Les 6 blocs, et la honte

La rhétorique électorale actuelle, facilitée par les « alliances » et adoptée par tous (car permettant de densifier la nature conflictuelle des enjeux), en présentant trois grandes forces en présence (Union de la Gauche, Ensemble, et Rassemblement National & alliés) nous fait encore et toujours manquer une partie de la réalité (sujet déjà abordé dans déni des centres). Il n’y a pas trois blocs, mais bien 6 (dont certains presque vides), qu’il est utile de considérer et de distinguer, malgré les alliances.

Les 6 blocs

Commençons par nous entendre : je garde le terme « extrême » pour désigner des mouvances politiques violentes, anti-parlementaristes (ne respectant les urnes que si elles leur sont favorables), et véhiculant des idées intolérantes à l’égard de certaines catégories de citoyens, sur la base non de leurs actes mais de leur appartenance à un groupe social, culturel ou ethnique.

  • L’extrême-gauche : LFI, associés aux islamistes et autres nervis antifas. Ce qu’on pourrait appeler l’islamo-gauchisme. Violence assumée, appel à ne pas suivre les résultats si le RN passe, antisémitisme à peine caché, voire assumé. Le PS, en rejoignant l’Union des gauches, tend donc la main à cette extrême-gauche. Du fait de cette alliance, endroit très hétérogène du champ politique
  • la gauche: La partie du PS qui refuse l’alliance avec les extrémistes de gauche. Ensemble presque vide, puisque visiblement ils vont presque tous soutenir l’UG. Probablement pas au niveau des électeurs.
  • le centre gauche : La Macronie, pour faire vite, et une partie du PS, avec quelques porosités avec le centre-droit. Appelé « extrême-centre » par certains car ils ont démontré (pas plus pas moins que les autres à vrai dire) leur attachement à géométrie variable, tout relatif, au respect des libertés, au respect de la souveraineté française vis-à-vis des institutions UE. Fond culturel socialiste & constructiviste, mondialiste, libéral économiquement par nécessité. Extrême-centre aussi parce que très visiblement plus intéressé par la conservation du pouvoir coûte que coûte (soutien à ceux qu’ils traitaient d’antisémite une semaine plus tôt), que la défense des intérêts des français.
  • le centre droit : les LR compatibles avec Macron, pour faire vite à nouveau. Même fond culturel, avec un nuance plus à droite sur les questions de société (il faut le dire vite, quand on regarde Pécresse ou Dati, ou Bertrand).
  • la droite : le RN & les LR canal RPR (même si le RN est plutôt plus socialiste sur le plan économique). Du fait de ce mélange des genres (LR plus libéral, type Bellamy & Lisnard, et RN plus à gauche), à nouveau pôle très hétérogène. La grande majorité des électeurs.
  • l’extrême-droite : il n’y pas d’extrême-droite en France en 2024. Au sens défini plus haut. Les récits en boucle des journalistes et du pouvoir pour effrayer le bon peuple n’y changent rien : le RN n’appelle pas à la violence (contrairement aux extrémistes de gauche), respecte le choix des électeurs et des urnes, condamne toutes les formes d’antisémitisme ou de racisme.

Il ne faut pas oublier toute la clique des non-alliés/affiliés de droite et de gauche (souverainistes pro-frexit, divers droites, divers gauches, etc.) : cela représente quand même plus de 12% des votes exprimés au premier tour. Il est possible qu’ils jouent un rôle non-négligeable dans plusieurs triangulaires, mais je n’ai pas le temps d’aller regarder ça en détail.

La honte

Nous nous acheminons donc, sauf très grande surprise, vers une « victoire » de la Gauche élargie (de l’extrême jusqu’au centre), réussissant à ne donner au RN qu’une majorité relative. Je mets « victoire » avec des guillements, car c’est une défaite morale impardonnable pour le PS & la Macronie : soutenir l’extrême-gauche pour s’agripper à leur pouvoir, nier l’évidente tendance de la volonté populaire (regarder la carte des votes aux européennes), user de tous les mensonges éculés, rejouer pour la centième fois le « théâtre antifasciste » ; tout cela est proprement honteux. C’est une trahison du peuple, et des actes qui poussent encore un peu plus la population vers la guerre civile. Ils agitent des peurs et des menaces dont ils sont, de fait, les principaux artisans. Honte à la gauche et au centre-gauche. Honte aussi aux LR incapables de suivre Ciotti dans sa démarche courageuse d’union des droites.


Publié

dans

par

Commentaires

Une réponse à “Les 6 blocs, et la honte”

  1. Avatar de BLOmiG
    BLOmiG

    Seul espoir : une coalition de bric et de broc qui provoque l’arrivée au pouvoir de M Le Pen : https://x.com/sylvainattal/status/1808138928290930990

N'hésitez pas à partager votre avis ! (Markdown ok)

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.