Boom à Davos

L’histoire médiatique…

Il me semble que l’on peut y voir un signe intéressant de l’évolution des choses, et notamment de ce qui filtre, plus ou moins, dans l’espace public. Javier Milei, récemment élu président de l’Argentine, est décrit – quelle surprise ! – par les médias français et les petits modérateurs / censeurs de Wikipedia comme « ultra-libéral », « d’extrême-droite », et ils n’ont eu de cesse de savamment couvrir son ascension et sa victoire en ne montrant que ses frasques médiatiques les plus excessives sans jamais s’attarder sur le fond de son programme.

… et la réalité

Mais si l’on veut simplement se renseigner au-delà des éléments de langages de la caste médiatique, il suffit d’aller sur le média le plus libre du monde, celui que l’extraordinaire Elon Musk est en train de remonter: X (ex-Twitter). On peut y trouver, par exemple, la très belle interview donnée par Milei à Tucker Carlson en septembre dernier (qui permettait de relativiser et même d’anéantir les sornettes dont on nous rabâchait les oreilles). Et puis, il y a eu le discours donné il y a quelques jours à Davos, au Forum Economique Mondial. A tous les égards, je trouve ce discours admirable de sincérité, de clarté, de courage, de pédagogie et d’opportunité. Je trouve que c’est un discours historique, qui devrait marquer un tournant. C’est un moment à la « John Galt » (moment où dans le roman d’Ayn Rand, le fameux et mystérieux John Galt hack la radio d’état et fait passer toutes ses idées, en fissurant le plafond de verre du système Orwellien qu’il a fuit). Calmement, solidement, Javier Milei rappelle quelques vérités que bla-bla politiquement correct force à nuancer, ou à taire. Dont celle-ci, évidente, l’éléphant au milieu de la pièce : l’Etat, dans sa forme actuelle – socialiste -, n’est pas la solution, il est le problème. A regarder, et à discuter : que pensez-vous de son discours ?

Texte intégral du discours de Milei en français sur Le Grand Continent.

6 Comments

    1. salut Jean, merci pour ton commentaire. Je ne vois pas trop pourquoi tu dis qu’il est à l’opposé de mes valeurs, moi qui me présente souvent comme un libéral-conservateur… Par ailleurs, on peut ne pas être opposé à l’avortement (dans des cas extrêmes), sans pour autant penser que c’est une chose magnifique et à encourager. Bref. Je vais aller voir ton commentaire.

  1. Merci de m’avoir donné la possibilité d’écouter le discours à Davos. Bien sûr il y a quelques rappels importants et des idées fortes. Mais ce qui me frappe c’est l’extraordinaire manichéisme de ce discours: il y a les bons et les méchants, la réalité et les manipulateurs. Et puis quelle simplification abusive de vanter les mérites du capitalisme sans reconnaître qu’une certaine « socialisation » de ce capitalisme est précisément à l’origine de la croissance de la richesse mondiale.
    Le coté libertaire a un coté sympa; mais sans un état fort, qui contrôle les truands du marché (car eux existent)?
    Trop d’Etat c’est sûr. Mais supprimer l’Etat c’est donner le pouvoir aux pires. Trouver l’équilibre n’est pas facile. Espérer que Milei y contribue peut être un espoir. Guère plus.

    1. Salut François Unger, merci pour ton commentaire :)
      Le discours n’est pas si manichéen je trouve. Il a raison de souligner qu’une clique de menteurs dirige un bon nombre de pays. j’ajouterai de traitres, c’est ce que je pense de nos dirigeants français. Je reconnais volontiers qu’il y a va fort, mais il y a une telle doxa à contredire sur ces sujets qu’il faut grossir le trait à mon avis.
      Par ailleurs je crois qu’il y a un malentendu : libertarien ne veut pas dire du tout « libertaire ». libertarien c’est le mot utilisé par les « libéraux classiques » de l’autre côté de l’atlantique pour dire « libéral », car depuis des décennies la gauche s’est approprié le terme (la gauche US ce sont les « liberals »). C’est pour cette raison qu’Hayek, libéral classique pur jus, avait un jour écrit un papier pour dire qu’il ne prendrait plus cette étiquette tant elle avait été dévoyée.
      Le libertarien, comme Hayek, comme Milei, pense simplement qu’il faut un Etat minimal car l’Etat est une institution qui a montré son intérêt, dans la mesure où on le cantonne au régalien (pour faire vite). Milie ne parle jamais de supprimer l’Etat.
      Par ailleurs, pour faire contrepoint à cette vidéo radicale, je voulais en publier une autre, d’Etienne Chouard, qui contient beaucoup d’idées fortes aussi, discutables, et je crois justement qu’il faut discuter, plus, mieux.

  2. la voici (sur une chaine Youtube qui m’a l’air étrange), mais l’entretien est de qualité et Chouard d’une grande clarté. Beaucoup d’idées intéressantes, sur notre organisation politique, sur les gilets jaunes, sur la démocratie, et sur le libre échange qu’il considère comme un fanatisme. https://youtu.be/J8jzRwOIfxA?si=YCXVd_clMsgsWbgV

N'hésitez pas à partager votre avis ! (Markdown ok)

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.