Pour une écologie politique raisonnable

3 min read

J’avoue n’avoir jamais vraiment été intéressé par l’écologie. Du moins pas plus que cela. Je trouve les sciences en général intéressantes, et celle s’attachant à décrire les relations des êtres vivants avec leur environnement est forcément aussi passionnante.

Mais l’écologie a été depuis longtemps utilisée comme un moyen politique pour faire avancer leur(s) cause(s). Je mets un s, car ils sont nombreux à se retrouver dans ce canal de l’écologie politique : féministes, tiers-mondistes, anti-capitalistes, décroissants, et toute une clique de mécontents que l’état actuel du monde ne satisfait pas. L’époque est ainsi faite : comme la cause écologique (au sens de « défense de l’environnement ») est perçue comme noble, personne n’ose critiquer ceux qui s’abritent sous son étendard universaliste.

Or, il le faut. Car le nombre de bêtises que l’on peut lire et étendre est tout bonnement effarant. Je vais régulièrement sur Twitter, et simplement dans les dernière semaines, on peut mentionner les délires suivants (je mets en lien des articles qui démontent ces âneries) : antivax, glyphosate, catastrophisme biodiversitaire, éoliennes & énergies renouvelables, plan d’aides ridicules, utilisation des enfants, clash à propos du réchauffement, j’en oublie certainement. Il est grand temps de sonner la fin de la récréation. Je crois que les scientifiques français devraient s’élever pour combattre l’obscurantisme et le sectarisme : en rappelant ce que l’on sait, et rappelant ce que l’on ne sait pas, et en rappelant que science et politique ne font pas bon ménage. Il faut le redire, encore, et encore : la science permet de dire ce qui est (modéliser le réel), le moins mal possible, et de manière toujours perfectible. La science ne dit jamais ce qu’il faut faire. C’est un autre registre. On ne peut que souhaiter, évidemment, que les Hommes prennent leurs décisions en s’appuyant sur les savoirs scientifiques disponibles. Mais cela ne veut pas dire que la science dit ce qu’il faut faire.

Bien sûr, il ne faut pas laisser le sujet de la protection de l’environnement et des diverses formes de vie à ces abrutis sectaires et manipulateurs. La réflexion en écologie politique doit être conduite. Mais sereinement. Il faudra m’expliquer pourquoi l’on trouve formidable l’homme de Néandertal qui, avec un mélange de chance et d’ingéniosité, parvient à maitriser le feu, et augmente sa capacité de survie et d’adaptation, et dans le même temps, tout impact de l’homme sur son environnement devient totalement mauvais. Il n’est pas possible de vivre sans détruire, en partie, son environnement. Ce qu’il convient de penser, c’est l’interaction durable avec cet environnement. La gestion de cet environnement. Il s’agit bien de mettre en balance des valeurs importantes : survie des humains <vs> protection de l’environnement. SI ces deux valeurs s’opposent, en partie, il convient de mener une réflexion prudente et modérée pour définir notre conduite. Je renvoie à cette excellente vidéo de Monsieur Phi sur la question de l’avortement, qui me semble être dans le même genre de registre crispant facilement des attitudes extrêmes.

Le principe de précaution peut être une bonne chose, si l’on donne le sens correct à la belle vertu de prudence : selon Aristote, c’est la « disposition qui permet de délibérer sur ce qu’il convient de faire, en fonction de ce qui est jugé bon ou mauvais ». Le principe de précaution, bien compris, ne devrait pas être un principe d’inaction, ou de frayeur savamment entretenue comme seul rapport possible au monde, mais un principe d’action raisonnée.

Qu’il est dur, en 2019, de parler d’écologie et de la place de l’Homme dans son environnement !