Monopoles légitimes et illégitimes

Microsoft : monopole légitime ou pas ?Retour sur quelques notions libérales, et distinction entre monopoles illégitimes (obtenus par la contrainte) et légitimes (obtenu par l’échange libre). Ce qui différencie un vrai monopole d’un monopole légitime, c’est l’interdiction – ou non – à  des concurrents d’entrer sur le marché.

Dans un billet – comme toujours stimulant -, le chafouin dit cela :

Tous ces principes [les principes libéraux consistants à  faire confiance aux individus, ndr] sont positifs, et s’appliquent correctement dès qu’il existe une forme de consensus moral entre tous et que ce consensus est respecté sous la contrainte. Un savoir-vivre commun et consenti. Ou au moins, un contrôle de l’Etat sur l’économie. Un contrôle intransigeant. D’ailleurs, c’est le cas depuis des siècles! Mais à  partir du moment où on croit en la liberté totale, et qu’on la laisse faire, comment s’étonner qu’on en vienne à  rendre esclaves des clandestins? Qu’au lieu de concurrence, on assiste dans certains domaines au mieux à  des ententes (téléphonie, internet…), au pire à  des monopoles (systèmes d’exploitation informatique)? Qu’on veuille récompenser les actionnaires au mépris de l’intérêt économique même des entreprises?

Cette phrase m’a fait bondir ! Alors je réagis pour rappeler quelques idées qui me paraissent importantes.

Rappels sur le libéralisme

Le libéralisme est une philosophie qui s’oppose à  l’usage de la contrainte, et qui prône le respect de la liberté individuelle. Liberté qui est liée de manière indissoluble à  la propriété, et à  la responsabilité. Dire que la liberté totale mène à  l’esclavage est un contresens. Le libéralisme met en avant que chaque individu doit avoir la propriété de soi-même, de son travail, des fruits de son travail. Une société libérale ne tolère donc évidemment pas l’esclavage et la privation de liberté ! Par ailleurs, la philosophie libérale est une philosophie minimaliste, au sens moral du terme : le libéralisme considère qu’il n’y a pas lieu de restreindre l’action des individus (tant qu’ils n’empiètent pas sur la liberté des autres), ni de définir ce qu’est le Bien ou le Mal pour eux. Chacun est libre de chercher son bonheur comme il l’entend.

Monopole obtenu par la contrainte ou librement

En ce qui concerne les monopoles, il faut rappeler une distinction essentielle. Il y a deux types de monopoles, selon que la contrainte est utilisée ou non pour l’obtenir :

  • un monopole obtenu de manière légitime (par le biais d’une adéquation d’un produit à  la demande du marché). Ce monopole ne s’est pas établi par la contrainte, mais par le jeu du libre échange et du commerce. Microsoft en est un bon exemple : personne n’a été obligé d’acheter les produits de Bill Gates. Son monopole provient du fait qu’il a proposé – et propose – des produits que des centaines de millions de gens ont trouvés bons.
  • un monopole obtenu par la contrainte – et donc illégitime – : par exemple la Sécurité Sociale est un monople d’Etat, qui ne tient en place que par la contrainte. Ce n’est pas la qualité du produit proposé par la Sécu qui fait qu’elle a un monopole, c’est la contrainte publique qui interdit – jusqu’à  présent – à  un autre acteur (un concurrent) de rentrer sur le marché.

Le monopole illégitime est celui obtenu par la contrainte, et par l’interdiction d’entrée sur le marché aux concurrents. La décision de la Cour Européenne de Justice à  l’égard de Microsoft est donc proprement scandaleuse : Microsoft, que l’on sache, n’empêche personne de rentrer sur le marché des logiciels et des systèmes d’exploitation.
Qu’on laisse donc les acteurs juger par eux-mêmes de leur intérêts propres, et que l’Etat se borne à  faire respecter le Droit : voilà  ce que souhaite un libéral. Rien de plus, rien de moins.
Edit : Eric Mainville, de Crise dans les médias, avait également fait un article sur le film de Ken Loach, et la discussion connait une ramification en commentaire de son billet. A suivre aussi, donc…

S’abonner
Notifier de
guest

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires
le chafouin
Invité
15 années il y a

Microsoft n'empêche personne de rentrer sur le marché? C'est drôle ça… A partir du moment où les oridnateurs vendus sont déjà équipés des systèmes d'exploitation microsoft, où qu'ils sont compatibles uniquement avec eux, je ne vois pas où est la liberté.

Quant à l'esclavage, qui selon toi n'existe pas dans une société libérale, je te suggère d'ouvrir les yeux. Ou d'aller voir le film! ;)

Pour moi, le libéralisme est donc mauvais au final : tel que nous le voyons. Il est bon à petite échelle, mais se révèle pourri par essence à grande échelle. Il ne laisse libre que les puissants. Les autres ont la potentialité de réussir, de se faire une place, c'ets vrai. Et tu pourras toujours t'en sortir. Mais tu as aussi la potentialité de te retrouver à la rue en quelquesmois et ça, même le communisme, que j'exècre pourtant, ne le permet pas.

le chafouin
Invité
15 années il y a

Ce n'est pas ce que je voulais dire sur le communisme.

Sur microsoft, c'est bien beau ce que tu nous racontes; Sauf qu'il existe un monopole de fait, qui n'ets pas dû à la qualité de windows mais à l'emprise de microsoft sur el marché. Arrête de nous raconter des salades : le monde des bisounours n'est pas celui dans lequel nous vivons. Tu sais, il est très facile de controler les distributeurs quand tu as un poids aussi fort ! Mais évidemment, en théorie, oui, la concurrence est possible…

C'est marrant, mais moi,dans le Nord, la concurrence entre journaux est aussi possible en théorie. On est libre de créer son journal. Sauf qu'il existe un gros journal, qui contrôle tout. Ah, et aussi : qui possède ses concurrents! Superbe, non?

le chafouin
Invité
15 années il y a

(de la même façon que les fournisseurs de légumes d'Auchan ne fixent pas leurs tarifs mais sont pris à la gorge par la grande distribution)

Tefal
Invité
15 années il y a

Un monopole de fait n'est jamais un problème, et même Microsoft a des concurrents. La jalousie sociale est partout, surtout en France…

En revanche, là où je trouve que la critique anti-Microsoft est justifiée, c'est au sujet du verrouillage du marché par les brevets. Les libéraux (sauf les libéraux mous ou honteux) sont contre les brevets, qui sont un privilège d'origine étatique complètement infondé. Dans mon livre (qui va bientôt sortir), je démolis la notion de propriété intellectuelle en bloc.

Tefal
Invité
15 années il y a

Marrant de voir que ceux qui sont contre la concurrence proposent… des monopoles étatiques ! Apparemment, mieux vaut être exploité par l'Etat que par quelqu'un qui rend un réel service et se trouve être le meilleur dans ce qu'il faut (au contraire de l'Etat).

georges
Invité
georges
15 années il y a

Merde alors, j'étais sûr que Microsoft avait le monopole sur les ordinateurs qu'il vend, et que même, quand tu achètes ton ordinateur, à peu près la moitié du prix, c'est windows!

Si tu veux acheter un PC sans windows, tu ne le peux pas. Il n'y a que de rares personnes qui ont réussi à se faire rembourser, après un long procès, le prix d'un windows non désiré! Un procès, c'est-à-dire: grâce à l'Etat! Merci le marché autorégulateur!

Si tu essaies d'acheter un ordinateur sans windows, et que tu y arrives, déjà, c'est ultra pas facile, car il n'y a que les mac qui sont vendus comme ça, mais si tu veux un pc, bah, t'es dnas la merde, et ensuite, c'est la compatibilité des autres produits qui est ultra-restreinte!

Tu es donc presque condamné. Le minimum, sur un marché "libre", ce serait d'acheter son PC sans ces programmes, et de pouvoir choisir, en son âme et conscience, un système d'exploitation qui convienne aux utilisateurs, qui puisse faire passerelle avec des programmes d'autres systèmes et avec les autres systèmes, sans problème d'inter-incompatibilité.

Cette naïveté libérale qui fait croire que l'intérêt personnel, même le plus pervers, sert l'intérêt collectif, c'est vraiment de la foutaise…

georges
Invité
georges
15 années il y a

"Mais l’esclavage n’est certainement pas le fruit du libéralisme, mais de l’usage de la contrainte. Comment pourrait-on aboutir à l’esclavage, en partant du principe qu’on doit respecter la propriété individuelle (y compris la propriété de soi-même) ? Ce n’est pas possible, tout simplement."

A quoi reconnaît-on les débiles? Ils osent tout!

  1. les conditions de départ ne sont pas les mêmes. Quand tu pars avec rien comme propriété individuelle, dans un monde fondé sur l'expropriation, car il en a besoin pour permettre la guerre économique, tu ne peux pas ne pas être un "esclave".

  2. "La propriété de soi", c'est l'objet du'n bouquin de Castel et Herzlich, je te le conseille, car faire le fat, sans rien savoir ne mène qu'à l'inconséquence. il y est dit que l'interventionnisme étatique, à partir de la sécu, et autre, permet de réguler les problèmes des "individus par défaut", ceux qui n'ont pas accès à la propriété privée. c'est-à-dire que le système libéral ne fonctionnant pas, on a permis la propriété sociale, les services publics, autrement dit, de compenser pour les non-propriétaires l'absence de propriété et les insolubles inégalités et souffrances qui en résultent.

  3. Car le problème, c'est que le système économique actuel a besoin pour fonctionner, d'esclaves dociles. On les appelle "stagiaires", pudiquement, ou "slave jobs", un peu moins pudiquement, et dénotent l'absence de propriété privée, de liberté de chacun à faire comme il le souhaite avec son intérêt personnel.

  4. Ainsi, pour la liberté de quelques "gros maîtres esclavagistes", on va, tout simplement, amputer la liberté des "individus par défaut", qui devront "vendre leur force de travail", se soumettre aux intérêts personnels des gros, accepter des salaires de misère, une situation sociale incertaine, et accepter d'être expropriés de leur corps, de leur soi, pour travailler pour les autres, d'être entièrement aliénés à un système qui n'accepte que la soumission, au risque de l'exclusion totale.

  5. Par conséquent, si tous étaient libres, propriétaires de leurs corps, ils fonderaient tous leur entreprise, et toutes seraient en concurrence les unes avec les autres, chacun ayant une "part de marché".

"Le libéralisme ne laisse pas libres que les puissants : il accorde à chaque individu la même liberté, et les mêmes droits. C’est à dire qu’il ne corrige pas les inégalités au nom d’un principe “moral”. Il s’oppose simplement à l’usage de la contrainte pour s’approprier des biens."

Par conséquent, ceci est un mensonge. Tu n'as pas lapropriété de ta personne dès le début, tu n'es pas libre dès le début, tu n'as que des "droits", que tu ne peux pas exercer, car non-propriétaire, et par voie de conséquence, nous n'avons pas tous la même liberté, puisque certains commencent avec un gros capital, et l'entretiennent en se servant de la force de travail des autres, en exploitant donc, cette force par un système salarial, où ce n'est pas en fonction de la production des richesses, mais en fonction des besoins minimaux de la personne qu'on le paie.

"Je te laisse responsable de tes propos, concernant le communisme. Le communisme a été à la source de société de misère (donc des gens à la rue), et de contrainte tyrannique (des gens au goulag)."

Alors, le capitalisme? actuellement, il y a beaucoup de pauvres, plus de 6 millions de français. Appellons ça misère. Regardons aux USA. Le chiffre explose. Des gens à la rue, il y en a plein. Pas d'aide, chacun se démmerde, pas de solidarités. Bravo! Pas mieux que le communisme. La contrainte tyrannique. Et la prison? Merde alors. Regardez le taux de prisonniers vivant dans la misère noire, humiliante, déshumanisante, dans ces deux pays, USA et France. Pour quels délits? Et bien, parfois, un simple vol de quelques euros, ou la consommation de produits psychotropes. Oui, en France, en 2007 (alors qu'on est censés qu'y enfermer les gens "dangereux"). Aux USA, le "clochard" est enfermé. La rue ou le goulag, l'Etat a choisi de les répartir équitablement. Regardons nos centres de rétention. Est-ce mieux? humiliations, déshumanisations, se succèdent aussi. Pour quelle raison? Parce que le capitalisme s'est approprié les richesses des pays dont ils viennent et qu'ils souhaitent échapper à la misère de leur pays, et à la tyrannie. Félicitations! On parle toujours de la France, en 2008.

Alors, arrêtons un peu de se foutre de la gueule des gens qui souffrent. parler du communisme pour nier que la misère est chez nous, pour une portion croissante d'individus le quotidien, existe et se renforce, c'est du foutage de gueule. pour dire qu'il y avait de la répression, alors que notre Etat n'a jamais été aussi répressif, de manière aussi arbitraire, il faut aussi arrêter.

Huckabee
Invité
Huckabee
15 années il y a

"Chaque consommateur est libre d’acheter, ou non, Windows. Dire l’inverse est un mensonge."

Cette phrase est un mensonge puisque quasiment tous les ordinateurs sont vendus avec Windows intégré et ceci est un monopole illégitime. Acheter son ordinateur sans windows dessus est quasiment impossible, sauf à acheter un mac. Mais vouloir un PC sans windows est presque impossible.

le chafouin
Invité
15 années il y a

Je ne voulais pas faire le procès de microsoft mais dire que c'est un exemple de monopole de fait. Oui, lomig, il est POSSIBLE d'acheter autre chose mais au final, cela demande plus d'efforts. Il faut s'y connaître un minimum. Autrement dit, un concurrent n'a pas les mêmes armes. J'aimerais que tu sois d'accord au moins là dessus.

Quant au communisme, je précise que je ne prends pas sa défense, je dis juste que pour moi, c'est un système qui conduit à la même abîme que le capitalisme sauvage c'est-à-dire sans morale. Mais qui ne conduit pas aux mêmes conséquences. Dans le capitalisme, il n'y a pas de goulag mais des bidonvilles. Dans le communisme, il n'y a pas de bidonville mais des goulags.

Tefal
Invité
15 années il y a

Le capitalisme sauvage, c'est celui que pratique l'Etat, quand il impose des monopoles de droit. Il n'y a capitalisme sauvage que quand on est forcé d'acheter auprès d'un fournisseur obligatoire. Et il n'y a que l'Etat qui soit à même de vous obliger à ça.

le chafouin
Invité
15 années il y a

Je suis vraiment perplexe. Car le fond de ta pensée, Lomig, c'est que vraiment, tu ne veux pas reconnaître qu'il y a un problème de dérive du capitalisme moderne, parce que ça remettrait en cause certaines de tes convictions!

Tefal
Invité
15 années il y a

Attention, le capitalisme n'est qu'un mode de production neutre en lui-même. Il y a un capitalisme d'Etat (style ex-URSS), un capitalisme d'économie mixte avec connivence forte entre dirigeants et politiciens (c'est le cas en France, aux USA, etc.) et un capitalisme libéral. Le capitalisme libéral suppose qu'il n'y a pas d'intervention de l'Etat (hors les cas de violence, escroquerie, etc.). Dans ce cas, il n'y a jamais de position acquise, toute position peut être remise en question par les progrès, l'innovation, etc. (ça s'applique aussi à Microsoft).

Alex
Invité
15 années il y a

Je te suis sur beaucoup de point mais capitalisme n'est pas égal à libéral.

Le systéme capitalisme est bien lié au marcher, mais en France, nous confondons tous; et les théories libérale et ultralibérale, socialiste, communiste et surtout conservatrice…

Beaucoup croit que le PS est socialiste et la politique économique de Sarkozy n’est pas libérale, elle est conservatrice.

Des preuves?

La loi sur les successions est une loi antilibérale car elle promeut la rente entre générations, politique conservatrice,

Le fait de croire qu’une personne peut tout faire comme nous le dit tout les jour Sarko n’est pas une politique libérale.

Un libéral promeut un systéme qui s’autorégule avec des règles, ce systéme met l’humain au centre et non pas une seule personne.

La France n’a jamais connu une politique économique libérale. Pourtant les Français sont des libéraux depuis longtemps. Dans des domaines autres qu’économique, le libéralisme est déjà dans les mentalités Françaises. Par exemple, notre système de santé est un système libéral. Personne n’aimerait passer dans un système de santé égalitariste comme la NHS, la sécurité sociale publique Anglaise.

Par contre le PS, on ne sais pas où il est…

http://notregeneration.com/index.php?s=liberalism

Quand à la partie OS Microsoft c'est un monopole… 95% de part de marcher celà n'existe pas quand pour un monopole ou la mafia :o)

Laure
Invité
15 années il y a

La sinistre SS, un "système libéral" ! Je suis morte de rire. Venez voir ce que j'en dis sur mon blog, et on en reparlera.

Le critère pour savoir si quelque chose est libéral est très simple : il suffit de vérifier si ça repose sur le consentement des personnes concernées ou non.

La SS n'est pas libérale, étant un monopole obligatoire (bien que les directives européennes l'aient supprimé, mais c'est une autre histoire, car les esclavagistes français ne veulent pas en entendre parler).

Rachid Franço
Invité
Rachid Franço
15 années il y a

Ouais.tout ça c 'est blanc bônnet et bônnet blanc.Le probléme c'est qu'il y a des règles qui ne sont pas faites pour avantager l'individu, ni même et encore moins qu'avant pour lui permettre de prendre un départ dans cette société d'hyppochrite qui a toujours le comble de vouloir donner des exemples à la terre entière sur la façon de vivre et de faire alors que chez elle c'est un merdier qui s'agrandit pour les gens.Avant on avait comprit que l'interêt d'une société c'est de donner les moyens de base aux citoyens les plus démunis pour pouvoir entamer une vie active qui par retour serait aussi bénéfique à la société..Maintenant, "on nous dit" qu'il faut s'habituer à avoir très peu,voir même pas de logement, parce que c'est pas la priorité économique de l'état et en plus on nous files du patriotisme télévisuel et scolaire en nous rabachant la lettre de guy moquet,mdr!!…De qui se fout on dans cette société libéraliste ? Je pense qu'il est possible de faire autrement, même avec une politique libéral, mais il faut d'abord épargner l'être humain et le considérer pour qu'on y croit et qu'on avance et pas faire comme il se fait en ce moment, un dictat sans concession des devoirs que l'on a à accomplir pour que la société se redresse,sans donner au peuple les conditionsde le faire sous pretexte qu'ils ne sont pas nés aussi favorisés que d'autres ou bien même sans capital!!..Sarkozy est bien quelqu'un qui va faire avance quelque chose en france LmomiG, je suis d'accord avec toi !!!Il va faire avancer le désespoir chez les gens qui en avait franchement besoin, l'energie ne va pas se libérer et ça va se répercuter dans le paysage économique français très concrêtement.Vous nous faites chier à parler que de capital alors que l'être humain doit être servi par ce capital pour le faire fluctifier et non le contraire !!! Mais tant qu'on ne reviendra pas à ces réalités "basiques", ça restera la chienlit!!!

Laure tu es très séduisable dis donc mon petit bébé…Réfléchis pas trop, tu va perdre ton charme.

Alex
Invité
15 années il y a

Note que je ne t'ai pas traité d'inculte comme tu le fais pour tes lecteurs… Et m'as tu lu?

Et je ne t'ai pas dis la sécu, j'ai parlé du "systéme libéral de santé" pour dire que les mécanismes libéraux interessent la majorité des Français contrairement à ce que l'on dis… Tu sais la possibilité de choisir un médecin sans que l'on soit forcé, sans être sur un méchanisme d'obligation…

Et quand tu dis que l'interventionnisme est le contraire de l'économie libérale est du libéralisme du 19éme siécle.

Le fondement actuel de la politique économique libérale est promouvoir la concurrence et la performance, s'il le faut en cassant le monopole ou la rente… Le fait de casser AT&T pour créer les Bell Labs est une politique libérale… Casser MSFT car c'est un monopole est une polique libérale… Mais l'Etat intervient dans un cadre pour limité les accumulations de richesse dû au marché.

A voir ce que tu me dis, la doctrine que tu appelles libérales ressemble plus conservatrice et à de la sauvegarde de monopole… La question que se pose tout libéral est celle-ci: Si je suis le meuilleur dans tel domain, le systéme est-il fait de telle façon que je vais réussir. S'il y a distortion de la concurrence ou si l'Etat n'en empéche alors, le systéme n'est pas libéral.

Alex
Invité
15 années il y a

Laure comme tu le dis, tu es libertaire et même si nous nous retrouvons sur certain point, je suis en premier lieu pour la performance, et donc il doit y avoir une régulation – état, europe, organisme etc…

Alex
Invité
15 années il y a

Laure comme tu le dis, tu es libertaire et même si nous nous retrouvons sur certain point, je suis en premier lieu pour la performance, et donc il doit y avoir une régulation – état, europe, organisme etc…

Par contre,il est maintenant pouvé que l'Etatisme va à l'encontre du peuple et de l'égalisté des chances: Dans un ouvrage paru en 2007 deux économistes italiens, Francesco Giavazzi et Alberto Alesina, soutiennent qu'« une forte réglementation, la protection des statuts, un secteur public trés développé » ne bénéficient pas aux plus pauvres mais aux plus « connectés ». Par exemple, les marchés du travail en Italie, en Espagne et en France marqués par une forte dualité entre ceux qui sont en place et ceux qui voudraient entrer ont tendance à cantonner les derniers nommés dans des emplois précaires (cf. théorie des insiders-outsiders). De même, ils sont très critiques envers les universités de ces pays qui, sous couvert d'égalitarisme, pénaliseraient la plupart des étudiants à l'exception des plus riches qui peuvent les contourner…

Mulder
Invité
Mulder
15 années il y a

Comme je le disais dans un autre post,90% des journalistes francais sont de gauche.

Et on vois le resultat ,les antiliberaux ne savent peu ou prou ce qu'est reellement le libéralisme.

La desinformation est passée par la.

Posez la question à un ministre de gauche espagnol si il est libéral ou pas il vous regarderas bizzaremment.

Pour lui comme l'ensemble des autres partis européens la question n'est pas de savoir si on est libéral ou pas ,c'est une evidence;comme si vous lui posiez la question de savoir s'il etait un etre humain ou un extra-terrestre.

Puis il écoutera votre accent et il diras"ha oui vous etes francais et il souriras"(veridique).

Le libéralisme est indissociable d'un pays democratique.

Il se fractionne en plusieurs composantes dont le libéralisme politique(droit pour le peuple d'avoir son opinion,d'élire ses dirigeants)et le libéralisme économique(droit pour les individus de s'enrichir selon leur capacités).

Contrairement à ce qu'on pourrait croire le libéralisme économique est comme le libéralisme politique:il n'existe pas s'il n'y a pas de loi pour l'encadrer(et non pas l'entraver).Ces lois protegent les individus plus faibles puisqu'il garantit les droits de chacun par la loi.

Et comme pour le libéralisme politique la principale loi qui l'encadre est :"la liberté de chacun s'arrete la ou commence celle des autres".

Simple,une evidence .

Mais comme je le disais plus haut on a atteint une tres forte desinformation en france et dans certain cercles bien-pensants pour se fondre dans la masse il faut declarer etre anti-libéral sous peine de ne pas pouvoir draguer la minette du voisin ou de passer simplement pour un con ou un facho.(ce qui est un contresens,vu que le libéral est l'enemi juré du facho)

Heureusement ces dernieres années ,grace à internet on peut choisir de s'exprimer dans l'anonymat et en toute liberté!

Bonne année à tous,bonne santé etc etc.

Rachid Franço
Invité
Rachid Franço
15 années il y a

Alex.

Oui je suis d'accord avec ce proverbe" la liberté des uns s'arrête là ou commence celle des autres".Je suis aussi d'accord que la liberté des uns ne doit pas se faire au détriment des autres qu'ils soient riches ou pauvres, qu'en pense tu ?

Sarkosy est quelqu'un qui va surtout faire avancer le désespoir et la résignation dans un premier temps, vu qu'ils ne respectent pas "les droits" des plus défavorisés et qu'il n'entend, pas non plus les considérer.On nous gonfles avec les droits et les devoirs, mais la mesure est prise à sens unique sans aucunes réparties de droits : des devoirs!!! Croyez vous franchement que la masse populaire est masochiste ? ça va chier sociétalement, libéralisme ou non, il faudra bien ériger un contexte réellement"social" et "humain" de gauche ou de droite, tout le monde s'en fout…Juste une petite prédiction, la délinquance va s'agraver, car quand on enlève le pain de la bouche du peuple, le peuple réagit toujours violement et se fout du mode de gouvernement qu'il soit libéral ou non.Je crois que ce gouvernement- ci est en train de se jouer du peuple et qu'il ne soupçonne pas les répercussions destructrices qui l'attend.

Laure tu es vraiment trop choute, mais heureusement qu'on a la sécu mon petit bébé !!!

Rachid Franço
Invité
Rachid Franço
15 années il y a

LomiG

je reprends cette petite phrase : Par ailleurs, en ce qui concerne Sarkozy, oui il fait déjà bouger des choses, pas de manière assez libérale à mon goût…quand j’entend parler de mesures où l’Etat va décider de la “juste” répartition du profit entre salariés, actionnaires, et investissement, il se substitue aux individus qui gèrent les boites, et exerce une contrainte illégitime.

Rachid Franço
Invité
Rachid Franço
15 années il y a

J'avais noter le reste de mon argument , mais il n'est pas paru ( lol et sig)…Juste que cette petite phrase on peut l'imterpréter n'importe comment, LomiG et d'après la récente revue de presse télévisé de Sarkozy ça va pas dans le sens des salariés.Ce n'est pas sa volonté d'ordonner au patronat d'augmenter ses salariés tout comme ce n'est pas le rôle d'un politique d'infléchir sur les idées patronales

Rachid Franço
Invité
Rachid Franço
15 années il y a

Purée, ça coupe de partout LomiG!! voudrais tu nous faire taire ? lol

Alex
Invité
15 années il y a

@mulder: Je pense être 100% synchro avec ta vue, je pense que les journalistes et la classe intellectuelle de notre pays (de droite et de gauche) font une désinformation sur le Libéralisme car ce systéme économique est [pour eux] importé des US et UK – ce qui est faux car le premier courrant libéral vient de la révolution Française…

@Rachid: Le libéralisme économique est une façon de faire de l'économie, comme le conservatisme économique ou le solcialisme économique. Tu peux être libéral et avoir une grosse répartission des gains comme dans les pays nordique. Le libéralisme économique permet juste d'optimiser la machine économique. Je ne pense pas qu'un pauvre en France vive mieux qu'ailleur, ni qu'il y a moins de pauvre en France que dans l'OCDE — bien au contraire voir le nombre de personne au SMIC! Ce que je propose c'est de faire que un systéme a créer de la richesse – l'égoïsme ou non de la répartition n'est pas lié au libéralisme économique.

: Je ne dis pas que toutes les sociétés doivent être au même niveau, je dis que toute position dominante abusive doit être modifié. Et l'exemple de la société que tu donnes est clairement un monopole, ne trouves-tu pas que la concentration énorme dans le logiciel bizarre? Il n'exite aucune société actuellement capable de faire concurrence à Microsoft, de par leur monopole, il leur suffit de faire un méchanisme upsell/crossell pour vendre leur solutions…

Alex
Invité
15 années il y a

Tu touches le noeud du probléme. Ce n'est pas parce que le marcher est libre que c'est du libéralisme! Au contraire, ce que tu donnes est la définition du conservatisme économique qui pronne de ne rien toucher et donc favorise la rente

Note que je n'ai rien contre le conservatisme et que le mot rente n'est pas un gros mot gauchiste… Mon status fait que je suis pour l'innovation dans la compétion, et donc le systéme économique libéral est le meuilleur systéme pour stimuller celà.

Il existe une série de régles pour voir si l’équilibre général est rompu:

1) L’atomicité des agents : aucun d’entre eux n’est assez important pour influencer le marché par son seul comportement. Ceci suppose non seulement un nombre élevé d’offreurs ou de demandeurs, mais surtout l’absence parmi eux d’un « gros » agent capable d’agir sur le marché ;

2) La rationalité des agents : chacun d’entre eux est caractérisé par une « fonction de satisfaction » qui exprime sa satisfaction en fonction des quantités de chaque bien qu’il possède, et son comportement se résume à chercher à maximiser cette fonction ;

3) L’homogénéité du produit : seul le prix permet de distinguer les produits qui ont tous des caractéristiques identiques ;

4) La transparence du marché : tous les prix sont connus de tous, ainsi que toutes les quantités disponibles : l’information est supposée parfaite ;

5) La libre entrée sur le marché : seul le prix décide les agents à entrer sur le marché et aucune autre barrière juridique (brevet abusif), technique (savoir-faire) ou économique (capitaux) ne s’y oppose ;

6) La mobilité des facteurs : en fonction du prix qui rémunère chaque facteur, les agents peuvent réorienter leurs capitaux ou leur travail vers les secteurs ou les activités les plus rémunérateurs.

Comme tu peux le voir, Microsoft enfrin plusieurs des régles ci-dessus…

Tefal
Invité
15 années il y a

Les marchés ne sont jamais en équilibre, les histoires d'équilibre général ne concernent pas le libéralisme, bien que ce soit ce que les profs ignorants enseignent au lycée. L'Educnat et ses erreurs, ça laisse des traces, les profs en sont restés à la théorique classique – schéma irréaliste – et ignorent totalement la théorie autrichienne.

En revanche, les brevets sont un privilège d'origine étatique absolument illégitime et qui fausse le marché. Microsoft prospère là-dessus, et ça n'a rien de libéral.

Alex
Invité
15 années il y a

@Tefal: Les marchés ne sont jamais équilibrés, oui c'est clair et si on ne met pas un minimum de régle c'est la jungle et on se retrouve avec des monopoles…

: C'est la définition des régles du libéralisme économique. Sincérement tu devrais lire un bouquin écrit par des Anglosaxons sur le libéralisme et le conservatisme… Le cas typique c'est le cassage du monopole AT&T par les ricains… Et ça ne m'étonne pas que la premiére régle te choque, c'est, encore une fois, la différence entre le conservatisme économique et le libéralisme économique. Tu devrais faire ton coming out, il y a pas de mal :o)

En outre, je conseille au gens de gauche de relire Keynes: http://notregeneration.com/?p=25

Alex
Invité
15 années il y a

Ton exemple me fait penser des situations qui ne marche pas dans la vie économique réelle, en tout cas sur des secteurs assez important pour être viable économiquement…

Pour info, une société en monopole c'est une société est capable d'imposer le prix d'un produit (nerf de la guerre), tandis que ces concurrents ne peuvent que subir; ce qui fait que l'entreprise domine largement un marché où la concurrence existe mais reste marginale (95% du secteur des OS) .

Et dans ta réflexion, n'oublies pas la régle numéro 5 – libre entrée sur le marché, ce qui fait que ton exemple ne peux pas tenir debout dans une économie libérale…

Pour info, condanner un monopole revient à provoquer l'innovation pour que les concurrents ne se démarquent QUE par l'innovation et pas par des méchnisme d'upsell/cross sell… Etant donner que je suis dans le R de R&D dans une companie privé (en France on fait beaucoup de D dans le privé), je peux te dire que l'innovation est la raison de ma tendance anti-monopole…

Pascal Salin… c'est sûr que tu vas avoir une vision libertarienne du monopole: Tues l'Etat Monopole et sauve le monopole rente!

Alex
Invité
15 années il y a

1) Tu nous comptes un monde de bisounours? Je te parle de macro-société comme MSFT avec 95% de part de marcher et toi tu me parles de micro-société dans des marchés fermés car il n'y aurait pas de concurrent…

2) Travail de Gérard Debreu & Kenneth Arrow — j'ai donné des régles trés générales et synthétisé…

Note que je ne suis pas pour un monopole Etatique mais je AUSSI suis contre les monopoles des l'Etats dans l'Etat.

Connais-tu ce qu'est les méchanismes d'up-sell et cross-sell de là part des sociétés comme MSFT?

Sais-tu que les produits de MSFT marche mieu sur Windows car il cache de l'information sur leur OS? Es-tu d'accord avec cette situation?

Sincérement, tu travailles chez MSFT?

Et derniére question: Tu acceptes des monopoles, mais es-tu d'accord sur le fait de défiscaliser les héritages de leur actionnaire principal?

trackback

[…] Monopoles légitimes et illégitimes (30) : Billet libéral, en réaction à  un billet d’un autre blog. Forcément plus de commentaires, car discussions croisées sur plusieurs blogs. […]

trackback

[…] l’Etat, puisque l’Etat est le “monopoleur de la contrainte”. Cela rejoint les discussions que nous avions eu ici, sur la différence entre un monopole légitime et un monopole illégitime. […]

trackback

[…] claque, non ? J’avais déjà  parlé ici, ou là , des monopoles. Pour prolonger vos lectures sur ce sujet de l’ouverture à  la […]

Arrangeur
Invité
14 années il y a

Hello, cette précision ewt pas forcément utile ;) : dans un billet – comme toujours stimulant …. en tout cas, très bonbillet ! @+