Vivement le débat Sarkozy-Royal !

Vivement ce soir ! Le débat Sarkozy-Royal est un évenement intéressant à  suivre, dans la mesure où il n’y avait pas eu de débat avant le second tour en 2002 (déni démocratique de Chirac). Espérons qu’il permettra à  tout le monde de conforter ou de modifier son choix, et aux indécis de se décider. Je pense que sur beaucoup de sujets, Sarkozy et Royal seront d’accords, au moins sur les grands principes.
A côté des déclarations convenues sur l’Euro fort, et les parachutes dorés, un brin démagos, je pense que les quatres plus grosses différences sur lesquelles l’incohérence – ou du moins l’inconfort idéologique – de la position de Royal ressortira le plus seront les suivantes :

  • le travail : Royal s’obstine sur les 35 heures, quand Sarkozy veut en sortir ; Royal devra par ailleurs expliquer comment on augmente le coût du travail tout en diminuant le chômage
  • l’international : la position compliquée de Royal vis-à -vis des USA (notamment à  cause de son électorat d’extrême-gauche, alter-mondialiste et anti-Bush) devrait l’amener à  se positionner face à  un Sarkozy plus cohérent sur cette question. La Turquie pourrait être un point de désaccord profond entre les deux.
  • la fonction publique : Sarkozy propose de réduire le nombre de fonctionnaires pour participer à  la réduction de la dette et à  l’amélioration du service public. Là  aussi, le débat devrait être houleux : Royal, enchainée à  son électorat de gauche fortement ancré dans la fonction publique, dansera sur des charbons ardents
  • l’immigration : Royal devra défendre sa position droit-de-l-hommiste consistant à  adopter une posture généreuse, mais irresponsable (régularisation massive non contrôlée). Sarkozy qui a plus réfléchi sur la question devrait être plus à  l’aise, parce que décomplexé.

Voyez-vous d’autres points majeurs de désaccord ? En tout cas, nous on sera en famille pour regarder le débat, avec une bonne bouteille de vin et une pizza ! Et vous ?

S’abonner
Notifier de
guest

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires
Lomig
Invité
15 années il y a

On estime entre 350.000 et 500.000, le nombre de créations d'emplois par les 35h. Ségolène exagère quand elle parle d'un million. Mais rien ne l'empêche de le dire: entre 97 et 2002, il y a eu 2.000.000 d'emplois créés. Certains sont imputables à d'autres variables, telle que la xcroissance, d'autres à des plans pour l'emploi et le reste, aux 35h. Il n'y a donc pas d'erreur.

Il me semble que tu n'as pas compris, sur les 32h. Y'a pas de tromperie. Les vacances sont décomptées. Donc, les maths de base, ce n'est pas la peine de me les apprendre.
Il me semble qu'une différence majeure entre la gache et la droite, sur ce sujet, c'est que la gauche considère qu'il y a un "stock" d'heures par an à faire, et que celui-ci ne peut être modifié: c'es tla part de chacun là-dedans qui est important. la droite considère au contraire, que ce stock peut évoluer, et que ce sont les gens qui font preuve de fainéantise, ou je ne sais quoi. Or on observe que le nombre d'heures nécessaires à l'économie baisse d'année en année, et que tous les pays connaissent une baisse du temps de travail. On se rend compte que ce temps de travail annuel (37 milliards d'heures par an) est incompressible, et inexpansible. Le travail doit donc être partagé: plus il y a aura de monde sur le marché du travail, meilleure sera l'économie. Il faut donc redistribuer le temps de travail, comme le préconise Larrouturou. http://www.lautrecampagne.org/article.php?id=34

Ce que préconise Sarkozy, c'est de faire des heures sup' des variables d'ajustement pour les entreprises, ce qui aura comme effet pervers de ne pas inciter à la création d'emplois. De plus, ce que les entreprises ne paient pas en charge, c'est ce qui ne va pas aux organismes de solidarité et de sécurité sociale: cela appauvrira l'Etat, qui aura encore plus de mal à payer les retraites et à indemniser les chômeurs, par exemple. Cela ralentira l'économie en plus de précariser la société…

C'est un choix de société: où on travaille tous, et on partage les revenus du travail de manière un peu plus équitable, ou seulement 19 millions d epersonnes s'échinent à travailler à fond, mais doivent cotiser pour les 4 millions de chômeurs en France et les 3 millions de personnes travaillant à temps partiel…

max
Invité
max
15 années il y a

Et ça va être bon je vous le dis moi :razz: !

Gontman
Invité
Gontman
15 années il y a

Pareil ! je serais avec Simon Lise et Frieda (elle s'intéresse déjà la politique, la friponne. Elle milite pour les biberons d'1 litre !). j'ai hâte de voir le débat, mais j'ai peur que ça soit trop lissé. On verra :)
Gont

Lomig
Invité
15 années il y a

Force est de constater que le plus grand chagrin Nicolas Sarkozy tient dans quelques grands
principes constitutionnels, quelques fondements de la démocratie, qui traînent dans la
Déclaration des Droits de l’Homme, la Convention Européenne de sauvegarde, les
Déclarations de l’ONU, de multiples traités internationaux dont la France a souvent été le
promoteur. En voici quelques uns.

  • La séparation des pouvoirs. “Toute société dans laquelle la garantie des droits n’est pas
    assurée ni la séparation des pouvoirs déterminée n’a point de constitution” (article 16 de la
    déclaration des droits de l’homme et du citoyen): le “principe constitutionnel de séparation
    des pouvoirs” (Décision n°80-119 du 22 juillet 1980) a été rappelé au ministre par les plus
    hautes autorités de l’Etat et par le président de la République lui-même à l’occasion d’une de
    ses incessantes attaques contre la justice. Inutile d’escompter un quelconque respect de
    l’indépendance de la magistrature si Nicolas Sarkozy est élu. Si le ministre se permet de
    demander des déplacements ou des sanctions disciplinaires de magistrats, s’il tance
    régulièrement les juges qui ne mettent pas assez en prison, et leur demande de payer leurs
    fautes avant même de savoir de quoi il parle, on peut imaginer ce qu’il fera s’il est élu
    président de la République et qu’il préside en conséquence le Conseil Supérieur de la
    Magistrature!

  • La non-rétro-activité des lois. “Nul ne peut être puni qu’en vertu d’une loi établie et
    promulguée antérieurement au délit, et légalement appliquée” (article 8 de la déclaration des
    droits de l’homme et du citoyen). Le Conseil constitutionnel a évidemment reconnu depuis
    longtemps la valeur constitutionnelle de ce principe. Lors du débat du projet de loi sur le
    traitement de la récidive Pascal Clément, ministre de la justice, et Nicolas Sarkozy ont milité
    pour l’application rétro-active de la peine de suivi socio-judiciaire aux délinquants sexuels
    déjà condamnés. Le Garde des Sceaux a même proposé aux députés, s’ils avaient gain de
    cause, de ne pas saisir le conseil constitutionnel: “ Il suffira pour eux de ne pas saisir le
    conseil constitutionnel et ceux qui le saisiront prendront sans doute la responsabilité politique
    et humaine d’empêcher la nouvelle loi de s’appliquer au stock de détenus”. Il a aussitôt reçu
    une volée de bois vert du président du conseil constitutionnel lui-même, Pierre Mazeaud: “le
    respect de la Constitution est non un risque mais un devoir”. Deux jours plus tard, le 27
    septembre, Nicolas Sarkozy est néanmoins revenu à la charge, comme s’il ne s’était rien passé:
    “je souhaite que l’on pose la question de la rétro-activité du suivi socio-judiciaire pour les
    multi-récidivistes condamnés avant juin 1998".

  • L’individualisation de la peine. “La loi ne doit établir que des peines strictement et
    évidemment nécessaires” (article 8 de la déclaration des droits de l’homme et du citoyen).
    Tous les Gardes des Sceaux de la dernière législature ont rappelé que le système des peines
    plancher prôné à longueur d’années par Nicolas Sarkozy, non seulement heurtait notre
    tradition juridique mais était contraire à la constitution et la Convention européenne telle que
    l’interprète la cour européenne des droits de l’homme. Le Conseil constitutionnel a affirmé
    clairement par une décision du 22 juillet 2005 qu’il s’agissait d’un principe constitutionnel
    “qui découle de l’article 8 de la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen de 1789"
    (Décision 2005-520 du 22 juillet 2005). Nicolas Sarkozy a pourtant la ferme intention de faire
    voter immédiatement une loi établissant le système des peines planchers s’il est élu.

  • La présomption d’innocence. :"Tout homme étant présumé innocent jusqu'à ce qu'il ait été
    déclaré coupable…” (Article 9 de la déclaration des droits de l’homme et du citoyen). Nicolas
    Sarkozy n’a manifestement aucune notion de ce principe-là. Pour lui, dès qu’une personne est
    arrêtée elle est “coupable”. Dans toutes ses interventions télévisée, il a systématiquement, à
    l’occasion des affaires qu’il évoquait, utilisé ce terme. Par exemple: “je parlais tout à l’heure
    de l’affaire de Marseille, comment a-t-on trouvé en 48 heures les coupables?” (à vous de
    juger, novembre 2006). Il finit même par innover en renversant le principe: il parle de
    “présumé coupable”, à propos de Patrick Gateau mis en examen pour le meurtre de Nelly
    Cremel: “celui qui la tue, qui est suspecté, présumé coupable, a déjà tué une femme…”
    (Même émission). Jamais en France, au ministre de la République n’avait, avec une telle
    constance, piétiné ce principe, au point que plus personne ne finit par le relever. Non
    seulement les suspects sont immédiatement coupables, mais ils sont, de plus, des voyous, des
    barbares, des monstres, dont le cas est aussitôt cité en exemple pour faire voter des lois
    d’urgence.

  • Le principe de l’atténuation de la responsabilité pénale des mineurs est en France un
    principe “fondamental reconnu par les lois de la République”. On a vu que le Conseil
    Constitutionnel l’avait clairement affirmé le 29 août 2002 (chapitre 4). La volonté de Nicolas
    Sarkozy de supprimer le principe de l’atténuation de responsabilité des mineurs de 16 à 18 ans
    et d’aligner progressivement le droit des mineurs sur celui des majeurs heurte de plein front
    ces principes élémentaires de la justice et du droit des mineurs.

  • Le respect de la vie privée, garanti par tant de textes fondateurs (de la Déclaration de 1789 à
    la Convention européenne) est peut-être le principe le plus méconnu par Nicolas Sarkozy.
    L’un des aspects les plus importants de ce droit est la protection du secret professionnel qui,
    on l’a vu, est mis à mal par la loi sur la prévention de la délinquance. Mais le respect de la vie
    privée, c’est aussi la garantie donnée à chaque citoyen de ne pas être inscrit dans ces multiples
    fichiers tentaculaires, cette manie du ministre de l’intérieur. Ces fichiers, pris un à un, ont pu
    échapper à la censure du conseil constitutionnel ou à la vigilance de la CNIL mais, bout à
    bout, ils forment un ensemble monstrueux et ingérable qui met en danger la liberté de chacun
    d’entre nous.

  • Le droit d’asile est un principe constitutionnel énoncé par l’article 3 du Préambule de la
    Constitution de 1946: “tout homme persécuté en raison de son action en faveur de la liberté a
    droit d’asile sur les territoires de la République”. On a vu ce qu’il restait du droit d’asile en
    France aujourd’hui. La politique d’immigration mise en oeuvre par le ministre de l’intérieur
    réduit progressivement les possibilités concrètes de demander l’asile. On a entendu les cris de
    victoire du ministre de l’intérieur se réjouissant de la baisse des demandes. On a vu aussi
    l’impasse à laquelle conduisait cette politique restrictive d’octroi du statut de réfugié, créant
    une population précaire et sans droits qu’il faudra bien régulariser.

Lomig
Invité
15 années il y a

Sur les 35h, outre le fait que ça a créé 500.000 emplois, cela aurait dû être associé à la création d'emplois pour éviter les abus des entreprises qui en ont profité pour exploiter encore plus leurs salariés. Il faut savoir que nous sommes le pays occidental qui travaille le plus (38h/semaine) pour 33h/semaine aux USA. Il faut savoir que le pays où l'on travaile le moins (29.7h/semaine) est celui où le chômage est le moins élevé. Il faut savoir aussi que c'est un pays où les droits sociaux sont très forts.

Lomig
Invité
15 années il y a

pourquoi pas. J'aurais l'impression de tirer l'humanité vers le haut…

D'ailleurs, à propos du bilan raciste de ces 5 dernières années, je te conseille d'aller visiter, mais ça prend du temps, le site lmsi.net, et sa chronique du racisme républicain. 5 pages, très longues, exhaustives, qui renvoient souvent à d'autres articles explicatifs. Bref… Je comprends que quand les arguments politiques, économiques et sociaux manquent, on en appelle au "gauchisme" de son interlocuteur…

LOmiG
Invité
LOmiG
15 années il y a

t'es pas gonflé, toi déjà !!!
je te cite :

Oui, l’extrême-droite au pouvoir, ce sera cool!!!
un raciste, xénophobe, ultra-violent, qui censure la presse et les éditions, qui précarise des millions de personnes, qui impose aux médias sa volonté, qui criminalise tous les comportements qui ne correspondent pas à ce qu’il souhaite voir appliquer, qui n’a aucune solution, si ce n’est une solution de moraliste, et non de pragmatisme. Avec lui, c’est les conflits incessants, pouisqu’il ne cesse d’opposer et de diviser les français pour mieux régner. Il psychiatrise la petite enfance, etc.
Il a déjà appliqué plus de75% du programme du FN…
Fabuleux non? à part la peine de mort, il veut pouvoir appliquer les 20% restants! Enjoy!!!
p.s: je ne pensais pas être sur un blog raciste, je m’en vais de ce pas…

tu me traites de raciste, puis tu dis qu'en manquant d'arguments politiques, j'en appelle au "gauchisme de mon interlocuteur"…c'est fort ! bravo pour ta cohérence…
Puisque tu as tout compris, et que le doute – visiblement – n'est pas une de tes qualités, reste avec tes certitudes.

Le doute est le sel de l'esprit. Sans lui, bientôt toutes les connaissances sont pourries.

ça c'est d'Alain. Et ça me semble bien correspondre avec les pages de blabla que tu laisses en commentaire, après avoir traité mon blog de raciste, sans même imaginer que peut-être tu es tombé dans l'excès que tu reproches à Sarkozy.
Pitoyable.

Lomig
Invité
15 années il y a

Oh pardon de t'avoir vexé.
Quel sont mes excès? Sarkozy lui-même défend son vocabulaire intolérant, et assume toutes ses prises de position.

Il te faudrait donc marquer du recul par rapport à ce candidat, si tu n'as pas la même vision du monde que lui. Il me semble, mais peut-être que je me trompe, que le PS a condamné Frêche par exemple, quand il a tenu des propos racistes. Ce serait bien que tu ne défendes pas Sarkozy, mais ses valeurs. Car son programme est empreint d'une telle intolérance que je ne peux pas admettre qu'un blog soit à la fois partisan de sa vision politique du monde, mais en retrait par rapport à ses politiques racistes.

J'étais passablement énervé hier soir, et je te prie de me pardonner pour le post-scriptum hors de propos, mais j'attends de ta part un détachement, une prise de distance par rapport aux thèses de Sarkozy sur la génétique, la prédestination, les préjugés raciaux, et les autres choses auxquelles tu n'adhères pas.

crqhegul
Invité
11 années il y a

Jj2tAp bpeubbfgedmx, [url=http://wwbqkuvsuehs.com/]wwbqkuvsuehs[/url], [link=http://kwmjiujzompv.com/]kwmjiujzompv[/link], http://ogimguahjhww.com/