Politique personnelle

Rubin vient de lancer, en parallèle de la réflexion que nous avons mise en place au sein de LHC sur le positionnement politique de nos blogs, une chaine visant à  préciser en 5 questions/réponses, notre positionnement politique.

Cinq questions, cinq réponses…

  1. Quel thème généralement peu évoqué, ou selon vous traité avec légèreté, aimeriez-vous voir occuper une place plus importante dans la vie intellectuelle, politique et médiatique ?

    Le thème du respect de la loi me semble traité avec une légèreté bien coupable. Qui trouve en partie sa source dans l’excès de réglementations et de lois, qui rend tout à  fait incompréhensible la logique d’ensemble. Les atteintes à  la propriété privée, par exemple, sont quasiment légitimées dans ce pays, pour des raisons certainement louables (et encore) de « justice sociale ». Quelle « justice sociale » est possible, si l’on ne respecte même pas les bases sur lesquelles est construite notre société ? Quand des voyous brûlent des voitures dans la rue, et que les forces de l’ordre se contentent (certainement pour éviter que ça dégénère) de « circonscrire » les dégâts, je me dis que la logique même des forces de l’ordre est pervertie : si la police ne défend pas ma propriété privée, qui le fera ?

    Un autre thème, fondamental, n’est jamais abordé. Il s’agit de l’éducation. On vit dans une société où désormais l’éducation a été en partie confiée à  l’école. Chose tout à  fait incroyable, dé-responsabilisante au possible pour les parents, perturbante pour les enfants. Si l’on n’est plus capable de montrer du doigt les mauvais parents, et si on reporte systématiquement toute responsabilité sur la société, alors plus personne n’est responsable de rien. Il y a des mauvais parents. Ce n’est ni aux profs de payer les pots cassés, ni aux contribuables de financer une illusoire « école éducatrice » dont les résultats sont sous nos yeux : révoltants, et tragiques. On connait des solutions, mais il faut avoir le courage politique et intellectuel de les décrire. On ne fera pas bouger le mastodonte comme cela. Il faut le dynamiter. Pour les enfants.

  2. Inversement, quel sujet fétiche des médias, « nouveaux » et/ou « anciens », trouvez-vous futile ou superficiel au point de ne mériter qu’une faible part de l’attention qu’on lui porte ?

    D’une manière générale, ce qui tourne autour des personnes. Je préfère que l’on parle des idées, et des faits. Les commentateurs de l’actualité accordent une importance beaucoup trop grande aux personnes : qu’ils détestent ou idolâtrent Sarkozy ou Dati, ils ne peuvent s’empêcher d’en parler. Tout en leur reprochant d’être trop présent dans les médias…Allez comprendre !

  3. Quelle pratique d’ordre public ou privé, largement autorisée par la loi, vous semble nocive au point de devoir faire l’objet d’une interdiction ou d’une réglementation sévères sans plus tarder ?

    Cela rejoint le premier point, dans une certaine mesure : le fait que le respect de la loi ne soit pas traité sérieusement. Je ne reviens pas sur la distinction entre législation et loi, entre réglementation et règles de juste conduite, on en parlera à  propos d’Hayek. Mais le fait que le gouvernement ne s’astreigne pas à  respecter la loi qu’il impose aux autres acteurs de la société me choque profondément. Le non respect de la propriété, de la liberté de choix en est un exemple frappant. Chaque jour, à  chaque minute, on tolère de la part de l’Etat et du gouvernement une manière de se comporter qui est répréhensible moralement en regard des règles de juste conduite. La légitimité démocratique ne devrait pas donner le droit d’enfreindre la loi commune.

  4. Inversement à  nouveau, quelle interdiction ou contrainte apposée à  un comportement privé ou public vous apparaît si injustifiée qu’elle devrait être levée aussi vite que possible ?

    Toute interdiction apposée à  n’importe quel comportement privé ou public ne portant pas à  atteinte à  autrui est une atteinte à  la liberté totalement injustifiée et difficilement justifiable.

  5. Enfin, quel événement contemporain a, selon vous, le plus façonné ou modifié vos opinions politiques ?

    Le 11 septembre m’a marqué fortement. La campagne présidentielle de 2007 a été un moment fort de débats. Mais ce qui a le plus façonné ET modifié mes opinions politiques, c’est la lecture de « Libéralisme » de Pascal Salin. Un grand livre, d’un grand penseur.

…et 5 suivants !

Comme il est de coutume, je passe le relais à  5 blogueurs/euses dont j’aimerais lire les réponses : Sheiro déjà  répondu, Libertas, Authueil, Nicolas J., Aymeric Pontier, et Internecivus Raptus. Et puis Psychothérapeute, tiens, aussi, parce que j’aimerai bien savoir ce qu’il a à  dire sur un sujet comme celui-là  !
Et vous, chers lecteurs ? Ces questions vous inspirent-elles ?

S’abonner
Notifier de
guest

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires
Criticus
Invité
14 années il y a

Oui, le rà´le de l’école est d’instruire, pas d’éduquer, et c’est déjà  très bien comme ça !

Scheiro
Invité
14 années il y a

Au sujet de la prise de l’éducation des enfants par l’Etat, je pense que l’analyse qu’en donne Christopher Lasch dans le chapitre ‘La décadence du système éducatif’ de « La culture du narcissisme » s’applique parfaitement à  notre système actuel.
Je n’avais pas envisagé que l’application effective de la Loi, et, ceci de façon uniforme, sur tout le territoire, quelque soit le statut social de l’individu, est certainement une des clefs qui ferait bouger les choses dans ce pays o๠les passes droits et les privilèges – quand il ne s’agit pas de raisons idéologiques particulières – font vaciller le principe égalitaire de la justice, donc la Justice elle-même. Mais avant même que la police ne fasse appliquer le Loi, il faudrait que de simples règles soient elles-mêmes prisent en compte par l’ensemble de la population et que ne soit pas tolérées certaines choses au nom d’une supposée supériorité de statut. Tel que, par exemple, le statut d’un prof qui peut emprunter des bouquins à  la BU et « oublier » de les rendre sans que, chez les bibliothécaires, personne ne s’en émeuve, alors qu’un étudiant sera rappelé à  l’ordre dès que les délais d’emprunts seront dépassés.
Pas de droit coutumier, hérité d’on ne sait oà¹, et qui s’applique en fonction du statut ou rang social du citoyen. Nous sommes d’accord Lomig.
Je vais m’intéresser aux écrits du cousin de Wittgenstein et à  ceux de Salin.
> »Toute interdiction apposée à  n’importe quel comportement privé ou public ne portant pas à  atteinte à  autrui est une atteinte à  la liberté totalement injustifiée et difficilement justifiable. »
Je suppose que tu es contre le port du voile par les jeunes filles musulmanes à  l’école et je me demande comment tu t’en sors pour expliquer cette contradiction, Lomig?

Criticus
Invité
14 années il y a

@ Scheiro
« Je suppose que tu es contre le port du voile par les jeunes filles musulmanes à  l’école et je me demande comment tu t’en sors pour expliquer cette contradiction ? »
Je sais que la question est adressée à  Lomig et non à  moi, mais comme on en a parlé chez toi : j’aimerais savoir quelle est la liberté d’une adolescente. Ou d’une femme soumise à  son mari. Et en quoi, partant, il est possible d’invoquer la liberté de personnes non-libres pour défendre leur liberté de porter un symbole de leur sujétion.

Rubin
Invité
14 années il y a

Ah… Voilà  le genre de billet qui rend l’initiateur d’une chaîne heureux. Mais de ta part, Lomig, je n’en attendais pas moins ;-)
Je reviens toutefois sur ton premier point : la thématique du respect de la loi n’est pas si étrangère à  l’attention des médias. Rappelle-toi de 2002 : tout le monde ne parlait que d’insécurité et de « tolérance zéro ». Pour quel résultat ?

Scheiro
Invité
14 années il y a

C’est exact Criticus, c’est plutà´t à  Lomig que ce genre de remarque s’adresse. Mais j’ai lu qqs unes de tes prises de positions sur l’Islam. De toute façon, ce n’est pas ce qui est en question pour le moment.
Une adolescente a trop peu de recul – sauf exception – pour qu’on puisse lui accorder le fait qu’elle puisse penser librement [c’est déjà  pas souvent le cas pour les adultes parce qu’ils doivent, avant tout commencer par s’en donner les moyens; on le lit sur la bloggoshere: c’est rarement le cas, la doxa prédomine]. On en reparlera.
Je supposais qu’en parlant d’application de la loi, tu faisais surtout allusion au laxisme dont font preuve ceux qui sont chargés de représenter l’ordre mais on peut aussi penser à  cette attitude qui consiste faire de la désobéissance civile. De ce point de vue, c’est assez choquant lorsque cet appel a désobéir vient de la part de personnes qui bouffent au rà¢telier de la République, comme les fonctionnaires et les élus. Il peuvent démissionner, renoncer à  exercer leur mandat, s’il sont en désaccord avec les lois prononcées par le Parlement ou les décrets pris par les gouvernants, n’est-ce pas?

vincent
Invité
14 années il y a
Scheiro
Invité
14 années il y a

« Et la question reste entière : quelle liberté laisse-t-on à  ceux qui sont clairement des ennemis de la liberté ? »
Je pense que faire l’amalgame entre musulmanes qui portent le voile et volonté de porter atteinte aux libertés – telles qu’on les conçoit en occident non-musulman – est un raccourci un peu trop facile. Je ne peux pas refaire le débat qui a eu lieu en France et je vais simplement vous demander de vous mettre à  la place d’un musulman pieux, qui apprend par le biais de son journal, qu’il est dorénavant interdit pour une jeune fille de porter un voile à  l’école [alors qu’elle pourra le faire à  l’université] parce que la majorité des Français athées ou laïcs, pensent que cela met en danger leurs libertés, comme celles, par exemple, qui consistent à  fréquenter les supermarchés pour naturistes, oà¹, même les grands-mères peuvent faire leurs courses à  poil.
Je suppose que le musulman en question doit se trouver un peu dans le même état d’esprit que le Français athée ou laïc qui a lu, la semaine dernière, qu’en Malaisie, le Conseil national des fatwas a décrété que les garçons manqués étaient contraires à  l’islam, car les jeunes filles qui « portent les cheveux très courts, s’habillent et marchent comme des hommes » sont tentées par l’homosexualité.
Je vous laisse le soin d’imaginer que vous vivez en Malaisie que votre fille, votre soeur, votre cousine porte des jeans et des basquettes et qu’en plus elle s’est fait couper les cheveux à  la Jeanne d’Arc, mais qu’il n’est plus possible qu’elle puisse sortir comme ça parce qu’elle risque de vouloir organiser la prochaine gay-pride de Kuala Lumpur, ce qui est contraire à  vos valeurs.
Cette histoire de fatawa contre les airs de garçon manqué vous semble absurde et bien cette histoire d’interdiction du voile à  l’école est tout aussi absurde, à  moins que ce ne soit fait avec la volonté de vexer l’autre et dans ce cas c’est parfaitement réussi.
Que les valeurs de l’Occident chrétien et athée ne coïncident pas avec les valeurs de l’Islam, c’est entendu, LOmiG, nous sommes d’accords. Si, dans une société o๠prime le suffrage universel, la démographie penche en faveur des musulmans, il faudra dire adieu à  vos camps de naturistes et quelques trucs dans le genre, comme les défilés de la gay-pride ou la surconsomation d’alcool. Si vous pensez y parvenir en en interdisant simplement le voile à  l’école ou avec quelques mesures vexantes de ce style, mais prises seulement sur le plan symbolique, je pense que vous êtes mal barrés.
Le jour oà¹, suite à  un macht de foot pendant lequel la Marseillaise a été sifflée, la police impuissante – comme d’hab – à  faire revenir rapidement l’ordre décomptera une dizaines de morts et quelques centaines de blessés, principalement, parmi les siffleurs, il ne sera plus nécessaire de vexer les bons pères de famille qui tiennent à  ce que leurs filles portent le voile à  l’école: tout le monde retrouvera sa place, les jeunes musulmanes pourront faire plaisir à  leur parents en portant le hijab en cours de français et l’orchestre national pourra jouer sans fausse note. Evidemment, ceci veut dire qu’on accordera moins d’importance aux défilés de la gay-pride et un peu plus à  certaines choses qui me semblent nettement plus conséquentes.
Bonne soirée !

Scheiro
Invité
14 années il y a

Ce que je cherche à  relativiser, c’est l’importance accordé à  une tenu vestimentaire, ça me semble tout aussi dérisoire en Malaisie qu’en France. En empêchant des adolescentes de porter un voile au collège ou au lycée, en quoi la menace islamique, c’est à  dire la crainte de voir le droit français régi par la charia, était-elle atténuée, LOmiG?
Je prétends seulement que cette interdiction n’a fait que vexer les musulmans, en les renforçant dans l’idée qu’ils sont les mal aimés de la république – ce qui est réel et ce qui radicalise inutilement les musulmans qui ne sentaient pas leurs valeurs spécialement attaquées. Je dis que, sur le fond, voile ou pas voile à  l’école, la volonté hégémonique de l’Islam sur l’Occident reste identique. Des imams un peu partout dans le monde pensent que l’heure de la (re)conquête a sonné. Ils arrivent à  convaincre de plus en plus de monde sans compter qu’en 1900 les musulmans représentaient 150 millions d’individus, alors qu’en 2000, ils sont 1,2 milliard. Gunnard Heinsohn dit qu’il faudra accorder les 20 prochains prix Nobel aux chercheur qui saura éviter le clash des civilisations. Je ne suis pas sur la liste parce que je n’ai pas l’ombre d’une idée à  ce sujet.
Je prétends seulement qu’interdire le voile à  l’école est une mesure dérisoire et stupide. Une mesure qui ne peut satisfaire, ou plutà´t, rassurer que ceux qui ne pensent qu’à  très court terme, avec une vision psycho-socio-politique très réduite. Tout comme ceux qui font le lien entre la gay-pride et un monde meilleur. Tous les gouvernements démocratiques peuvent autoriser le mariage des homos car ça ne changera strictement rien en terme de civilisation, ce sont des choses bien trop marginales; les Espagnols ne s’y sont pas trompés: tout le monde s’en fout.
Pour le voile c’est pareil, mais de manière inverse: l’interdire en France – seul pays à  l’avoir fait – ne fera en aucun cas faiblir l’Islam et le djihad. C’est tout ce que je dis LOmiG, c’était une loi inutile et même, en qqs sorte, contre productive, dans le sens o๠elle renforce l’idée que l’Islam est attaqué, ce qui n’est pas le cas: il est à  peine insulté et rien de solide ne se profile derrière, comme par exemple l’interdiction faite aux musulmans d’entrer dans la fonction publique, ou bien, priver les musulmans de leur droits civiques – ce n’est pas non plus ce que je prà´ne – mais ça me semble plus conséquent, moins superficiel. C’est du même rapport qu’une condamnation à  1€ symbolique vs. une condamnation à  20 ans ferme.

passage
Invité
13 années il y a

On ne donne pas l’occasion aux jeunes filles de se libérer à  l’école si on leur impose d’y à´ter leur voile. On porte atteinte à  ce qu’elles considèrent un droit. Cette mesure est frustrante, nullement une libération.
Je préfèrerais qu’on les laisse libres de le porter et… de l’enlever elles même un jour… sur le chemin de l’école… Juste parce qu’elles l’auront choisi.
Je découvre aujourd’hui votre blog très intéressant

LOmiG
Invité
LOmiG
13 années il y a

salut passage,
merci pour ton commentaire. Oui c’est un argument qui se tient. Je ne sais pas comment il est reçu par une fille qui n’a pas vraiment le choix de le mettre, son voile. Bien sà»r qu’elle ne l’enlèvera pas sans l’avoir choisi : encore faut-il qu’elle le puisse, concrètement. Lorsque la menace pèse, la liberté est entravée…non ?

passage
Invité
13 années il y a

Bonjour Lomig
C’est exactement ça. Une menace pèse et elle entrave la liberté.
L’interdiction est une autre menace. Je ne suis pas sà»re qu’elle aide une fille à  apprendre qu’elle peut choisir.
Je comprends très bien que l’on s’insurge contre ce petit foulard, qu’on veuille à  tout prix « libérer » ces jeunes filles quand on le prend comme une provocation, un danger… Si l’intention est bonne, autant commencer par le respect…
Pour moi c’est autre chose. Vrai, ça ne me gêne pas. Puisque l’école est laïque, elle n’a pas à  se préoccuper que l’un porte une croix autour du cou, ni que l’autre porte un voile, ni un autre signe de son appartenance religieuse. Chez les ados, ça évolue…
Plus on s’insurgera contre l’un ou l’autre de ces signes, plus on provoquera, en réaction, le désir de l’imposer, de l’affirmer, de le revendiquer.
Je fais confiance aux ados, ils sont capables de se cà´toyer sereinement. Ce sont les adultes qui tentent de leur transmettre leurs angoisses, leurs boucs émissaires.
Et à  l’école, il y a d’autres priorités qu’un carré de chiffon…

Criticus
Invité
13 années il y a

Je ne suis pas non plus d’accord pour mettre sur le même plan voile et croix.
Là  o๠la croix manifeste l’appartenance à  la Chrétienté, le voile signifie aux non-musulmans que celle qui le porte ne peut se marier qu’à  un musulman.
Il y a un risque assez évident de séparatisme ethno-religieux avec le voile.

passage
Invité
13 années il y a

et Criticus
Bonsoir
Merci pour le lien du rapport Obin que je viens de lire.
Ces deux dernières années, j’ai travaillé dans un collège de ZEP, au milieu de ces gosses de quartiers et je n’ai pas la même perception de la situation.
Je ne nie pas ce qu’il y a derrière le port de voile. à‡a va de la plus simple démonstration d’une jeune fille pieuse qui voit là  une manière de montrer à  Allah qu’elle a la foi, ou même juste une tradition pour certaines… jusqu’à  la pire intrumentalisation qu’en font d’autres. Il n’est pas question pour moi de nier cela.
Il est pourtant question ici d’une loi dont le cadre est l’école et qui s’adresse aux jeunes musulmanes, même si la majorité d’entre elles n’avaient pas l’intention de le porter ce voile !
Soudain, c’est interdit et là  ça concerne tous les musulmans.
Je reste persuadée que si cette loi donne bonne conscience à  ceux qui l’imposent (avec toutes les bonnes intentions que vous avez citées) ce n’est pas la bonne solution.
Elle n’apporte concrètement, que la disparition du carré de chiffon chez quelques rares jeunes filles potentielles dans le seul cadre de l’établissement scolaire.
Par contre, elle devient la preuve de cette stigmatisation de l’Islam dont nous accusent les purs et durs. Elle devient un magnifique argument pour appeler à  revendiquer ce droit d’imposer la pratique de sa religion, et surtout pour appeler à  la renforcer, à  la durcir encore. C’est l’effet pervers, bien plus grave à  mes yeux.
De nombreux musulmans dénoncent déjà  le fait que ce voile symbolise la soumission de la femme à  l’homme, et contrairement à  ce que j’ai lu sur ce rapport, les jeunes musulmanes, de mon collège auraient davantage tendance à  porter des tenues un peu trop légères que trop couvertes.
La mixité n’y est pas un problèmes et les résultats au BEPC étaient tout aussi honorables que dans les autres collèges malgré un calendrier respectant les traditions religieuses des uns et des autres. Personne n’y trouvait à  redire. L’absentéisme était du à  l’initiative de ceux qui préféraient « faire la bleue » comme dans tous les collèges et de tout temps.
Bien sà»r, il y a eu deux élèves, un garçon et une fille qui sont restés au bled à  l’occasion de vacances scolaires. Pour l’un la famille, en France, n’a pas pu le récupérer puisque son père l’a gardé. La fille, elle, est peut-être déjà  mariée… . Je constate que l’interdiction du voile ne l’a pas empêché…
Vraiment, plutà´t que de l’interdire, je préfèrerais que l’école laïque accueille ces jeunes filles comme elles y entrent, qu’elle les laisse faire leur choix sans en rajouter et… qu’il existe, ailleurs, des lieux o๠celles qui font le choix de se libérer de ce voile trouvent l’aide nécessaire à  leur sécurité.
Croyez bien que je comprends vos arguments. Simplement ma vision est autre.
De toute façon, il n’y a plus de voile dans les écoles et quels que soient les effets de ce choix, les politiques ne reviendront pas dessus. Je parle pour ne rien dire lol
Un plaisir de discuter avec vous…

passage
Invité
13 années il y a

Bonjour Lomig
J’ai vu, en effet, deux ou trois adolescentes qui portaient les pantalons (plutà´t caleçon) et jupe en même temps. Juste quelques jours par mois.
Et les absences en sport, (je l’ai observé pendant deux ans,) étaient dues à  la paresse, elles inventaient n’importe quoi pour éviter des cours et rester papoter avec les copines. Ou bien elles venaient avec des jeans moulants, et des tenues sexies et le prof les refusait pour défaut de tenue de sport.
Elles restaient de cà´té pendant deux heures en faisant les intéressantes. C’est ça la réalité dans le collège aujourd’hui.
Je trouve que ce rapport, s’il est fidèle, est largement dépassé. Je ne peux pas laisser circuler des idées que je sais fausses.
Attention, je précise que je ne parle que de ce que j’ai observé au sein et aux alentours du collège. Sur mon blog, pour illustrer mon article sur la violence au collège, j’ai une photo de deux de ces gamines. Elles avaient toutes ce profil… Celles dont vous parlez ne fréquentent pas le collège… En tout cas, elles ne se distinguent pas des autres.
C’est peut-être parce qu’elles n’ont pas ce carré de chiffon sur la tête depuis ces années. Ce serait un effet positif de la loi… Je ne l’exclus pas.

crucol
Invité
crucol
13 années il y a

Bonjour,
Je suis d’accord avec passage, mais pas pour les mêmes raisons. La liberté est un droit naturel. La liberté c’est la capacité d’agir selon sa volonté sur sa propriété sans être entravé par autrui.
Or, promouvoir une loi qui empêche les gens de porter le foulard à  l’école (obligatoire, je le rappelle) est une atteinte à  la liberté. Si ces mêmes enfants pouvaient choisir entre ne pas aller à  l’écoel et y aller, sans la moindre contrainte, une telle loi n’aurait pas d’incidence. En effet, en choisissant librement d’aller à  l’école, l’enfant devrait se plier au règlement de celle-ci, autrement, il s’agit d’une atteinte à  la liberté.
On ne fait pas de concession sur la liberté, c’est le début de l’autoritarisme.
Quant à  l’argumentation sur la guerre psychologique, il faut simplement montrer que nous ne négocierons pas notre liberté. il faut être ferme, ce qui est impossible avec le mous du genous de politiques que nous avons.
Cordialement,
Crucol

Criticus
Invité
13 années il y a

Crucol, quelle est la liberté d’une adolescente de porter le voile… ?

passage
Invité
13 années il y a

@ crucol
Entièrement d’accord avec vous. Et même si je ne l’ai pas bien exprimé, c’est cette atteinte à  la liberté de ces jeunes filles qui est ma raison principale.
Cordialement

crucol
Invité
crucol
13 années il y a

Criticus, quel est la liberté d’un enfant de choisir ses amis?

Criticus
Invité
13 années il y a

Sophisme. Choisir ses amis n’implique en rien de se retrancher du monde…

passage
Invité
13 années il y a

Criticus, la liberté est dans le choix qu’on lui laisse de le porter ou de l’enlever. Un choix que cette loi lui interdit au prétexte de la libérer.
On ne lui laisse pas la possibilité de penser par elle même. On lui impose la soumission à  cette loi faite juste pour elle.
Ce n’est pas fait pour l’aider à  évoluer…
D’un cà´té on lui impose le port du voile, de l’autre cà´té on lui impose de l’enlever… Quelle belle leçon de liberté…
Cordialement

Criticus
Invité
13 années il y a

@ Passage
Entre la « liberté » de porter le voile et celle d’afficher son visage, entre la contrainte d’imposer d’occulter son visage et celle de l’afficher, mon choix est fait. Il faut arbitrer, et j’arbitre en faveur de l’ouverture, pas du repli.

crucol
Invité
crucol
13 années il y a

, je réponds à  un sophisme par un autre, le fait qu’étant jeune mes parents m’ont choisit mes habits ne m’a pas rentranché du monde.
,
Le contrainte est en l’occurence des deux cà´tés, obligation de porter le voile (difficile à  prouver, malgré tout, sinon il suffit de porter plainte ^^) et école obligatoire de l’autre!
Enfin, les islamistes sont libres, tant qu’ils respectent le droit naturel. Ceux qui ne le respectent ne sont pas libres. Ensuite, tu parles de la réalité, mais dans la réalité, qu’est-ce qui t’empêche d’être intransigeant avec les non respect de la liberté?
On ne peut libérer quelqu’un en le limitant arbitrairement. c’est complètement contraire à  la définition de la liberté. Le fait que le voile soit interdit à  l’école n’est pas dérangeant en soit, car c’est le « propriétaire » de celle-ci qui en a décidé. Le problème, c’est que les adolescents sont obilgés d’y aller, ainsi cette loi contre le voile est une contrainte supplémentaire sur leur liberté.
Juste pour être sà»r, je te rappelle la définition que je donne à  la liberté:
La liberté est la capacité d’agir sur SA propriété selon son gré sans être entrévé par autrui.
L’islamiste qui agit sur l’adolescente pour la forcer à  porter le voile, n’est pas libre, ne respecte pas le droit naturel, celui-ci n’est donc pas tenu d’être respecter à  son encontre. Ainsi, il n’y a jamais de conflit entre la liberté de deux personnes, car celle-ci ne concerne que la propriété possédée. Seul un conlit concernant la possession d’une propriété peut être valable.
Cordialement,
Crucol

Criticus
Invité
13 années il y a

Crucol, le voile islamique n’est pas un vêtement, ni même un simple signe religieux. C’est l’instrument par lequel la communauté musulmane signifie aux autres que les femmes ne doivent pas se marier hors de la communauté.

Crucol
Invité
Crucol
13 années il y a

@ Criticus, ce que tu condamnes c’est l’attitude des islamistes, si je ne m’abuse, mais pour cela tu agis sur les victimes, voilà  qui est étrange…
C’est le même genre d’action qui permet au réseau de prostitution de prospérer, car la prostituée n’a alors pas le droit à  l’existence, donc elle ne peut être libre. C’est exactement la même chose.
Laisse les gens choisir ce qu’ils veulent faire. tu as une attitude autoritaire. Pourquoi n’aurait-elle pas le droit de porter le voile? c’est un symbole, et alors? tu n’as qu’à  arborer des symboles désignants cette pratique! tu n’as qu’à  te vêtir d’un drapeau français! tu fais ce que tu veux avec tes possessions, laisse les autres agir selon leur gré avec.
Montre-nous donc l’exemple! On ne construit pas la liberté par la contrainte!

Criticus
Invité
13 années il y a

L’interdiction du voile n’est qu’une partie de la solution. L’autre, plus difficile, c’est de combattre ceux qui l’imposent à  leurs filles. Les deux vont de pair.

passage
Invité
13 années il y a

Pour la liberté de femmes, on impose l’interdiction à  leurs filles
pour faire évoluer les croyances des hommes sur ce point, on les combat…
Il y a quelque chose qui cloche

Criticus
Invité
13 années il y a

Eh oui, la liberté est un idéal exigeant, aussi éloigné de l’anarchie que de l’autoritarisme. La liberté effective implique la responsabilité et la contrainte.

crucol
Invité
crucol
13 années il y a

la liberté n’implique pas la contrainte extérieure! Puisque la liberté se comme la capacité d’agir sans entraver par autrui! Or là  tu entraves la capacité d’agir (mettre le voile) des jeunes filles, donc elles ne sont pas libres grà¢ce à  toi!
Vive la liberté…

Criticus
Invité
13 années il y a

Ce que je dis, c’est que la « liberté » de porter le voile est une pure servitude. Volontaire, mais une servitude quand même. La liberté ne se réduit pas à  la volonté. Et je n’invente rien : La Boétie a quand même plus de 450 ans…

passage
Invité
13 années il y a

Un exemple juste pour illustrer la démarche
La femme libre a le choix entre avoir une activité professionnelle ou rester chez elle pour servir son compagnon, ses enfants…
Au risque de ne plus retrouver d’emploi par la suite…
Doit-on lui imposer de travailler pour la libérer de cette servitude ? Doit-on l’empêcher par décret de ne pas servir son compagnon sur le sol français ? Au nom de la libération de la femme…
Est-ce logique ?

passage
Invité
13 années il y a

* l’empêcher par décret de servir…

crucol
Invité
crucol
13 années il y a

@ Criticus, La Boétie s’applique aussi à  la servitude d’Etat. En quoi celle-ci est-elle préférable à  la servitude de son compagnon?
La liberté ne s’impose pas par la contrainte. Tu ne peux forcer quelqu’un à  être libre, mais par contre tu peux lui donner les chances d’accéder à  cette liberté, s’il la refuse, vas-tu le contraindre à  être libre?

Criticus
Invité
13 années il y a

Justement, je pense qu’on ne peut pas donner les chances à  quelqu’un d’être libre si on ne brise pas les carcans (comme le voile islamique) qui l’entravent.

crucol
Invité
crucol
13 années il y a

,
La Boétie s’applique aussi à  la servitude d’Etat. Quelle est celle que choississent ces jeunes filles? c’est à  elles de choisir, pas à  toi, sinon tu es aussi autoritaire que ces islamistes que tu prétends combattre.
La liberté ne s’impose pas par la force. Si quelqu’un souhaite servir autrui, libre à  lui, propose lui ton aide si tu veux qu’il sorte de la serivitude, mais s’il refuse, vas-tu le forcer à  être libre?

crucol
Invité
crucol
13 années il y a

,
La Boétie s’applique aussi à  la servitude d’Etat. Quelle est celle que choississent ces jeunes filles? c’est à  elles de choisir, pas à  toi, sinon tu es aussi autoritaire que ces islamistes que tu prétends combattre.
La liberté ne s’impose pas par la force. Si quelqu’un souhaite servir autrui, libre à  lui, propose lui ton aide si tu veux qu’il sorte de la serivitude, mais s’il refuse, vas-tu le forcer à  être libre?

crucol
Invité
crucol
13 années il y a

Excuse moi pour le multi post j’ai des problèmes avec cet internet explorer de merde.
Tu ne peux donner à  quelqu’un la liberté, il la possède déjà . c’est celle de choisir la servitude ou une autre vie.

Criticus
Invité
13 années il y a

Mais justement, la fille que ses parents, sa famille, ses proches, son quartier forcent à  se voiler a-t-elle le choix ? Ta position est cohérente, mais je ne pense pas qu’elle soit applicable. Je pense qu’il faut garantir le libre choix, comme pour la libre concurrence contre les situations de monopole de fait.

Crucol
Invité
Crucol
13 années il y a

Oui, elle possède le choix, comme chacun d’entre nous, mais elle choisit la solution de facilité. Après, tout, les hommes des Lumières auraient pu choisir la facilité, de même que les rebelles anglais qui ont créé la déclaration d’indépendance des Etats-Unis. De même, tout les musulmans ont le choix d’être libre ou de servir, tout comme TOI! Mais ils choississent la solution de facilité, autrement dit ne pas faire de remous se dissimuler dans la masse et vivre tranquillou. On se persuade ensuite qu’on a pas le choix mais, c’est faux, c’est juste pour se donner bonne conscience.
Si la jeune fille a le choix, elle devra alors supporter les vexations, voire vivre dans une famille d’accueil, etc… mais le choix existe. Ce n’est pas parce qu’on choisit la facilité, qu’il n’existe plus.

Crucol
Invité
Crucol
13 années il y a

je fatigue je n’écris plus très bien français. désolé.

Criticus
Invité
13 années il y a

D’accord. Encore une fois ton point de vue est cohérent. Mais dans l’urgence, je préfère être plutà´t « pragmatique ». Je préfère la contrainte étatique à  la contrainte islamique. Dans un monde composé d’individus intelligents, il n’y aurait pas besoin d’Etat. Mais tous les individus ne sont pas intelligent, non.

passage
Invité
13 années il y a

Oui, finalement, l’urgence c’est de ne pas voir ce carré de chiffon à  l’école.
Sourire
En sachant que, de toute façon, celles qui le porteraient par bravade, les quelques rares victimes de ceux qui l’instrumentaliseraient, qui envoient selon vous leurs enfants « avec une arme politique sur la tête, » celles là  n’auront plus la possibilité d’y mettre les pieds et d’apprendre que dans notre école laïque, on respecte toutes les religions, même la leur, qu’on ne les interdit pas.
Elles n’auront plus la possibilité de découvrir que l’Islam peut se pratiquer autrement en voyant leurs soeurs sans foulard.
Moi je fais confiance aux adolescents qui sont capables d’échanger sur leurs religions et sur leurs doutes de manière bien plus intelligente que les adultes.
Et je ne me trouve aucun droit d’interdire ce qui reste, à  l’école, un simple bout de chiffon qui n’a de néfaste, pour les autres, que le sens qu’ils veulent lui donner..

LOmiG
Invité
LOmiG
13 années il y a

salut,
juste deux remarques : il s’agit ici de redonner aux jeunes filles la liberté de ne pas porter le voile, pas de leur interdire quelque chose…! Bien sà»r ce n’est pas satisfaisant. Mais Crucol et passage, j’aimerais que vous m’expliquiez comment on lutte contre ceux qui imposent le voile. Vous ne pourrez que difficilement caractériser la contrainte d’un père ou d’un frère sur sa fille / soeur : la loi du silence et/ou le respect légitime des règles familiales rend quasiment impossible la chose. Alors ? On reste les bras croisés ?
Je ne prétends pas connaitre la solution, mais interdire le voile à  l’école me parait une bonne chose, et je ne serais pas complètement opposé à  une interdiction des voiles intégraux partout. A discuter, bien sà»r. Vos arguments sont légitimes et justes, mais ils ne permettent pas de lutter contre les islamistes.

passage
Invité
13 années il y a

Bonsoir Lomig
Nous sommes tous d’accord sur ce point, nous voulons que ces jeunes filles soient libres. Nous ne voulons pas interdire et c’est pourtant l’essentiel de cette loi.
Le temps que nous prenons pour échanger sur ce point démontre que nous ne sommes pas indifférents au sort de ces enfants.
L’interdiction est le moyen qu’ont trouvé les politiques pour agir pour le bien de ces enfants selon leurs critères, et j’y trouve plus d’inconvénients que d’avantages pour celles qui sont directement concernées.
La pratique de l’Islam, comme celle des autres religions n’est pas figée, elle évolue… Ceux qui sont le plus à  même d’amener la femme musulmane sur le chemin de la liberté, ce sont les musulmans eux même… Avec notre aide quand c’est nécessaire, pas avec des lois comme celles ci à  l’école… et juste pour un foulard.
La majorité des musulmans sont tout aussi intelligents que la majorité des pratiquants des autres religions.
Je crois que ce qu’on peut faire de plus aidant, c’est montrer l’exemple…