisisse pour moi, malgré moi; voilà tout. Et si quelqu’un prétend substituer son jugement au mien dans les affaires qui me regardent, je demanderai de substituer le mien au sien dans les transactions qui le concernent. Où est la garantie que les choses en iront mieux? Il est évident que la Concurrence, c’est la liberté. Détruire la liberté d’agir, c’est détruire la possibilité et par suite la faculté de choisir, de juger, de comparer; c’est tuer l’intelligence, c’est tuer la pensée, c’est tuer l’homme. De quelque coté qu’ils partent, voilà où aboutissent toujours les réformateurs modernes; pour améliorer la société, ils commencent par anéantir l’individu, sous prétexte que tous les maux en viennent, comme si tous les biens n’en venaient pas aussi.

A lire absolument donc : c’est un régal de limpidité !

0 0 votes
Évaluation de l'article
S’abonner
Notifier de
guest

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires
Lomig
Lomig
14 années il y a

Moi je te conseille 3 grands économistes pour le prix d'un:
Michel Husson, dont les textes éclairent très bien les enjeux actuels: hussonet.free.fr

Pierre Larrouturou, qui a une grande pédagogie pour expliquer les problèmes de chômage: http://www.urgencesociale.fr

et Frédéric Lordon, qui écrit de très beaux textes sur la régulation du capitalisme: http://www.monde-diplomatique.fr/2007/02/LORDON/14458

Un lomig qui te souhaite de lire des économistes un peu moins agressifs…

LOmiG
14 années il y a

Salut,
Merci pour tes liens, je vais aller voir ça…
C'est marrant de croiser un Lomig ! :wink:
Tu trouves que Bastiat est aggressif ? moi pas du tout ! pourquoi tu dis ça ?

Lomig
Lomig
14 années il y a

Ma réponse ne sera pas très longue. Il y a des présupposés à mon avis: l'économie n'est pas une science, c'est un ensemble de savoirs, de doctrines qui sont appréhendables politiquement et idéologiquement. Ensuite, deuxième présupposé, l'économie en tant que savoir est le lieu de multiples rapports de force. Ma réponse, maintenant: sa définition de la concurrence se fonde sur sa bonne foi, et non sur des critères pragmatiques, "réels". Il dit: c'est l'absence d'oppression (ou la liberté), mais ne le prouve en aucune manière. Le reste découle de sa définition: Par conséquent, le jeu de la concurrence serait tout simplement la mise en relation de deux intérêts divergents. En faisant de la concurrence la liberté, ou un atut de la liberté, il éradique d'un coup le rapport de forces, la violence symbolique (très forte) à l'oeuvre dans la concurrence, et les aliénations et les amoindrissements de liberté qui en découlent. La concurrence, au lieu d'être vue comme une guerre entre intérêts, où il y aura toujours un vainqueur et un vaincu, est vue comme un lieu où s'éprouve la liberté. Il oublie simplement de dire que les vainqueurs continuent d'éprouver la liberté, mais que les vaincus subissent de multiples… Lire la suite »

Lomig
Lomig
14 années il y a

l'économie positive doit se fonder sur des valeurs scientifiques, donc sur des objets qui ne sont pas empreints de jugements de valeur, d'idéologie, etc. Ton exemple sur le SMIC erst idéologique: Augmenter le SMIC, en augmentant le pouvoir d'achat, va faire augmenter la consommation, donc les revenus des entreprises, la demande, et donc créer des emplois. Voilà la vision économique keynésienne! Il n'y a pas de vision neutre. La vision libérale postule pourtant la même chose. seule la vision néolibérale postule le contraire. Et encore: les économies sociales aussi prennent en compte le rôle de l'épargne. Ton exemple n'a donc rien de scientifique. S'il l'était, ce serait parce qu'il 1. découle d'équations complexes sur lesquelles tout le monde est d'accord, ce qui n'est pas le cas, et ensuite nous ne nous comportons pas comme les équations prises en compte. 2. parce qu'il reflète une réalité empirique, qui est ma foi bien plus complexe que ton énoncé, qui est simplement et proprement idéologique, dans le sens où il choisit d'exclure les relances de consommation, qui pourtant, sont visibles à l'oeil nu… Quant à ta phrase "Dans la guerre, le plus fort opprime le plus faible, dans le travail et l’échange le… Lire la suite »

brigitte
brigitte
14 années il y a

Bonjour je suis moi aussi une grande admiratrice de Bastiat qui est injustement méconnu en France -Je trouve ces démonstrations lumineuses – On perçoit dans son discours un esprit très logique et d'une grande honneteté ( les 2 vont ensemble je pense) Il ne faut pas oublier qu'il s'est battu contre le colonialisme et pour la liberté syndicale ( dont les socialistes de l'époque ne voulaient pas …) Et son texte dans lequel il montre comment la prise en charge par l'Etat de l'approvisionnement d'une grande ville aboutirait forcément au désastre est positivement prémonitoire car on y retrouve une parfaite description des désordres observés dans les régimes communistes .. Je suis d'accord avec toi sur l'inculture économique des Français en général mais en revanche je pense que Flaufert, Stendhal et Proust ont toute leur place – d'ailleurs ils ne sont quasi plus étudiés et je le regrette . en tous cas l'abandon de la littérature ne s'est pas fait au profit de l'économie On peut certes critiquer le libéralisme qui ne se présente pas comme un système parfait mais comme le plus efficace économiquement et j'attends toujours la preuve qu'il ne l'est pas – D'ailleurs je constate que les très… Lire la suite »

Chaté
Chaté
14 années il y a

Opposer Flaubert à Bastiat n'est pas une très bonne idée !!!
« Dans trois ans tous les Français peuvent savoir lire. Croyez-vous que nous en serons plus avancés ? Imaginez au contraire que, dans chaque commune, il y ait un bourgeois, un seul, ayant lu Bastiat, et que ce bourgeois-là soit respecté, les choses changeraient ! » Flaubert à George Sand, 7 octobre 1871

LOmiG
14 années il y a

salut Chaté,
et merci pour ton commentaire, et pour la citation !
oui tu as raison, au vu de la phrase de Flaubert…!
en fait, j'avais pris cet exmple parce que j'ai un souvenir affreux de Flaubert – "un coeur simple" – qui était chiant à mourir, et j'aurais préféré qu'on me fasse découvrir Bastiat ! :grin:
Visiblement Flaubert aurait été d'accord ! :mrgreen:

Hans-Christian Karls
Hans-Christian Karls
14 années il y a

Salut
I´m from Sweden and have recently discovered Frederic Bastiat(tranlated into swedish).. He is a fenomenal writer and pedagouge! I think a renaissance is around the corner for his ideas and writings.
I hope you forgive me for writing in english here on this french blog but my written french is terrible!

Dimitri
Dimitri
14 années il y a

Hello ! Voici un blog bien interessant. Et faire connaitre Bastiat en France est une excellente idée. Libéral, tendance libertarienne, convaincu, je vous suis parfaitement. L'échange avec votre premier interlocuteur aurait pu etre interessant. Malheureusement il ne fait que ressortir des arguments complétement éculés. Comme souvent, ceux qui se disent anti-libéraux, ne savent meme pas ce qu'ils combattent ! C'est assez dramatique d'ailleurs parce qu'on pourrait avoir une discussion enrichissante. Au lieu de quoi on est obligé de repartir systématiquement à la base (respect des droits de chacun, droit de propriété, échange …) Bon lui c'est pareil. D'abord, il n'a pas encore compris que le libéralisme N'EST PAS une idéologie. Ensuite je doute fort qu'il ait lu ne serait-ce-qu'un seul auteur libéral. On peut lui en conseillé plein, et qui sont parfaitement abordables. Je termine ce post déjà assez long (mais il y a tant à écrire !) que son exemple du SMIC avec la pseudo démo qui suit est assez ridicule. N'importe quel étudiant en premiere année d'éco sait ça ! S'il suffisait d'augmenter le SMIC pour réduire et supprimer le chomage, on n'a qu'à le fixé à 3000€ ! Le SMIC, comme toute intervention de l'Etat en économie,… Lire la suite »

Loulou
Loulou
14 années il y a

"D’abord, il n’a pas encore compris que le libéralisme N’EST PAS une idéologie. Ensuite je doute fort qu’il ait lu ne serait-ce-qu’un seul auteur libéral. On peut lui en conseillé plein, et qui sont parfaitement abordables." J'ai lu des bouquins de libéraux. peut-être un peu vieillots, mais je connais mes classiques! De Smith en passant par Ricardo et Hayek (ah ah ah!!!), jusqu'à Amartya Sen, qui a enfin compris un truc à l'économie… c'est bien un des rares à inclure dans ses réflexions des valeurs fondamentales… Le libéralisme est une idéologie. Autant que le socialisme. Le libéralisme, serait la vérité? C'est de l'extrêmisme! Imaginez que je tienne le discours inverse: Besancenot, quand il parle de l'économie et de ses lois a raison, et ne fait que dire la vérité. Qui pourrait me contredire? J'attends ta démonstration sur le SMIC tellement t'es ridicule. Sans l'intervention de l'Etat, le smic serait tellement bas, que les valeurs de base comme le respect des droits de l'homme dont tu te fais le héraut (as-tu lu un auteur libéral??? défends-t-il d'autres valeurs que la liberté dans l'échange, l'appropriation légitimée et la sûreté de sa personne et ses biens??? Parle-t-il aussi d'égalité, de dignité humaine??? Non,… Lire la suite »

Loulou
Loulou
14 années il y a

"Moi. tu veux vraiment ? il ne connait pas les lois économiques de base. "

Soit, j'attends les arguments, sur les "lois économiques de base", qui pourraient contredire le "révolutionnaire" (depuis le temps que la LCR ne revendique plus la révolution, il serait temps de relire les programmes. Besancenot n'est pas Krivine)

Lomig
Lomig
14 années il y a

Pour une fois, je suis bien d'accord avec toi. C'est une des tares du systèmes Besancenot.

quant à l'idéologie du passé, tu me rappelleras à quel siècle vivait adam Smith… et tu regardes à quel siècle a vécu Trotsky…
Dire qu'une idéologie vient du passé, c'est évident, mais ça ne veut pas dire qu'elles n'ont aucun intérêt pour le présent ou l'avenir, que ce soit le libéralisme ou l'économie sociale et solidaire. Ce n'est qu'un choix politique qui permet de faire un tri entre ces idéologies… Tu as choisi une idéologie libérale, moi non… pour moi le libéralisme c'est le passé (et les médias sont tous formatés pour penser de cette manière, "sarkocompatibles" comme on dit), et l'économie sociale et solidaire, c'est l'avenir…

lomig
lomig
14 années il y a

Il y a un problème, alors! Pourquoi défendre Sarkozy (pendant la campagne), si tu es libéral? Pardon, je change de manière de poser la question: Pourquoi dans les pays occidentaux, les plus libéraux sont les plus conservateurs, les plus tournés vers le passé, vers la violence (l'exploitation, la réification, l'aliénation, mais aussi la guerre, la peine de mort; etc.), et vers la régression??? Pourquoi la pensée libérale est la plus ancrée dans l'élitisme ploutocratique au grand dam de l'intérêt général?( regarde le paquet fiscal, c'est net) Mais attends: Pourquoi un mec qui se prétend libéral, qui fait sa campagne sur le même triptyque que Pétain, qui exhume des lois qui datent du second empire, qui utilise un discours colonialiste emprunté au XIXe, un discours sur le mérite qui est celui de Jules Ferry, et qui applique des politiques fondées sur une rationalité tout droit sortie du biologisme du même siècle trouve-t-il autant de crédit auprès de gens qui disent se tourner vers "l'avenir", le "progrès"??? Pourquoi ce même homme revient sur les acquis dont nous sommes le plus fiers, comme le droit à la santé? Pourquoi revenir sur des acquis judiciaires comme le droit à un procès juste? Pourquoi revenir… Lire la suite »

Jérôme Lacroix
Jérôme Lacroix
13 années il y a

Je suis en train de lire un tout nouveau livre sur Bastiat, ça s’intitule « Lire Bastiat » par Robert Leroux. Un livre très intéressant, complet et solidement documenté.