La Marseillaise a été sifflée, il y a peu. J’ai été étonné du peu de réactions mettant en avant la notion de responsabilité. Il ne s’agit pas ici de désigner des coupables, mais d’établir clairement les responsabilités, pour essayer d’éviter ce genre de spectacles affligeants. Je n’ai pas de réponse à apporter, mais quelques questions qui me paraissent importantes…Pour en discuter !

J’ai voulu rebondir sur les faits divers d’enfants oubliés dans une voiture au soleil, pour vous présenter les chiffres de l’enfance maltraitée, pour le monde et pour la France. Histoire de se rendre compte de la situation. Des solutions existent pour permettre de sortir du cercle infernal : éloigner les enfants maltraités des parents qui ne peuvent pas leur donner un environnement stable et affectivement sécurisant.

Retour sur les réformes qui ont eu lieu en Finlande, et qui ont permis à son système éducatif de devenir en moins de 30 ans, l’un des premiers au monde. Pas de mystères : autonomie des établissements (mis ainsi en concurrence), choix des professeurs par le directeur d’établissement, élèves placés au centre du système, peu ou pas de notation, choix des élèves dans leur cursus, professeurs experts payés au mérite, et virables. Du bon sens : veut-on en France faire de la réussite des élèves la priorité, ou faudra-t-il encore supporter longtemps l’immobilisme protecteur des corporations ?

Michel Godet Après la proposition de Pascal Salin (Ouvrir l’assurance maladie à la concurrence Européenne), je vous présente aujourd’hui celle de Michel Godet. Son idée à lui, comme piste de réforme vers le plein emploi, est d’améliorer l’adéquation entre la formation des jeunes et la demande des entreprises, en favorisant les formations en alternance. Sans oublier d’insister sur le rôle des éducateurs (parents, profs, travailleurs sociaux) pour que les jeunes acquièrent l’indispensable complément au savoir-faire : le savoir-être.