Etes-vous de droite ou de gauche ?

LHC est un réseau de blogs politiques, que j’ai créé avec Criticus. Nous l’animons à  5 désormais : Lolik, René, Rubin, Criticus et moi. Nous avons lancé une opération pour évaluer notre positionnement politique au sein de LHC. Les résultats me paraissent intéressants, et je voulais les partager avec vous, chers lecteurs : au passage vous pourriez me dire comment VOUS vous positionnez sur l’échiquier politique…

L’opération a été lancée là . Il s’agissait d’aller répondre à  dix questions d’un test politique internationalement reconnu (Quizz Politique). Presque tous les LHC ont joué le jeu rapidement, et les résultats peuvent être présentés sous cette forme :
Graphe actualisé
Le test permet de chiffrer sur deux axes (libertés civiles, et libertés économiques) votre positionnement. ON retrouve donc les catégories politiques habituelles : étatistes, gauche, centriste, droite, libéraux (libertariens en anglais).
Loin d’être un réseau de blogs de droite, comme certains ont pu le dire, LHC semble plus être un réseau assez diversifié, de tendance globale libérale.
J’avais appelé d’autres blogueurs à  faire ce test[1. mais peut-être que le blog du réseau LHC n’est pas assez visité pour qu’ils aient vu l’appel, alors je remet des liens ici : Les kiwis Frednetick, Cratyle, Le Chafouin, Incandescences, Ca réagit). Les LeftBlogs (par exemple, Nicolas J, Maxime). Les vigilants (au pif, La pire racaille, Luc Mandret). Et les membres de Lieu Commun Authueil, Koz, Eolas, Jules)], et je trouverais ça très intéressant si VOUS, chers lecteurs, faisiez ce petit test rapide, et si vous m’indiquiez en commentaire votre score. Cela permettrait de faire une cartographie politique des lecteurs d’ExpressionLibre. Intéressant, non ?


S’abonner
Notifier de
guest

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires
Criticus
Invité
14 années il y a

Quelles ont été les réponses des blogueurs et des réseaux que tu avais tagués ?

Mathieu L.
Invité
14 années il y a

Salut,
On peut quand même en conclure que votre réseau est majoritairement libertarien. De plus, cela me confirme que Criticus n’est pas libéral… ;)
Sinon, j’ai fait le test et je suis dans la catégorie « liberal ». Cependant, je trouve que ce test correspond à  des catégories américaines, et certains débats purement français qui nous cliveraient sans doute n’y sont pas. C’est à  améliorer.
Si tu veux faire un schéma avec tous tes blogs favoris, j’ai eu 90 en « personal issues score » et 10 en « economic issues score ».
A bientà´t,

Criticus
Invité
14 années il y a

Salut Mathieu, sur les libertés économiques, je suis quand même à  80 % (mon seul point de désaccord est sur les barrières douanières, je pense qu’il en faut), comme Rubin et Lolik. Sur les libertés civiles, je ne suis « qu »’à  40 % car je suis contre la dépénalisation des drogues dures, pour la carte d’identité (je ne vois pas trop ce que cela a d’antilibéral…), et pour le service militaire. Voilà , je rappelle aussi que je suis très proche de centriste et de libéral, ce qui me convient assez bien, je le concède…

Timothee
Invité
14 années il y a

Pour ma part, je me situe exactement là  o๠se situe « Confessions d’un bourgeois ». J’avais fait ce test sur Facebook, et je dois dire que ça me parait cohérent, par rapport à  mon positionnement très droite du PS.
@ bientà´t!

Anne
Invité
Anne
14 années il y a

Bonsoir Lomig,
Un petit coucou, et le temps de faire ce test…je ne sais pas si je suis concernée, ne tenant pas de blog ? Tant pis !
70% en « economics issues »….
mais 40 % en « personal issues » : oh la vilaine conservatrice de droite !
Et j’assume ;-)
Bonne soirée à  tous

Criticus
Invité
14 années il y a

Oui, cher et excellent Lomig, je suis la caution (néo-)conservatrice du Réseau LHC…;-)

Anne
Invité
Anne
14 années il y a

Et encore, j’avoue avoir coché un « maybe » dans les personal, craignant inconsciemment le score catastrophique dans ce domaine… ;-)
Tiens, çà  fait du bien de plaisanter 2 mn.
A bientà´t j’espère vraiment, avec une disponibilité d’esprit et de temps me permettant de me joindre (très modestement !) à  vos échanges passionnants…
Bonne soirée !

Mathieu L.
Invité
14 années il y a

Salut LOmiG,
Lorsque je pense, ou lorsque je fume du cannabis, ou lorsque j’ai une relation sexuelle, cela ne concerne que moi et éventuellement ma partenaire du moment. Le reste de la société n’est pas touchée par ces comportements dans la plupart des cas. Par exemple, si on légalise les drogues, il serait normal d’en limiter l’usage dans certains cas, comme la conduite automobile par exemple. Cependant, le fait que je fume, que je pratique la fellation avec ma conjointe ou que je sois « liberal » ne changera à  priori rien à  ta vie et à  celles des autres membres de la société.
Par contre, le commerce et les échanges économiques produisent des transferts de richesse. Le fait que certains parviennent à  capter davantage de richesses que d’autres entraîne des conséquences sur la vie de ceux qui en captent moins. L’activité économique de l’ensemble des acteurs (entreprises, individus, à‰tats, mafias, banques et assurances…) impacte sur l’ensemble des autres acteurs. A ce moment-là , comme « ma liberté s’achève là  o๠commence celle des autres », l’intervention de la puissance publique devient légitime vu que mon comportement économique a un impact sur les autres membres de la société.
Cependant, comme je pense qu’il faut préserver la liberté des individus du risque totalitaire, l’intervention de l’à‰tat ne devient légitime, quel que soit le champ d’intervention, que dans un cadre démocratique, là  o๠la loi de la majorité s’applique.
Voilà  une réponse simple à  ta question. Je pense que cela m’a donné matière à  quelques billets, et j’y vais de ce pas…
A bientà´t,

manuel
Invité
14 années il y a

Je viens de faire ce test très très court et simple au demeurant et j’ai 60 en personal issues et 10 en economic issues.
Un libéral de gauche…
C’est quand même trop simplifié à  mon goà»t, je pensais qu’il y aurait une deuxième page, mais bon…

Mathieu L.
Invité
14 années il y a

Là  o๠nous différons, c’est que tu considères que les inégalités de richesse sont consubstantielles de l’humanité. Or, il y a eu d’autres modèles dans le passé qui ont été liés à  d’autres modèles de pensée : la différence citoyen-esclave en Grèce antique, la différence par le sang dans l’Europe médiévale, l’inégalité homme-femme depuis toujours… La richesse est pour moi un nouveau stade de l’histoire qui n’est pas une fin en soi. La démocratie est un des moyens pour atténuer les ravages de ces inégalités liés à  nos mentalités.
Personnellement, je ne suis pas pour une égalité imposée par le haut (ce modèle a échoué) mais par la conception d’une inégalité soutenable. Pour moi, les écarts de richesse actuels sont inacceptables. De plus, je ne souscris en rien à  votre raisonnement sur le fait que plus les riches sont riches, moins les pauvres sont pauvres. Ce sont juste les moyennes qui varient, mais les moyennes ne veulent rien dire si on ne regarde pas les écarts. Dans ce cadre, la démocratie permet de mettre, sur décision de la majorité (qui est la seule réellement légitime puisque c’est la majorité qui l’emporte aux élections), de mettre en place des politiques redistributives.
Pour montrer à  tes lecteurs sur quoi je m’appuie, je mets ici un lien vers un billet que tu avais commenté déjà , mais qui peut expliquer ces logiques :
http://lespriviliegiesparlent.blogspot.com/2008/07/guy-sorman-ou-comment-on-assne-des.html
A bientà´t,

Gnouros
Invité
14 années il y a

Bien que non tagué, je me situe pile à  l’endroit o๠se trouve Echo Politique.

Gruik
Invité
Gruik
14 années il y a

80 en personal issues, 90 en economic issues : ultra-libéral-mangeur-d’enfants, donc ;-)
Petit test tout bête mais qui donne des résultats crédibles.

ginette
Invité
ginette
14 années il y a

Résultat du test : 70% personal issues ; 90% economic issues. A la veille de mes 50 bougies, je vais devoir quitter la France… Sans doute plutà´t anarchiste que « libertarian » j’ai du mal avec toute forme d’autorité. Libre dans mon travail, dans mes actes et dans mes pensées, je suis mue néanmoins par un incommensurable respect d’autrui.

Bob
Invité
Bob
14 années il y a

J’ai du mal à  saisir la question sur la carte d’identité ? Qui s’oppose à  celle-ci et pour quelles raisons ?
Sinon 
Your PERSONAL issues Score is 60%.
Your ECONOMIC issues Score is 50%
Ce qui me classe parmi les centristes

Criticus
Invité
14 années il y a

Oui, d’autant que, pour reprendre tes termes Lomig, il faut bien contrà´ler l’identité des ennemis de la liberté pour pouvoir les empêcher d’attenter à  la liberté des personnes…

Bob
Invité
Bob
14 années il y a

Moui je suis pas convaincu par le test, en mettant tous les indicateurs économiques à  disagree, et sociétaux à  agree, on tombe dans libéraux de gauche. J’aurais plutà´t dit étatistes.

Mathieu L.
Invité
14 années il y a

Euh, je crois bien avoir parlé d’inégalité soutenable, et pas d’égalité…
A bientà´t,

LOmiG
Invité
LOmiG
14 années il y a

oui Mathieu L., je sais. Mais j’attends que tu me donnes une définition du mot « soutenable » qui permette de discuter et de définir des règles de fonctionnement viables. Ce qui est soutenable pour x, ne l’est pas forcément pour y. Pourquoi faudrait-il définir ce qui est soutenable en terme d’inégalités de manière unique et centralisée ?

Mathieu L.
Invité
14 années il y a

Pour moi, une inégalité soutenable est une inégalité qui suscite un certain dynamisme dans la société mais qui n’entraîne pas de souffrances trop fortes pour ceux qui sont en bas de l’échelle. Après, je n’irai pas plus loin car cela mérité moult débats et réflexions.
Pour ce qui est de la décision unique et centralisée, je ne vois pas comment faire autrement. S’il s’agit de laisser à  chacun faire ce qu’il veut, il est clair qu’il n’y aura aucune définition…

Mathieu L.
Invité
14 années il y a

Le socialisme à  partir de Bastiat ???
Ouh là , ça va donner… En plus, ce n’est pas de toute première fraîcheur.

max
Invité
max
14 années il y a

@ Mathieu L. :
> une inégalité soutenable est une inégalité qui suscite un certain dynamisme dans la société mais qui n’entraîne pas de souffrances trop fortes pour ceux qui sont en bas de l’échelle.
ça va être dur à  quantifier ton histoire là  :)
tu dis :
> Personnellement, je ne suis pas pour une égalité imposée par le haut (ce modèle a échoué) mais par la conception d’une inégalité soutenable.
puis
> Pour ce qui est de la décision unique et centralisée, je ne vois pas comment faire autrement.
donc ???

Mathieu L.
Invité
14 années il y a

@ Max : si la politique était simple, cela se saurait. Heureusement, elle ne se résume pas à  l’application stricte et mécanique d’une idéologie.
Pour la contradiction apparente que tu soulignes, je voulais juste dire que la définition doit venir d’une majorité démocratiquement élue, et pas d’un groupe de révolutionnaires accédant au pouvoir par la force et partageant les richesses par la force. Ensuite, une fois les décisions prises, cela devrait être à  l’à‰tat, légitime ici du fait du vote de la majorité, de mener cette politique.
Merci de m’avoir permis de préciser.

LOmiG
Invité
LOmiG
14 années il y a

Salut à  vous deux, Max et Mathieu L,
oui la politique n’est pas simple, elle est même le lieu de toutes les tractations de groupes. Si l’on faisait respecter la propriété, ces luttes ne pourraients pas prendre place. C’est la redistribution qui crée le conflit : à  partir du moment o๠il est possible, par des moyens légaux de participation au pouvoir ou d’obtention de subsides de la part de celui-ci, de s’approprier des richesses que d’autres ont produites, alors le conflit est là , latent. C’est la politisation de toute choses qui crée le conflit. La politique crée plus de problèmes qu’elle n’en résoud.
Et Mathieu, je répète que la légitimité ne vient pas du fait d’être majoritaire ou pas, mais de respecter les règles morales de juste conduite qu’on appelle aussi la Loi, ou la Justice. Je reviendrais dessus dans le billet o๠je citerais Bastiat. La fraicheur de Bastiat, contrairement à  ce que tu dis est proprement surprenante, 150 ans après. moderne, simple, lucide. Il y a des auteurs plus récents et qui sentent bien plus le rance, si tu veux mon avis…
à  bientà´t !

Mathieu L.
Invité
14 années il y a

@ LOmiG : tiens, pour moi, c’est Bastiat qui sent le rance, mais chacun voit son rance là  o๠il le veut.
Le fond de notre désaccord vient de la notion que tu emploies de création de richesse. Pour moi, la richesse est partagée, et, dans la société capitaliste, de manière inégale. Pour toi, chacun la génère par le travail. Voilà  une nouvelle rupture profonde. Dans quelques mois, il faudra faire un bilan de toutes nos ruptures constatées et on devrait arriver à  un vrai bilan de nos idées.
Moi, la morale, je n’y crois pas une minute. La morale n’existe pas, l’univers et l’homme n’ont pas de morale. Par contre, les sociétés humaines sont dominées par des idées à  certains moments historiques. Encore une différence semble-t-il.

max
Invité
max
14 années il y a

salut Mathieu L., merci pour ta réponse, je comprends mieux maintenant.
je sais bien que la politique n’est pas simple, parlons en.
désolé, mais je dois encore relever une chose qui me semble très étrange, tu dis d’abord:
> la définition doit venir d’une majorité démocratiquement élue
puis
> La morale n’existe pas, l’univers et l’homme n’ont pas de morale.
si il n’y a pas de morale, que veut tu que tes gouvernants démocratiquement élus fasse ? je ne comprends pas bien là .

Albertine
Invité
Albertine
14 années il y a

Bonsoir,
Pardonnez-moi, je n’ai pas lu tous les commentaires, mais je voulais tout de même signaler ce qui me semble être une erreur dans le corps du billet.
« Libertarian » ne correspond pas à  ce que l’on appelerait en français « libéral », mais bien à  libertarien (OK, le néologisme est moche, mais il existe et sert précisément à  distinguer de « liberal » qui est à  la fois espèce et genre ici), dont un des « concepteurs » le plus connu est R. Nozick
(« Anarchie, Etat et utopie », traduction disponible aux P.U.F), certains « rangent » également Hayek dans cette catégorie, mais cela est toutefois susceptible d’être discuté.
Quant aux « liberals », du point de vue des théoriciens contemporains, la figure de proue en est en quelque sorte J. Rawls (dont l’oeuvre maîtresse est « La Théorie de la justice », 1992).
Là  o๠effectivement ça se complique c’est que ces deux « courants » sont en effet « libéraux » au sens, cette fois, de l’acception française du terme…
Voilà , désolée d’avoir mis mon grain de sel, mais il me semble que ces précisions s’imposaient parce que, sans elles – surtout si vous cherchez à  transposer vos résultats au quizz au contexte français ou plus largement « continental » – c’est tout de même assez confus…
Bonne soirée

Mathieu L.
Invité
14 années il y a

@ Max : pas de raison de te dire désolé. Le commentaire de blog ne permet pas toujours d’être clair, surtout que LOmiG et moi commençons à  bien nous connaître, et qu’il y a des sous-entendus entre nous je crois.
Les dirigeants élus doivent mener une politique selon les valeurs exprimées par la majorité, y compris si ces valeurs sont reliées à  une morale quelconque, venant d’une idéologie politique.
Pour moi, l’action politique doit permettre à  l’ensemble des citoyens de vivre leurs vies dans les meilleurs conditions possibles, ce que j’ai appelé, dans un autre commentaire, le bonheur (notion que LOmiG rejette, si je ne me trompe pas).
Les libéraux passent leur temps à  structurer l’univers avec des valeurs morales qui sont indépassables (la loi, la justice, la propriété…). Pourquoi pas, mais il s’agit bien des valeurs d’un groupe particulier, qui pourraient être majoritaires, mais qui n’ont, à  mon sens, absolument rien d’absolu.
J’arrête là  parce qu’on s’éloigne de plus en plus du thème de départ du billet…

LOmiG
Invité
LOmiG
14 années il y a

@ Albertine : d’accord avec ta distinction. Mais en français, le mot libéral a toujours eu un sens proche de ce qu’on appelle maintenant, à  la suite des anglo-saxons, « libertariens ». Rawls est effectivement « liberal », mais en France il passerait pour un dangereux libertarien ! :) merci d’être passé préciser cela…! Et toi, tu es oà¹, quand tu fais le test ?
@ Mathieu L. je ne rejette absolument pas le bonheur ! Je nie simplement le fait qu’on puisse le définir de manière globale et valable pour tous. Laissons chacun libre de chercher son bonheur comme il l’entend, du moment qu’il ne nuit pas aux autres…! Si tu tapes « bonheur » dans le moteur de recherche du blog, tu verras que ce n’est pas une notion que je rejette, au contraire…!!!
à  bientà´t !

max
Invité
max
14 années il y a

@ Mathieu L. : je ne comprends pas bien pourquoi tu écartes (ou pose comme indifférent) le fait qu’une idéologie s’appuie sur telle ou telle morale. c’est bien pourtant le coeur du probleme. la démocratie porte aussi des totalitarismes au pourvoir, est ce bien pour autant parce que cela exprime la majorité ? non bien sur. la majorité peut se tromper, et gravement.
tu dis également:
> l’action politique doit permettre à  l’ensemble des citoyens de vivre leurs vies dans les meilleurs conditions possibles
je me permets de trouver cela bien prétentieux. cette phrase est un non sens. comment le gouvernement peut il sérieusement penser qu’il va régir la vie de 60millions de personnes, dont chacune à  des aspirations et des envies différentes, par une seule politique. admets tout de même que ça parait utopiste. pour pas dire irréalisable.
merci

Mathieu L.
Invité
14 années il y a

@ Max : je sais que la majorité peut se tromper, et c’est bien là  la limite du système. Mais heureusement, les minorités sont là  pour la surveiller et pour tenter de s’opposer à  des erreurs et des échecs.
Bien sà»r que certaines idéologies s’appuient sur des morales. Si, à  un moment, un parti accède au pouvoir en prà´nant une morale, alors, il peut gouverner selon celle-ci, en sachant qu’il sera peut-être viré aux élections suivantes et que la morale dominante changera.
Je parle bien des conditions. Je n’ai jamais dit que c’était au gouvernement de faire le bonheur, au contraire. Il est un outil pour faciliter certaines choses. Il peut mettre en place des systèmes qui vont aider les citoyens à  se réaliser sans doute mieux, comme un système de santé, de retraite, d’éducation, de transports. C’est à  chaque nation de faire ses choix. Moi, je pense que l’à‰tat est bien plus efficace dans de nombreux aspects de la vie économique que d’autres systèmes, mais j’ai suffisamment d’attachement à  la responsabilité des citoyens pour laisser ce qu’ils veulent donner comme place à  l’à‰tat. Cela ne m’empêche pas de militer pour mes idées ou mes valeurs.
J’espère avoir été plus clair cette fois…

max
Invité
max
14 années il y a

@ Mathieu : merci pour tes précisions. je ne suis pas d’accord avec ta vision des choses, mais je la repescte.
je ne crois pas, par exemple, que les minorités (politique ?) soient là  pour surveiller et tenter de s’opposer au courant majoritaire, mais bien plutot qu’ils doivent tous travailler ensemble, ce que les USA semblent avoir compris avant nous. france montre un visage politique constamment « en opposition », c’est fatiguant et peu constructif à  mon avis.
quand tu dis:
> Moi, je pense que l’à‰tat est bien plus efficace dans de nombreux aspects de la vie économique que d’autres systèmes
quel autre système ? tu parles de publique/privé ? comment sait tu que l’état est le plus efficace ? sur quoi ? tu as des chiffres ?
merci

Maxime
Invité
14 années il y a

Je n’avais pas fait attention à  ce tag. Voici les résultats de ce petit test: je suis un étatiste. Mouarf. :)

Maxime
Invité
14 années il y a

Oui, c’est vrai que je n’explicite pas tellement mon sentiment vis-à -vis de ce résultat.
Je dis « mouarf » parce que… je m’en doutais un peu en fait. Je trouve ce test assez orienté vers des clivages « à  l’américaine »: centrist, liberal, leftist, statist… Ce sont des clivages qui ne correspondent pas exactement à  ce que l’on retrouve ici en France. Mais ça n’en demeure pas moins intéressant.
Concernant les scores exacts, sur les questions de société: 30%, et sur les questions économiques, 0%. Orienté, vous dis-je… ;)

Maxime
Invité
14 années il y a

Il y a différents degrés d’étatisme, tu en conviendras sans difficulté. Je ne suis pas nécessairement partisan d’une économie dirigiste, avec des planifications à  qui mieux mieux et/ou un capitalisme d’Etat, qu’ont pratiqué les fascistes italiens en leur temps.
Je ne suis pas non plus un fan inconditionnel du marxisme-léninisme, d’abord par un raisonnement factuel et empirique, ensuite parce que le principe même de redistribution des richesses est indissociable, selon moi, de la garantie stricte des libertés individuelles. Le but est l’émancipation de l’individu, pas son contrà´le ou son anéantissement.
C’est pour cela que je trouve ce test quelque peu orienté. Me mettre seulement 30% sur les questions sociétales, alors que pour moi l' »étatisme » (pour faire large, parce que je ne suis pas non plus étatiste) est seulement l’utilisation d’un Etat fort au service de l’individu et de son émancipation, c’est fort de café :) .

Mathieu L.
Invité
14 années il y a

@ Max : à  mon sens, l’opposition doit dire quand elle est d’accord et dire quand elle ne l’est pas. Si elle gouverne avec la majorité, elle en fait partie. L’exemple américain est intéressant, mais il pose la question de la possibilité d’une alternative politique, quasiment impossible dans ce pays (les deux grands partis disent la même chose sur de nombreux sujets). Cependant, cela vient de l’unité américaine autour de leur modèle économique. Les Français sont divisés : c’est parfois plus pénible, mais la critique rend les choses plus efficaces aussi.
Sur l’efficacité des services publics dans de nombreux domaines d’activités économiques, tu peux te référer à  de nombreux économistes qui ont démontré cela, en particulier pour toutes les activités nécessitant une mise en place de réseaux et d’infrastructures lourdes et difficilement rentabilisables mais aussi celles qui mobilisent une masse salariale très coà»teuse. Dans ces cas-là , la mutualisation des dépenses par le mélange impà´t-redevance des usagers est la plus efficace et la moins coà»teuse. Je te conseille la lecture de Jacques Généreux, de Liêm Hoang-Ngoc, de Bernard Maris, de Pierre Larrouturou, voire d’économistes plus anciens comme Keynes… Un exemple simple : la France a longtemps été première du classement de l’OMS sur le système de santé (elle vient de chuter 10e cette année, merci la droite) en dépensant 10% de son PIB. Les à‰tats-Unis dépensent 14%, ont une espérance de vie de cinq ans inférieure à  la nà´tre, et je te conseille d’aller sur le site de l’OMS voir leur classement.
A bientà´t,

Cratyle
Invité
14 années il y a

Un test hautement orienté. C’est un peu normal car, tout format de classement politique est en soi une thèse ou une idéologie.
Par exemple, opposer la liberté des individus à  la puissance de l’état parait évident aux uns, mais reste bien loin des réalités des autres
1- Sans à‰tat fort, quelle est la liberté d’un fils d’ouvrier dans une banlieue pauvre? Est-elle comparable à  celle de l’héritier d’une grande fortune des médias ou celle du rejeton de famille renommée?
2- Sans à‰tat fort, qu’est-ce qui empêche la construction de vastes monopoles autour des secteurs économiques qui y sont naturellement propices -pétrole, électricité, distribution- qu’est-ce qui empêche donc la construction d’organisation et de bureaucratie bien moins propices à  la liberté qu’un état ou pouvoirs et contre-pouvoirs permettent à  chaque citoyen de s’exprimer. Que vaut-il mieux, la liberté d’un citoyen ou celle d’un employé?
L’état fort ne s’oppose à  la liberté que pour les individus au capital économique et social le plus développé – certainement pas pour les pauvres et les déclassés – cela montre assez les intérêt représentés par « theadvocate.org ».