Revenir à la raison

1 min read

Je partage avec vous ce qui me semble être la meilleure des réponses à mes exaspérations concernant l’écologie et le réchauffement climatique : les éléments factuels de connaissances apportés par Richard Lindzen, physicien, professeur de météorologie au MIT, membre du GIEC. Vous pouvez le lire en détail dans cette interview admirable par Valeurs Actuelles. Et découvrir un résumé dans une vidéo très bien faite :

2 Comments

Ajoutez les vôtres
  1. 1
    .

    Il est évident que 98% des scientifiques de haut niveau croient qu’il y a un réchauffement climatique alors que ce n’est pas le cas. Les 2% restant ont beau apporter toutes les preuves du contraire, les grands médias, les grandes universités et les politiques les qualifient de « climato-sceptiques », au mieux, ou de « négationnistes du climat » au pire.
    Toi et moi sommes d’accord sur ce point et sommes climato-sceptiques, préférant les faits au quand dira-t-on du système.
    Par contre comment envisages-tu le constat que 98% des scientifiques de haut niveau croient qu’il y a une évolution des espèces alors que ce n’est pas le cas ? Les 2% restant ont beau apporter toutes les preuves scientifiques du contraire (ce qu’on appelle l’Intelligent design), les grands médias, les grandes universités et les politiques les qualifient de « créationnistes » au mieux, ou de « gourous qui n’ont rien de scientifiques » au pire. Toi et moi ne sommes pas d’accord sur ce point.
    D’où ma question : as-tu creusé le sujet de l’Intelligent design, as-tu lu des livres d’auteurs comme Michael Behe, ou Michael Denton, ou William Dembski, ou tant d’autres PhD en biologie, biologie moléculaire, mathématique, physique, etc. ? Si oui qu’en as-tu conclu et pourquoi ? Si non pourquoi cela ne t’intéresse-t-il pas autant que le réchauffisme ?
    Merci d’avance pour ta réponse.

  2. 2
    lomig unger

    salut, en fait je pense que tous les esprits rigoureux constatent que sur une échelle « courte » (les 100 dernières années), il y a une augmentation de la T° moyenne de l’ordre de 1°C, et que sur une échelle longue (plusieurs 10aines de milliers d’années), on a un truc qui fluctue, avec des cycles, et que l’augmentation est tout à fait relative, voir que l’on irait plutôt vers un refroidissement. passons, nous sommes d’accord là-dessus. Les activistes anti-capitalistes ont trouvé ce créneau génial pour pouvoir saper les activités humaines : elles sont mauvaises car elles détruisent la planète.. ! Quelle connerie.
    Je n’ai pas creusé le sujet que tu abordes ensuite. Il me semble assez clair que l’évolution des espèces est corroborée par de nombreux faits, et que les avancées récentes sur la compréhension de l’épigénétique (l’impact de l’environnement en gros sur l’expression des gènes, et la transmission de cet impact) ne mettent pas en cause l’évolution, mais forcent à y réintégrer des éléments plus ‘lamarckiens’, à marier avec les éléments déjà prouvés de ‘darwinisme’. Je pense donc que les espèces évoluent (cela me parait dur à nier), mais qu’il y a encore beaucoup d’inconnues sur la manière dont elles évoluent (normal, on parle du vivant qui est complexe).
    Par ailleurs, le réchauffement ne m’intéresse pas vraiment, ni l’écologie, je m’y suis un peu intéressé parce que j’en ai marre que les « politiques » (asssociations, politiciens, militants, etc..) nous présentent certains choix comme non-discutables, alors qu’ils le sont. J’avoue que d’une manière générale, je fais assez confiance au processus scientifique ouvert (compétition des théories) pour faire émerger les éléments de modélisation pertinents du réel. Il faut toujours garder à l’esprit que des « changements de paradigmes » sont possibles (T Kuhn), et peuvent remettre en question même les théories les plus acceptées. C’est la confrontation avec le réel qui tranche.
    Donc sur le sujet que tu abordes et que je connais pas : quels sont les éléments factuels qui permettent de dire qu’il n’y a pas d’évolution des espèces… ?

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.