Bayrou : mort politique annoncée…!

Les prévisions de nombre sièges à l’Assemblée Nationale pour le MoDem sont catastrophiques. Certains – dont Bayrou – crient que le système n’est pas bon, puisqu’un candidat qui a eu 18,5 % de voix au 1er tour des présidentielles se retrouvera avec quelques sièges seulement au parlement. Argument factice : son bon score n’est que le reflet du fait qu’une partie de la population ne s’est reconnu ni dans Sarkozy, ni dans Royal. Un score de circonstance, sans adhésion, et purement orchestré par des médias – malheureusement – complaisants avec le politiquement correct.
Bayrou dénonce un système, crie au loup en évoquant la « concentration des pouvoirs ». Pourquoi ne propose-t-il pas des solutions politiques à la place ? Son programme était plus proche de celui de Sarkozy que de celui du PS : et pourtant il s’est positionné comme un candidat de centre gauche (certainement poussé à droite par l’UMP de Sarkozy qui a récupéré une bonne partie de l’électorat centriste). Après avoir refusé de rentrer dans l’UMP, après refusé de se positionner pour le second tour, après avoir crée dans l’urgence un parti politique mort-né au nom presque comique (MoDem, pourquoi pas ADSL ou Internet?), après avoir passé plus de temps à faire des calculs purement électoraux qu’à définir une politique originale et moderne, on retrouve Bayrou là où il s’est lui-même mis : à deux pas de sa mort politique. Il répète à l’envie que son combat c’est le « pluralisme ». Drôle de manière de promouvoir le pluralisme que d’obtenir 4 ou 5 sièges à l’assemblée nationale !

0 0 votes
Évaluation de l'article
S’abonner
Notifier de
guest

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires
Roets
14 années il y a

Texte affligeant de conformisme et de méchanceté. Prisonnier de l'actualité, l'auteur se livre à une pseudo-analyse qui ne relève en rien de la pensée. Il se passe quelques chose de neuf et fort dans la vie politique française (un centre qui ne retombe pas à droite !), et il ne voit rien, ne veut rien voir – comme la plupart des grands médias, il est vrai… -. "Cela n'existe pas parce que cela n'a jamais existé et parce que je ne veux pas que cela existe"… RV dans quelques années, cher hurleur avec les loups !…

Mimie in vivo
14 années il y a

Pour avoir voté Bayrou au premier tour( et m'apprêtant à voter pour la candidate MoDem dans ma circonscription aux législatives), je peux te dire qu'il ne s'agit absolument pas d'un vote contre, mais bien d'une vote d'adhésion, adhésion générale à un vrai programme de présidentielle faisant la part belle au tissu entrepreneurial sans négliger le tissu social, tout en s'attelant aux réformes institutionnelles qui s'imposent dans un pays consternant d'archaïsme ce qui passe par l'introduction de la proportionnelle au Parlement, le coeur de son "combat pour le pluralisme", que tu fustiges dans ce billet. voilà, c'est tout, c'est sincère et j'espère sincèrement aussi que tous les petites gens qui ont voté Sarko pour avoir du boulot et plus d'argent dans leur porte-monnaie ne seront pas déçus. Mais pour le moment, entre les heures sup et les intérêts d'emprunt, deux mesures très "figeantes", on est loin d'amorcer un quelconque changement dans le sens souhaité. Attendons… Moi ça ne change rien pour moi, j'ai une vie très confortable, mais je plains ceux qui sont dans la m….. !

Simon
14 années il y a

Bon, pour utiliser une discours plus nuancé et plus politiquement correct, je trouve qu'il a joué le gros opportuniste et que c'est bien fait pour sa gueule.

max
max
14 années il y a

Je ne suis pas d'accord avec toi lomig, le vote de bayrou a plus été d'adhésion que tu crois. J'ai entendu des gens autour de moi "vouloir" Bayrou.
Il est faux de dire que c'est un score de circonstance, sans adhésion, et purement orchestré par des médias. Le rejet des autres candidats à joué, mais pas tant que tu le dis.
Pouquoi n'y aurait il pas la place pour 3 partis modérés en France ?
Plus il y a de partis modérés, plus on rigole. Ce sont les extrêmes qui nous cassent les couilles.

joan
14 années il y a

Bonjour, Bravo pour ton blog… Je m'insère dans une vieux post pour porter la contradiction. Personnellement, je suis de ceux qui pensent que François Bayrou ne pouvait faire autrement. 1°) il s'isole c'est clair, mais n'est ce pas nécessaire ? il y aura un ressac et un retour de tendance. 2°) je crois qu'il a fait des calcul mais des calcul courageux. Il parie certainement sur les prochaines échéances mais n'est ce pas le sens de la politique ? Comment peut-on imaginer qu'en politique, l'on ne fasse pas de calculs ? Ce serait bien naïf. Sans calculs, l'on ne survivrait jamais aux calculs de ses adversaires. 3°) les personnalités qui l'ont rejoint me rassurent plus que les personnes qui l'ont quitté. Sincèrement, entre Corinne Lepage et Hervé Morin, l'on ne peut hésiter sur la sincérité de l'action de cette dernière. 4°) je pense qu'il est nécessaire que les partis classiques se structurent autour d'un axe écologique – et le Modem en ce sens a pris un tournant intéressant. Il est plus probable que la voix de l'écologie portera mieux s'il est associée à un parti de gouvernement. Et il est impératif que l'écologie sorte de la gauche plurielle. L'écologie n'est… Lire la suite »

joan
14 années il y a

Resalut,
naïf : non, mais convaincu visiblement !
Personne n'a jamais douté que Nicolas Sarkozy changerait les choses. Changer, décider, agir, il n'y a pas de doute qu'il y aura de l'animation. Mais agir pourquoi et dans quel sens ? la seule finalité de l'action ne doit pas être l'action…

max
max
14 années il y a

Je pense qu'on trouve les choses en essayant. On pose les grandes lignes, puis on trouve le sens dans l'action. L'action n'est pas la finalité, mais le moyen de poser le sens.

trackback

[…] ce qui moralement acceptable” achève de me convaincre que je n’avais pas tort quand je disais, en mai, qu’il était fini […]