Vrai centre et faux centre

François Bayrou a définitivement terminé son oeuvre d’enterrement du MoDem. Son propos visant à  critiquer le bipartisme (réfuté en force par les électeurs) tombe à  l’eau. Malgré les journalistes qui ont souvent mis le focus sur les membres du MoDem dans cette campagne, et malgré un score relativement important aux présidentielles, le centre « à  la Bayrou » a vécu. Une carte interactive des résultats est disponible sur le site du Parisien.
Plus pertinente et plus juste, la vision d’Hervé Morin dimanche soir concernant la notion de centre. Il est convaincu de sa nécessité, mais contrairement à  Bayrou, Hervé Morin – fondateur du Nouveau Centre – considère que le centre politique doit se positionner comme un courant dans le cadre du bipartisme. Le centre semble être à  ses yeux la voix de la modération et du compromis au sein des grands partis (PS et UMP).
Il a appelé d’ailleurs à  ce que tout le monde travaille dans le sens de moderniser la France, sur de nombreux aspects évidents – au vu de la situation des autres pays Européens – : plein emploi, réformes structurelles de l’Etat, diminution de la dette publique. Son discours est clairement d’expliquer que les solutions sont – au moins partiellement – connues, et qu’il convient d’avoir un minimum de sens de l’intérêt général pour oeuvrer dans ce sens. Discours frais, pragmatique, et ô combien plus fédérateur que celui, idéologique au point d’être dogmatique, du MoDem. Voilà  ce que doit être le vrai centre, et voilà  pourquoi Bayrou a tué son parti mort-né.

S’abonner
Notifier de
guest

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires
josephine
Invité
josephine
14 années il y a

Alors la non !!! Tu n’a pas là» du tout ce que proposait le programme de François Bayrou pour les elections présidentielles, sinon tu saurai que c ‘est lui l’initiateur d’un vrai centre innovatrice de l’idée la voix de la modération et du compromis au sein des grands partis !!!Je pense pas que son parti est mort né loin de la, quand les deux partis en lisse se sentent dans le besoin, ils accourent solliciter l’aide de Bayrou !! Bayrou ne veut pas être récupéré,ni faire la mendicité et c’est tout à  son honneur.De toutes façons,ce gouvernement sautera aux prochaines présidentielles le peuple en a marre qu’on le prenne pour un naif et qu’on persiste dans cette direction( le gouvernement) et ça c’est vu aux municipales et cantonales.

Nicolas
Invité
14 années il y a

Je suis d’accord avec Josephine.

« considère que le centre politique doit se positionner comme un courant dans le cadre du bipartisme. Le centre semble être à  ses yeux la voix de la modération et du compromis au sein des grands partis… »

Qu’est ce que ça veut dire ?
cela veut uniquement dire être à  la remorque de l’UMP !
Le Nouveau Centre, ce n’est rien pour l’UMP que des alliés dociles qui lui doivent tout, condamnés à  faire les beni oui-oui pour garder leur places !

Les éventuels prémices de contestation sont aussità´t réprimés. Souvenons nous lorsque Nicolas Perruchot s’était permis de critiquer « le manque de cohérence et de lisibilité du gouvernement » ou encore « les difficultés sur le pouvoir d’achat ou l’évolution du salaire du président de la République ». Il avait été aussità´t rappelé à  l’ordre par François Sauvadet et avait préféré démissionner de son poste de porte-parole du groupe Nouveau Centre à  l’Assemblée.

D’ailleurs qu’entend t’on du Nouveau Centre ? …strictement rien !!!
Quelqu’un a t’il déjà  entendu Le discours « frais et pragmatique » du Nouveau Centre ?
En quoi le Nouveau Centre a t’il influé sur la politique française jusqu’à  présent ?

Fondamentalement, le discours de Morin que tu évoques avec admiration est également celui de Bayrou puisque c’est celui de son programme de campagne présidentielle que les 2 hommes ont menés ensemble.

C’est ensuite qu’ils ont choisis des voies différentes :
Morin et son Nouveau Centre se sont ralliés à  Sarkozy pour garder leurs sièges ou pour gagner des maroquins au risque d’être totalement inféodés à  l’UMP et effectivement ils sont totalement inaudibles.

Bayrou a fait un autre choix en totale cohérence avec sa position aux présidentielles. Sa position n’est pas facile du fait du système électoral majoritaire et parce qu’elle est très novatrice dans un système politique sclérosé.
Je ne sais pas si le MoDem arrivera un jour à  s’imposer comme une troisième voix mais en tout cas je ne reprocherai jamais à  Bayrou d’avoir essayé malgré les difficultés!
c’est peut être un peu pompeux mais je dirais qu’il a su rester debout alors que la plupart de ses petits camarades se sont aplatis pour garder leur place ou pour en obtenir une (cf. Cavada).

simon
Invité
14 années il y a

Bon, ben Joséphine, t’es journaliste ou quoi (du moins tu biaises l’analyse des résultats avec la même ardeur) ? Quand tu votes aux cantonales du pense au gouvernement…? Mais alors t’as rien compris du tout, la perspective d’un débat me fatigue à  l’avance, trop de boulot !

Si Bayrou n’est même pas foutu d’être élu dans son coin, c’est pas toi toi qui va le repêcher…
Salut !

Simon

Nicolas
Invité
14 années il y a

@ tous
Locale ou Nationale ? La réponse n’est pas évidente !
En bon Normand je dirais que vous avez tous raison !

Evidemment les municipales et les cantonales sont censées avoir un enjeu local et pour ma part je considère qu’il n’est pas sain de leur donner une autre signification.

Néanmoins, il me parait difficile d’expliquer le basculement à  gauche d’autant de villes par le fait que les électeurs étaient mécontents de la gestion du maire UMP en place !
Il n’y a pas de raison d’être plus mécontent d’un maire parce qu’il est UMP ! Si le jugement avait porté uniquement sur la qualité de l’équipe en place il y aurait du avoir une sorte d’équilibre !

Il y a donc effectivement des considérations de politique nationale qui sont entrées en jeu. D’ailleurs ce n’est pas la première élection locale qui donne des résultats en contradiction avec l’élection nationale qui l’a précédée.

Je pense que l’explication est assez simple.
Les enquêtes d’opinion indiquent que plus de 70% des français disent attribuer un enjeu uniquement local à  ces élections. C’est beaucoup, mais il en reste 30 % qui affirment vouloir « nationaliser » ces élections. Or, dans l’esprit de la grosse majorité de ces 30%, « nationaliser » est synonyme de vote de contestation vis-à -vis de Sarkozy et de son gouvernement.

Compte tenu de la faible participation et compte tenu du fait que les électeurs traditionnels de l’UMP se sont peu mobilisés car mécontents du comportement de Sarkozy (notons que je ne parle pas du Nouveau Centre qui n’a intéressé personne contrairement au MoDem ;o)), les 30 % qui ont souhaité «nationaliser» l’élection ont pu faire basculer les résultats vers la Gauche (cf. les scores de la LCR au premier tour).

En résumé, même si la majorité des électeurs a votée sur la base de considérations locales, du fait du scrutin majoritaire ce sont ceux des 30 % qui ont le plus pesé. Il faut donc relativiser les résultats et les interpréter avec prudence contrairement à  ce que font certains medias et l’opposition (c’est de bonne guerre).

En conclusion, il me semble que puisque les résultats révèlent quand même à  la fois une radicalisation des opposants à  Sarkozy et une démobilisation des ses (ex) partisans, il y a probablement un message à  entendre…mais sans lui donner l’importance que Josephine voudrait lui donner puisque pas franchement clair et hors sujet ! …et puis LOmig a raison, pour faire quoi ?

pap
Invité
pap
14 années il y a

L’article est très bon car il pose la vraie question: qu’est ce qu’un centre en politique? Et l’analyse qui est faite entre la démarche de Bayrou et celle de Morin me parait équilibrée. Rien ne sert de discuter de l’échec cuisant (et définitif) de Bayrou si on ne se place pas dans une vision politique globale, en France et dans le monde. Peut – on accepter l’idée simple que la globalisation du monde (mondialisation) pousse à  une densification très rapide des groupes humains? Je veux dire par là  que même s’il est utile de respecter les particularismes communaux nous allons inéluctablement vers l’intercommunalité; que de la même façon se pose la question de l’intérêt d’un échelon départemental quand la région devient plus forte dans la prise en compte des grands problémes et ainsi de suite…la France se fondant dans l’Europe pour une gestion de la planète par continents entiers. Le mouvement mondial tend à  réduire l’expression des particularismes. C’est visible partout: la nouvelle loi des universités ne permettra plus à  chaque discipline d’exister par elle même et devra être représentée par d’autres…c’est partout comme ça et c’est l’histoire car on ne gère plus les intérêts de 300 habitants répartis en 2 hameaux sur une commune, mais la vie commune ( et l’avenir) de milliards d’humains dont on espère qu’elle puisse être paisible et positive. La planéte n’est pas le Béarn et réciproquement, même si au fond ce sont exactement les mêmes problèmes qu’il s’agit de gérer. Nous ne sommes pas dans une question de nature mais de nombre. Le problème du centre est là . Je veux l’expliquer. Pour toute question d’ordre politique et social on peut considérer qu’il y a une foule de réponses possibles. La vie commune, ses nécéssités, conduisent rapidement à  n’en conserver que deux, celles qui aboutissent à  des organisations différentes et qu’on peut difficilement mettre en oeuvre simultannément: c’est la démocratie. On choisit, au plus grand nombre, la solution qu’on va appliquer même si on sait qu’elle n’est pas parfaite et qu’elle ne donnera pas satisfaction à  tout le monde. Si cette démache se mondialise on aboutit à  des options continentales: des politiques communes sont organisées pour tous les états européens (monnaie, armée, politique étrangère, immigration, etc…)inéluctablement. Et par le biais de ce mouvement on aboutit à  une bipolarisation qui s’impose partout. Alors qu’on pouvait discuter des intérêts particuliers de dizaines de cassoulets, la bipolarisation a conduit à  ne laisser le choix qu’entre celui de Toulouse et celui de Castelnaudary (les autres restent bons là  n’est plus la question). En politique c’est pareil et le centre ne peut plus exister pour lui seul. C’est visible dans tous les pays. Il reste deux options aux centres et l’article de Lomig les décrit fort bien. Et malheureusement (ou heureusement c’est selon) quelles que soient les bonnes idées de Bayrou elles ne seront portées que si elles s’inscrivent dans un cadre plus large: UMP ou PS. A lui de choisir je dirai…mais on sait qu’il a fait le non choix. C’est un suicide politique et il est navrant qu’un homme intelligent et courageux comme lui soit aussi décalé par rapport au monde tel qu’il va. Mais le principal est que les idées particulières, en politique comme en tout, puissent s’exprimer. Or rien ne permet de dire aujourd’hui que les idées centristes ne puissent pas s’exprimer en France: il suffit de choisir qui les portera le mieux: Sarkozy ou Delanoé, l’UMP ou le PS? Je ne dis pas la droite ou la gauche car cela n’a plus aucun sens, pas plus que le centre!

Nicolas
Invité
14 années il y a

@ LOmig

Bravo pour l’esprit d’ouverture qui caractérise ton blog et pour la qualité des articles et des commentaires (l’un va avec l’autre)…euh….pour les commentaires je ne parle pas des miens évidemment :o)

@ Pap

D’accord sur le fond de la démonstration mais un bémol sur la conclusion.

Une bipolarisation qui s’impose à  tous …c’est effectivement ce que l’on constate dans beaucoup de pays et je ne le contesterais pas.

Comme tu l’expliques très bien, elle est justifiée par la nécessité, dans le cadre d’une démocratie, d’avoir une majorité de gouvernance suffisamment forte pour pouvoir répondre à  des problématiques globales.

Cette majorité impose que le paysage politique soit architecturé autour de 2 pà´les, chacun regroupant ceux qui se reconnaissent dans un socle idéologique commun …plus ou moins large. Autour de ces « valeurs » ou références communes et moyennant un certain nombre de concessions, se retrouvent à  la fois les amateurs du cassoulet de Castelnaudary et ceux qui préfèrent celui de Toulouse !
Comme de l’autre coté on doit trouver les partisans du Camembert et ceux du Livarot.

Tout ceci amène effectivement à  la conclusion que Bayrou et le MoDem n’ont un intérêt politique que s’ils s’inscrivent dans ce schéma comme l’a fait le Nouveau Centre.

En fait, la question ne serait pas « vrai centre ou faux centre » mais « centre ou pas centre » !

Est-ce qu’il y a la place pour quelque chose au milieu de la Droite et de la Gauche voire même au milieu du PS et de l’UMP ?

Manifestement tu réponds non et c’est également la réponse du Nouveau Centre (malgré son nom) puisqu’il a choisi clairement son camp.

Pour autant, je ne crois pas que la démarche de Bayrou soit incompatible avec cette analyse.
Sa démarche s’appuie sur un constat, que je partage, qui est que le bipolarisme à  la française, tel qu’il existe, est obsolète et qu’il est devenu pénalisant pour la collectivité.

Il existe, depuis des décennies, entre le PS et l’UMP pour ne pas parler de la Gauche et de la Droite, une muraille qui est, d’une part mal positionnée et d’autre part trop haute.

Mal positionnée parce qu’elle sépare 2 camps qui ne sont pas homogènes (cf. le PS au sein duquel cohabitent des antilibéraux, des réformistes, des européens, des anti-européens etc.) et trop haute parce que tout échange constructif entre ces 2 camps est impossible.

Ce système est non seulement handicapant pour la France mais en plus complètement bloqué.

Je crois que, fondamentalement, l’objectif de Bayrou pour le faire évoluer, n’est pas de pérenniser un troisième pole qui s’allierait une fois avec la Gauche et une fois avec la Droite en fonction des circonstances.
Je pense que son but ultime, à  terme, est plutà´t de faire exploser cette muraille pour déplacer la frontière et la rendre moins hermétique.

Cela reviendrait à  reconstruire une autre bipolarisation plus ouverte et plus cohérente. Plus ouverte parce que moins dogmatique et plus cohérente parce que composée de courants de pensées plus homogènes.

La différence entre Morin et Bayrou c’est que le premier considère qu’il pourra s’exprimer dans le cadre d’une majorité complètement maitrisée par l’UMP, ce qui est loin d’être prouvé, et que le second considère qu’il ne pourra pas s’exprimer dans les espaces que constituent le PS et l’UMP et que pour le faire il lui faudra créer lui-même son « cadre plus large ».

En clair et même si il ne peut pas le dire aussi crument, il s’agit de recentrer le paysage politique français avec, d’une part, un grand parti social démocrate qui réunirait le Centre actuel, la gauche « constructive » c’est-à -dire la plupart des Socialistes et des écologistes ainsi que des « Gaullistes chrétiens » de l’UMP et de l’autre part un Parti de droite qui réunirait les « libéraux à  la française » qui constituent l’essentiel des troupes de l’UMP actuelle.

Alors ambitieux ou naïf, visionnaire ou illuminé Bayrou ? je ne sais pas, mais courageux certainement !

pap
Invité
pap
14 années il y a

Merci Nicolas de ton opinion. Je partage bien sà»r tes valeurs mais je te pose une question: ne surévalues tu pas les divergences ou murs d’incompréhension qui existeraient entre UMP et PS? Je veux dire entre des électeurs qui privilégient les résultats économiques pour faire du social et d’autres électeurs qui choisissent des critères sociaux pour bien faire de l’économie? Car à  vrai dire si l’on regarde les sociaux démocrates allemands, les « socialistes » anglais ou espagnols on voit bien qu’ils gèrent les pays de façon très proche de l’UMP alliée aux centristes. Ton erreur je pense vient de la confiance que tu accordes à  nos journalistes français qui décalent délibérément le curseur de l’analyse vers les extrêmes et laissent à  croire qu’il existerait un véritable mur entre les politiques de « droite » et de « gauche » en France. C’est vrai si on compare les altermondialistes et le Pen, mais cela n’a aucun sens si on regarde la très grande majorité des politiciens et des électeurs. Ne soyons pas naïfs et cessons de prendre les caricatures journalistiques pour argent comptant. Tout ce qui est excessif est insignifiant. Faisons de la politique sans prêter attention aux 10% d’électeurs fascisants et aux 10 autres % d’électeurs nihilistes, soit disant de gauche. Réflechissons pour les 80% d’électeurs qui ne souhaitent qu’améliorer leur vie et celles de leurs proches. Mais cela ne fait pas vendre en France. Alors les journalistes, après l’echec de la promotion Bayrou à  la présidentielle, puis celle de Ségolène, ils veulent croire qu’ils peuvent les marier pour accréditer ensuite leur soit disant « 4°pouvoir ». C’est déjà  un flop. N’écoutons pas ces vitupérations de rédactions parisiennes coupées de la vraie vie. Non il n’y a pas de muraille entre l’UMP et le PS. Certains hommes passent déjà  de l’un à  l’autre sans vergogne, et le premier qui aurait du le faire c’est précisément Bayrou. Mais il lit trop les journeaux ou leur donne trop de crédit.

Nicolas
Invité
14 années il y a


pour moi les libéraux sont et sans ambigà¼ité de droite …mais peut n’en n’avons nous pas la même définition …à  creuser peut être dans un prochain article ;o)

@Pap

Je suis d’accord sur le fait que les électeurs du PS ou de l’UMP ont les mêmes préoccupations qui sont d’améliorer leur vie (leur pouvoir d’achat par exemple), néanmoins je persiste à  penser que face à  ces préoccupations communes, les solutions proposées pour cela par le PS et l’UMP sont radicalement différentes.

Pour plagier ta formule, je dirais que beaucoup on l’impression que l’UMP privilégie l’économie pour de objectifs qui ne sont pas obligatoirement sociaux et que le PS privilégie le social sans considérer l’économique.

Evidemment la vérité est entre les 2.

Mais ces 2 démarches ne se rejoignent pas !
Elles sont en permanence proposées cotes à  cotes à  des électeurs qui n’ont d’autres choix que d’opter pour l’une ou pour l’autre alors qu’elles sont complémentaires !

Pourtant si on prend les leaders politiques des 2 bords, les différences sont probablement peu évidentes et la meilleure preuve est que le PS au pouvoir appliquerait des méthodes sensiblement équivalentes à  celles de l’UMP mais néanmoins le débat politique pour peu qu’on puisse parler de débat c’est toujours des oppositions radicales sur les moyens à  utiliser.

Elle est là  ma muraille ! Pas tellement dans l’intention ou dans les objectifs mais dans discours et dans les moyens proposés quasi systématiquement différents et sans qu’il y ait réel débat et enrichissement des idées des uns par celles des autres !

Le thème du pouvoir d’achat est particulièrement significatif sur ce sujet. Il y a d’un coté Sarkozy et le gouvernement qui nous disent « c’est pas la peine d’espérer quoi que se soit dans l’immédiat, l’augmentation du pouvoir d’achat passe par une augmentation de la richesse créée par le pays, qui elle même dépend des réformes « de fond » que nous avons commencé à  engager et dont les résultats ne se feront sentir que dans quelques mois (années). »
De l’autre coté on a le PS ou du moins les leaders socialistes qui nous disent : « le pouvoir d’achat, pour l’augmenter, il suffit d’augmenter le SMIC, de baisser la TIPP et de supprimer la franchise médicale ».

Et même si on peut imaginer que les politiques ne sont pas vraiment dupes, les électeurs le sont eux !

Je crois que par rapport aux cas allemands, espagnols ou anglais que tu évoques, qu’en France le débat politique est encore fortement marqué par des considérations idéologiques essentiellement de gauche !

La France est le seul pays à  avoir eu 5 candidats de la gauche antilibérale à  une présidentielle…en 2007 !

Mon sentiment est que, plus que les médias, c’est le Parti Socialiste qui est le principal fautif de cette situation.
Le PS en tant que Parti « de gouvernement » qui aspire à  diriger la France, n’a pas encore affiché clairement quel courant de pensée il représente.

Il n’a pas encore su s’affirmer nettement soit comme un parti de type Sociale-démocrate, réformiste du système capitaliste libéral soit comme un parti de contestation radicale du système tels que le sont les Communistes ou les mouvements Trotskistes !
Il n’a jamais exprimé clairement sa préférence entre François Bayrou et Olivier Besancenot, entre le MoDem et la LCR.

Et tant qu’il ne l’aura pas fait, la muraille existera. D’ailleurs tu évoques ceux qui passent d’un parti à  l’autre sans vergogne pour démontrer que cette muraille n’est pas si haute, mais tu oublies de préciser que le passage ne se fait que dans un sens, façon mur de Berlin !
Alors pour répondre a ta question je dirais que non, je ne surestimes pas les divergences qui existent entre l’UMP et le PS …tout en étant persuadé, qu’elles sont en grande partie artificielles et anachroniques !

pap
Invité
pap
14 années il y a

Oui Nicolas on est d’accord et si je te cite: « Elle est là  ma muraille, pas tellement dans l’intention ou dans les objectifs mais dans discours… » je crois que tu résumes bien: il faut se méfier des discours (et en particulier des journalistes qui font réellement le discours en déformants ce qui est dit par les politiques) et s’en tenir aux intentions affichées et surtout aux actes. L’histoire oublie les discours et s’en tient aux faits. Et le fait c’est qu’aujourd’hui le centre, en France, préfère passer par le canal UMP pour faire valoir ses idées.

pap
Invité
pap
14 années il y a

La nuit porte conseil et permet de mieux préciser les idées ; car je ne voudrais pas qu’on me prenne pour un « antijournaliste » primaire.
Dans l’imaginaire collectif des journalistes et des médias en général le paysage français est décrit de droite à  gauche comme allant des idées autoritaires et individualistes vers les idées libertaires et collectives. Ce schéma est admis et il constitue un dogme médiatique dans lequel il faut faire rentrer toutes les positions. C’est à  l’aune de ce dogme que le centre est présenté comme une sorte d’équilibre entre les forces individuelles du libéralisme économique et les idéaux sociaux généreux. Ce dogme est un leurre car il ne tient pas compte de la réalité électorale, je veux dire des choix des électeurs et de leur positionnement réel. Ceci peut être montré précisément en regardant ce qui se passe avec les électeurs des « petits » partis. Pour les verts, par exemple, il est clair que les électeurs ne sont pas tous de gauche. Loin de là . Dans certaines circonstances on assimile même les électeurs de gauche à  des personnes passéistes, renfermées sur des valeurs du bon vieux temps et donc conservatrices. Mais le dogme classe les verts à  gauche. Ce qui rend ce parti ingouvernable car prisonnier de son image de marque : il a le choix entre dire qu’il est de droite et de gauche…ou disparaître. Pour le parti communiste, le dogme le classe à  gauche. Mais tout montre que ses électeurs sont ceux qui ont fait les voix du front national pendant des années. Le parti communiste ne s’en tirera pas non plus. A ne pas vouloir aller contre les clichés que véhicule les médias sur son compte il est prisonnier du dogme et ne s’en remettra pas non plus. Pour le centre la problématique est la même. On sait très bien que certains de ses électeurs sont de droite et de gauche et qu’il ne constitue pas ce point d’équilibre idéalisé dont rêvent les petits journalistes qui voudraient réconcilier papa et maman, la droite et la gauche, pour mettre fin au divorce social dont ils se croient responsables. Je comprends que Bayrou veuille faire de la politique autrement. Je comprends qu’il en ait marre de tant de gaspillage de bonnes volontés dans notre pays et des clivages qui nous ruinent. Mais il faut reconnaître que la plus grandes part de nos handicaps sont liés à  de mauvaise relations interpersonnelles entre les leaders politiques ; comme si la règle du jeu était d’abord de faire échouer ses opposants. Et là  les journalistes se goinfrent : ils adorent ça ; c’est là  qu’ils excellent : c’est leur job ! Objectivement, faire monter la pression entre Sarko et Bayrou, ou entre Bayrou et Ségolène est le jeu médiatique par lequel Bayrou s’est fait éjecter. C’est dans ce dilemme qu’il aurait du choisir et non sur le chapitre idéologique o๠tout est possible pour lui, à  droite comme à  gauche. Mais il s’est fait coincer : il a maintenant un conflit ouvert avec Sarko et il passe pour un amoureux impuissant avec Ségo. Il est perdu, prisonnier du dogme et ne dispose pas des outils (parti puissant, budget, programme…) pour revenir dans le jeu. Comme les verts et les communistes, le centre n’est nulle part.
Dans notre pays, et peut être dans les autres, le programme politique n’est pas le véritable enjeu des élections car très peu d’électeurs y ont accès. Qui lit et comprend vraiment les programmes avant d’aller voter ? Les critères sur lesquels se détermine l’électorat sont de deux ordres : la note de gueule (sympa, pas sympa, bronzé ou non, homme ou femme, etc…) et la note médiatique (copinages, sondages, matraquage…), objet de tant de trucages et de simplifications abusives qu’elle fait croire aux cons de base qu’ils font de la politique. La note de gueule de Bayrou lui aurait permis d’aller beaucoup plus loin en politique…mais sur la note médiatique il vient de s’en choper une éliminatoire.

Nicolas
Invité
14 années il y a

Dogme médiatique ! je te trouve un peu excessif !

Qu’il y ait effectivement une structuration un peu artificielle du paysage politique français, c’est probable.

Les journalistes comme beaucoup de personnes ont besoin de qualifier les uns et les autres, de les mettre dans des cases clairement positionnées. Mais ils ne sont pas les seuls. Tout le monde a besoin de repères et lorsqu’il y en a un qu’on ne sait pas o๠caser cela provoque des réactions souvent violentes comme vis-à -vis de Bayrou qui a refusé de rejoindre la case UMP ou la case PS.

C’est évidemment extrêmement simplificateur et largement faux de penser que la Droite c’est des idées autoritaires et individualistes et la Gauche des idées libertaires et collectives.

Mais même si cette grille de lecture là  est erronée ce n’est pas pour cela qu’il n’y en a pas (de grille de lecture) !

Cette répartition des mouvements politiques sur l’échiquier politique me semble quand même avoir une signification.

Chaque parti ou chaque courant a une cohérence. Même le Parti Socialiste qui regroupe pourtant des courants opposés sur des idées majeures ce qui rend sa ligne de conduite incompréhensible.

Chaque Parti est ensuite positionné sur l’échiquier en fonction d’une logique qui est peut être simpliste et dépassée mais qui est néanmoins admise par ses membres et de manière générale par tous.

Je pense que la majorité des électeurs savent se positionner sur l’échiquier politique à  un moment donné.

Il peut effectivement s’avérer que des électeurs évoluent, changent d’avis et migrent vers une autre case.
Il y a aussi des électeurs qui votent en fonction de critères qui peuvent être différents de ceux qui prévalent au positionnement d’un Parti, ce sont des votes de contestation plus que d’adhésion.

Dans le cas des Verts, cela fait longtemps qu’ils ne représentent plus le Parti de l’écologie auquel cas effectivement il pourrait regrouper des électeurs de toutes tendances. Les Verts constituent, à  cause de leurs leaders, un Parti de Gauche complètement dépendant des Socialistes. Difficile d’imaginer que ses électeurs ne soient pas de gauche à  partir du moment o๠tous les responsables de ce Parti s’affirment comme tel et qu’ils sont systématiquement sur la même ligne que le PS !

Les communistes que tu évoques sont à  Gauche, se revendiquent comme étant à  Gauche et appuient leur projet sur des fondamentaux qui sont clairement étiquetés de gauche : collectivistes au sens ou ils privilégient la collectivité à  l’individualité, ils remettent en cause les règles du marché, ils mettent en avant l’égalité plus que le mérite etc.

Après, que sur certains points, les fondamentaux du PC rejoignent ceux du FN (nationalistes, jacobins, traditionalistes sous certains aspects, contestataires…) ce qui explique que leur électorat a un profil relativement similaire, oui probablement, mais il n’en reste pas moins que selon les critères admis par tous et pas uniquement par le monde des médias, ils sont à  l’opposé sur l’échiquier politique.

Et c’est ça qui compte !

A partir de là , le Centre est un peu particulier parce qu’il ramasse ceux qui ne se reconnaissent pas tout à  fait dans la case bleue ou dans la case rose et qui n’adhèrent pas aux partis extrémistes (dans le sens excessifs) ce qui rend l’étiquetage délicat !

De plus, là  ou je te rejoins tout à  fait c’est que la notion de centre en tant que point central n’est qu’un leurre. Le centre n’est pas le chainon manquant entre la Droite et la Gauche. Il n’est pas là  pour réconcilier le rose et le bleu.

Le Centre, façon Bayrou en tout cas, est là  pour créer autre chose qui ne soit pas seulement un vague compromis entre le PS et l’UMP. Il y a réellement la recherche d’une voie originale.

Et c’est ça qui perturbe les médias et beaucoup de français, c’est que le Centre n’est pas au centre puisqu’il ne se contente pas d’être un peu plus solidaire que l’UMP et un peu plus libéral que le PS.

Je ne dirais pas que le centre (MoDem) est nulle part mais qu’il est ailleurs !

Je suis d’accord avec toi sur le fait que les medias en ne traitent pas les questions de fond, qu’ils ne donnent pas les clés aux électeurs pour leur permettre de comprendre les enjeux d’une élection et de voter en connaissance de cause. Mais le langage des politiques est également souvent simpliste.

Néanmoins, je ne porterais pas un jugement aussi sévère que toi et je n’attribuerais pas aux medias autant d’influence que tu as l’air de leur prêter.

Si on se réfère au triste référendum sur feu la future constitution européenne, on constate que les medias qui étaient majoritairement Pour n’ont pas vraiment influencé le résultat et que la majorité des français n’a pas eu besoin d’eux pour se laisser influencer par des « simplifications abusives ».

Il est certainement vrai que les électeurs ne lisent pas les programmes avant d’aller voter, néanmoins ils en connaissent les grandes lignes. Si ils ne votaient que sur la « note de gueule » je ne pense pas que Sarkozy aurait aussi nettement battu Royale. Je pense que la confrontation des programmes a été déterminante.

Dans le cas de Bayrou, je ne suis pas certain malheureusement que son problème soit uniquement les médias. A lire et écouter les réactions du quidam moyen suite aux municipales, j’ai le sentiment que beaucoup ne comprennent pas ce positionnement original qui les perturbe…parce que comme tout le monde ils sont enfermés dans un schéma politique figé…. et ils n’ont pas besoin des médias pour ça !

pap
Invité
pap
14 années il y a

Nicolas, je partage ton analyse sur ses fondamentaux et te confirme que tout le monde est enfermé dans un schéma politique figé: c’est de ça qu’on crève. l’effort de Bayrou est sain, indispensable, mais il ne se donne pas les moyens d’aboutir. Ce n’est pas une condamnation mais un regret. Un an avant les élections j’avais recontré un proche de sarko, aujourd’hui ministre, pour lui suggérer d’envisager une réforme des études de journalisme ou tout au moins de favoriser la création d’une école de journalisme à  l’anglosaxone en France. Il m’avait regardé très surpris et laissé entendre que pour les journalistes Sarko savait y faire. On voit le résultat et je suis très inquiet pour la suite.

Nicolas
Invité
14 années il y a

@Pap

Tu as raison. « Sarko savait y faire » voulait dire Sarko savait (pensait savoir) manipuler la presse à  la fois par la proximité avec les journalistes et par l’intimidation. Ca a marché au début mais évidemment ça n’a pas duré. Ca ne pouvait pas durer!

Merci pour cette discussion intéressante. A te lire peut être sur ton blog si j’en ai l’adresse.

Encore merci de l’avoir provoquée (la discussion). Ton blog malgré sa connotation « libérale » (non, non, c’est pas un gros mot) m’a l’air ouvert à  toutes les tendances, c’est rare.

A bientà´t peut-être

josephine
Invité
josephine
14 années il y a

Simon
J’en ai rien a fouttre de ton dédain, oui avec des gens de ton acabit, le débat est stérilisé d’office !!! Juste une chose petit, ne sous estimes jamais comme tu viens de le faire un(e) interlocuteur(trice)parce que tu as l’esprit étroit et que tu es manichéen.Nicolas à  très bien résumé la situation, tu es sarkosyste,ça ,ne m’étonne pas, tu es juste le reflet de ton parti vil et insultant et c’est pour ça que vous allez sauter,parce qu’on vous supportes plus!!Vous et votre simulacre d’ouverture, ouvez donc déja votre esprit, vous vous dirigez vers votre perte et c’est tant mieux!!

josephine
Invité
josephine
14 années il y a

Nicolas
: Pour plagier ta formule, je dirais que beaucoup on l’impression que l’UMP privilégie l’économie pour de objectifs qui ne sont pas obligatoirement sociaux et que le PS privilégie le social sans considérer l’économique.

Evidemment la vérité est entre les 2.
Voila une superbe et interessante reflexion !!!Faudrait en faire part au petit Simon, puisqu’apparement, il ne veut avoir à  lire que ce qu’il pense et est vraiment rétractaire à  une réelle ouverture d’esprit, qui inclut bien -entendu une vision des choses riche car différente de la sienne.Il est trop Sarkozysté pour pouvoir admettre qu’il existe des solutions intermédiaires avec son « ouverture d’esprit » umpisée,qui ne consiste en fait qu’a essayer de convaincre l’opinion que l’ouverture, c’est de vouloir faire accepter sous toutes les différentes interprétations possible, la prolongation de leur politique de merde.

josephine
Invité
josephine
14 années il y a

L’UMP ( Union pour la mort du peuple).
Ce mouvement confond la signification d’ouverture avec celle de rigidité.C’est pour ça qu’ils nous déploient toute leurs mascarades ridicules..

pap
Invité
pap
14 années il y a

quand Josephine crie sa haine de sarko et cristallise à  ce point sur la personne (alors qu’elle représente 53% d’opinions) je me demande si elle fait de la politique ou si elle fait du théatre ou du cinéma. La politique n’a pas grand chose à  voir avec ces eructations sentimentales. Du moins j’espère. Pourtant c’est vrai nos journeaux nous abreuvent de telles caricatures, loin, très loin des véritables réflexion politiques qu’attend le pays. sarkozy lui l’avit compris et parlait politique. A quand Sarkozy le retour?

Nicolas
Invité
14 années il y a

Bonsoir à  tous

@ Josephine

Tu me cites et je t’en remercie mais « Evidemment la vérité est entre les 2 » signifie également que l’UMP et Sarkozy ne sont pas les monstres que tu te plais à  décrire avec tant d’excès ;o)

@pap

Ah les médias ! …ces pelés, ces galeux d’o๠venait tout leur mal ! :o)

Je crois pourtant que Sarkozy fondamentalement égocentrique n’avait pas vraiment besoin des medias pour s’exhiber et mettre en avant sa petite personne autant que ses idées.
Sarkozy a eu le tort de d’en faire beaucoup trop dans la personnalisation, son omniprésence tant sur le plan politique que personnel allié à  une attitude d’esbroufe souvent vulgaire et déplacée ont cassé son image en 6 mois. A cause de son attitude, il est devenu inaudible sur le plan politique. C’est dommage mais c’est entièrement de sa faute.

La présidentielle en France est fortement personnalisée. On élit une personne avant un parti ou un programme.

De plus, Sarkozy et Royal ont tout fait pour hyper personnaliser leur campagne, les 2 voulant marquer la rupture l’une par rapport au PS, à  ses éléphants et à  son mauvais projet et l’autre par rapport à  son prédeccesseur et d’une certaine manière par rapport à  son passé.

N’accablons pas les medias plus qu’ils ne le méritent.

Nicolas
Invité
14 années il y a

Bonsoir à  tous

@ Josephine

Tu me cites et je t’en remercie mais « Evidemment la vérité est entre les 2 » signifie également que l’UMP et Sarkozy ne sont pas les monstres que tu te plais à  décrire avec tant d’excès ;o)

@pap

Ah les médias ! …ces pelés, ces galeux d’o๠venait tout leur mal ! :o)

Je crois pourtant que Sarkozy fondamentalement égocentrique n’avait pas vraiment besoin des medias pour s’exhiber et mettre en avant sa petite personne autant que ses idées.
Sarkozy a eu le tort de d’en faire beaucoup trop dans la personnalisation, son omniprésence tant sur le plan politique que personnel allié à  une attitude d’esbroufe souvent vulgaire et déplacée ont cassé son image en 6 mois. A cause de son attitude, il est devenu inaudible sur le plan politique. C’est dommage mais c’est entièrement de sa faute.

La présidentielle en France est fortement personnalisée. On élit une personne avant un parti ou un programme.

De plus, Sarkozy et Royal ont tout fait pour hyper personnaliser leur campagne, les 2 voulant marquer la rupture l’une par rapport au PS, à  ses éléphants et à  son mauvais projet et l’autre par rapport à  son prédécesseur et d’une certaine manière par rapport à  son passé.

N’accablons pas les medias plus qu’ils ne le méritent.

Simon
Invité
14 années il y a

Merci chers internautes pour cette discussion fort intéressante.

A bientà´t

josephine
Invité
josephine
14 années il y a

Pap
Ce n’est pas Sarkozy que je n’aime pas personnellement, c’est sa façon de voir les choses et oui c ‘est bien de politique qu’il s’agit.J’ai suivi les débats avant les présidentielles,écouté ses réponses sur les questions les plus épineuses et c’est pour ça que je n’ai pas voté pour ce gugus à  la solde du medef.Le vrai Sarkozy comme tu dis n’est autre que celui qu’on nous présente actuellement et puis si il y a 53 pour cent des français qui ont votés pour lui, ce sont en majorité des gens qui en sont maintenant déçus, il ne lui reste que 41 pour cent d’opinion positives!! Je dirai même que dans ces 53 pour cent,la plupart justement n’ont pas prit le temps d’écouter ses reflexions et les lignes de son programme !!!Il sont été berné(e)s par la médiatisation à  outrance et la vacuité d’un réel et valable opposant.Ce qui se passe en ce moment c’est justement un réveil des consciences après compréhension du programme de ce gouvernement.Tu te demandes si je fais du thêatre et du cinéma,parce que je pense pas comme toi ? C’est quoi ces tentatives de réduction ? Moi je me demandes si tu piccoles pas pour être aussi irrespectueux de la parole des autres, mais je suis sure et certaine en tout cas que tu es d’une rigidité vraiment navrante et qui te rend sourd.Tu parles d ‘éruction sentimentale ? Tu devrais prendre un dictionnaire et arrêter de vouloir te la jouer en employant des termes complétement hors sujets, toi par contre je pense que tu es amoureux pour être aussi aveugle.
Nicolas
Tu vois, moi je n’insinue pas que tu as de la haine, alors s’il te plait fais en autant pour moi.Je n’aime pas la politique de ce gouvernement pour le dédain et le méprit qu’il apporte en réponse aux problèmes du peuple.Tout ce qu’ils savent dire (comme pap d’ailleurs), quand on leurs pose une question sur l’impression et la deception des electeurs; quand à  la considération des problèmes les plus cruciaux et ce qui à  été mis en oeuvre, c’est ( rachida dati devient ridicule ave ça): il y a 53 pour cent des français qui ont votés pour !!!.
Ne vous trompez pas, c ‘est vous qui avez été victimes des médias en votant pour ces gens la(sarkozy-Royale) plus que les autres !!

josephine
Invité
josephine
14 années il y a

Nicolas
Tu as dit :
Tu me cites et je t’en remercie mais « Evidemment la vérité est entre les 2 » signifie également que l’UMP et Sarkozy ne sont pas les monstres que tu te plais à  décrire avec tant d’excès )
Alors, premièrement je ne me plais pas à  le décrire excessivement ( c’est ton interprétation, tant que tu n’en es pas sur gardes la pour toi ).
Deuxièmement et finalement, c’est encore toi qui les qualifies de monstres !!Moi je constate simplement qu’ils sont des dangers pour la démocratie,c’est mon avis et je me fous de ton approbation, ok ?

Nicolas
Invité
14 années il y a

@Josephine

C’est effectivement mon interprétation et ça n’a pas d’autres prétentions !

Je te lis avec attention, je respecte ce que tu écris et …je donne mon avis.

N’est ce pas ce que tu fais toi-même ????

Et mon avis est que tes propos et tes jugements sur l’UMP (Union pour la Mort du Peuple) et Sarko, sont excessifs … pourquoi m’agresser parce que je le dis ? (d’autant plus que je ne suis pas vraiment un fan du personnage Sarko).

Tu peux me dire que je me trompe et m’expliquer pourquoi, je lirai tes arguments avec beaucoup d’intérêt mais ne m’agresse pas parce que je me suis exprimé !

josephine
Invité
josephine
14 années il y a

NICOLAS
Qui agresse l’autre recevra une agression.Ton interprétation était agressive et prétentieuse,voila.Brisons là , mon nicolas.

josephine
Invité
josephine
14 années il y a

Mon LomiGounet
Ta reflexion serait perspicace si tu l’appliquait à  chaques agresseurs ( pap dans mon cas par exemple)sinon, elle n’en demeure que partiale..

josephine
Invité
josephine
14 années il y a

Mon LomiGounet
La sagesse pour toi, serait de ne pas sortir de telles Sarkozytudes.

pap
Invité
pap
14 années il y a

Allons Josephine, ne prends pas tout sur l’affect: il faut voir les choses objectivement, platement même: tu me reproches de faire appel à  des mots qui ne seraient pas dans le dictionnaire; encore faudrait il lire tranquillement le mot que j’ai écrit: j’ai écrit éructation et non éruction. mais c’est un détail. Ce qui compte c’est effectivement que tu aies perçu bien avant moi que le sarko bling bling rattraperait la gauche caviar dans le conformisme le plus désolant. mais je vais te faire un aveu: j’y crois encore, j’espère encore que l’équipe Sarko puisse, pendant les 4 ans qui lui restent, changer en profondeur les règles du jeu de la société française confite dans ses conservatismes. Es tu pour bousculer les conservatismes? Crois tu que remettre en cause les conservatismes les plus flagrants puissent favoriser le sort de nos enfants? Pour moi c’est ça la politique: organiser le changement et non pas camper sur des privilèges acquis. Et pour en revenir au thème du débat, Bayrou a-t-il encore un rà´le à  y jouer en tant que centre?

josephine
Invité
josephine
14 années il y a

Pap
Tu devrais arrêter le biberon ça t’empêcherai de divaguer, mon affect se porte très bien.Ensuite je répondrais pas à  tes élucubrations linguistiques,car ça n’a aucunes concordances avec mon dernier post te conçernant, mais bon..Pour mes enfants, oui je veux conserver ce qui est bon à  conserver et ne pas les jetter en pà¢tures à  une société élytiste..Ensuite, je sais pas o๠tu as été chercher que j’accordais un « minimum » de valeur à  Sarkozy, j’aime pas du tout ce gus, ok ? Pour Bayrou bien sur qu’il à  un rà´le à  jouer et le plus prestigieux dans les années à  venir !! tu n’a pas du lire son programme, remarques si tu l’a lu, tu ne partage pas ses idées; c’est pas grave gardes les tiennes.Un jour Bayrou sera président pour le bien de la france.
P.s: Va demander à  l’ump si Bayrou a un rà´le à  jouer,alors qu’ils l’ont largement sollicité pour avoir des voix pendant les municipales et les cantonales,ta question est stupide….

josephine-Rachid François
Invité
josephine-Rachid François
14 années il y a

Pap
Va te faire ****** , fils de p*** !!

Commentaire « modéré » par LOmiG (il semblerait que Joséphine supporte mal la contradiction)

pap
Invité
pap
14 années il y a

Quand on a la liberté de s’exprimer il faut savoir s’en servir et non pas se lancer dans des séries d’insultes qui ne font que dévaluer les choses qu’on aurait pu dire. Dommage.

josephine-Rachid François
Invité
josephine-Rachid François
14 années il y a

Vousn’êtes que des tigres de papiers

Amis
Invité
Amis
13 années il y a

Fau ou vrais centre le débat n’a pas lieu d’être……….!!!
Le centre est au centre donc ni oui ni non un coup tu me vois un coup je ne suis plus là . Mon père qui ne faisait pas de politique (et oui le travail s’était sa politique) il me disait tu as ceux qui sont au pouvoir, ceux qui voudraient y être et les autres.!
Alors moi Brayou il a regnié toutes ses idées par vangeance ou par dépit mais il n’aura jamais le pouvoir car s’il reste à  gauche c’est le PS (bon courage à  lui) s’il revient à  droite il restera dans l’hombre d’autres personnes……!!

Amis
Invité
Amis
13 années il y a

Un débat est un débat et doit en rester là , j’apprécie débattre et sur tout avec d’autres opignons car si c’est pour dire oui ou amen cela ne vaut pas le coup. Rester poli çà  c’est très important le respect des autres c’est se respecter soit même (excusez moi je suis malvoyant donc j’ai un mal fou).
Non le centre n’est plus à  sa place soit trop à  gauche (avec des anarchistes quand même allons du respect de soit) il devrait nous donner des idées car oui c’est facile de dire NON mais le pourquoi çà  c’est copliqué et sur tout dire pourquoi et donner des bonnes idées
bonne soirée

Amis
Invité
Amis
13 années il y a

j’ai un peu lu vos témoignages bon moi j’ai voté Nicolas et j’en suis fier mais j’admets que par fois je suis déçu voir même très déçu.
Mais je ne revoterai plus ni la gauche ni le centre « trop flou pour moi », vous savez quand vous ête un ouvrier et qu’en 81 vous avez de très très très grands espoirs et que dès 82 ils s’envolent depuis ce temps ………….!!