Gaïapocalypse

Il faut sauver la planète ! Ce pourrait être le mot d’ordre qui va avec la première « fable immorale » de la série, Gaïapocalypse. Voyons donc quelle est sa structure de base, et en quoi elle est immorale.

Gaïapocalypse

Cette fable pourrait être résumée ainsi :

Il était un fois une belle planète, riche de ressources, où toutes les espèces vivaient en harmonie. Mais un jour, de méchants hommes, forts de leur technique, avides de pouvoir, commencèrent à l’exploiter. Ils pillèrent tellement les ressources naturelles, ils émirent avec leurs machines tant de CO2, que le climat se dérégla. Les glaciers commencèrent à fondre, des espèces d’animaux disparurent, et la température devient si chaude que des zones entières de la planète devinrent inhabitables. La trajectoire était connue : elles deviendraient tellement inhabitables que cela allait provoquer des migrations massives, qui créeraient des conflits un peu partout, en plus des morts causés par les catastrophes naturelles. Heureusement, les humains n’étaient pas tous mauvais comme cela : quelques âmes désintéressées, soucieuse de préserver cet environnement si agréable et si doux, trouvèrent un moyen d’arrêter les dégâts, et d’empêcher les méchants de nuire à l’environnement. Il fallait limiter l’utilisation des ressources, les émissions de CO2, la pollution, et la planète serait sauvée ! Il commencèrent donc à restreindre l’activité humaine, à limiter l’exploitation des ressources non renouvelables, et avec des efforts intenses, ils parvinrent à sauver la planète ! Ces combattants du climat devinrent de véritables héros, des bienfaiteurs de l’humanité.

Modèles mentaux

Quels sont les schémas mentaux véhiculés ou utilisés par cette « fable » ? Ils sont nombreux :

  • l’homme peut causer des dégâts à son environnement
  • certains hommes sont avides et s’en foutent de l’environnement dans lequel ils vivent
  • les ressources peuvent être divisée en non-renouvelables et renouvelables
  • la nature est initialement bonne
  • la plupart des humains sont néfastes par leur activité à la planète
  • le CO2 produit par les humains cause un réchauffement du climat qui a des conséquences désastreuses
  • il est possible de prévoir le climat futur
  • les humains peuvent avoir un impact (quel que soit le sens) sur le climat de la planète

La morale de la fable jamais tout à fait explicitée est claire : il faut empêcher les humains de vivre comme bon leur semble, sinon la planète va devenir inhabitable. C’est une question de survie, donc il n’y pas de limites à ces restrictions.

Séparer le vrai du faux

Les trois premiers points de la liste ci-dessus sont vrais. Les autres sont tous des affirmations qui sont fausses. Cette fable est donc un tissu de mensonge, qui justifie (c’est la morale) de contraindre sans fin l’action humaine pour servir un objectif inexistant. Pourquoi inexistant ? Car si nous ne pouvons pas prouver que les humains ont un impact sur le climat, qu’est-ce qui permettra de savoir que les contraintes doivent s’arrêter ? Il est par ailleurs très clair que les modèles utilisés par le GIEC n’ont aucune valeur scientifique : comment expliquer, s’ils en avaient une, qu’ils ne font que se tromper depuis 30 ans sur leurs prévisions ? A tel point que les militants de cette « cause » (sauver la planète à tout prix) ne parlent plus désormais de « réchauffement » mais de « dérèglement » climatique. La vérité, c’est que le climat a toujours changé, que les hommes s’y sont plus ou moins bien adaptés, et que personne ne peut montrer que nous pouvons y changer quoi que ce soit…Pour avoir des arguments sérieux, je vous propose d’aller sur l’excellent site Mythe, Mancies & Mathématiques lire la traduction d’un article reprenant les arguments d’un prix Nobel de Physique (1973), Ivar Giaever, signataire, avec 1400 autres scientifiques, d’une déclaration très claire :

Il n’y a pas d’urgence climatique
Ce message urgent a été préparé par un réseau mondial de 1400 scientifiques et professionnels. Les sciences du climat doivent être moins politisées, tandis que les politiques climatiques doivent s’inspirer davantage de la science. Les scientifiques doivent tenir clairement compte des incertitudes et des exagérations dans leurs prédictions de réchauffement climatique, tandis que les dirigeants politiques devraient évaluer de façon dépassionnée les coûts réels ainsi que les bénéfices projetés de leurs mesures.

  • Des facteurs naturels aussi bien qu’anthropiques causent le réchauffement
    Les archives géologiques révèlent que le climat terrestre change depuis que la planète existe, avec des phases naturelles chaudes et froides. Le Petit Âge glaciaire n’ayant pris fin que vers 1850, il n’est pas surprenant que nous connaissions à présent une période de réchauffement.
  • Le réchauffement est beaucoup plus lent que prévu
    Le monde s’est réchauffé à une vitesse moitié moindre que celle que le GIEC avait prévu en se fondant sur la modélisation du forçage anthropique et de l’équilibre radiatif. Cela nous indique que nous sommes encore loin de comprendre le changement climatique.
  • Les politiques climatiques s’appuient sur des modèles inadéquats
    Les modèles présentent de nombreuses lacunes et ne constituent pas, même de loin, des outils valables pour une politique mondiale. Ils exagèrent l’influence des gaz à effet de serre tels que le CO2. De plus, ils ignorent le caractère positif d’une atmosphère enrichie en CO2.
  • Le CO2 est la nourriture des plantes, le fondement de toute vie sur Terre
    Le CO2 n’est pas un polluant, il est en réalité essentiel à la vie sur Terre. La photosynthèse est un immense bienfait. Davantage de CO2 est un bénéfice net pour la nature, car celui-ci verdit la Terre. Le CO2 additionnel dans l’air a favorisé la croissance de la biomasse végétale à l’échelle globale. Il a également un effet positif sur l’agriculture, dont les rendements augmentent dans le monde entier.
  • Le réchauffement climatique n’a pas accru les catastrophes naturelles
    Il n’y a aucune preuve statistique que le réchauffement climatique intensifierait les ouragans, les inondations, les sécheresses et autres catastrophes naturelles, ni qu’il les rendrait plus fréquentes. Il existe en revanche des preuves abondantes que les mesures de limitation des émissions de CO2 sont à la fois néfastes et coûteuses.
  • Les politiques climatiques doivent tenir compte des réalités scientifiques et économiques
    Il n’y a pas d’urgence climatique. Il n’y a donc aucun fondement à la panique ou l’alarmisme. Nous nous opposons fermement aux projets à la fois néfastes et irréalistes qui viseraient à réduire à zéro les émissions de CO2 en 2050. À l’avenir, si la science crée de nouvelles connaissances et la technologie crée de nouvelles capacités, et elles le feront certainement, nous aurons amplement le temps d’actualiser nos politiques. L’objectif d’une politique globale doit être celui de la prospérité pour tous, grâce à une énergie fiable et bon marché. Ce n’est que dans une société prospère qu’hommes et femmes ont accès à une bonne instruction, que les taux de naissances sont modérés et que les gens prennent soin de leur environnement.

Pourquoi est-ce immoral ?

C’est une honte morale également car cette fable s’appuie sur une vision totalement délirante de la puissance de l’homme (« nous pouvons changer le climat »), en créant de facto une angoisse insurmontable (en rendant les gens responsables d’un truc auquel on ne peut probablement rien).
Quand on raconte n’importe quoi, on finit par inventer des indicateurs bidons : bilan carbone, jour du dépassement, qui ne mesurent rien d’autre que la volonté de ces militants « écologistes » de nous empêcher de vivre comme nous le souhaitons.
Ces « écolos » de pacotille finissent par être eux-mêmes ceux qui créent le plus de dégâts sur l’environnement : arrêt du nucléaire pour reprendre l’exploitation du charbon, pose d’éoliennes qui saccagent l’environnement et les paysages sans apporter le moindre gain énergétique. Ils participent à focaliser tout le monde sur un non-sujet (le CO2), alors qu’ils devraient s’intéresser vraiment aux problèmes d’environnement (pollutions, dégradations variées de l’environnement, cycles de vie des matériaux, etc…). Mais ce n’est pas ce qui leur tient à coeur, bien sûr. L’écologie est un masque qui leur sert – bien mal – à dissimuler leur totalitarisme auto-destructeur, suicidaire, qui inculque à nos enfants des angoisses infondées, et une détestation générale de l’action humaine. Cette fable est immorale. Bas les masques.

S’abonner
Notifier de
guest

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires