Citation #105

Les prétentions des organisateurs soulèvent une autre question, que je leur ai souvent adressée, et à laquelle, que je sache, ils n’ont jamais répondu. Puisque les tendances naturelles de l’humanité sont assez mauvaises pour qu’on doive lui ôter sa liberté, comment se fait-il que les tendances des organisateurs soient bonnes ? Les Législateurs et leurs agents ne font-ils pas partie du genre humain ? Se croient-ils pétris d’un autre limon que le reste des hommes ? Ils disent que la société, abandonnée à elle-même, court fatalement aux abîmes parce que ses instincts sont pervers. Ils prétendent l’arrêter sur cette pente et lui imprimer une meilleure direction. Ils ont donc reçu du ciel une intelligence et des vertus qui les placent en dehors et au-dessus de l’humanité ; qu’ils montrent leurs titres. Ils veulent être bergers, ils veulent que nous soyons troupeau. Cet arrangement présuppose en eux une supériorité de nature, dont nous avons bien le droit de demander la preuve préalable.
Remarquez que ce que je leur conteste, ce n’est pas le droit d’inventer des combinaisons sociales, de les propager, de les conseiller, de les expérimenter sur eux-mêmes, à leurs frais et risques ; mais bien le droit de nous les imposer par l’intermédiaire de la Loi, c’est-à-dire des forces et des contributions publiques.

Frédéric Bastiat (1801-1850) économiste, homme politique, magistrat et penseur libéral français.

00vote
Évaluation de l'article
S’abonner
Notifier de
guest

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires
Libertas
12 années il y a

Magnifique citation de La Loi :-) Une autre du même auteur, d’un autre ouvrage :
« Communistes, vous voulez que les hommes, devenus frères, jouissent en commun des biens que la Providence leur a prodigués. Je prétends démontrer que la société actuelle n’a qu’à conquérir la Liberté pour réaliser et dépasser vos vœux et vos espérances : car tout y est commun à tous, à la seule condition que chacun se donne la peine de recueillir les dons de Dieu, ce qui est bien naturel ; ou restitue librement cette peine à ceux qui la prennent pour lui, ce qui est bien juste » (Frédéric Bastiat, Harmonies économiques, À la jeunesse française).

CV
12 années il y a

Merci à Libertas pour la citation.
Bastiat a parfaitement raison… sauf sur la question de l’appropriation des ressources naturelles.
Il reconnait lui même du bout des lèvres qu’il y a un problème sur cette question dans ce texte :
http://bastiat.org/fr/propriete_fonciere.html
Les géolibertariens posent bien le problème selon moi : chacun est propriétaire des fruits de son travail mais les ressources naturelles sont à tout le monde.
Après, pour concilier les deux, bon courage.

Libertas
12 années il y a

Bon point sur le problème de la propriété foncière.
Mais je pense qu’il ne se pose plus du tout en ces termes aujourd’hui :
1. la part de l’agriculture dans l’économie est devenue minoritaire (<9% des échanges mondiaux, pour donner une indication)
2. Georges Lane a une analyse intéressante du changement du rôle de la propriété foncière aujourd’hui ici : http://blog.georgeslane.fr/post/2008/11/25/Du-caractere-atavique-de-quelques-idees-economiques
La propriété foncière, dans une société libérale, est cessible, a un cours, peut être acquise par qui sera capable de la mettre en valeur, d’en tirer un revenu. Les SAFER sont plus choquantes que les inégalités dans la propriété foncière, qui ont reculé au fil des partages et des successions.
3. On objectera la situation des pays pauvres, où l’agriculture représente encore une part importante de la richesse nationale, à cause du sous-développement de l’industrie et des services. Mais dans la plupart de ces pays, le problème n’est pas celui de la propriété des terres, mais précisément l’absence de garantie de cette propriété, qui empêche de la faire fructifier. Cf. les analyses de Hernando de Soto sur la propriété dans le tiers monde : http://fr.wikipedia.org/wiki/Hernando_de_Soto_(économiste)

CV
12 années il y a

Merci pour ces infos.
Mais je demeure convaincu que l’appropriation des ressources naturelles reste un problème (dont personne n’a trouvé la solution).

CV
12 années il y a

>> la règle du “premier arrivé = propriétaire” ne suffit-elle pas ?
Dans ce cas il faut restituer l’ensemble des territoires des amériques aux quelques survivants des populations originelles.
Mais c’est vrai que la propriété collective n’est pas la solution non plus.

CV
12 années il y a

Et leur droit de vivre peinard sous un tipi à chasser le bison ?
Dehors les étrangers ! L’amérique aux indiens (d’amérique) !